Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Erevan


POLITIQUE
L’Alliance Ter-Petrosian se sent sur une bonne lancée pour les élections

Mercredi, une alliance de l’opposition dirigée par l’ancien président Levon Ter-Petrosian a prétendu gagner le soutien croissant des électeurs, car il a rassemblé des milliers de personnes à Erevan quatre jours avant les élections parlementaires en Arménie.

Levon Zurabian, un des principaux membres du bloc du Congrès-HZhK, a insisté sur le fait que son principal message électoral, une solution de compromis pour le conflit du Haut-Karabagh, est de plus en plus résonnant avec les Arméniens. Le bloc prouve également que ses opposants pro-gouvernementaux et de l’opposition se trompent, at-il ajouté.

« Ils nous ont dit que nous commettions un suicide politique avec notre programme [lié au Karabagh] et que personne ne nous appuierait. Aujourd’hui, nous démontrons que nous avons non seulement préservé nos partisans, mais avons également élargi notre base électorale“, a déclaré Zurabian alors que la foule traversait le centre-ville.

“Nous attirons de nouveaux supporters parce que les gens ont compris que ce que nous proposons est la clé du développement et du salut du pays“, a-t-il déclaré.

Ter-Petrosian, 72 ans, n’a pas participé aux rassemblements de la campagne électorale du Congrès-HZhK. Zurabian a attribué l’absence de l’ex-président du rassemblement de mercredi à son « imprévisible » style de communiquer avec l’électorat. Il a également précisé que Ter-Petrosian a déjà influencé l’opinion publique avec ses interviews pré-électorales accordées à deux grandes chaînes de télévision.

Au cours de ces entretiens, Ter-Petrosian a réaffirmé son ferme soutien aux principes fondamentaux de la résolution du conflit du Karabagh qui ont été présentés pour la première fois par les coprésidents américains, russes et français du Groupe de Minsk de l’OSCE à Madrid en 2007. L’Azerbaïdjan est vital pour la sécurité et la prospérité de l’Arménie.

Ter-Petrosian a également précisé que le président Serge Sarkissian peut compter sur le soutien du Congrès-HZhK s’il fait pression sur le règlement proposé. Cela a mené à la spéculation renouvelée par certains commentateurs que Sarkissian, dont le gouvernement prétend largement soutenir les Principes fondamentaux, aidera le bloc de Ter-Petrosian à gagner au moins 7% du vote nécessaire pour avoir des sièges dans le nouveau parlement d’Arménie. Les aides Ter-Petrosian ont rejeté cette spéculation.

Zurabian a soutenu que dans le cadre de l’accord-cadre rédigé par les trois puissances médiateurs, la partie arménienne conserverait le contrôle sur le Karabagh et n’aurait qu’à se retirer des districts entourant le territoire contesté.

“Votez pour l’alliance du Congrès-HZhK afin que la démocratie soit établie dans notre pays, de sorte que la paix soit établie autour de notre pays,“ Zurabian a déclaré à la foule avant de marcher de la place de la Liberté d’Erevan. “Voter pour l’ouverture de toutes les routes et pour notre libre-échange avec tous les pays du monde, y compris nos voisins.“

Le porte-parole de l’opposition a également déclaré qu’une série d’amendements appuyés par l’opposition au Code électoral arménien promulgué l’année dernière empêchera les fraudes graves dans les bureaux de vote le 2 avril. Il a déclaré que les Arméniens devraient profiter de cette occasion pour « supprimer ce régime corrompu » et « imposer une paix digne sur l’Azerbaïdjan “.

posté le 30 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut



POLITIQUE
L’Alliance Ohanian-Raffi-Oskanian promet de continuer la lutte

L’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian et ses alliés de l’opposition ont rassemblé mardi plusieurs milliers de partisans à Erevan, appelant de nouveau les Arméniens à utiliser les prochaines élections générales pour changer leur gouvernement.

Les dirigeants de l’Alliance Ohanian-Raffi-Oskanian (ORO) ont également renouvelé leurs revendications pour la libération de Samvel Babayan, un général de l’armée à la retraite allié à eux qui a été arrêté la semaine dernière pour des accusations de possession d’armes illégales. De nombreux manifestants rassemblés place de la Liberté d’Erevan portaient des photos de Babayan.

« Mes coéquipiers et moi sommes résolus, » a annoncé Ohanian à la foule avant de traverser le centre-ville. « Je crois que nous avons un puissant poing pour donner le pouvoir au peuple, le vrai maître. »

Un autre dirigeant de l’ORO, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Vartan Oskanian, a attaqué la politique étrangère du président Serge Sarkissian, affirmant que l’Arménie n’est plus considérée comme un État souverain par les puissances mondiales. Oskanian a également accusé l’administration sarkissienne d’être prête à faire des concessions disproportionnées à l’Azerbaïdjan dans le conflit du Haut-Karabagh.

« Si la paix n’est pas juste, elle ne peut jamais être réelle », a déclaré Oskanian dans son discours. Il a affirmé que les autorités avaient arrêté Babayan, ancien commandant militaire du Karabagh, afin de pouvoir poursuivre leurs « négociations traîtres » avec Bakou.

L’avocat de Babayan a déclaré lundi que son client ne se considère pas comme un prisonnier politique en dépit des accusations portées contre lui.

Les dirigeants de l’ORO ont refusé de préciser ce qu’ils feront s’ils concluent que les élections de dimanche ont été truquées en faveur du parti républicain au pouvoir de l’Arménie (HHK).

« Nous nous tiendrons avec les gens. Nous ferons que les gens nous disent, » a annoncé Ohanian en restant flou. Il a déclaré que les éventuelles actions post-électorales de l’ORO seraient « légales » et « pacifiques », mais n’a pas élaboré.

Ohanian a commencé à critiquer le gouvernement arménien peu de temps après qu’il a été démis du poste de ministre de la Défense en octobre. Il a occupé le ministère pendant plus de huit ans.

posté le 29 mars 2017 par Claire/armenews


JUSTICE
L’homme détenu en Géorgie pour « contrebande arménienne »

La police géorgienne a arrêté un citoyen arménien recherché par les forces de l’ordre à Erevan dans le cadre de leur procès pénal contre Samvel Babayan, un membre arménien de l’opposition arrêté la semaine dernière.

Le ministère géorgien de l’Intérieur a déclaré que l’homme de 40 ans, identifié comme Robert A., a été emprisonné lundi à Tbilissi sur un mandat d’arrêt arménien relatif à la contrebande d’un système de missiles à l’épaule.

Le Service National de Sécurité de l’Arménie (SNS) a prétendu avoir confisqué un missile de surface russe Igla quelques heures avant d’annoncer l’arrestation de Babayan le 22 mars. Il a déclaré que Babayan, ancien commandant de l’armée du Haut-Karabagh, aurait payé deux autres suspects, aux aussi arrêtés, pour passer en contrebande l’arme depuis ou via la Géorgie.

Les trois hommes ont été accusés en vertu des articles correspondants du Code Pénal arménien la semaine dernière. Les procureurs arméniens ont déclaré qu’ils ont nié les accusations, mais « ont admis leur lien avec le trafic illégal ».

L’avocat de Babayan, Avetis Kalashian, a rejeté cette dernière revendication comme une « interprétation étrange » du témoignage de son client. Kalashian a poursuivi en déclarant lundi que le général, autrefois puissant, ne se considérait pas comme un prisonnier politique malgré son rejet des accusations.

Babayan est largement considéré comme un leader non officiel de l’Alliance ORO, l’un des principaux opposants lors des élections législatives arméniennes du 2 avril. Les dirigeants de l’ORO ont condamné son arrestation pour des motifs politiques, affirmant que les autorités tentent ainsi d’affaiblir leur bloc.

Certains médias arméniens ont cité des sources gouvernementales anonymes comme alléguant que Babayan aurait planifié des assassinats politiques ou une rébellion armée contre le gouvernement à la veille des élections. Les représentants d’ORO ont écarté ces revendications.

Le ministère de l’Intérieur de la Géorgie n’a pas précisé immédiatement quand l’homme arrêté sera extradé vers l’Arménie. Le ministre géorgien de l’Intérieur, Giorgi Mghebrishvili, a déclaré plus tôt que son ministère coopérait avec les autorités arméniennes chargées de l’application de la loi dans leur enquête sur la contrebande présumée.

posté le 29 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



JUSTICE
Arrestation de Babayan : un diplomate européen demande une enquête transparente

Un haut diplomate de l’Union européenne a réagi vendredi avec prudence à l’arrestation controversée d’un représentant arménien de l’opposition, Samvel Babayan, exhortant les autorités à Erevan à mener une enquête “transparente“.

Piotr Switalski, chef de la délégation de l’UE à Erevan, a également souligné l’importance de « prévenir la violence » en Arménie.

Babayan, qui est proche de l’alliance de l’opposition ORO, a été arrêté mercredi par le Service national de sécurité (SNS), soupçonné d’avoir introduit un système de fusées sol-air en Arménie.

Les dirigeants de l’ORO, dont l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, ont condamné son arrestation, qui selon lui est motivée politiquement et liée aux prochaines élections législatives.

“Nous pensons que tous les conflits, toutes les plaintes, devraient être réglés devant les tribunaux et devraient être réglés pacifiquement“, a déclaré Switalski, commentant l’affaire. “Pour l’Union européenne, la question de la prévention de la violence est très importante. Nous croyons que la responsabilité première de prévenir la violence et de réagir à une éventuelle perturbation de la paix publique incombe aux autorités chargées de l’application de la loi.

« Par conséquent, toutes ces procédures doivent être très transparentes », a continué Switalski. “Si l’on soupçonne que quelque chose de mal est en train d’être préparé ou en cours, nous pensons que les agences d’application de la loi doivent agir en toute transparence pour que la population, les électeurs aient la certitude qu’elle n’est pas faite à des fins politiques, pas faite pour intimider d’autres électeurs, mais que cela est fait conformément à la règle de droit. “

Ohanian a insisté jeudi sur le fait, pour lui, que l’arrestation de Babayan vise à affaiblir son bloc avant les élections du 2 avril. “Je tiens à déclarer que nous allons nous battre pour ses droits jusqu’à la fin et nous ne permettront pas que les autorités atteignent leurs objectifs en fabriquant des accusations“, a t-il averti.

Un autre dirigeant d’ORO, Raffi Hovannisian, a décrit Babayan, général de l’armée à la retraite, comme étant un prisonnier politique. “Samvel Babayan est en prison parce qu’il soutient notre alliance“, a-t-il assuré devant les journalistes.

Hovannisian a également déclaré que les élections se traduiraient par une « révolution constitutionnelle » en Arménie. Les autorités vont faire face à la “résistance“ si elles trafiquent le vote, a t-il prévenu.

Switalski semblait plus optimiste quant à la conduite des élections. “L’Union européenne travaille sur la base d’un scénario positif“, a déclaré l’envoyé de l’UE. “Nous voulons que ces élections marquent le renouveau dans les pratiques démocratiques en Arménie “.

Il a de nouveau indiqué qu’Erevan devrait s’attendre à plus d’aide de l’UE si les élections répondent aux normes démocratiques.

Plus tôt cette année, l’UE a fourni à l’Arménie plus de 7 millions de dollars de financement pour l’achat d’équipements électroniques spéciaux destinés à prévenir certaines formes de fraude électorale.

posté le 27 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



EREVAN
Signature officielle d’un nouvel accord entre l’Arménie et l’UE

L’Arménie et l’Union européenne ont officiellement paraphé hier le texte d’un nouvel accord sur l’approfondissement de leurs liens politiques et économiques.

Leurs négociations sur l’Accord de partenariat global et renforcé (CECP) ont été conclues avant la visite du président Serge Sarkissian à Bruxelles à la fin du mois dernier.

“L’accord sera une étape importante pour élargir la portée des relations bilatérales entre la République d’Arménie et l’Union européenne“, ont déclaré les deux parties dans une déclaration conjointe publiée après que leurs négociateurs aient paraphé l’accord lors d’une cérémonie à Erevan.

Le ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a déclaré lors de la cérémonie que cet accord « ouvrirait une nouvelle page » dans les relations entre l’UE et l’Arménie.

Ce nouvel accord est censé servir de substitut moins ambitieux à l’accord d’association négocié par des fonctionnaires arméniens et européens à l’été 2013. Sarkissian avait décidé au dernier moment, en septembre 2013, de rejoindre finalement l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie (UEE).

L’autre accord, qui n’a pas encore été rendu public, contient apparemment les principales dispositions politiques et certaines dispositions économiques de l’accord d’association annulé. Mais elle n’a pas de composante liée au libre échange en raison de l’adhésion de l’Arménie à l’UEE.

“De solides engagements en faveur de la démocratie, des droits de l’homme et de l’État de droit, sont à la base du nouvel accord et de la future coopération entre l’Arménie et l’UE“, peut-on lire dans une déclaration conjointe. L’accord ouvrira également la voie à une plus étroite coopération UE-Arménie dans les domaines de l’énergie, des transports et de la protection de l’environnement, ainsi qu’à de « nouvelles opportunités dans le commerce et les investissements ».

“Nos gens se considèrent comme des Européens“, a déclaré Sarkissian lors de son voyage à Bruxelles. Il a ajouté que les « valeurs partagées » sont au cœur de ce nouvel accord. Dans ce contexte, il a réaffirmé les promesses faites par son administration de veiller à ce que les prochaines élections législatives en Arménie soient conformes aux normes démocratiques.

Plus tôt cette année, l’UE a fourni à l’Arménie plus de 7 millions de dollars de financement pour l’achat d’équipements électroniques spéciaux destinés à prévenir certaines formes de fraude électorale.

posté le 22 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



OPPOSITION
Vers une poursuite des médecins qui ont opéré Artur Sargsian ?

Les autorités arméniennes ont indiqué vendredi qu’elles pourraient poursuivre des médecins suite au décès d’Artur Sargsian, l’homme qui a été arrêté l’année dernière après avoir livré de la nourriture aux hommes armés de l’opposition occupant un poste de police à Erevan.

Artur Sargsian, âgé de 49 ans, est décédé dans un hôpital d’Erevan jeudi après avoir subi une intervention chirurgicale intestinale urgente. Il avait été libéré sous caution le 6 mars après une grève de la faim de 25 jours.

Certains des principaux groupes d’opposition d’Arménie ont accusé les autorités de la mort de l’homme connu sous le nom du « porteur de pain ». Ils pensent que, comme il souffrait de graves maladies chroniques, il n’aurait pas dû du tout être en détention.

Le Comité d’enquête d’Arménie a déclaré avoir ouvert une enquête pénale en vertu d’un article du Code pénal traitant des homicides par négligence résultant d’une aide médicale inadéquate.

Arsen Grigorian, chirurgien en chef du Centre médical d’Arménie où Sargsian est décédé, a insisté vendredi sur le fait que les médecins de l’hôpital ont tout fait pour sauver l’homme. Il a conclu que sa mort avait été causée par une insuffisance cardiaque et pulmonaire aggravée par une affection intestinale grave.

Grigorian a précisé qu’ils ont détecté des problèmes intestinaux et ont fortement recommandé une opération quand Sargsian a été transporté d’un hôpital carcéral vers le Centre médical d’Arménie le 6 mars. Il a ajouté que l’opposant radical a non seulement refusé d’être opéré, mais a quitté l’hôpital privé contre leurs conseils quatre jours plus tard.

“S’il n’avait pas refusé la chirurgie lors de la première hospitalisation, il n’aurait pas développé de rupture intestinale dix jours plus tard“, a assuré Grigorian.

Sargsian avait livré de la nourriture aux membres armés du groupe d’opposition radical du Sasna Tzser pendant leur affrontement de deux semaines avec les forces de sécurité qui s’était conclu par la mort de trois policiers.

Sargsian a été libéré fin décembre, mais a de nouveau été arrêté le 9 février. Il a commencé une grève de la faim immédiatement après sa deuxième arrestation.

Edmon Marukian, chef de l’alliance Yelk, a accusé que la mort de Sargsian était le résultat de son “traitement long et inhumain“ que lui a fait subir les autorités. Un autre bloc d’opposition dirigé par Levon Ter-Petrosian a également condamné son arrestation comme étant une grave violation des droits de l’homme.

Un autre groupe d’opposition dirigé par l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, a suspendu sa campagne pour les élections législatives du 2 avril en signe de respect envers Sargsian. Dans un communiqué, il a déclaré que son « sacrifice de soi ne doit pas et ne peut pas rester sans conséquences ».

Annulant également ses réunions de campagne vendredi, l’alliance électorale menée par l’homme d’affaires Gagik Tsaroukian a décrit la mort de Sargsian comme étant une « grande tragédie ».

Le Parti républicain a rejeté les critiques de l’opposition à l’encontre des autorités et a accusé ses opposants politiques d’exploiter l’affaire à des fins politiques. “Si nous n’avions pas été dans un processus préélectoral, de telles accusations n’auraient pas été exprimées“, a assuré un membre important du HHK, Vahram Baghdasarian.

Baghdasarian a déclaré que les autorités mèneront « l’enquête la plus objective » pour établir toutes les causes de la mort de Sargsian.

posté le 19 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



EREBOUNI
L’alliance de Pashinian face au scepticisme des électeurs lors d’une campagne de terrain

Le dirigeant de l’opposition, Nikol Pashinian, a du faire face au scepticisme des électeurs lors de la campagne électorale de l’alliance Yelk à Erebuni, dans le sud du pays, vendredi.

Rejoint par les jeunes militants de Yelk, Pashinian a parcouru les quartiers, distribuant des brochures de campagne et exhortant les électeurs qui vivent là-bas à soutenir Yelk aux prochaines élections législatives.

“Nous sommes venus ici pour vous dire qu’il y a un moyen de sortir de la crise dépressive qui a frappé l’Arménie“, a-t-il déclamé à travers un mégaphone, évoquant le nom du bloc signifiant “sortie“.

Beaucoup de résidents locaux n’ont pas convaincus. “Je ne crois personne, j’ai perdu la foi“, a déclaré une femme, qui prétendait avoir voté pour le parti républicain(HHK) lors des dernières élections.

“Regardez l’entrée de notre immeuble, a-t-elle dit. L’eau s’écoule par la fenêtre dans ma chambre et mon enfant est malade“.

Un autre électeur, un homme, a dit qu’il ne se donnerait même pas la peine de lire la brochure que Yelk lui a remis “parce que ce n’est pas intéressant.“ “Je ne fais confiance à personne“, a t-il affirmé.

Un de ses voisins a surenchérit : « Tout le monde promet, mais ne fait rien ».

Mais tous les habitants d’Erebuni ne se sont pas montrés si sceptiques. “J’ai confiance en Edmon [Marukian] et Nikol et en personne d’autre“, a déclaré un homme, se référant à deux des trois plus importants dirigeants de Yelk.

Le bloc comprend le parti civil de Pashinian, le parti Lumineuse Arménie de Marukian et le parti Hanrapetutyun (République) d’Aram Sarkisian, un politicien qui avait était Premier ministre entre 1999 et 2000. Dans une déclaration commune adoptée en décembre, ils ont assuré qu’ils œuvreront en faveur d’un « modèle européen de démocratie, un état de droit et un état social » en Arménie.

Pashinian, âgé de 41 ans, ne semblait pas être intimidé par l’humeur peu respective des habitants d’Erebuni. Il a appelé vivement les habitants à renoncer aux pots-de-vin offerts par le HHK et à voter contre le parti dirigé par le président Serge Sarkissian dans les urnes le 2 avril.

“Le désespoir équivaut à un vote pour le Parti républicain“, a déclaré l’ex-journaliste. “ Quand nous disons aux gens de « ne pas désespérer », nous entendons « ne pas voter pour le Parti républicain »“.

Pashinian a également exprimé la confiance que la campagne de Yelk générera un plus grand intérêt populaire au fil du temps.

Le HHK a longtemps remporté les élections à Erebuni grâce à l’influence personnelle de plusieurs personnes riches et controversées. Ils ont été largement accusés de fraude électorale et de violence dans les bureaux de vote.

“Je n’ai peur de personne et ils ont toujours su cela“, a déclaré Alen Simonian, candidat du secteur pour Yelk, alors qu’il faisait campagne avec Pashinian. Il a affirmé que Yelk gagnera ici au moins deux sièges dans le prochain Parlement.

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

posté le 13 mars 2017 par Claire/armenews


DIPLOMATIE
Un député russe conseille à l’Arménie d’être prudente dans ses relations avec l’UE

L’Arménie devrait s’efforcer de resserrer ses liens avec l’Union européenne, a déclaré un haut responsable de la Douma russe lors d’une visite à Erevan vendredi.

Leonid Kalashnikov, qui préside la commission parlementaire russe sur les relations avec les anciennes républiques soviétiques, a déclaré que Moscou ne s’opposerait pas à un accord planifié entre l’UE et l’Arménie s’il respecte les engagements de ce dernier envers l’Union économique eurasienne (UEE).

“Il vous suffit de respecter ces normes parce que sinon, vous pouvez voir, par exemple, ce qui se passe actuellement en Moldavie“, a expliqué Kalashnikov. “J’étais là-bas récemment. Après avoir signé l’accord d’association avec l’UE, ils ont perdu un tiers de leur PIB et l’ensemble du marché russe parce qu’ils n’étaient pas en accord avec la Russie“.

“Et qu’ont-ils reçu en retour ? Rien, sauf les visas“, a commenté le député affilié au Parti communiste russe, qui est officiellement en opposition au président Vladimir Poutine, mais qui le conteste rarement.

“Il faut juste faire attention à l’UE. Ils se soucient seulement de leur marché. Tous les capitalistes sont comme ça“, a-t-il dit.

L’Arménie avait négocié en 2013 un accord d’association avec l’UE qui lui aurait donné un accès permanent et sans droits de douane au plus grand et plus riche marché mondial. Le président Serge Sarkissian a cependant changé d’avis au dernier moment, préférant devenir membre du bloc commercial dirigé par la Russie.

Bruxelles et Erevan ont finalisé un accord alternatif le mois dernier. Il contient les principales dispositions politiques et certaines dispositions économiques de l’accord d’association annulé. Mais il n’a pas de composante liée au commerce libre en raison de l’adhésion de l’Arménie à l’UEE.

L’ambassadeur de Russie à Erevan, Ivan Volynkin, a indiqué le 10 février que le nouvel accord ne porterait pas atteinte à l’alliance de l’Arménie avec la Russie.

Kalashnikov et plusieurs autres hauts parlementaires russes dirigés par le président de la Douma, Vyacheslav Volodin, sont arrivés vendredi à Erevan pour des entretiens avec leurs homologues arméniens. Volodin a décrit l’Arménie comme le « partenaire stratégique » de la Russie et a déclaré que les deux États devraient approfondir leurs liens.

posté le 6 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



La Russie ne voit pas d’un mauvais oeil le rapprochement entre l’Arménie et l’UE

Les efforts continus de l’Arménie pour établir des liens plus étroits avec l’Union européenne ne nuiront pas à son alliance avec la Russie, a assuré vendredi l’ambassadeur russe à Erevan, Ivan Volynkin.

“La Russie et l’Arménie sont liées par une relation privilégiée, par une alliance, et les peuples russe et arménien sont des peuples frères“, a déclaré Volynkin à l’agence de presse TASS au sujet de la position de Moscou sur un nouvel accord arméno-européen qui devrait être signé plus tard cette année.

“Les deux États font partie de deux même structures d’intégration - l’Union économique eurasienne et l’Organisation du Traité de sécurité collective - dont les membres ont des obligations économiques et politiques“, a-t-il expliqué. “Sur la base de ces obligations, les relations avec l’UE sont naturellement construites non pas à leur détriment, et tout le monde s’en rend compte“.

L’Arménie et l’UE ont entrepris au cours de l’été 2013 des négociations sur un accord d’association de grande envergure. Le président Serge Sarkissian a changé d’avis au dernier moment, en demandant l’adhésion de l’Arménie à l’UEE. Pour beaucoup, cela est dû à une forte pression russe.

Un autre accord actuellement négocié par Erevan et Bruxelles contiendra vraisemblablement les principales dispositions politiques et certaines dispositions économiques de l’accord d’association annulé. Mais elle n’aura aucun élément lié au libre commerce en raison de l’adhésion de l’Arménie au bloc dirigé par la Russie.

Le président Serge Sarkissian a réaffirmé l’engagement de son gouvernement à approfondir ses relations avec l’UE lors de sa rencontre avec le commissaire européen à la politique européenne de voisinage, Johannes Hahn, à Erevan en novembre. Le chef de la délégation de l’UE en Arménie, Piotr Switalski, a déclaré le mois dernier que les deux parties sont de plus en plus proche d’une nouvelle entente.

Volynkin est également convaincu que la politique étrangère arménienne ne subira pas de changements radicaux à la suite des élections parlementaires arméniennes prévues pour le 2 avril. Il a affirmé que le vote promet d’être “très intéressant“ car il viendra un an avant que l’Arménie finisse sa transition vers un système parlementaire.

Volynkin a noté une nouvelle disposition constitutionnelle qui exige l’existence d’une “majorité stable“ au Parlement arménien. Il pense que cela devrait “assurer la continuité dans le processus politique en Arménie.“ “Prenant ces faits en considération, nous ne voyons aucune raison majeure pour qu’Erevan change radicalement de politique étrangère “, a commenté le diplomate à TASS.

posté le 13 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200