Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Parti républicain


LEGISLATIVES
La Cour constitutionnelle auditionne les opposants qui rejettent les résultats officiels

La Cour constitutionnelle de l’Arménie a commencé hier les auditions suite au recours de l’opposition contre les résultats officiels des élections législatives du début du mois, qui ont donné la victoire au Parti républicain du président Serge Sarkissian (HHK).

L’alliance Congrès-HZhK dirigée par l’ancien président Levon Ter-Petrosian a accusé le HHK d’avoir intimidé les électeurs et utilisé les ressources administratives à ses propres fins. Il a présenté au tribunal plus de 40 pages de documents écrits ainsi que des documents vidéo et audio qui prouveraient les fraudes.

Dans son discours face à la Cour, Levon Zurabian, haut représentant du Congrès-HZhK, a affirmé que le scrutin du 2 avril laissait la plupart des Arméniens avec un sentiment de déjà vu.

“Chaque fois, les élections sont truquées, chaque fois l’opposition fait appel à la Cour constitutionnelle et chaque fois la Cour constitutionnelle conclut que les irrégularités signalées n’ont pas influencé les résultats des élections ou que les preuves présentées sont fausses“, a regretté Zurabian face au jury de neuf juges.

“En conséquence, les gens sont constamment déçus par les institutions de l’État et perdent confiance dans les processus électoraux“, a-t-il ajouté.

Gagik Harutiunian, président de la Cour constitutionnelle, a interrompu Zurabian, disant qu’il ne pouvait pas faire de déclarations politiques et critiquer des décisions judiciaires antérieures au cours de la procédure judiciaire. “Au lieu de prononcer un discours politique, essayez de justifier les réclamations que vous avez présentées à la Cour constitutionnelle“, a-t-il demandé.

Zurabian a indiqué le 14 avril qu’il ne croit pas que le tribunal va annuler les résultats officiels, qui indiquent que le bloc de Ter-Petrosian recueille 1,65% du vote. “Nous n’avons pas d’illusions, mais il est de notre devoir d’aller jusqu’au bout“, s’est-il défendu.

La plupart des partis et blocs d’opposition arméniens pensent que le résultat des élections s’est principalement joué grâce à l’achat de votes à grande échelle du HHK, une affirmation rejetée par le parti au pouvoir.

Dans une déclaration du 7 avril, le bloc du Congrès-HZhK a également allégué “de nombreux cas enregistrés de vote multiple“ par des loyalistes du gouvernement. Il avait pourtant été assuré au cours de la campagne électorale que ce type de fraude serait pratiquement impossible en raison des amendements soutenus par l’opposition au Code électoral promulgués par les autorités l’automne dernier.

Ces changements ont conduit à l’installation de dispositifs électroniques d’authentification des électeurs dans tous les bureaux de vote. Les autorités ont également accepté de publier les listes signées des électeurs qui ont voté le 2 avril. Cela a permis aux partis d’opposition de vérifier si quelqu’un d’autre a voté à la place d’Arméniens absents du pays ou qui se sont tout simplement abstenus.

Les observateurs électoraux européens n’ont pas signalé de cas importants de vote multiple dans leurs conclusions préliminaires publiées le 3 avril. Ils ont cité par contre des informations crédibles sur l’achat de vote et la pression sur les fonctionnaires et les employés des entreprises privées.

Les documents soumis par le Congrès-HZhK à la plus haute cour du pays incluent également des informations enregistrées secrètement indiquant que les employés d’un homme d’affaires riche affilié à la HHK ont été forcés de faire campagne pour sa réélection au Parlement, sous peine de perdre leur emploi. Le Service spécial d’enquête de l’Arménie (SIS) a lancé la semaine dernière une enquête criminelle.

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

posté le 26 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Vers une nouvelle coalition entre le parti républicain et la FRA

Le Parti républicain du président Serge Sarkissian (HHK) et la Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun) sont prêts à étendre leur accord de partage du pouvoir conclu il y a un an, a révélé un haut responsable du HHK jeudi en fin de journée.

Les deux parties ont entamé des négociations sur une nouvelle entente de coalition peu de temps après les élections parlementaires du 2 avril remportées par le HHK. Ce dernier s’est déclaré disposé à approfondir un tel accord même s’il détient la majorité des sièges dans la nouvelle Assemblée nationale.

“Les discussions avec nos partenaires de la FRA se poursuivent et il est fort probable qu’un accord politique entre le HHK et le Dashnaktsutyun soit signé et que nous aillons deux partis au pouvoir au Parlement“, a déclaré Eduard Sharmazanov, porte-parole du HHK.

“Ce sont les résultats de nos discussions préliminaires“, a-t-il ajouté aux journalistes après une réunion hebdomadaire de l’organe directeur de son parti dirigé par le président Serge Sarkissian.

La FRA est représentée dans le gouvernement arménien actuel par trois ministres conformément à un accord avec le HHK signé en février 2016. Le parti, particulièrement influent dans la diaspora arménienne, aura sept sièges dans le Parlement comprenant 105 membres en Arménie.

Les remarques de Sharmazanov suggèrent que le HHK ne devrait pas parvenir à un accord de coalition avec l’alliance de l’homme d’affaires Gagik Tsarukian, qui a terminé deuxième lors des élections et a remporté 31 sièges au Parlement. Les membres du bloc ont hésité à faire des déclarations publiques depuis le vote.

posté le 24 avril 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Ouverture d’une enquête suite au scandale dans les supermarchés SAS

Un organe d’application de la loi a ouvert hier une enquête criminelle sur des écoutes audio enregistrées en secret, qui suggèrent que les employés d’un homme d’affaires pro-gouvernemental ont été intimé de l’aider à être réélu au Parlement, sous peine de perdre leur emploi.

Le site Web Hayastan24.com a publié la semaine dernière l’enregistrement de ce qu’il assurait être une réunion qui s’est tenue entre les assistants principaux d’Artak Sargsian, à l’approche des élections législatives du 2 avril.

On y entend la voix d’un homme inconnu menaçant de licencier les employés de la chaîne de supermarchés SAS de Sargsian à Erevan qui n’ont pas réussi à garantir par écrit que leurs amis et leurs proches voteront pour leur patron. L’homme promet également des bonus somptueux à leurs collègues qui « apporteront des votes » au candidat du parti républicain de l’Arménie au pouvoir.

Sargsian, qui a conservé son siège au Parlement lors des élections, n’a toujours pas commenté publiquement le scandale.

Le Service spécial d’enquête (SIS) a déclaré qu’il avait ouvert une affaire pénale suite à la publication de cet enregistrement. Il n’a pas spécifié immédiatement qui sera interrogé, ni même qui sera chargé de l’enquête.

Sargsian et d’autres membres riches du HHK candidats au Parlement ont déjà fait face le mois dernier des allégations médiatiques selon lesquelles ils harcèlaient leurs employés et faisaient du chantage à de nombreux autres électeurs à des fins électorales.

Les partis d’opposition ainsi que les groupes de la société civile et les militants des droits de l’homme ont dépeint l’enregistrement comme étant une preuve supplémentaire de l’utilisation illégale par le HHK de leviers administratifs et financiers pour gagner les élections législatives. Le parti au pouvoir insiste sur le fait que le vote était démocratique.

Dans un rapport préliminaire publié le 3 avril, les observateurs électoraux européens ont cité l’existence “d’informations crédibles sur l’achat de vote et la pression sur les fonctionnaires et les employés des entreprises privées“.

posté le 20 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



MUNICIPALES A EREVAN
Le parti républicain ne veut pas d’un débat télévisé avec l’opposition

Le parti républicain au pouvoir en Arménie (HHK) a rejeté hier la « propagande d’opposition » qui appelle à un débat télévisé entre le maire d’Erevan Taron Markarian et Nikol Pashinian, son principal opposant lors des prochaines élections municipales.

Un haut représentant de l’alliance d’opposition Yelk dirigé par Pashinian, Alen Simonian, a mis au défi Markarian d’accepter un débat télévisé pour parler du bilan de son mandat de cinq ans à la tête de la mairie d’Erevan.

“Notre tâche n’est pas de nous engager dans des débats“, a déclaré Eduard Sharmazanov, porte-parole du HHK, en charge de la campagne de Makarian. “Notre tâche est de présenter nos réalisations et nos projets aux résidents de la capitale au moyen d’une communication directe“.

“Plus tard au cours de cette campagne électorale, nous déciderons s’il y a besoin d’une telle démarche de propagande“, a t-il déclaré. “Nous pourrions accepter, mais nous ne discutons pas d’un tel scénario à ce stade.“

“Nous poursuivons nos politiques actives et ne voulons pas que tel ou tel autre groupe politique force ou guide notre campagne“, a ajouté Sharmazanov.

Le prochain maire d’Erevan sera choisi par un nouveau conseil municipal pour être élu le 14 mai. La campagne débutera officiellement vendredi.

Markarian, âgé de 39 ans, est en poste depuis 2011. Le leadership du HHK l’a nommé pour concourir à sa réélection plus tôt ce mois-ci. En conséquence, le maire est tête de liste du parti pour les élections municipales.

Il aura face à lui des candidats de deux groupes d’opposition : celui de Yelk et du nouveau parti Yerkir Tsirani de Zaruhi Postanjian.

Postanjian a promis de renverser Markarian. “Leur mandat de longue date a été désastreux pour l’Arménie d’une manière générale, et pour Erevan en particulier“, a t-elle affirmé aux journalistes.

Postanjian a accusé Markarian d’avoir utilisé illégalement son poste pour s’enrichir, lui et sa famille. Elle a souligné sa déclaration de revenus et d’actifs déposée auprès de la commission électorale municipale.

Le maire, dont le défunt père Andranik Markarian a occupé le poste de Premier ministre de 2000 à 2007, a déclaré 600 000 $ en espèces et des dizaines d’exploitations immobilières luxueuses dans diverses parties de la ville. “J’ai occupé un poste d’État depuis près de dix ans et je n’ai pas accumulé une telle fortune“, a assuré Postanjian.

posté le 19 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Un autre scandale électoral concernant le parti républicain

Le parti républicain de l’Arménie (HHK) est de plus en plus sous le feu des critiques suite à la publication d’un audio enregistré secrètement indiquant que des employés ont été contraints de faire campagne pour sa réélection, sous peine de perdre leur emploi.

Le site Internet Hayastan24.com a publié jeudi l’enregistrement audio d’une réunion qui s’est tenue entre les adjoints principaux d’Artak Sargsian, à l’approche des élections législatives du 2 avril. La voix d’un homme inconnu menace de licencier les employés de la chaîne de supermarchés SAS à Erevan appartenant à Sargsian car ceux-ci n’ont pas pu obtenir par écrit que leurs amis et leurs proches voteront pour le membre de HHK.

“Par exemple, Anush Adamian a apporté 14 voix, applaudissons Anush Adamian“, dit l’homme. “Comment Anush peut-elle apporter autant de votes alors qu’Ashot Aghakhanian ne le peut pas ?“

“Pourquoi n’avez-vous pas apporté des votes ? Vous ne voulez pas ? Si vous nous traitez de cette façon, nous vous traiterons cinq fois plus mal “, menace l’homme.

Il poursuit en louant une autre femme, Irina Nazarian, qui, selon lui, a promis à Sargsian 44 votes et qui sera récompensée généreusement. “Vous obtiendrez des billets pour Paris, vous irez, vous vous amuserez beaucoup, puis vous reviendrez et une position plus importante vous attendra. D’accord ?“

Le Bureau du Procureur général a déclaré vendredi qu’il « examinait » l’enregistrement audio de 40 minutes qui a été rapidement diffusé par les médias arméniens et les utilisateurs des réseaux sociaux. Même avant que cet enregistrement n’émerge, le HHK faisait face à de nombreuses accusations de l’opposition et des médias sur des fraudes élections.

Sargsian, qui a réussi à se faire réélire dans une circonscription d’Erevan, n’a pas commenté l’enregistrement embarrassant. L’homme d’affaires de 43 ans occupe un siège au Parlement arménien depuis 2004. Il n’a pas fait de déclarations publiques au Parlement depuis au moins cinq ans.

Sargsian et d’autres candidats riches du HHK ont déjà fait face aux allégations médiatiques selon lesquelles ils harcèlent leurs travailleurs.

Le leader parlementaire du HHK, Vahram Baghdasarian, a réagi avec précaution au scandale. Il a déclaré que les organes chargés de l’application de la loi devraient déterminer si l’audio est authentique et, dans l’affirmative, si Sargsian était au courant de la réunion.

“Les journalistes et les forces politiques sont tout à fait inventifs de nos jours“, a commenté Baghdasarian. “C’est peut-être une stratagème. Mais je n’exclut rien. Nous aborderons ce sujet après les examens approfondis.“

Au moins un groupe d’opposition, l’alliance Congrès-HZhK, s’est saisi de l’enregistrement comme preuve supplémentaire que le parti au pouvoir a utilisé illégalement ses leviers administratifs et financiers pour gagner les élections du 2 avril. Aram Manukian de ce parti a affirmé que l’alliance utilisera l’audio dans son appel à la Cour constitutionnelle visant à annuler les résultats officiels des votes.

Dans leur rapport préliminaire sur les élections publiés le 3 avril, les observateurs européens ont cité “des informations crédibles sur l’achat de vote et la pression sur les fonctionnaires et les employés des entreprises privées“.

posté le 17 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



JUSTICE
Le HHK se défend d’être à l’initiative de la plainte des 30 directeurs d’école

Le parti républicain (HHK) a déclaré hier qu’il n’était pas à l’initiative de la plainte contre un groupe de la société civile qui a été déposée par les directeurs de 30 écoles publiques et maternelles.

Les militants de l’Union des citoyens informés (UCI) se sont faits passer comme des représentants de HHK en téléphonant à 136 directeurs d’écoles et maternelles à travers l’Arménie. La grande majorité d’entre eux ont accepté d’établir des listes de parents d’élèves ainsi que des enseignants et des membres du personnel de maternelle qui se sont engagés à voter pour le HHK.

L’UCI a déclaré que les listes étaient soumises à des organismes gouvernementaux locaux ou à des bureaux de campagne du HHK. Il a également diffusé l’enregistrement audio de ces conversations téléphoniques.

L’opposition arménienne et les groupes civiques ont dépeint ces révélations comme une preuve supplémentaire de l’utilisation illégale des ressources administratives par le parti au pouvoir lors de la campagne parlementaire.

Les directeurs d’école et de maternelle ont intenté en justice l’UCI et son membre le plus important, Daniel Ioannisian, plus tôt cette semaine. Ils réclament des excuses formelles et un total de 60 millions de drams (124 000 $) en dommages et intérêts.

Armen Ashotian, vice-président de HHK, a défendu cette action en justice, disant que les responsables de l’éducation publique ont le droit de se défendre contre ce qu’il appelle « l’agression de l’information ». Mais Ashotian a rejeté les revendications des militants civiques selon lesquelles son parti est à la manoeuvre de ce procès.

“Si les militants des droits de l’homme soutiennent leur collègue, il est également naturel que notre parti soutienne ses membres qui pensent que leurs droits ont été violés“, a-t-il déclaré. “Mais ce soutien est purement moral. Il n’entrera pas dans le domaine des actions politiques ou des interférences illégales. Ces gens eux-mêmes ont décidé de traîner l’UCI devant les tribunaux.“

Ashotian a également rejeté les arguments selon lesquels les tribunaux arméniens ne rendraient pas de verdicts équitables sur l’affaire parce qu’ils contestent rarement le gouvernement. “Le système judiciaire subit également des changements et des transformations“, a t-il affirmé.

posté le 13 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Le parti républicain envisage-t-il une coalition avec Gagik Tsaroukian ?

Le parti républicain (HHK) a refusé de clarifier vendredi s’il envisageait un accord de partage du pouvoir avec l’alliance de l’homme d’affaire Gagik Tsaroukian, qui est arrivé à la deuxième place lors des élections législatives du 2 avril.

Le porte-parole de HHK, Eduard Sharmazanov, a déclaré que l’organe directeur du parti n’a pas discuté des coalitions possibles lors de sa dernière réunion qui s’est tenue jeudi. “Nous avons toujours le temps“, a-t-il rappelé. “Nous ne devrions pas nous éloigner de notre agenda. Nous allons en discuter quand le moment sera venu. “

“La question de la formation d’une coalition avec le Bloc Tsaroukian ne figure pas actuellement sur l’agenda du Parti républicain“, a-t-il précisé.

Sharmazanov n’a pas nié ni confirmé les affirmations des médias selon lesquelles le président Serge Sarkissian et Tsarukian se seraient rencontrés en début de semaine dernière. “Je ne peux pas dire s’il y a eu une telle entrevue parce que je ne le sais pas“, a-t-il assuré.

Le bloc Tsaroukian n’a pas rendu public ses prochaines démarches politiques dans un communiqué publié lundi dernier. Aucun de ses dirigeants n’a fait de déclarations publiques depuis.

Le BHK de Tsaroukian, la force dominante du bloc, faisait partie du gouvernement Sarkissian entre 2008 et 2012. Il s’est retiré de la coalition au pouvoir au milieu des tensions croissantes avec le président qui a culminé dans une confrontation amère entre les deux hommes il y a deux ans. Tsaroukian s’était retiré de la politique à ce moment-là.

Tsaroukian a annoncé son retour dans l’arène politique en janvier, alimentant la spéculation médiatique sur le fait que son retour était le résultat d’un accord secret avec Sarkissian. Les représentants de BHK ont nié cela.

Selon les résultats officiels des élections, le HHK a remporté un peu plus de 49 % des suffrages et contrôlera la majorité des sièges dans le nouveau Parlement. Le bloc Tsaroukian a terminé deuxième avec 27 %.

“Il y a deux options“, a expliqué Sharmazanov. “La première est que le Parti républicain forme le gouvernement à lui seul - et il a le mandat pour le faire. La deuxième option est un gouvernement de coalition avec une responsabilité partagée. Mais nous en discuterons.“

Il a également indiqué que la HHK s’attend à étendre son accord de partage du pouvoir avec la Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun), qui est représentée dans le gouvernement actuel par trois ministres. Les résultats officiels ont montré que la FRA remportait 6,6 % des suffrages.

posté le 10 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Le HHK assure que les pots-de-vin n’ont pas eu d’incidence sur les résultats

Le parti républicain de l’Arménie (HHK) a reconnu hier que des pots-de-vin ont été distribués pendant les élections législatives du week-end dernier, mais il a tenu à insister sur le fait que cela n’avait pas eu une incidence significative sur les résultats du vote.

Eduard Sharmazanov, porte-parole du HHK, a rappelé que les États-Unis et l’Union européenne ont jugé largement positivement la conduite des élections. “Aucun vote n’a été volé“, a-t-il déclaré.

Interrogé sur les rapports qui soulignent qu’il y a eu des achats de votes avant les élections, Sharmazanov a rétorqué : “Je ne peux pas exclure cela, puisque tout le monde en parle. Je ne viens pas de la Lune. Je ne serai pas une personne honnête si je disais que rien ne s’était passé. Si tout le monde le dit, c’est qu’il y a une certaine vérité“.

L’homme politique a toutefois insisté sur le fait que la pratique illégale n’avait pas eu d’impact substantiel sur les résultats des élections, qui ont donné une victoire écrasante au HHK.

“Pour la première fois depuis 10 à 15 ans, les gens ne sont pas descendu dans la rue pour protester contre les résultats des élections“, a souligné Sharmazanov. “Cela signifie que la population accepte les résultats. C’est une élection légitime. “

Dans leur rapport préliminaire publié lundi, les observateurs occidentaux déployés pour la plupart par l’OSCE ont assuré que “les libertés fondamentales avaient été généralement respectées“. Le vote de dimanche a été « entaché par des informations crédibles sur l’achat de vote et la pression sur les fonctionnaires et les employés des entreprises privées ». Mais ils n’ont pas signalé de cas importants de vote multiple ou de remplissage des urnes.

Les États-Unis et l’UE ont fait écho aux résultats de la mission dirigée par l’OSCE, tout en faisant preuve de prudence sur la conduite générale des sondages. La chef de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, a déclaré par le biais d’un de ses porte-paroles que les résultats officiels reflétaient “la volonté globale du peuple arménien“.

Les partis et les blocs d’opposition arméniens pensent que le HHK a conservé son contrôle du Parlement grâce à l’achat de votes et à l’abus de ressources gouvernementales. Mais aucun d’entre eux n’a demandé à ses partisans de se rendre dans les rues.

posté le 6 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ELECTIONS LEGISLATIVES
Un journaliste pris à partie dans un bureau de campagne du HHK

Un correspondant du service arménien de RFE / RL aurait été attaqué dimanche par les loyalistes du gouvernement à Erevan, alors qu’il été en train de couvrir les élections législatives de l’Arménie.

L’incident s’est produit après que le journaliste, Sisak Gabrielian, a remarqué que de nombreux électeurs du quartier de Kond d’Erevan se rendaient dans un bureau de campagne local du parti républicain (HHK) juste avant d’entrer dans un bureau de vote voisin et de voter. Certains d’entre eux avaient de l’argent dans leurs mains alors qu’ils quittaient le bureau de campagne.

Gabrielian est entré dans le bureau de campagne et a demandé à des jeunes de commenter cette observation. Ils ont affirmé qu’ils « paient des salaires ».

Gabrielian a vu de longues listes de personnes placées sur le bureau. Les listes contiennent leur numéro de passeport, leur adresse et leur signature.

“Vous entravez notre travail“, a regretté un jeune homme. “Vous ne nous laissez pas payer le salaire de ces gens.“ Il a affirmé que l’argent est versé aux « travailleurs de la campagne du HHK ».

Les militants de la HHK ont ensuite forcé Gabrielian à quitter le bureau. Certains d’entre eux lui ont arraché son téléphone portable alors qu’il enregistrait la conversation et l’ont frappé. Gabrielian a eu une légère blessure au visage.

Un autre journaliste a été attaqué par un groupe de femmes en colère à l’extérieur du bureau du HHK à Kond quand elle a commencé à filmer des personnes qui s’y rendaient.

Le Bureau du Procureur général d’Arménie a réagi rapidement à l’incident en disant qu’il y a « urgence » à charger la police d’enquêter.

Le porte-parole de HHK, Eduard Sharmazanov, a déploré cette violence. Il a déclaré que tout obstacle au travail des journalistes est « inacceptable » pour le parti au pouvoir.

Pour sa part, Hakob Beglarian, candidat du HHK dont la circonscription englobant Kond, a nié toute responsabilité dans ces attaques. “Il n’y a eu aucun incident dans notre bureau de campagne“, a-t-il assuré dans un communiqué. “Les bagarres signalées ont eu lieu en dehors du bureau, entre des journalistes et des citoyens“.

posté le 3 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200