Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
FRA-Dachnaksoutioun


ARMENIE
La FRA s’exprime au sujet de qui pourrait être PM en avril 2018

Un leader de la Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun) a félicité hier la politique menée par le Premier ministre Karen Karapetian, mais a refusé de préciser si le parti voudrait qu’il conserve son poste l’année prochaine.

“Les nouveautés qui ont commencé à être introduites par le Premier ministre ont besoin de temps, mais nous verrons leur impact dans nos vies“, a déclaré Armen Rustamian aux journalistes. “Le rythme du changement peut ne pas être satisfaisant, mais la direction adoptée par le gouvernement correspond à nos points de vue à 99%“.

Rustamian n’a pas précisé si cela signifiait que la FRA veut que Karapetian reste Premier ministre après que la fin du mandat du président Serge Sarkissian en avril prochain. “Pour nous, le principal, ce sont les orientations adoptées par le gouvernement“, a-t-il expliqué. “Elles ne sont pas liées à des individus“.

“Quant à savoir qui mettra en œuvre les programmes gouvernementaux, il est important pour nous qu’il puisse faire ce travail en y mettant tout son coeur. Mais il existe de nombreuses personnes de ce genre. Donc, c’est pour cela que les individus ne sont pas si importants pour nous“, a-t-il ajouté.

Rustamian a refusé de spéculer sur le fait que Sarkissian ferait un meilleur travail en tant que Premier ministre. “Le temps le dira“, a t-il lâché.

Sarkissian n’a toujours pas dit s’il envisageait de devenir Premier ministre après la fin de sa présidence de dix ans.

Un autre leader de Dashnaktsutyun, Aghvan Vartanian, a déclaré en juillet que des représentants de son parti espèrent discuter de la question avec le président bientôt. “Naturellement, la question de savoir qui sera Premier ministre est importante pour Dashnaktsutyun“, a convenu Vartanian.

La FRA est un partenaire du gouvernement de coalition de Sarkissian, occupant trois postes ministériels depuis 18 mois. Il a étendu son accord de partage de pouvoir avec Sarkissian et son Parti républicain d’Arménie (HHK) suite aux élections parlementaires qui se sont tenues en avril.

La FRA contrôle 7 sièges dans le Parlement de 105 membres, alors que le HHK en détient 58.

posté le 13 septembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Un ministre Dashnak nie l’existence de frictions avec Karen Karapetian

Le ministre de l’Environnement, Artsvik Minasian, l’un des trois membres du gouvernement représentant la Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun), a rejeté hier la nouvelle spéculation sur ses prétendues relations tendues avec le Premier ministre Karen Karapetian.

Peu de temps après avoir pris ses fonctions en septembre dernier, Karapetian a publiquement critiqué Minasian, qui était alors ministre de l’Economie, provoquant une critique sévère de la part d’un leader Dashnaktsutyun.

La spéculation des médias sur les tensions persistantes entre les deux hommes a été alimentée que par les deux incendies de forêt massifs de ce mois-ci, qui ont brûlé des centaines d’hectares de forêts dans le pays. Certains critiques couvrent de reproches le ministère de la Protection de l’environnement pour ces incendies, disant qu’il n’a pas pris les précautions nécessaires malgré un temps exceptionnellement chaud et sec.

Minasian a insisté sur le fait que son rapport avec Karapetian est « très normal » et « pas tendu », et que les déclarations critiques du Premier ministre ne sont que « naturelles ».

“Au contraire, ce serait mauvais si rien n’était dit et si toutes les discussions et les réunions du gouvernement n’étaient que de simples formalités“, a-t-il commenté. “Je pense que seul un débat sain peut produire la meilleure solution“.

En conséquence, le ministre a exclu la possibilité de démissionner. “Chaque fois que vous recevez et acceptez un poste politique, arrive le temps où vous le quitterez“, a-t-il expliqué. “Mais en ce moment, il n’y a pas de problème. J’ai aussi eu une discussion avec le Premier ministre. “

“Nous devons maintenant proposer une analyse de cette situation et de ces approches, y compris les changements que nous devons apporter“, a-t-il ajouté en parlant de mesures gouvernementales pour protéger les forêts arméniennes.

Minasian a également souligné qu’il occupe son « poste politique » à la suite d’un accord de partage du pouvoir entre la FRA et le président Serge Sarkissian, qui a commencé début 2016 et qui s’est prolongé peu de temps après les élections législatives d’avril 2017. Les deux autres membres du gouvernement affiliés à la FRA sont le ministre de l’Administration territoriale, Davit Lokian, et le ministre de l’Education, Levon Mkrtchian.

La FRA contrôle 7 sièges dans le Parlement arménien qui en comprend 105.

posté le 23 août 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
La FRA loue le programme politique du cabinet de Karen Karapetian

Un leader de la Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun) a été très élogieux hier sur le nouveau programme politique élaboré par le cabinet du Premier ministre Karen Karapetian suite aux récentes élections législatives.

Le programme a été soumis à l’Assemblée nationale et sera débattu par les députés plus tard ce mois-ci. Son approbation presque certaine constituerait un vote de confiance vis-à-vis du gouvernement qui n’a été que légèrement remanié suite aux élections du 2 avril gagnées par le parti républicain.

Aghvan Vartanian de la FRA a déclaré que lui et les six autres députés du Parlement représentant le parti pro-gouvernemental ont déjà lu le plan d’action proposé et sont très impressionnés par cela. “Il s’agit d’un programme très méticuleusement écrit avec un calendrier et des délais précis, ainsi qu’avec des objectifs sectoriels clairs“, a-t-il commenté.

Vartanian a ajouté que le programme encore non publié est « plus ambitieux » et établit des « objectifs plus sérieux » que des documents similaires présentés par les gouvernements arméniens par le passé.

Le programme précédent du gouvernement actuel approuvé par le Parlement en octobre promettait une lutte plus sévère contre la corruption, une meilleure administration fiscale et des « conditions égales » pour toutes les entreprises. Il décrivait la corruption comme étant « le plus grand obstacle au développement de l’État ».

Les hommes politiques de l’opposition avaient rejeté ce programme de réformes, qu’ils considéraient comme étant n’étant que de la publicité mensongère.

Vartanian a insisté sur le fait que le pays est entré dans une « période de changements qualitatifs ». « Dans tous les secteurs de l’économie, les fondations sont mises en place pour les changements », a-t-il assuré.

Karapetian exposera les priorités de son cabinet alors que l’incertitude persiste quant à son avenir politique. Le président Serge Sarkissian n’a pas encore précisé s’il envisageait de devenir Premier ministre, de remplacer Karapetian par quelqu’un d’autre ou de le garder à ce poste après la fin de son mandat en avril 2018.

Vartanian a refusé de préciser si son parti, représenté au gouvernement par trois ministres, souhaitait que Karapetian conserve son poste. “La FRA aimerait que les changements qui ont commencé soient complétés“, a-t-il simplement lâché. “Les individus en tant que tels ne sont pas importants. Mais les actions actuelles de Karen Karapetian satisfont totalement la FRA. “

posté le 15 juin 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
La FRA n’est pas opposée aux réformes anti-corruption

La FRA (Dashnaktsutyun) a insisté vendredi sur le fait qu’un député parlementaire représentant le parti pro-gouvernemental a été mal compris par les médias lorsqu’il s’est opposé à l’introduction d’un cadre juridique pour dénoncer les corruptions en Arménie.

Le député, Andranik Karapetian, a déclaré que les Arméniens ne doivent pas être encouragés à signaler la corruption de leurs supérieurs ou leurs collègues aux autorités chargées de l’application de la loi lors des débats parlementaires sur des projets de loi anti-corruption rédigés par le gouvernement.

“L’institution des dénonciateurs ne nous convient pas, à nous, les Arméniens“, a assuré Karapetian. Il a ajouté que la pratique serait contraire à l’Arménie et répandrait la méfiance entre les collègues du pays.

Ses remarques ont suscité des critiques de la part des médias ainsi que des utilisateurs des réseaux sociaux. Les commentateurs se sont également demandé s’ils reflètaient la position de Dashnaktsutyun.

Armen Rustamian, leader parlementaire du parti, a affirmé que Karapetian avait simplement mis en garde contre le rétablissement de la pratique de la fausse dénonciation par les citoyens qui était particulièrement répandue sous Josef Staline.

Il a soutenu que la faction parlementaire de la FRA a voté pour d’autres mesures anticorruptions adoptées par l’Assemblée nationale la semaine dernière.

Le nouveau mécanisme appelé officiellement un « système de dénonciation » permettra aux citoyens de signaler les cas de corruption qui leur sont connus. Ils pourront déposer des rapports anonymes sur un site Web spécial.

Dashnaktsutyun détient 7 sièges au Parlement qui en compte 105 et est représenté au gouvernement par trois ministres.

posté le 12 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Un député de la FRA dénonce une proposition anti-corruption voulue par le gouvernement

Un député parlementaire représentant la Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun), le partenaire de la coalition du président Serge Sarkissian, a dénoncé hier une proposition du gouvernement visant à encourager les Arméniens à signaler les cas de corruption qui leur sont connus.

Andranik Karapetian a affirmé que ce type de dénonciation contreviendrait aux valeurs et aux traditions arméniennes. “Les valeurs européennes ne sont pas toujours compatibles avec les valeurs arméniennes“, a-t-il expliqué.

La proposition fait partie d’un ensemble de notes du gouvernement contre la corruption présentées à l’Assemblée nationale récemment élue, qui a commencé à débattre du sujet hier. Ils appellent à la création d’un nouvel organisme chargé de prévenir et d’exposer les pratiques corrompues de divers fonctionnaires de l’État. Le corps examinerait leurs déclarations d’actifs et de revenus dans le but de détecter leur auto-enrichissement illégal éventuel.

Le gouvernement veut également qu’une commission mette en place une plate-forme en ligne pour les rapports de corruption anonymes des citoyens, y compris ceux employés par le gouvernement, l’application de la loi et les organes judiciaires. Les cinq membres de la commission désignés par le Parlement devraient examiner ces allégations.

“L’institutionnalisation des dénonciateurs ne nous convient pas, à nous les Arméniens“, a réagi Andranik Karapetian. “Lorsque j’ai lu ce projet de loi, la première chose qui m’a traversé l’esprit était que c’était une institution de l’utilisation de la denonciarion“.

Le député de 34 ans a affirmé que la pratique contredirait non seulement son idée de « l’Arménie », mais répandrait aussi la méfiance entre les gens dans le pays.

Les propos ont été critiqués par Mane Tandilian, député de l’alliance Yelk de l’opposition.

A noter que Karapetian parle en son nom, et que cela ne reflète pas la position générale du Dashnaktsutyun. Le parti détient 7 sièges dans le Parlement qui en comprend 105 et est représenté au gouvernement par trois ministres.

posté le 8 juin 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Les trois ministres de la FRA reconduits à leur poste

Trois semaines après avoir prolongé son accord de partage du pouvoir avec la Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun), le président Serge Sarkissian a renouvelé mercredi les trois ministres affiliés au parti.

Les décrets présidentiels correspondants ont complété la formation du nouveau cabinet du Premier ministre Karapetian après les élections parlementaires du 2 avril remportées par le Parti républicain (HHK) au pouvoir. Tous ses membres, à l’exception du ministre de la Justice, Davit Harutiunian, siégeait au cabinet précédent.

Le ministre de l’Education, Levon Mkrtchian, le ministre de l’Administration territoriale Davit Lokian et le ministre de la Protection de l’environnement, Artsvik Minasian, ont conservé leurs postes conformément à un nouvel accord de coalition signé par la FRA et le HHK le 11 mai.

Une déclaration conjointe adoptée par les deux partis appelle à une meilleure gouvernance et à « une nouvelle impulsion à la lutte contre la corruption ». Aghvan Vartanian, un leader de la FRA qui a signé le document au nom de son parti, a parlé de leur « détermination commune à effectuer des changements radicaux“ dans le pays.

La FRA a reçu trois portefeuilles ministériels ainsi qu’un certain nombre d’autres postes supérieurs du gouvernement après avoir conclu un accord de partage de pouvoir similaire avec le parti de Sarkissian en février 2016. Le HHK s’est déclaré prêt à étendre cette entente après les élections d’avril où il a gagné 58 sièges du Parlement. La FRA, quant à elle, contrôle 7 sièges dans la nouvelle Assemblée nationale.

posté le 1er juin 2017 par Claire/armenews


POLITIQUE
Aucun changement majeur n’est prévu dans le gouvernement arménien

Aucun changement significatif ne sera apporté au gouvernement arménien, a annoncé Eduard Sharmazanov, porte-parole du parti républicain (HHK).

En parlant aux médias après la réunion de l’organe exécutif du parti, Sharmazanov a déclaré que le HHK « a décidé de donner au cabinet actuel de Karen Karapetan l’opportunité de continuer son travail sans changements importants ».

“À ce stade, nous évaluons positivement le travail effectué par le cabinet du Premier ministre Karen Karapetian“, a-t-il ajouté.

Selon Sharmazanov, un poste ministériel, actuellement occupé par le chef d’état-major du gouvernement, sera supprimé au sein du prochain cabinet, et David Harutiunian, qui occupait ce poste, sera nommé ministre de la Justice pour succéder à Arpine Hovannisian qui a été élue au Parlement.

“Tous les autres ministres, y compris nos collègues de la Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun), seront maintenus“, a déclaré le porte-parole du HHK.

Le HHK et la FRA ont renouvelé leur coopération politique plus tôt ce mois-ci en formant une coalition à la suite des élections parlementaires du 2 avril largement remportées par le parti au pouvoir.

Le président Serge Sarkissian, chef du HHK, a signé des décrets en fin de journée jeudi, en reprenant la majorité des ministres. Le chef de l’Etat devrait donner plus de décrets sur le renouvellement des autres ministres prochainement.

posté le 29 mai 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Vers une nouvelle coalition entre le parti républicain et la FRA

Le Parti républicain du président Serge Sarkissian (HHK) et la Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun) sont prêts à étendre leur accord de partage du pouvoir conclu il y a un an, a révélé un haut responsable du HHK jeudi en fin de journée.

Les deux parties ont entamé des négociations sur une nouvelle entente de coalition peu de temps après les élections parlementaires du 2 avril remportées par le HHK. Ce dernier s’est déclaré disposé à approfondir un tel accord même s’il détient la majorité des sièges dans la nouvelle Assemblée nationale.

“Les discussions avec nos partenaires de la FRA se poursuivent et il est fort probable qu’un accord politique entre le HHK et le Dashnaktsutyun soit signé et que nous aillons deux partis au pouvoir au Parlement“, a déclaré Eduard Sharmazanov, porte-parole du HHK.

“Ce sont les résultats de nos discussions préliminaires“, a-t-il ajouté aux journalistes après une réunion hebdomadaire de l’organe directeur de son parti dirigé par le président Serge Sarkissian.

La FRA est représentée dans le gouvernement arménien actuel par trois ministres conformément à un accord avec le HHK signé en février 2016. Le parti, particulièrement influent dans la diaspora arménienne, aura sept sièges dans le Parlement comprenant 105 membres en Arménie.

Les remarques de Sharmazanov suggèrent que le HHK ne devrait pas parvenir à un accord de coalition avec l’alliance de l’homme d’affaires Gagik Tsarukian, qui a terminé deuxième lors des élections et a remporté 31 sièges au Parlement. Les membres du bloc ont hésité à faire des déclarations publiques depuis le vote.

posté le 24 avril 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
La FRA s’attendait à obtenir davantage de sièges au Parlement

La Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun), l’un des quatre groupes politiques qui seront représentés dans le nouveau Parlement d’Arménie, a déclaré hier qu’il espérait un résultat plus important lors des élections législatives.

Un dirigeant de Dashnaktsutyun a également annoncé qu’il ouvrirait des discussions avec le Parti républicain (HHK) “dans les prochains jours“ sur sa présence au sein du gouvernement.

Selon la Commission électorale centrale (CEC), la FRA a terminé quatrième lors des élections avec 6,6 % des votes, ce qui devrait lui permettre d’avoir 7 ou 8 sièges au Parlement. C’est mieux que lors du scrutin de 2012.

“Il y a des progrès, mais on s’attendait évidemment à davantage“, a déclaré Aghvan Vartanian, membre de la FRA.

Dans une déclaration écrite, il a loué avec prudence la conduite du scrutin du week-end dernier, notant la « libre concurrence » entre les partis et les blocs. Pourtant, il a déclaré que la « participation électorale inattendue élevée » enregistrée par la CEC provient en partie d’abus de « ressources financières et administratives ».

Vartanian a confirmé que la déclaration faisait référence à l’achat de vote et à l’intimidation des électeurs. Il a ajouté que le HHK exploitait illégalement ses leviers gouvernementaux pour remporter les élections.

Vartanian a insisté sur le fait que ces violations n’ont pas eu d’impact substantiel sur les résultats des élections qui ont donné une victoire écrasante au parti au pouvoir.

La déclaration de la FRA précise à cet égard : “Le fait est qu’une partie considérable de la société qui se trouve dans une situation socio-économique préoccupante est toujours incapable de faire un choix libre et conscient“.

Les observateurs électoraux de l’OSCE et d’autres organismes européens ont également cité des « informations crédibles » sur l’achat de vote dans leur rapport préliminaire publié lundi. Le HHK et ses candidats, beaucoup d’hommes d’affaires riches, ont nié avoir distribué des pots-de-vin aux votants.

Vartanian a déclaré que le HHK et la FRA sont maintenant prêts à commencer à discuter de la possibilité d’étendre leur accord de partage de pouvoir conclu il y a un an. “Le Code électoral nous permet de nous engager dans de telles discussions dans les prochains jours“, a-t-il confié.

Le porte-parole du HHK, Eduard Sharmazanov, a déclaré lundi que la présence continue du Dashnaktsutyun dans le gouvernement serait « très logique ». « Notre coopération est stratégique et à long terme », a-t-il commenté.

Dashnaktsutyun est représenté dans le cabinet du Premier ministre Karen Karapetian par trois ministres.

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

posté le 6 avril 2017 par Claire/armenews