Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Parti républicain


ARMENIE
Des membres du HHK s’opposent à l’idée d’élections anticipées

De hauts responsables du Parti républicain (HHK) de l’ancien président Serge Sarkissian, qui détiennent la majorité des sièges au Parlement, se sont prononcés hier contre les nouvelles élections parlementaires souhaitées par le Premier ministre Nikol Pashinian et ses alliés politiques.

Pashinian a appelé à de telles élections immédiatement après que des dizaines de milliers de ses partisans manifestant dans les rues d’Erevan ont forcé Sarkissian à démissionner le 23 avril. Il a déclaré mardi qu’il s’attendait à ce qu’elles se tiennent d’ici la fin de l’année.

Cependant, Eduard Sharmazanov, porte-parole du HHK et vice-président du Parlement, a déclaré que tout discours sur des élections instantanées est prématuré. “Les élections législatives anticipées sont appelées en cas de crise politique, lorsque le gouvernement est confronté à des obstacles insurmontables à la mise en œuvre de ses programmes“, a commenté M. Sharmazanov.

“Nous avons dit à plusieurs reprises que nous n’allions pas entraver artificiellement le travail du gouvernement de Pachinian“, a-t-il rappelé. Il a également fait valoir que Pashinian lui-même n’est pas pressé qu’aient lieu ces élections dans les prochains mois.

Gevorg Kostanian, président d’un comité parlementaire clé représentant également le HHK, s’est aussi opposé à une dissolution anticipée de l’Assemblée nationale. “Si la situation politique est telle que les actions du gouvernement et de l’opposition visent uniquement le bien-être du pays, alors je suis profondément convaincu qu’il n’y a pas besoin de nouvelles élections“, a t-il souligné.

L’idée d’élections anticipées est soutenue non seulement par l’alliance de Pashinian Yelk mais aussi par les deux autres factions minoritaires parlementaires : le Bloc Tsaroukian et la Fédération Révolutionnaire Arménienne (Dashnaktsutyun). Les deux groupes ont reçu des postes ministériels dans le nouveau gouvernement dirigé par le leader de la protestation.

Naira Zohrabian, membre éminent du Bloc Tsaroukian, a insisté sur le fait que le Parlement actuel a perdu sa légitimité à la suite de la “révolution de velours“ démocratique. Pashinian a donc raison de soutenir la tenue d’élections cette année, selon elle.

Zohrabian a affirmé que le HHK est réticent à accepter les élections parce qu’il sait qu’il subira une défaite écrasante. “Si les deux outils principaux - ressources administratives et argent - ne sont pas utilisés, alors je pense que seuls ceux qui se considèrent comme membres idéologiques voteront pour les républicains“, a t-elle prétendu. “Nous comprenons donc tous que leur nombre sera très petit.“

Comme l’alliance Yelk de Pashinian et le Dashnaktsutyun, le bloc dirigé par l’homme d’affaires Gagik Tsaroukian estime que le Parlement doit déclencher des élections anticipées après avoir amendé le code électoral arménien. Plusieurs dispositions du code ont largement contribué à la victoire du HHK aux dernières élections d’avril 2017.

Selon la Constitution arménienne, des élections générales anticipées devront être déclenchées si le Premier ministre démissionne et si le Parlement échoue à deux reprises à élire un nouveau Premier ministre ou si le programme politique du gouvernement n’est pas approuvé par la plupart des députés.

posté le 17 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COHABITATION
Vigen Sargsian met en garde contre de possibles futurs troubles en Arménie

Les manifestations massives qui ont abouti au changement de gouvernement n’étaient pas une révolution démocratique et pourraient créer plus de problèmes pour le pays, a craint hier le ministre sortant de la Défense, Vigen Sargsian.

“Je ne considère pas ce qui s’est passé comme une révolution parce que la révolution signifie un changement de l’ordre juridique de l’Etat“, a commenté Sargsian lors d’une conférence de presse de fin de mandat à Erevan. “Ce qui s’est passé dans notre pays a été un changement de gouvernement : le représentant d’une faction parlementaire a remplacé le représentant d’une autre au poste de Premier ministre.“

“Ce que nous avons maintenant est un modèle incompréhensible au sens juridique“, a-t-il asséné. “Nous avons une majorité parlementaire et un Premier ministre représentant la minorité parlementaire, ce qui comporte de nombreux dangers“.

“Que signifie une telle situation ? Cela signifie que chaque fois qu’une décision de la majorité sera défavorable au Premier ministre et au gouvernement minoritaire, les gens descendront dans la rue et feront pression sur les députés pour qu’ils votent contre leur volonté. C’est tout sauf la démocratie. “

Sargsian a remis sa démission quelques heures après l’élection au poste de Premier ministre du chef de la protestation par le Parlement arménien, Nikol Pashinian.

L’alliance de l’opposition Yelk, dont Pashinian est un membre éminent, n’a que 9 sièges dans l’Assemblée nationale qui en compte 105. Le nouveau Premier ministre est également soutenu par l’alliance de l’homme d’affaires Gagik Tsarukian et la Fédération révolutionnaire arménienne, qui détiennent 38 autres sièges à eux deux.

Pashinian a réaffirmé mardi son intention de faire en sorte qu’il y ait de nouvelles élections législatives, sans avancer de dates possibles.

Sargsian a déclaré que la conduite d’élections exigera “un accord mutuel entre tous les acteurs politiques“.

Sargsian a également affirmé qu’il resterait dans “le champ politique“ après avoir quitté son poste. Il n’a toutefois pas précisé s’il participerait activement aux activités du HHK. L’homme de 42 ans était à la tête de la liste des candidats du HHK aux élections législatives d’avril 2017 remportées par le parti.

Sargsian a travaillé comme chef de l’équipe présidentielle avant d’être nommé ministre de la Défense en octobre 2016. Il était largement considéré comme le successeur potentiel de Serge Sarkissian.

Sargsian a défendu son bilan lorsqu’il a annoncé sa démission suite à une réunion avec Pashinian qui s’est tenue en fin de journée mardi. “Je suis fier de remettre une armée plus efficace et prête au combat à mon successeur“, s’est-il félicité dans un communiqué.

Sargsian est titulaire d’une maîtrise de l’École de droit et de la diplomatie américaine Fletcher. Il a enseigné les relations internationales et l’administration publique à l’Université américaine d’Arménie de 2001 à 2011.

posté le 10 mai 2018 par Claire/armenews


ARMENIE
Karen Karapetian appelle à la tenue de discussions multipartites

Le Premier ministre par intérim, Karen Karapetian, a appelé les principaux groupes politiques arméniens à entamer des négociations urgentes pour mettre fin à la tourmente politique qui a paralysé certaines régions du pays mercredi.

“Je lance un appel à toutes les forces politiques pour qu’elles fassent preuve de [bonne] volonté, de détermination et de souplesse, et s’assoient à une table [de négociation], peut-on lire dans un communiqué de Karen Karapetian. Nous réalisons tous que nous avons besoin de solutions rapides, civilisées et réalisables pour surmonter la crise politique, aussi difficile soit-elle.“

“Un Premier ministre ne peut être élu qu’au Parlement par des moyens constitutionnels. Il n’existe aucune autre solution, ni en théorie ni en pratique“, a-t-il ajouté, faisant clairement allusion au leader de l’opposition, Nikol Pachinian.

Pachinian a exhorté ses partisans à reprendre les manifestations à l’échelle nationale mardi soir après que le Parlement arménien a refusé de le désigner Premier ministre. Des dizaines de partisans ont bloqué les rues et les routes à travers le pays dès le lendemain matin.

Karapetian n’a pas dit si le Parti républicain (HHK) au pouvoir, dont fait partie le premier vice-président, est prêt à faire des concessions majeures à Pachinian.

Parlant peu après le vote du Parlement mardi, Pachinian a qualifié le HHK de “cadavre politique“ et a ajouté qu’il ne négocierait que sur ses “funérailles“. Il a de nouveau exigé un “transfert de pouvoir“ complet à son mouvement d’opposition.

Le Premier ministre par intérim et le chef de la protestation devaient se rencontrer deux fois la semaine dernière. Les discussions n’ont pas eu lieu à cause du rejet de Karapetian des conditions préalables fixées par Pachinian.

Le Parlement doit se réunir à nouveau et essayer d’élire un Premier ministre le 8 mai. Un autre échec à choisir un remplaçant pour Serge Sarkissian conduirait à sa dissolution et à la tenue de nouvelles élections parlementaires.

On ne sait pas encore si le HHK s’abstiendra de présenter son propre candidat au poste de Premier ministre, préparant ainsi le terrain pour des élections rapides.

Dans le même temps, le président Armen Sarkissian a “profondément regretté“ la persistance de la crise et a exhorté les factions arméniennes à “poursuivre les consultations“ dans les jours à venir. Armen Sarkissian avait déjà essayé de faciliter de telles discussions la semaine dernière.

posté le 3 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



VOTE DE 8 MAI
Le HHK ne présentera pas de candidat, et n’empêchera pas Pachinian de devenir Premier ministre

Le parti républicain (HHK) a indiqué mercredi qu’il n’empêcherait pas le leader de l’opposition, Nikol Pashinian, de devenir Premier ministre arménien lorsque le Parlement discutera à nouveau de sa candidature le 8 mai.

La faction parlementaire du HHK a déclaré qu’elle s’abstiendrait à nouveau de nommer un candidat au poste de Premier ministre et qu’elle « aiderait » plutôt un autre candidat, soutenu par au moins un tiers des députés du Parlement, à occuper le poste le plus élevé du pays.

Cette annonce fait suite à une réunion entre les députés du HHK et l’ancien Premier ministre Serge Sarkissian, qui s’est tenue au siège du Parlement à Erevan. Il est intervenu le lendemain du jour où 56 des 105 membres de l’Assemblée nationale, tous affiliés au HHK, ont voté contre le fait que Pashinian devienne Premier ministre.

Cette décision du HHK ouvre la voie à Pachinian, alors que la deuxième plus grande faction du Parlement dirigée par l’homme d’affaires Gagik Tsarukian a déclaré qu’elle continuait à soutenir Pachinian.

“Nous continuons de soutenir le candidat du peuple“, a déclaré M. Tsarukian à la presse alors que Pachinian et lui sortaient d’un hôtel d’Erevan situé sur la place de la République, le lieu principal de grands rassemblements organisés par le chef de l’opposition. Il a insisté sur le fait que l’arrivée au pouvoir de Pachinian officialiserait « la victoire du peuple ».

JPEG - 221.4 ko

Le Bloc Tsarukian détient 31 sièges. Pachinian est également soutenu par l’alliance Yelk et la Fédération révolutionnaire arménienne, qui contrôle 16 autres sièges.

Au total, 45 députés ont voté pour Pachinian à la fin du long débat parlementaire de mardi, au cours duquel les législateurs du HHK ont remis en question l’aptitude du leader de la protestation de 42 ans à diriger le pays. Ils ont affirmé, en particulier, qu’il ne ferait pas un fort commandant en chef des forces armées arméniennes.

Le refus du Parlement d’installer Pashinian en tant que Premier ministre l’a amené à exhorter ses partisans à élargir leurs actions de « désobéissance civile ». Des dizaines d’entre eux ont bloqué de nombreuses rues d’Erevan et des autoroutes menant à la capitale mercredi matin, paralysant une grande partie de l’Arménie.

Le ministre arménien de la Culture, Armen Amirian, a démissionné plus tard dans la journée. Il n’a donné aucune raison à cela.

“La République d’Arménie aura un Premier ministre constitutionnellement élu le 8 mai“, a déclaré le porte-parole du chef du parti, Vahram Baghdasarian, aux journalistes.

“Le HHK ne désignera pas de candidat au poste de Premier ministre“, a-t-il ajouté. “Le HHK aidera le candidat à être nommé par un tiers du Parlement pour devenir Premier ministre.“

La déclaration attribuait le revirement à la nécessité de « remettre immédiatement le pays sur une voie stable ». Il a exhorté le mouvement dirigé par Pachinian à débloquer les rues et les routes et à mettre fin à la « propagande d’intolérance ».

Le communiqué précise également que Pachinian a échoué à répondre aux préoccupations les plus importantes qui ont été soulevées par les députés du HHK lors du débat parlementaire de mardi. “Ces questions sont cruciales non pas pour le HHK, mais pour l’avenir même de notre pays“, a-t-il assuré.

Pashinian, quant à lui, a déclaré que son arrivée au pouvoir est maintenant “pratiquement“ une conclusion logique, alors qu’il s’adressait à des dizaines de milliers de partisans qui ont de nouveau rempli la Place de la République d’Erevan mercredi soir.

JPEG - 210.5 ko

“Le peuple d’Arménie a gagné et il continuera à gagner à partir de maintenant“, a-t-il crié à la foule qui a scandé à plusieurs reprises “Victoire !“ Et “Nikol Premier ministre !“

Citant la déclaration de HHK, Pachinian a exhorté ses partisans à cesser de bloquer les rues et d’organiser d’autres manifestations pour le moment.

posté le 3 mai 2018 par Claire/armenews


ARMENIE
Nikol Pachinian n’a pas été élu Premier ministre

Le Parlement arménien n’a pas élu au poste de Premier ministre Nikol Pashinian, lors de son vote hier, en dépit de ses avertissements concernant la poursuite des troubles dans le pays.

Pashinian a été soutenu par seulement 45 membres de l’Assemblée nationale qui en compte 105, et ce suite à un débat long et houleux sur sa tentative de succéder à Serge Sarkissian en tant que Premier ministre. Il avait besoin d’au moins 53 votes.

Cinquante-six députés représentant le Parti républicain (HHK) de Sarkissian ont voté contre, conformément à une décision annoncée par les dirigeants du HHK peu de temps avant le vote. Les dirigeants de HHK ont déclaré au cours du débat que Pashinian n’est pas apte à gouverner le pays. Ils ont également souligné son manque d’expérience gouvernementale et ont mis en doute sa capacité à servir en tant que commandant en chef des forces armées arméniennes.

Plusieurs députés du HHK ont également souligné les dures critiques passées de Pashinian sur l’adhésion de l’Arménie à l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie et à l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC). Ils ont affirmé que l’Arménie pourrait se retrouver en désaccord avec la Russie s’il était au pouvoir.

Vahram Baghdasarian, chef parlementaire du HHK, a affirmé que le mandat de Pashinian serait lourd de « conséquences destructrices » et de « dangers fatidiques » pour le pays. Il a également déclaré que la démission de Sarkissian le 23 avril était une réponse suffisante aux protestations de rue massives lancées par Pashinian.

“J’espérais entendre un discours conceptuel d’un candidat au poste de Premier ministre, mais j’ai assisté à un discours qui ne faisait que flatter les oreilles des gens et ne reposait pas sur un programme“, a regretté Edouard Sharmazanov, vice-président du Parlement. “M. Pashinian, vous ne m’avez pas convaincu. Je ne vous vois pas en tant que commandant en chef. “

Pashinian a essayé en vain de gagner à sa cause au moins quelques membres de la majorité de HHK quand il a donné deux fois des discours au Parlement et a répondu aux questions d’une quinzaine de députés. En fin de compte, seul un député HHK, Felix Tsolakian, a voté pour lui.

Les députés pro-Pashinian étaient des députés affiliés à l’alliance d’opposition Yelk, au bloc de Gagik Tsarukian et à la Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun). Un des sept députés de Dashnaktsutyun, Aghvan Vartanian, a refusé de soutenir le candidat de l’opposition, défiant la décision prise par son parti. Vartanian a déclaré qu’il était prêt à démissionner du Parlement en conséquence.

Pashinian a averti avant le vote que l’incapacité du Parlement à le choisir comme Premier ministre signifierait que le parti au pouvoir s’est “détruit immédiatement et irréversiblement.“ Il a également dit que la pleine victoire de son mouvement populaire est inévitable.

“Une force déclarant une guerre à son propre peuple ne peut pas exister et ce que nous voyons n’est pas le HHK ou sa faction parlementaire mais un fantôme“, a-t-il commenté. Il a fermement condamné les allégations de HHK selon lesquelles son poste de Premier ministre nuirait aux relations russo-arméniennes et augmenterait le risque d’une guerre avec l’Azerbaïdjan.

Le résultat du vote du Parlement signifie que l’Assemblée nationale devra se réunir à nouveau le 8 mai pour un autre débat sur le prochain Premier ministre. Selon la Constitution arménienne, la législature sera automatiquement dissoute et de nouvelles élections seront déclenchées si elle ne choisit pas de nouveau le Premier ministre.

Le vote a eu lieu alors que des dizaines de milliers de partisans pro-Pashinian se sont rassemblés à nouveau sur la place de la République d’Erevan. Le chef de l’opposition s’est adressé à eux plus tard dans la soirée, qualifiant le HHK de « cadavre politique » et déclarant que de nouvelles négociations avec le parti au pouvoir ne pouvaient porter que sur ses « funérailles politiques ».

“Nous devons aller de l’avant pour libérer même les plus endroits les reculés de notre patrie“, a-t-il lancé. “Il n’y a pas de force en Arménie qui puisse résister.“

Pashinian a exhorté ses partisans à bloquer à nouveau les rues et les routes à travers le pays à partir de mercredi matin. Il a également appelé à une grève générale et un boycott des classes universitaires et scolaires.

posté le 2 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Le parti républicain ne présentera pas de candidat au poste de Premier ministre

Cédant aux pressions du leader de l’opposition Nikol Pashinian, le Parti républicain (HHK), au pouvoir, a annoncé samedi qu’il ne nommerait pas Karen Karapetian ni aucun autre candidat au poste vacant de Premier ministre du pays.

Le Parlement arménien devrait choisir le prochain Premier ministre le 1er mai, une semaine après que le Premier ministre Serge Sarkissian a démissionné au milieu de protestations de rue massives organisées par Pachinian.

“Nous ne proposerons pas de candidat“, a déclaré le porte-parole du HHK, Eduard Sharmazanov, lors d’une conférence de presse.

“Pour qui allons-nous voter ? Cela dépend de qui sera candidat et des programmes qu’ils proposeront », a-t-il ajouté.

M. Sharmazanov a attribué la décision à “de nouvelles réalités politiques“. Il a assuré que le HHK était soucieux d’éviter une instabilité persistante en Arménie qui serait une menace sérieuse pour sa sécurité nationale.

Jusqu’à présent, seul Pashinian a exprimé son intention de se présenter comme Premier ministre. Il a exhorté les Arméniens à continuer de manifester à l’appui de sa candidature.

Le HHK détient 58 sièges au Parlement arménien qui en compte 105.

La décision du HHK a été annoncée alors que Pachinian s’adressait à des milliers de partisans rassemblés à Vanadzor, la troisième plus grande ville d’Arménie, à 115 kilomètres au nord d’Erevan. Il a qualifié le mouvement de “pas mal“, mais a déclaré que le parti au pouvoir devait aller plus loin et aider à l’installer comme Premier ministre par intérim avant d’organiser des élections générales anticipées. Il a souligné à plusieurs reprises que son poste de Premier ministre officialiserait la victoire de sa « révolution de velours » anti-gouvernement.

Plus tôt dans la journée, un haut responsable du HHK, Samvel Farmanian, a exhorté Pashinian à rencontrer la faction parlementaire du parti et à “expliquer pourquoi nous devrions voter pour vous.“ “Venez pour une discussion simple et humaine“.

“Laissez-nous discuter sans pathos des questions importantes concernant la défense, vos idées sur les concessions maximales dans les négociations [de paix] et comprendre pourquoi le mot “ stratégique “ est absent de votre rhétorique sur nos relations avec la Russie. Il y a beaucoup à clarifier. “

En attendant, Farmanian pense que le mouvement mené par Pashinian doit cesser de “terroriser“ les législateurs de HHK “sous l’apparence du lobbying public.“

Pashinian a semblé répondre à cet appel quand il a fait campagne dans sa ville natale, Ijevan, plus tard dans la matinée. Il a déclaré qu’il était prêt à rencontrer non seulement les députés HHK mais aussi tous les autres membres de l’Assemblée nationale.

Pendant ce temps, le président Armen Sarkissian a continué à essayer de désamorcer la grave crise politique à travers des consultations avec divers acteurs politiques. Sarkissian a rencontré Pashinian jeudi et a continué à tenir des discussions similaires avec Serge Sarkissian et le Premier ministre par intérim Karapetian.

Le service de presse présidentiel a qualifié les réunions de “constructives“. “Le président de la République espère qu’avec des efforts communs, il sera possible de trouver une solution mutuellement acceptable“.

posté le 30 avril 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Nikol Pashinian se dit confiant quant au fait de pouvoir devenir Premier ministre

Le leader de l’opposition, Nikol Pashinian, semblait confiant dimanche quant à ses chances de devenir le Premier ministre arménien après plus de deux semaines de manifestations anti-gouvernementales massives qu’il a organisées.

Pashinian a dit qu’il y a maintenant une “très forte probabilité“ que “au moins quelques députés“ du Parti républicain (HHK) au pouvoir votent pour lui quand l’Assemblée nationale choisira le prochain Premier ministre ce mardi.

“Cela signifie que nous avons une excellente occasion de transformer notre victoire, ce qui signifie que notre candidat sera élu Premier ministre“, a t-il déclaré à des milliers de sympathisants rassemblés à Erevan.

“Je suis prêt à assumer de manière responsable le poste de Premier ministre d’Arménie“, a-t-il affirmé.

Pashinian s’est adressé à la foule quelques heures après avoir rencontré Vahram Baghdasarian, le chef de la faction parlementaire du HHK, la plus importante de l’Assemblée nationale. Baghdasarian a confié après la réunion que lui et d’autres députés de HHK ne « bloqueront » pas la candidature de Pashinian si elle est formellement nommée par les trois autres forces politiques représentées au Parlement.

L’alliance d’opposition Yelk, le Bloc Tsarukian et la Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun) ont déjà approuvé la candidature de Pashinian pour le poste de direction du pays. Ils contrôlent ensemble 47 sièges au Parlement, contre 58 sièges détenus par le HHK.

La faction HHK doit officiellement annoncer sa position sur le prochain Premier ministre après avoir rencontré Pashinian lundi. Ce dernier a déclaré que ses partisans devraient par conséquent arrêter de bloquer les rues et les routes ou prendre d’autres mesures de « désobéissance civile » jusqu’à ce qu’il leur rende compte des résultats de la réunion.

Mais il a également mis en garde : “Ce n’est pas encore la fin de l’histoire et nous ne devons pas perdre notre vigilance.“

Plus tôt dans la journée, Pashinian a également rencontré une délégation de parlementaires russes, dirigée par Leonid Kalashnikov, président d’un comité de la Douma d’Etat sur les relations avec les anciennes Républiques soviétiques. Il a ajouté que la réunion s’est déroulée dans une “atmosphère très chaleureuse“ et que ses participants se sont séparé en tant “qu’amis“.

Au cours de sa campagne inédite, Pashinian a clamé à plusieurs reprises qu’il ne prévoit aucun changement majeur de la politique étrangère arménienne. En particulier, il a écarté le retrait de l’Arménie de l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie et de l’Union économique eurasienne (UEE).

Pashinian s’est opposé à l’adhésion de l’Arménie à l’UEE aussi récemment qu’en octobre de l’année dernière, en disant qu’elle a infligé des « coups très sérieux » à la souveraineté de son pays.

posté le 30 avril 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Le parti républicain ne s’opposera pas à l’élection de Pashinian au poste de Premier ministre

Un membre éminent du Parti républicain d’Arménie (HHK), au pouvoir, a déclaré dimanche qu’il n’essaierait pas d’empêcher le candidat commun des trois autres forces parlementaires de devenir le nouveau Premier ministre du pays.

Vahram Baghdasarian, qui dirige la faction HHK au Parlement, l’a clairement indiqué après sa rencontre avec le leader de l’opposition Nikol Pashinian, principal organisateur des manifestations nationales qui ont abouti à la démission du Premier ministre Serge Sarkissian.

“Si les trois autres forces politiques représentées à l’Assemblée nationale ont un candidat commun, nous ne bloquerons pas ce candidat qu’ils appellent le candidat du peuple“, a déclaré Baghdasarian aux journalistes. Les députés du HHK ne boycotteront pas la session de mardi du Parlement qui doit élire le prochain Premier ministre, a-t-il précisé.

Pashinian a révélé avoir reçu les mêmes assurances de Baghdasarian lors de leur réunion. Il a affirmé que la faction HHK, qui contrôle 58 des 105 sièges du Parlement, est “prédisposée“ à le laisser devenir Premier ministre.

La position annoncée par Baghdasarian doit encore être officialisée par la plus grande faction parlementaire. Pashinian a annoncé qu’il rencontrerait les législateurs de HHK plus tard dans la journée ou lundi.

La candidature de Pashinian a été approuvée non seulement par son alliance Yelk, mais aussi par le bloc de Gagik Tsarukian et la Fédération Révolutionnaire Arménienne (Dashnaktsutyun). Les trois forces occupent un total de 47 sièges parlementaires, ce qui signifie que le leader de l’opposition doit également être soutenu par au moins six parlementaires HHK s’il veut succéder à Sarkissian en tant que Premier ministre.

Pashinian a réaffirmé samedi son désir de devenir Premier ministre par intérim, avant l’organisation de nouvelles élections. Il s’est dit prêt à discuter des dates possibles pour de telles élections avec le HHK et les autres forces parlementaires.

L’homme de 42 ans a de nouveau refusé de faire la lumière sur la composition de son futur cabinet. Il a souligné seulement qu’une fois en poste, il s’efforcera de constitué un cabinet dans une “atmosphère d’accord national et de solidarité.“

posté le 30 avril 2018 par Claire/armenews


MANIFESTATIONS A EREVAN
Le parti au pouvoir propose un « dialogue » à Nikol Pachinian

Le parti républicain (HHK) a appelé hier le leader de l’opposition, Nikol Pachinian, à mettre fin à ses rassemblements à Erevan et à entamer un “dialogue“ avec le gouvernement.

Le porte-parole du HHK, Eduard Sharmazanov, a expliqué que Pachinian n’allait pas forcer le Premier ministre nouvellement installé Serge Sarkissian à démissionner et que ses “actions extrêmes“ pourraient entraîner un bain de sang.

“C’est une très lourde responsabilité, a temporisé M. Sharmazanov. C’est pourquoi j’appelle au dialogue et à la solidarité“. Avant de poursuivre : “Que vous appréciez ou que vous détestiez Sharmazanov, moi je vous apprécie tous“, s’adressant à Pashinian et ses partisans, pour la plupart jeunes, qui manifestaient à Erevan et dans d’autres parties du pays.

“Le dialogue [politique] a lieu au Parlement, a rappelé M. Sharmazanov. Nous avons été témoins dans l’Hémicycle d’un bel exemple de dialogue.“

Le responsable s’est référé à des échanges verbaux entre Sarkissian et plusieurs députés de l’alliance d’opposition Yelk lors de la session de mardi du Parlement alors qu’avait lieu le vote pour l’élection du nouveau Premier ministre. Tout en refusant de rejoindre la campagne anti-Sarkissian de Pachinian, ces législateurs ont critiqué l’ancien-président et ont voté contre son maintien au pouvoir. Serge Sarkissian les a alors exhortés à “ramener vos alliés de la rue au parlement“.

Pachinian et trois membres de son parti de Contrat civil ont été élus députés sous l’étiquette de Yelk. Ils ont tous boycotté la session parlementaire de mardi.

Pachinian a ignoré la requête de Sharmazanov alors que des centaines de ses partisans continuaient à défiler dans le centre d’Erevan. “Quel dialogue est possible après tout cela ?“, s’est-il demandé, pointant trois ministères du gouvernement entourés par les manifestants.

Le politicien de l’opposition a fait appel aux membres du personnel du ministère à travers un mégaphone, leur disant qu’ils devraient également descendre dans la rue et « exercer leurs droits ». Pachinian et ses partisans ont ensuite scandé le principal slogan des manifestations : « Faites un pas, rejetez Serge ! ».

M. Sharmazanov pense que les manifestations devaient prendre fin parce que le parti républicain leur “tendait la main“. Pachinian ne peut “exploiter sans cesse la patience des autorités“ et demander “la retenue exceptionnelle“ de la police, a-t-il dit.

En particulier, le porte-parole du parti au pouvoir a souligné que plusieurs jeunes hommes ont brisé des feux de circulation et lancé des pierres sur une voiture de police dans le centre-ville d’Erevan, dans la nuit de mardi à mercredi.

Pachinian a rapidement nié toute responsabilité pour ce qu’il a appelé une “provocation“ de la part du HHK visant à discréditer son mouvement. Il a fait valoir que l’incident s’est produit après qu’il demande à ses partisans de rentrer chez eux, sans passer la nuit dehors.

posté le 19 avril 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200