Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Douanes


ECONOMIE
L’Arménie ouvre une zone sans taxe à la frontière avec l’Iran

Le gouvernement arménien a inauguré vendredi une zone économique de libre-échange à la frontière entre l’Arménie et l’Iran, affirmant qu’elle attirerait davantage d’investissements étrangers dans l’économie nationale et développerait les liens commerciaux avec la République islamique.

Les entreprises opérant dans la zone proche de la ville arménienne Meghri (sud-est du pays) seront exonérées de pratiquement tous types de taxes. Ils seront autorisés à s’engager non seulement dans la fabrication, mais aussi dans le commerce, le transport de marchandises et même le tourisme.

S’exprimant lors de la cérémonie officielle, le Premier ministre Karen Karapetian a indiqué que son gouvernement s’attendait à ce que cette mesure attire les entreprises iraniennes cherchant à capitaliser sur l’accès tarifaire de l’Arménie au marché russe et au régime commercial privilégié avec l’Union européenne. Il permettra également à d’autres investisseurs étrangers de faire des affaires avec l’Iran, a-t-il ajouté.

“Je suis sûr que la zone économique libre a de très bonnes perspectives“, a affirmé Karapetian aux journalistes. “Mais ce n’est que le début. Nous devons maintenant travailler dur tous les jours », a-t-il nuancé.

Le ministre du Développement économique, Suren Karayan, qui a également assisté à la cérémonie, a déclaré que le gouvernement prévoit qu’entre 50 et 70 entreprises vont s’installer dans cette zone dans les années à venir. Il a déclaré que leur production combinée devrait augmenter les exportations de l’Arménie d’environ 250 millions de dollars par an.

Vahe Hakobian, le gouverneur de la province de Syunik englobant la zone frontalière, estime que cela devrait se traduire par la création de 2 000 nouveaux emplois. “Ce sera certainement un coup de pouce supplémentaire pour le développement socio-économique de notre région“, a-t-il mis en avant.

M. Hakobian a également souligné que des hommes d’affaires de la Géorgie, de l’Ukraine et de la Biélorussie se sont déjà déclarés prêts à investir dans la zone de Meghri. Et une importante délégation de responsables du gouvernement iranien et d’entrepreneurs arrivera mercredi dans la capitale provinciale Kapan.

Un communiqué séparé publié par le bureau de presse de Karapetian indique que la zone d’affaires sera agrandie de 70 hectares dans les prochaines années.

Le Premier ministre arménien a discuté du lancement prochain de la zone avec des responsables iraniens lors d’une visite officielle à Téhéran en octobre. Il a appelé les entreprises iraniennes à y établir des succursales.

Les questions économiques étaient également au programme du voyage du ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, le 28 novembre à Erevan. Zarif est arrivé avec un grand groupe d’hommes d’affaires iraniens qui ont organisé une conférence d’une journée avec des entrepreneurs d’Arménie.

“Il existe de très bonnes opportunités pour développer les relations économiques entre les deux pays“, a assuré M. Zarif après des entretiens avec son homologue arménien Edouard Nalbandian.

Selon les statistiques officielles arméniennes, le commerce arméno-iranien s’est établi à 211 millions de dollars, un chiffre relativement modeste, au cours des dix premiers mois de cette année. L’Iran représentait moins de 5% du commerce extérieur global de l’Arménie.

posté le 18 décembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
La lutte contre l’évasion fiscale porte ses fruits, d’après le gouvernement

Hier, le Comité du Revenu de l’Etat (SRC) a assuré que la lutte contre l’évasion fiscale généralisée en Arménie portait ses fruits car il a enregistré une augmentation de près de 10 % dans la perception de diverses taxes au cours des neuf premiers mois de l’année.

Vartan Harutiunian, chef du SRC, a attribué ces recettes fiscales supplémentaires de 74 milliards de drams (155 millions de dollars) à une croissance économique plus rapide et une répression plus sévère pour les entreprises qui ne déclarent pas leurs revenus. Il a promis à maintes reprises une telle répression depuis qu’il a été nommé pour gérer les services fiscaux et douaniers du gouvernement arménien il y a un an.

Harutiunian a refusé de nommer les riches entrepreneurs ou les grandes entreprises qui ont été forcés de payer plus d’impôts. “Notre agence et moi-même faisons notre travail et nous ne souhaitons pas nous engager dans des bassesses de divagation publique“, a t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Les données du SRC publiées cet été ont montré que les entreprises contrôlées par Samvel Aleksanian, l’un des hommes les plus riches du pays proche du gouvernement, ont presque doublé leurs paiements d’impôts au premier semestre de 2017. La plupart d’entre elles importent du sucre, d’autres produits alimentaires de base et des médicaments en Arménie. Aleksanian jouit depuis longtemps d’un monopole de facto sur ces importations lucratives.

Les opposants l’ont accusé d’utiliser les liens avec le gouvernement pour empêcher toute concurrence et échapper aux impôts, ce que le magnat a nié.

Selon le Service national des statistiques (SNS), les importations totales de biens et marchandises en Arménie ont augmenté de 26% pour atteindre près de 2,5 milliards de dollars entre janvier et août 2017.

Harutiunian, proche du Premier ministre Karen Karapetian, n’a pas nié que les grandes entreprises soient ciblées par la répression du SRC. “Nous nous battons tous les jours“, a-t-il commenté. “Et les résultats de cette lutte sont visibles en termes d’indicateurs de revenus budgétaires pour cette année et l’année prochaine“.

Le projet de budget de l’Arménie pour 2018, approuvé par le gouvernement la semaine dernière, appelle 1,31 billion de drams (2,74 milliards de dollars) en taxes et autres revenus de l’État, en hausse de 8% par rapport à l’objectif de revenus de 2017. Le gouvernement prévoit une augmentation correspondante de ses dépenses qui serait principalement acheminée vers des projets d’infrastructure et de défense nationale.

Harutiunian a également déclaré hier que le SRC a simplifié l’administration des douanes. Il a expliqué que c’est l’une des raisons de l’augmentation à deux chiffres des exportations et des importations enregistrées cette année.

posté le 5 octobre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ÉCONOMIE
Un ministre arménien accuse la Russie de pratiques illégales

Les douanes et agents de sécurité russes recueillent souvent des paiements illégaux d’entreprises arméniennes qui exportent des marchandises vers la Russie, a annoncé vendredi le ministre de l’Economie arménien, Artsvik Minasian.

Minasian a ajouté que les gouvernements russes et arméniens devraient conjointement répondre aux “actions illégales qui sont souvent prises contre les transporteurs et les citoyens arméniens » aux points de contrôle des frontières russes.

“En ce qui concerne de telles pratiques à certaines sections russes, je crois qu’il doit y avoir une solution systémique“, a déclaré Minasian aux journalistes. “Nous devons créer un système de travail en commun avec les autorités russes.“ Le ministre n’a pas élaboré sur les violations alléguées du régime de libre-échange entre les deux pays, qui a été encore simplifié après que l’Arménie a rejoint l’Union économique eurasienne (EEU), dirigée par la Russie, il y a 18 mois.

Malgré les critiques de Minasian, les autorités de Erevan insistent sur le fait que l’adhésion de l’Arménie dans l’EEU porte déjà ses fruits. Selon les données du gouvernement arménien, les exportations arméniennes vers la Russie - pour la plupart des boissons alcoolisées et des produits agricoles - ont doublé au cours des cinq premiers mois de cette année.

Le ministre des transports russe a déclaré vendredi que les importations russes de produits arméniens ont plus que triplé depuis le début de cette année. On ne sait pas si le ministre évoquait le volume physique des expéditions de fret commercial de l’Arménie, ou leur valeur monétaire.

Le ministère a signalé cette forte hausse dans une déclaration à la suite de la rencontre d’une commission de coopération économique russo-arménienne, tenue à Saint-Pétersbourg plus tôt dans la journée. L’organe intergouvernemental est co-dirigé par le Premier ministre arménien Hovik Abrahamian et le ministre russe des Transports Maxim Sokolov.

Sokolov a salué l’augmentation des échanges commerciaux russo-arméniens lorsqu’il s’est adressé à la presse après la réunion. “La Russie a été et reste le principal partenaire commercial de l’Arménie,“ a-t-il ajouté.

posté le 11 juillet 2016 par Claire/armenews


EMIGRATION
4 citoyens Arméniens arrêtés par la douane Polonaise alors qu’ils tentaient de franchir illégalement la frontière entre la Lituanie et la Pologne

La police des frontières de Pologne a arrêté 4 citoyens Arméniens qui tentaient de traverser illégalement la frontière entre la Lituanie et la Pologne selon la radio polonaise Radio 5. La voiture de marque Renault Laguna portant une plaque minéralogique lituanienne dans laquelle se trouvaient ces citoyens Arméniens, 3 adultes et un enfant fut interceptée par les douaniers Polonais. Ces émigrants portaient des faux papiers selon les douaniers Polonais et tentaient de trouver refuge en Europe. Les 4 citoyens Arméniens âgés de 41, 39, 16 et 14 ans furent arrêtés. Une 5e personne, le chauffeur avait ses papiers en règle. Il fut remis en liberté après l’interrogatoire de la police. Les deux citoyens Arméniens adultes reçurent après jugement rapide une peine de 2 ans de prison avec sursis.

Krikor Amirzayan

posté le 20 juin 2016 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Douanes 


ARMENIE
L’environnement commercial se porte bien, d’après la Banque mondiale

L’environnement commercial de l’Arménie a continué à s’améliorer au cours de l’année écoulée, classant le pays du Caucase du Sud parmi “les plus performants en Europe et en Asie centrale“, a déclaré la Banque mondiale dans un rapport annuel publié hier.

Le rapport 2016 “Doing Business“ classe 189 économies selon dix domaines différents de la réglementation gouvernementale, y compris l’administration fiscale, l’enregistrement des entreprises, la propriété et l’accès au crédit. L’Arménie est 35e au classement, alors qu’elle était 38e l’année dernière.

“L’Arménie est parmi les 26 économies à l’échelle mondiale qui ont entrepris 3 réformes ou plus“, indique le rapport.

La Banque mondiale a spécifiquement loué les mesures gouvernementales qui ont facilité la délivrance de permis pour des projets de construction et l’exécution des contrats d’affaires. Il a également fait valoir que la récente adhésion de l’Arménie à l’Union économique eurasienne simplifiera les opérations d’exportation et d’importation avec la Russie, un partenaire commercial clé.

“L’Arménie a réduit le temps et le coût à la frontière pour son commerce avec la Fédération de Russie en rejoignant l’Union économique eurasienne“, souligne le rapport. “En conséquence, le temps de la conformité de la frontière à l’importation a été réduit de près de 50 heures à 3 heures.“

En outre, l’Arménie a de nouveau été très bien cotée dans les volets “création d’une entreprise“ et “enregistrement de la propriété“. “Il ne faut que trois jours pour un entrepreneur à Erevan pour s’intégrer - comme au Danemark“, précise le rapport, ajoutant : “Il faut seulement 7 jours pour enregistrer un transfert de propriété par rapport à 48 jours en moyenne au niveau mondial“.

Dans le même temps, l’Arménie a marqué un mauvais point dans la catégorie « Payement des taxes ». En particulier, la Banque mondiale a déclaré que les entreprises locales passent en moyenne plus de 400 heures chaque année dans les relations avec les autorités fiscales.

Le harcèlement par les fonctionnaires fiscaux et douaniers a longtemps été source de plaintes exprimées par les commerciaux arméniens. La corruption parmi les fonctionnaires reste répandue.

L’activité économique dans le pays est également entravée par un manque de concurrence qui se traduit de facto par l’existence de monopoles d’entreprises appartenant à des entrepreneurs liés au gouvernement. Samson Grigorian, vice-président d’une association de petites entreprises arméniennes, a cité ce problème quand il a réagi avec scepticisme aux conclusions de la Banque mondiale.

“Je suis en mesure de vendre seulement les choses que je suis autorisé à vendre, plutôt que les choses que je voudrais vendre“, a déclaré Grigorian.

Albert Babayan, un haut fonctionnaire au ministère de l’Economie, a insisté, cependant, sur le fait que faire des affaires dans le pays est en effet devenu plus facile. “Les choses se sont améliorées depuis 2011“, a t-il expliqué.

posté le 29 octobre 2015 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



SYRIE-ARMENIENS
Habet Aprikian (22 ans) un Arménien soldat de l’armée syrienne est mort lors de combats à Zabadan

Lors d’opérations militaires contre les insurgés islamistes dans la ville de Zabadan dans la région de Damas, un soldat Arménien de l’armée syrienne fut tué. Selon le journal arménien de Syrie « Kantsassar », ce soldat de l’armée régulière syrienne qui a perdu la vie dans les combats est Habet Aprikian (22 ans). C’est aidé des Hezbollah venus du Liban que l’armée syrienne continue ses opérations contre les islamistes insurgés à Zabadan. L’armée syrienne étant parvenue ces derniers jours à reprendre un nombre important de villages détenus par l’opposition armée.

Krikor Amirzayan

posté le 14 août 2015 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Douanes  Syrie 


Commerce extérieur
Diminution des exportations de l’Arménie vers la Russie

Les exportations arméniennes vers la Russie ont diminué de 7 % au cours des neuf premiers mois de cette année, selon les données publiées par le ministère des Finances du pays.

C’est la première fois qu’une telle diminution a été observée. Les chiffres des périodes similaires de 2012 et 2013 avaient montré que les exportations de l’Arménie vers la Russie avaient augmenté de respectivement 21 et 24 %.

La Russie reste le deuxième partenaire commercial de l’Arménie, après l’Union européenne.

Plus tôt cette année, le gouvernement à Erevan espérait capitaliser de nouvelles potentialités d’exportation vers le marché russe, après que Moscou a riposté à des sanctions occidentales en interdisant les importations de certains produits alimentaires en provenance des pays membres de l’UE.

Lors d’une conférence de presse vendredi dernier, le Premier ministre Hovik Abrahamian avait déclaré : “Nous travaillons avec tous les organismes concernés pour essayer d’augmenter nos exportations vers la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie. À mon avis, nous allons réussir dans ce domaine.“

posté le 6 novembre 2014 par Claire/armenews


Diplomatie
Le Kazakhstan ne s’oppose pas à l’adhésion de l’Arménie à l’UEE

L’ambassadeur du Kazakhstan à Erevan a insisté hier pour dire que le Kazakhstan ne s’oppose pas à l’adhésion de l’Arménie dans l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie (UEE).

“Le Kazakhstan a une attitude très positive concernant l’adhésion de l’Arménie dans l’Union économique eurasienne“, a déclaré Ayimdos Bozjigitov. “Le président du Kazakhstan a signé une feuille de route pour cette adhésion. Il n’y a donc aucune opposition de sa part. “

Bozjigitov a refusé à cet égard d’extrapoler toute raison politique au retard apparent de l’adhésion de l’Arménie à l’Union douanière. “Il s’agit juste d’un processus technique qui prend du temps“, a t-il dit.

Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev a alimenté les spéculations sur sa possible opposition à la candidature d’Erevan avec ses déclarations publiques faites à un sommet de l’Union douanière à Astana en mai dernier. Citant une lettre de son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliev, Nazarbaïev a déclaré que le traité d’adhésion de l’Arménie à l’UEE doit contenir une référence aux frontières internationalement reconnues de l’Arménie, qui ne comprend pas le Haut-Karabagh.

Bozjigitov a minimisé cette demande, largement considérée en Arménie comme embarrassante pour Sarkissian. “Le sommet a eu lieu à Astana, et il était évidemment coordonné par le président du Kazakhstan“, a t-il dit. “C’est pourquoi il a reçu la lettre d’Aliev. Je ne sais pas si Serge Sarkissian était au courant de cette lettre à l’avance, mais les lettres peuvent être envoyées par différents chefs d’Etat.“

Le gouvernement arménien a précisé qu’il ne sera pas mis en place de points de contrôle sur la frontière entre l’Arménie et du Karabagh. Elle espère que le traité d’adhésion sera signé en octobre.

Nazarbayev a apparemment discuté de cette question avec les présidents Vladimir Poutine et Alexandre Loukachenko à Minsk mardi. L’agence de presse kazakh Tengrinews a cité les paroles de Nazarbaïev : “ nous prévoyons de résoudre la question de l’admission de l’Arménie et du Kirghizistan lors d’un sommet prévu pour octobre“.

posté le 28 août 2014 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Coopération
L’ancien PM voit des inconvénients à l’adhésion de l’Arménie à l’Union économique eurasienne

L’ancien Premier ministre Hrant Bagratian estime que le pays verra son économie décliner à court terme s’il devient membre de l’Union économique eurasienne selon les conditions actuelles.

Hier, Bagratian, actuellement député de l’opposition, a déclaré que cette adhésion ne peut réussir que si l’Arménie est doté de certains privilèges par les pays membres de l’Union douanière et assure la bonne gouvernance.

“Si nous devenons un membre de l’Union douanière, alors je ne vois pas la moindre chance pour une amélioration à court terme. La question est de savoir dans quelles conditions nous devenons un membre. Si c’est dans les conditions que les trois membres actuels de l’Union douanière ont convenu, je m’attends forcément à une détérioration économique “, a déclaré Bagratian, qui a dirigé le gouvernement arménien de 1993 à 1996.

« L’économie de l’Arménie ne fait que 0,4 % du PIB collectif des Etats membres de l’Union douanière. L’essentiel du commerce de l’Arménie avec les pays membres de l’Union douanière tombe sur l’achat des ressources énergétiques de la Russie. La plupart de notre commerce extérieur n’est pas connecté avec les États membres de l’Union douanière“, a expliqué l’ex-Premier ministre.

De l’avis de Bagratian, si les membres de l’Union accordent à l’Arménie certains privilèges douaniers, telles que des exonérations sur environ un millier de produits, puis “en cas de bonne gestion, il sera possible d’avoir des succès en utilisant le territoire de l’Union douanière pour accroître les possibilités d’exportation de l’Arménie “.

“Mais cela est hautement improbable. Aujourd’hui, ils ne nous considèrent même pas comme un partenaire égal“, a déclaré Bagratian.

posté le 17 juillet 2014 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200