Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Manifestation


ARMENIE
En direct : notre correspondante sur place, dans les rues d’Erevan

Sur la place même de nombreux jeunes ont réussi à grimper sur un camion benne. L’ambiance est celle d’une fête par moment mais les slogans restent sans ambiguïté - départ de Serge exigé, libération des députés, changement du pouvoir et pour moyen - l’unité.

A 14h30, il est difficile de voir si les manifestants vont pousser plus moi encore dans ce quartier ou, parce le terminus du métro se trouve ici - regagner le centre ville.

Nikol Pashinian a été libéré.

14h20 (heure locale)
Par le métro, on parvient à regagner la place de la Republique. Laquelle se remplit à vue d’œil alors que les autres manifestants eux sont à l’autre bout de la ville toujours à Karekine Nejdé. Depuis la rue Abovian, les jeunes et moins jeunes descendent vers la place de la République. Mais plus haut, on réalise vite que la place de France près de l’opéra est bondée et la foule s’étend de la jusqu’à la rue Amiryan.

14h15 (heure locale)
En remontant toujours vers place Nejdé, ceux qui ne sont pas dehors tapent sur des casseroles et autres. Aux fenêtres, une femme de 60 ans explique que ce n’est pas surprenant que les gens ont faim on n’a pas de travail... Un groupe d’étudiantes comptent les pièces sorties de leurs poches : elles ont juste assez pour redescendre en métro vers le centre. Le gros tambour qui rythme la marche désormais sur la place Nejdé pour la tête du défilé est recouvert par les applaudissements et toujours les klaxons de conducteurs, patients, qui attendent coincés aux intersections.

JPEG - 3.6 Mo

13h47 (heure locale)
La foule passe devant un poste de police mais continue vers la place Nejdé. Au cœur de ce quartier populaire, les habitants sortent spontanément rejoindre le défilé sans interruption qui tout le temps grossit. Des jeunes femmes avec des bébés et de jeunes enfants se mêlent aux jeunes arméniens et, avec un effarement mêlé de fierté, voient les jeunes militaires dans le cortège.... L’un de ces jeunes en uniforme, un drapeau arménien à la main, est en permanence sur la voiture de tête. Comme hier, la foule semble bel et bien vouloir rester maintenant devant le poste de police mais d’autres se détachent direction place Nejdé.

13h46
Devant le cinéma Hayrenik, ce qui est devenu, une foule monstre stationne. Les prêtres comme hier sont au milieu de la foule qui est à deux pas du poste de police du quartier de Shengavit. D’autres manifestants arrivent de ce quartier et rejoignent le carrefour. Depuis ce matin, c’est bien un flot ininterrompu de manifestants qui arrivent à chaque carrefour, se rassemblent, se joignent au gros de la foule. Sans que la moindre vitrine ne soit brisée ni même effleurée. Le drapeau tricolore est brandit de partout et le mouvement qui reste très pacifique à bel et bien pris la rue et entend la tenir - pacifiquement. Pour l’heure, à cet endroit de la ville, pas de forces de police ni de forces anti émeutes.

JPEG - 4.2 Mo

13h45
Ce cortège qui descendait Nardos vient de faire sa jonction avec, en autre surprise, les deux ont à leur tête les jeune soldats qui se tombent dans les bras et embrassent les manifestants.

13h40
Devant le cinéma Hayrenik, ce qui est devenue une foule monstre stationne. Les prêtres comme hier sont au milieu de la foule qui est à deux pas du poste de police du quartier de Shengavit. D’autres manifestants arrivent de ce quartier et rejoignent le carrefour. Depuis ce matin c’est bien un flot ininterrompu de manifestants qui arrivent à chaque carrefour, se rassemblent, se joignent au gros de la foule. Sans que la moindre vitrine ne soit brisée ni même effleurée. Le drapeau tricolore est brandit de partout et le mouvement qui reste très pacifique à bel et bien pris la rue et entend la tenir - pacifiquement. Pour l’heure à cet endroit de la ville pas de forces de police ni de forces anti émeutes.

13h30 (heure locale)
Devant marché de Petak, les commerces distribuent coca et eau. Derrière la fin de la manifestions si tant est qu’ elle est une fin est encore sur Nardos. Ils ne sont plus des milliers mais des dizaines de milliers sans doute avec toujours en tête ce groupe de jeeps militaires.

JPEG - 6 Mo

13h sur arshakunyats
Cette longue artère qui part du bas du centre ville pour aller vers le quartier de Shengavit le cortège marque le pas et est la encore rejoint par d’autres groupes de amnistiants. Ils semblent décidées à reprendre direction d’hier à savoir celle du poste de police de Shengavit la rumeur sans doute voulant que les trois députés de Yelk s’y trouvent. Dans la foule certains jeunes crient et affirment que d’autres militaires vont se joindre au mouvement. Au bout de cette longue avenue un Ararat majestueux tendu de neige et de soleil semble attendre tous ces manifestants toute la jeunesse d’Arménie - voire toute l’Arménie. D’ailleurs on voit déjà un autre cortège descendu de Shengavit arriver tricolore brandit et voitures jouant du klaxon dans un concert ininterrompu...

12h40 (heure locale)
En courant, les jeunes militaires et les étudiants blouses blanche se sont portés spontanément à la tête de ce cortège. Un prêtre est la aussi comme hier quatre d’entre eux pendant deux heures assistaient à la manifestation devant le poste de police de Shengavit. Nikol Pashinyan n’est évidemment pas libéré Et, selon la loi arménienne, la police peut le détenir 72 heures à compter de l’interpellation terme au delà duquel le Parlement doit voter pour lever son immunité parlementaire.

12h30 (heure locale)
Les jeunes soldats sont bien issus des rangs de l’armée au sens ou ils sont sous contrat. Il ne s’agit pas d’appelés et le lieutenant colonel avec eux est en fait ici revêtu de son uniforme mais précise t il comme simple citoyen. Le gros de la foule va maintenant aborder la longue rue Nardos, et dans ces quartiers populaires, de petits commerçants, pas un carrefour ou les manifestants ne soient pas applaudis - et surtout, souvent rejoints par d’autres simples citoyens...

JPEG - 4.2 Mo

12h05 (heure locale)
La foule tourne de Khandjyan, au niveau de la statue de Vartan Mamigonyan, vers le marché des quincaillers. Aux fenêtres certains tapent des casseroles - un mot d’ordre qui s’est diffusé depuis hier soir. Marquant le pas les jeunes en treillis en tête du cortège entonnent Mer Hayrenik avec un officier d’un certain âge à leur côté, qui chante lui aussi, tout en faisant le salut militaire.

12h (heure locale)
Ce sont les étudiants en majorité en grève qui sont dans les rues comme le confirment deux jeunes filles en blouse d’infirmiers. Cela a commencé par l’institut d’études médicales mais à notre connaissance ce sont toutes les universités qui font grève des cours déclarent elles sur le carrefour Tigran Mets ou l’incessant flot des manifestants enfle encore.

Reportage de Laurence Ritter pour Armenews.
Photos de Max Sivaslian.

posté le 23 avril 2018 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Erevan  Image 450  Manifestation  Politique 


Manifestations à Erevan
En direct continu : 11ème journée / Nikol Pachinian libéré / Sarkissian a démissionné

Ce matin, ce sont les lycéens et les étudiants qui ont ouvert la Marche de la désobéissance civile. Plusieurs organisations mondiales de la diaspora s’indignent de l’arrestation de Nikol Pachinian détenteur de l’immunité parlementaire.

Le député de la faction Yelq, Aram Sarkissian, a déclaré aujourd’hui avoir rencontré ses collègues Ararat Mirzoyan et Sasun Mikaelyan, arrêtés dimanche. Mais il lui été impossible de rencontrer Pachinian malgré son insistance.

JPEG - 268.9 ko

Des militaires assurent le service d’ordre dans les rangs des protestataires. Pour la première fois l’hymne national arménien est entonné par la foule.

- 8h (Paris) 10h (Erevan) La police est en place, boucliers en mains.
- 10h20 (Paris) Armen Sarkissian s’exprime à la télévision
- 10h30 de nombreux militaires ont rejoint la manifestation en tête de cortège. Ils fraternisent avec les étudiants. Des ecclésiastiques sont aussi de la marche.
- 11h Déclaration officielle de la police : « Actuellement, des réunions se tiennent à Erevan, dont la plupart sont des jeunes. La police se déclare prête à assurer le déroulement normal de la réunion et l’organisation de la circulation conformément à celle-ci. Nous comptons sur la compréhension des jeunes qu’ils ne bloqueront pas le trafic et n’autoriseront aucun cas de désobéissance manifeste aux ordres légitimes des policiers. »

Serge Sarkissian, Armen Sarkisian et Karen Karapetyan se sont entretenus ce matin sur les événements.

Le vice-premier ministre Karapetyan a déclaré devant les médias arméniens : « Je vais maintenant rencontrer M. Pachinian pour négocier et trouver une solution. La journée de demain est très importante, et je crois que nous aurons assez de bon sens et de sobriété pour montrer au monde entier que malgré tous nos problèmes, peu importe le nombre de problèmes non résolus, nous pouvons nous asseoir et trouver une solution raisonnable. ».

- 13h - Nikol Pachinian a été libéré ainsi que Sassoun Mickêlian et Ararat Mirzoyan.
- 14h - Le premier ministre Serge Sarkissian a démissionné.

L’ancien premier ministre a déclaré : « Nikol Pachinian avait raison. Je me trompais. Il existe plusieurs solutions à cette situation, mais je ne vais en appliquer aucune d’entre elles. Ce n’est pas pour moi. Je quitte le poste de chef du pays, comme premier ministre. »

La lutte dans les rues est contre mon mandat. Je réponds à votre demande.

Je souhaite la paix, l’harmonie et la raison à notre pays. “

- 14h30 - La nouvelle de la démission de Serge Sarkissian s’est très vite répandue parmi les manifestants qui exultent place de la République.
- 14h35 - Après avoir serrée la main de Karen Karapetyan à l’issue de sa garde à vue, Nikol Pachinian rejoint le coeur d’une contestation, aujourd’hui caduque. Une journée historique pour l’Arménie.

Les policiers sont tout sourire, un changement radical dans leur comportement.

La foule attend son héros place de la République dans la liesse.

- 15h10- Edward Nalbandian s’exprime à la télévision sur la situation

- 16h30 - Karen Karapetyan devient Premier ministre après une session spéciale du gouvernement

- A 17h00 (Paris) - Manifestation de la Victoire. Nikol Pachinian vient d’apparaître place de la République dans un délire général, face à une foule d’une centaine de milliers de personnes.

- 17h15 - Après la démission du gouvernement, le président Armen Sarkissian a reconduit dans leurs fonctions Levon Altunyan, nommé ministre des Soins de santé, Artem Asatryan, ministre du Travail et des Affaires sociales, Hranush Hakobyan, ministre de la Diaspora, et Ashot Manukyan, ministre des Infrastructures énergétiques et des Ressources naturelles.

JPEG - 631.7 ko

- 18h - 20h (Erevan) Alors qu’un feu d’artifice était tiré, les torches des smartphones s’allumaient, formant un écrin de lumière place de la République, tandis que Nikol Pachinian fêtait la victoire face à une foule subjuguée.

- 18h40 - Le meeting politique s’est terminé, laissant place à la musique et aux festivités, avant le recueillement du 24 Avril.

Rediffusion de la matinée

Rediffusion de la matinée

Rediffusion après-midi

posté le 23 avril 2018 par Jean Eckian/armenews


ARMENIE
Les manifestations continuent malgré l’arrestation de Pashinian

Des milliers de personnes ont de nouveau manifesté dans les rues d’Erevan dimanche après l’arrestation de Nikol Pashinian et d’autres organisateurs des manifestations quotidiennes contre le maintien au pouvoir du Premier ministre Serge Sarkissian.

Les manifestations de colère ont éclaté spontanément dans plusieurs parties de la capitale malgré une présence accrue de la police sur deux places principales et dans plusieurs autres endroits.

Des centaines de forces de sécurité ont été déployées sur la place de la République, le principal lieu de protestation, peu de temps après l’arrestation de Pashinian et de deux autres députés de l’opposition. Ils ont essayé à plusieurs reprises de déloger les manifestants, en en arrêtant une vingtaine au moins.

Des milliers d’autres manifestants ont continué à défiler dans les rues principales dans et autour du centre-ville. Les forces de sécurité n’ont pas tenté de les disperser.

Les manifestants se sont également rassemblés devant un poste de police dans le district de Shengavit, au sud de la ville, où deux des opposants détenus, Sasun Mikaelian et Ararat Mirzoyan, auraient été arrêtés. Ils ont discuté avec les policiers gardant l’entrée du bâtiment.

La foule s’est agrandie dans l’après-midi, bloquant une rue adjacente au poste de police à un moment donné. Les renforts de police qui se sont précipités sur le site n’ont pas immédiatement réussi à débloquer la rue occupée par plusieurs centaines de manifestants exigeant la libération des opposants.

posté le 23 avril 2018 par Claire/armenews


Erevan
Une déclaration de la police arménienne en lien avec l’affaire Pachinian

Le texte ci-dessous émane du site de la police arménienne

« En liaison avec les actions menées par des groupes de participants au rassemblement organisé par Nikol Pashinyan en violation de l’ordre public, la police prend actuellement des mesures non seulement pour assurer l’ordre public mais aussi pour prévenir et réprimer les crimes et délits administratifs. Au cours de telles mesures, la police peut également utiliser d’autres forces.

Les personnes habillées en civil, qui détiennent des citoyens sont des policiers, la police est responsable de leurs activités.

Ces derniers jours, la police a publié plus d’une douzaine de déclarations et de rapports, qui ont également été diffusés par les médias.

En particulier, la police a averti à plusieurs reprises que le fait de bloquer les rues, d’entraver la circulation et de ne pas satisfaire aux exigences légales des policiers d’arrêter de telles actions sont des infractions qui seront prévenues et réprimées.

La police explique aux délinquants participants à la réunion que les nombreux avertissements, appels et déclarations susmentionnés, une fois publiés, peuvent être considérés comme des exigences officielles et que leur non-respect entraînera légitimement des conséquences juridiques négatives. »

posté le 23 avril 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Erevan  Manifestation  Pashinian  Police 


Manifestations à Erevan
En direct continu : 10ème jour (Pachinian a été interpellé par les forces de police à 9h30 :Paris)

9h30 - Heure de Paris - Le député de l’opposition et leader de la Révolution de velours a été arrêté manu-militari ce matin. Son arrestation ne devrait pas apaiser les esprits. Le chef de la police s’est approché du leader de la contestation, la mine défaite. Puis par surprise les forces de l’ordre se sont ruées sur Pachinian dans un désordre général, les manifestants tentant de retenir leur héros, sans succès. Alors que des bombes lacrymogènes envahissaient le terrain, les bérets rouges “nettoyaient“ le secteur.

Après une vingtaine de minutes de confusion, tandis que certains quittaient la manifestation, d’autres reprenaient, sans leur leader, la marche de désobéissance civile. Des ecclésiastiques ont pris la tête du cortège, prestement interrompus dans leur élan par la police.

La manifestation s’est scindée en deux groupes : la marche et un rassemblement place de la République. Erevan est investie en tous lieux.

La massive mobilisation des forces de maintient de l’ordre, tous corps confondus, consiste a encercler les foyers potentiellement insurrectionnels et procéder aux arrestations. Des policiers en civil matraquent à tour de bras.

Les forces spéciales ont pour l’heure quitté le terrain.

Les opposants au régime se sont concentrés devant le poste de police où a été incarcéré Nikol Pachinian. Les manifestants applaudissent, cherchant à se faire entendre de Pachinian, scandant “Nikol, Nikol !“. Un rideau de policiers fait obstacle à l’entrée du poste.

A 16h (Paris), 18h (Erevan) le gros de la marche de la “Révolution de velours“ s’approche de la place de la République sur laquelle un important service d’ordre s’est déployé, appuyé par les bérets rouges. Raffi Hovhannissian vient se présenter à la presse.

JPEG - 342.8 ko
JPEG - 330.6 ko

16h18 - la chaîne de télévision 1in a brusquement interrompu sa retransmission pour montrer des mouvements de troupes pendant 4 minutes. Il s’agirait d’un déploiement militaire de l’Azerbaïdjan à la ligne de contact, entre l’Artsakh et l’Azerbaïdjan.

L’entretien Pachinian-Sarkissian tourne au fiasco

Hier Samedi, le rassemblement des partisans de Nikol Pachinian a atteint un sommet en terme de mobilisation. Bien qu’il y eut encore de nombreuses arrestations et des échauffourées, la surprise, où plutôt les surprises vinrent de l’apparition du président de la république Armen Sarkissian s’entretenant quelques instants avec le leader député, demandant si les négociations étaient encore d’actualité.

JPEG - 297.5 ko

L’autre surprise vint d’un jeune garçon, prénommé Max, qui, prenant le micro, place de la République, assez véhément dans ses paroles, s’en est pris aux policier, les traitant de “Zombies“, et compara Pachinian au héros de la guerre du Karabagh Monte Melkonian. Son intervention dura 10 minutes entrecoupées par les d’ovations d’une foule séduite quand il interpella Edouard Sharmazanov, porte-parole du parti républicain et Vice-président de l’Assemblée nationale, qui avait déclaré précédemment que les enfants ne devaient pas être amenés à ce genre de rassemblement. « Ne vous inquiétez pas pour nous ! », lança Max, sous les applaudissements.

Jean Eckian

posté le 22 avril 2018 par Jean Eckian/armenews


France
Lyon : environ 200 personnes manifestent contre Serge Sarkissian
Cet après-midi, environ 200 personnes se sont rassemblées à Lyon pour manifester leur soutien aux opposants du régime mobilisés depuis 9 jours à Erevan et autres villes d’Arménie.
posté le 21 avril 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Lyon  Manifestation 


Manifestations à Erevan
En direct : La longue marche vers ...

A 3 jours de la 103ème commémoration du génocide des Arméniens, la plupart des observateurs redoutent un affrontement frontal entre les opposants au pouvoir et les forces de police.

A ce stade Serge Sarkissian ne peut se permettre d’utiliser la force, sauf cas de force majeur. Mais rien n’est moins sûr. Le week end devrait apporter sa réponse.

Rediffusion

posté le 21 avril 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Manifestation  Pashinian  Sarkissian 


Manifestations à Erevan
En direct : l’Arménie sous haute tension

Tandis que Serge Sarkissian semble s’enfermer dans un total mutisme face au déferlement protestataire d’une très importante frange de la jeunesse arménienne, dès 9h du matin (heure locale), la police a procédé à plusieurs dizaines d’arrestations, dont un homme à casquette portant l’inscription ASALA. Elle a également fait évacuer des automobiles entravant à dessein la circulation.

Des télévisions internet russes se sont jointes aux manifestations sans que l’on puisse les intégrer ici par restriction de partage.

Rediffusion

posté le 20 avril 2018 par Jean Eckian/armenews


Manifestations en Arménie
Nikol Pachinian à Serj Tankian : Nous vous accueillerons en héros national !

Hier, 18 avril, en fin de soirée, Nikol Pachinian a lancé un appel aux célébrités de la diaspora à soutenir son mouvement de protestation en venant à Erevan.

C’est Serj Tankian, célèbre membre du groupe System of a Down qui s’est manifesté le premier en postant son soutien sur Internet, puis par un coup de fil chaleureux passé avec le leader de la mobilisation. Ce après quoi Nikol Pachinian a lancé « Nous vous accueillerons en héros national ! »

Egalement sollicité, Charles Aznavour, ne s’est pour l’heure pas manifesté, contrairement à Atom Egoyan, qui, retenu pour raisons professionnelles adhère au mouvement.

posté le 19 avril 2018 par Jean Eckian/armenews