Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Manifestation


LOI SUR LE SERVICE MILITAIRE
Les étudiants, obtenant une table ronde, stoppent pour l’heure leurs protestations

Les dirigeants d’un mouvement étudiant protestant contre une loi controversée restreignant les droits des jeunes hommes à rédiger des demandes d’ajournement du service militaire à des fins académiques ont interrompu leurs manifestations, après avoir convenu avec un parlementaire d’organiser une table ronde la semaine prochaine.

La décision a été annoncée par David Petrosian, activiste de premier plan, après sa rencontre en compagnie de quatre autres manifestants avec Eduard Sharmazanov, vice-président du Parlement et membre important du Parti républicain (HHK).

Les représentants du HHK et de son partenaire de coalition, Dashnaktsutyun, qui jouissent d’une majorité confortable au sein de l’Assemblée nationale de 105 sièges, ont voté favorablement pour adopter le projet de loi controversé en deuxième et dernière lecture lors d’une séance au Parlement hier. Les seuls votes contre le projet de loi proviennent de la faction d’opposition Yelk.

En vertu de cette loi, pour obtenir un projet de report du service militaire, les étudiants qui veulent poursuivre leurs études doivent signer des contrats avec le ministère de la Défense et accepter de servir trois ans dans l’armée après avoir terminé leurs études à l’endroit choisi par le ministère. Sinon, la loi stipule que les étudiants seront enrôlés dans l’armée une fois qu’ils atteindront l’âge de 18 ans pour servir pendant deux ans.

Les critiques à cette législation affirment que la mesure découragera beaucoup d’étudiants de poursuivre une carrière universitaire et finira par nuire au développement de la science dans le pays. Les partisans de la loi, y compris le ministre de la Défense Vigen Sargsian, rejettent de tels risques. Ils soulignent que la loi donnera un traitement plus équitable à tous les étudiants et permettra de réduire la corruption en fermant une échappatoire clé pour éviter le service militaire obligatoire.

Les étudiants qui ont participé à des actions depuis le 7 novembre, notamment le boycott des cours et l’organisation de grèves de la faim, ont délégué cinq représentants pour une réunion avec les députés de l’Assemblée nationale après s’être rassemblés pendant plusieurs heures.

Après la réunion qui s’est tenue à huis clos, le militant Petrosian et le vice-président du Parlement, Sharmazanov, ont annoncé qu’une table ronde avec la participation de toutes les parties prenantes aura lieu le 22 novembre.

“Nous avons discuté de trois choses principales. Les jeunes ont proposé une table ronde et nous, en tant que membres de l’Assemblée nationale, un organe de dialogue, sommes prêts à nous engager à la faire“, a commenté M. Sharmazanov. “Cette table ronde sera suivie par toutes les parties prenantes, y compris les scientifiques, les universitaires et les conférenciers nommés par ces étudiants. La question des ajournements provisoires et diverses autres questions qui préoccupent les étudiants seront discutées. Tout cela sera public et transparent. Aujourd’hui, nous avons prouvé que nous sommes prêts à écouter chaque citoyen de la République d’Arménie, et en particulier nos étudiants. “

Sharmazanov a confié qu’ils ont, dans le même temps, demandé aux manifestants d’arrêter les boycotts des cours, les manifestations et les grèves de la faim, et ce “parce que nous entrons dans une phase constructive“.

Le haut responsable a convenu que beaucoup de choses prévues par la loi devront être élaborées par des décisions du gouvernement et qu’une offre a été faite aux membres du groupe d’étudiants de faire des propositions pertinentes pour discussions.

Petrosian, pour sa part, a affirmé : “Nous essayons d’être aussi constructifs que possible et de contribuer à la formation de notre culture civile et politique. Et notre objectif principal est d’avoir un impact positif. En ce moment, nous considérons que c’est la meilleure option parmi toutes celles possibles et déclarons que toutes les personnes qui souhaitent être présentes à la table ronde en tant que nos représentants peuvent nous contacter. Nous sommes prêts à nous asseoir avec tout le monde pour discuter du format afin que les gens qui ont vraiment des arguments puissent avoir l’occasion de les présenter.

“Quant à la grève de la faim, cétait, bien sûr, un moyen de faire entendre notre voix. En ce moment, ce moyen a fonctionné et c’est pourquoi il est nécessaire de l’arrêter et de se préparer pour la table ronde », a-t-il ajouté.

A la question de savoir s’il y aura d’autres protestations, Petrosian a rétorqué : “Le boycott des cours n’est pas d’actualité jusqu’à la tenue de la table ronde.“

posté le 16 novembre 2017 par Claire/armenews


EREVAN
Grève de la faim pour les étudiants manifestant contre la loi sur le service militaire

Plusieurs étudiants membres d’un groupe de pression qui proteste contre la loi sur le service militaire ont entamé une grève de la faim à Erevan, alors que les députés arméniens ont commencé hier à débattre du projet controversé en deuxième lecture.

Les protestations suscitées suite à l’idée de législation limitant considérablement les possibilités de reporter son service militaire pour les étudiants, y compris ceux qui souhaitent poursuivre une carrière scientifique, sont entrées dans leur deuxième semaine.

Plusieurs centaines d’étudiants boycottent les cours depuis le 7 novembre, faisant le tour du campus de l’université d’Erevan, l’établissement d’enseignement le plus ancien et le plus important d’Arménie, et invitant leurs camarades à se joindre à leur mouvement pour manifester leur désaccord. Le projet de loi a déjà été adopté en première lecture à la fin du mois dernier.

Les représentants des étudiants protestataires ont été reçus par le Premier ministre, les ministres de l’Education et de la Défense, mais ils ont refusé d’arrêter leurs protestations même après avoir été invités à se joindre à la rédaction d’amendements pertinents après l’adoption de la loi.

Le projet de loi stipule que pour obtenir un report de son service militaire, tous les étudiants qui veulent poursuivre leurs études doivent signer des contrats avec le ministère de la Défense et accepter de servir trois ans dans l’armée après avoir terminé leurs études à l’endroit choisi par le ministère. Sinon, les étudiants seront enrôlés dans l’armée dès l’âge de 18 ans.

Les étudiants protestataires ainsi que plusieurs partis d’opposition et personnalités publiques en Arménie estiment que cette mesure nuira au développement de la science dans le pays, car elle entraînera des interruptions dans le processus éducatif ou découragera les quelques étudiants qui souhaitent poursuivre une carrière scientifique.

Cinq membres du groupe “For Science Development“ se sont enfermés dans l’une des salles de conférence de la Faculté de Sociologie, Informatique et Mathématiques Appliquées de l’Université d’Erevan, déclarant qu’ils n’arrêteront leur grève de la faim qu’après le retrait du projet de loi.

Parmi les participants à cette grève de la faim figure David Petrosian, étudiant et activiste. Il a déclaré qu’ils protestaient en particulier contre la décision du Parlement de poursuivre les discussions sur le projet de loi sans tenir compte de leurs préoccupations et sans y apporter de modifications avant la deuxième lecture.

“En outre, avec cette grève de la faim, nous essayons de montrer à tous les citoyens que leur voix compte. L’apathie publique qui s’est répandue est très triste à voir. Nous contribuons nous à surmonter cette apathie“, a commenté le militant.

Petrosian, qui a servi dans l’armée, a déclaré que trois autres étudiants du groupe ont également terminé leur service militaire. “Quatre d’entre nous ont servi dans l’armée. Et par là nous voulons prouver que c’est un mouvement pour l’équité et la justice “, a-t-il expliqué.

Le ministre de la Défense, Vigen Sargsian, a également déclaré à plusieurs reprises que le nouveau projet de loi vise à rétablir la justice parmi les étudiants masculins qui bénéficient d’un report et d’une exemption du service militaire, et de ceux qui n’en bénéficient pas. Il a insisté sur le fait que son but n’était pas de faire l’armée. Le ministre et d’autres représentants du gouvernement croient que la loi ne nuira en rien à la science, mais qu’elle ne fera qu’éliminer la corruption en gommant une lacune importante permettant d’éviter son service militaire obligatoire.

L’activiste Petrosian, quant à lui, a exhorté les autres étudiants engagés dans les manifestations à continuer. Il a répondu aux questions de RFE / RL derrière une porte fermée, précisant que le groupe avait décidé de garder la porte de la salle de cours fermée même aux autres étudiants, y compris ceux qui voudraient se joindre à la grève de la faim.

Environ une trentaine d’étudiants du Conservatoire d’Etat d’Erevan se sont joints à la manifestation organisée sur le campus de l’université d’Etat d’Erevan.

posté le 15 novembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



SERVICE MILITAIRE
Le ministre de l’Education rejette la requête des étudiants manifestants

Le gouvernement arménien ne stoppera pas le processus en cours concernant l’arrêt de la plupart des exemptions temporaires du service militaire obligatoire, a déclaré hier le ministre de l’Education, Levon Mkrtchian, aux étudiants qui protestaient contre la mesure envisagée.

Mkrtchian a rencontré des représentants des étudiants alors qu’ils boycottaient les cours pour la deuxième journée consécutive en signe de protestation contre un projet de loi gouvernemental adopté par le Parlement en première lecture.

Plus de 200 étudiants se sont rassemblés devant le bâtiment principal de l’Université d’État d’Erevan et ont déambulé dans le centre-ville avant cette réunion avec le ministre.

“Quand il s’agit de servir la patrie, aucun citoyen de la République d’Arménie n’aura de privilèges“, a rétorqué Mkrtchian face à plusieurs organisateurs des manifestations.

Le ministre a réitéré ses arguments selon lesquels plus de 85% des étudiants masculins des universités publiques sont déjà enrôlés dans les forces armées à l’âge de 18 ans parce qu’ils paient des frais de scolarité contrairement aux autres étudiants qui étudient gratuitement.

Ces derniers ont jusqu’à présent été autorisés à effectuer le service de deux ans après avoir terminé leurs études de premier, deuxième ou troisième cycle. Ceux qui obtiennent des diplômes de doctorat ont été exemptés de toute obligation militaire.

Le projet de loi controversé rédigé par le ministère de la Défense accorderait des exceptions seulement aux étudiants qui accepteraient de suivre un entraînement militaire parallèle et de servir dans l’armée comme officiers pendant trois ans après l’obtention de leur diplôme. Les étudiants protestataires affirment que, sans déferrement, ce sera beaucoup plus difficile pour eux de devenir des scientifiques ou des érudits.

Mkrtchian a rejeté de telles affirmations, en faisant valoir que seulement un petit pourcentage d’étudiants arméniens exemptés temporairement ou définitivement de la conscription ont poursuivi des carrières académiques ou scientifiques. “Il y a un fort soutien politique derrière le projet de loi (...) Je ne pense pas qu’il puisse être retiré“, a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, les organisateurs de la manifestation ont clairement indiqué qu’ils continueraient le boycott jusqu’à ce que le gouvernement réponde à leurs demandes, lesquelles sont soutenues par certains leaders de l’opposition.

Les manifestants ont de nouveau tenté hier d’entrer dans les locaux de l’Université d’Etat d’Erevan et d’inciter davantage d’étudiants à rejoindre leur mouvement. Les portes d’entrée de ces bâtiments sont restées verrouillées de l’intérieur, l’administration de l’université cherchant apparemment à contenir le boycott.

Au moins une professeure de l’Université, Karen Saghatelian, a condamné la fermeture et s’est jointe aux manifestants.

posté le 9 novembre 2017 par Claire/armenews


EREVAN
Projet contre les exemptions de service militaire : des étudiants manifestent

A Erevan, une centaine d’étudiants ont boycotté les cours hier pour protester contre les plans du gouvernement pour abolir en grande partie les exemptions temporaires du service militaire dont jouissait la plupart d’entre eux.

Les manifestants se sont rassemblés devant le bâtiment principal de l’Université d’Etat d’Erevan, demandant un entretien avec le ministre de l’Education, Levon Mkrtchian. Ils ont marché vers d’autres bâtiments de l’Université d’Etat d’Erevan après que Mkrtchian et d’autres fonctionnaires du ministère de l’Education ont refusé de rencontrer leurs représentants.

Les étudiants masculins de l’université arménienne d’Etat, éligibles aux bourses gouvernementales, ont jusqu’à présent été autorisés à effectuer le service militaire obligatoire après avoir terminé leurs études de premier, deuxième ou troisième cycle.

En vertu d’un projet de loi adopté par le Parlement en première lecture à la fin du mois dernier, seuls les étudiants qui accepteraient de suivre une formation militaire parallèle et de servir dans l’armée pendant trois ans après l’obtention du diplôme seraient autorisés à avoir une exemption temporaire. Le ministère de la Défense, qui a rédigé le projet de loi, affirme que cela permettrait de combler une lacune majeure pour échapper au service militaire et réduire les « risques de corruption » parmi les responsables militaires et universitaires.

Les représentants du gouvernement soutiennent également que plus de 80% des hommes arméniens de 18 ans inscrits dans les universités d’État sont déjà enrôlés dans les forces armées. Laisser les autres étudiants poursuivre leurs études sans interruption est injuste, précisent-ils.

Les critiques pensent que la mesure empêcherait de nombreux étudiants de devenir des scientifiques ou des grands universitaires. Ils disent que cela n’empêcherait pas par contre les fils de nombreux hauts fonctionnaires, de politiciens favorables au gouvernement et de riches hommes d’affaires d’échapper au service militaire.

“Oui, nous admettons qu’il y a de la corruption dans le système éducatif, mais nous pensons aussi que les problèmes existant au sein du système éducatif doivent être abordés dans le système“, a déclaré l’un des étudiants protestataires.

Les manifestants, parmi lesquels des étudiantes, ont tenté d’entrer dans certains départements de l’Université d’Etat d’Erevan afin d’inciter davantage d’étudiants à rejoindre leur combat. Cependant, ils ont trouvé les portes d’entrée de la plupart de ces départements verrouillées de l’intérieur. Les étudiants assistant aux cours n’ont donc pas pu quitter les bâtiments.

Marat Grigorian, le doyen du département de géographie et de géologie de l’université, a critiqué la protestation et a soutenu le projet de loi controversé, qui devrait être adopté dans la lecture finale la semaine prochaine. “Ce projet de loi ne nuira pas à l’enseignement supérieur“, a t-il commenté.

Ruben Melkonian, qui dirige le département des études orientales, a également critiqué cette manifestation. Pourtant, il a convenu que les étudiants ont le droit légitime d’exprimer leurs préoccupations.

posté le 8 novembre 2017 par Claire/armenews


EDUCATION
Manifestation contre les mauvaises conditions scolaires

Des centaines d’enseignants et d’étudiants d’une école arménienne ont boycotté les cours hier pour réclamer de nouveau la réparation urgente de ses installations.

L’école publique d’Ashtarak, une ville située à 30 kilomètres au nord-ouest d’Erevan, possède deux bâtiments construits à l’époque soviétique. L’un d’entre eux est délabré et désaffecté, tandis que l’autre est trop petit pour accueillir adéquatement les 600 élèves de l’école. Il faudrait également de nouveaux meubles.

Les enseignants protestaient déjà contre le manque d’espace et la décomposition des installations là-bas lorsqu’ils ont fait grève pendant une journée en mai dernier. Ils n’ont pas réussi à obliger le gouvernement à allouer des fonds nécessaires aux réparations.

Les enseignants ont déclaré hier qu’ils ne reprendraient leur travail seulement une fois que le gouvernement n’est répondu à leurs demandes. Ils ont précisé que le gouvernement devrait au moins fournir des locaux plus adéquats pour les plus jeunes élèves âgés de 6 à 10 ans.

La plupart des parents et les élèves ont soutenu la grève, expliquant que leurs enfants boycotteront les cours.

“Il n’y a pas de toilettes normales, pas de cantine. Cela n’est pas possible dans une école du 21e siècle“, a déclaré l’un des parents. « Que pense notre ministère provincial de l’éducation ? Est-ce qu’ils enverraient leurs enfants dans une telle école ?

« J’ai travaillé dans cette école pendant 21 ans et je ne fais qu’entendre des promesses depuis 21 ans », a regretté un enseignant. “Rien n’a été fait“.

Le directeur de l’école, Grisha Gevorgian, a cherché à justifier la grève. “Les gens ne me font plus confiance parce que j’ai été trompé par les autorités, et je les ai donc ensuite trompés“, a-t-il souligné.

Un ancien responsable du ministère de l’Éducation, Ashot Arshakian, a visité l’école Ashtarak plus tard dans la journée. Il a prétendu que Gevorgian a économisé quelques-uns des fonds budgétaires alloués à l’école au cours des dernières années. Le principal a fermement nié cela, assurant que l’école avait été sous-financée par le gouvernement.

Ashot Simonian, le gouverneur récemment nommé de la province d’Aragatsotn, a également rencontré le personnel et les élèves protestants. Il s’inquiète aussi du mauvais Etat de l’école et exerce un lobbying auprès du gouvernement pour réserver des fonds supplémentaires au budget de l’état de 2018.

L’année dernière, les étudiants d’une école dans un village d’Aragatsotn ont également boycotté des cours pour protester contre des conditions tout aussi médiocres. Le gouvernement s’est efforcé de fournir des fonds pour sa reconstruction urgente.

posté le 27 septembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Colère dans un village où une grande route va être construite

Les résidents d’un village de la province de Lori, dans l’ouest de l’Arménie, ont accusé vendredi le gouvernement de ne pas les avoir indemnisé pour leurs terres confisquées afin que soit reconstruit une grande route traversant leur village.

Le village de Vahagnadzor chevauche une autoroute de 90 kilomètres s’étendant de la capitale provincial Vanadzor jusqu’à la frontière géorgienne. Le gouvernement a contracté plusieurs entreprises de construction pour la réhabiliter et l’étendre après avoir obtenu environ 120 millions de dollars de prêts auprès de deux banques internationales de développement. Les travaux routiers ont débuté en septembre dernier.

Vahagnadzor est l’un des nombreux villages du Lori qui ont eu leurs terrains adjacents à l’autoroute nationalisée pour le projet. Les responsables gouvernementaux ont promis que leurs propriétaires seraient indemnisés de manière adéquate.

“Je peux dire qu’ils nous ont trompés“, a déclaré le maire de Vahagnadzor, Edik Yeghoyan. Il a révélé qu’aucun des propriétaires d’une soixantaine de parcelles locales soumises à la confiscation n’avait été payé jusqu’à présent.

Yeghoyan a ajouté avoir envoyé une plainte écrite au gouvernement à Erevan la semaine dernière mais qu’il n’vait toujours pas reçu de réponse. Il va maintenant écrire au président Serge Sarkissian.

Eduard Bezoyan, directeur général de la société de construction Chanapar en charge de la section Vahagnadzor de l’autoroute, a toutefois insisté sur le fait que le gouvernement et les entrepreneurs privés paieront. Il a expliqué qu’un groupe de travail spécial mesurerait la perte de terrain de chaque famille de village et l’indemniserait en conséquence.

“C’est un problème résolu et il n’y a pas de complications“, a soulignéé Bezoyan. “C’est juste que certaines personnes créent des difficultés pour organiser un spectacle“.

Au moins une famille de Vahagnadzor, les Sargsian, a précisé qu’elle ne céderait aucun terrain quel que soit le montant de la compensation. La famille pense que l’autoroute élargie sera trop proche de leur maison et créera de sérieux risques pour la sécurité.

Le village compte environ 450 habitants. Le budget annuel de son administration ne représente que 8 millions de drams (17 000 $).

posté le 7 août 2017 par Claire/armenews


JUSTICE
Début du procès d’un militant de l’opposition, Andrias Ghukasian

Le procès d’un militant de l’opposition arménienne accusé d’avoir aidé des hommes armés qui ont saisi un bâtiment de police à Erevan l’année dernière a débuté hier.

L’activiste qui est sur le banc des accusés, Andrias Ghukasian, a été l’un des organisateurs de manifestations en appui aux hommes armés affiliés à un groupe d’opposition marginalisé. Les accusations portées contre lui proviennent de l’un de ces rassemblements organisés le 29 juillet 2016 dans le quartier Sari Tagh d’Erevan, près du bâtiment de police assiégé.

La police anti-émeute a utilisé des gaz lacrymogènes et des grenades d’étourdissement pour disperser les manifestants. Plusieurs organisateurs de la manifestation ont été arrêtés et accusés de provoquer des « perturbations de masse ». Tous, sauf Ghukasian, ont été relâchés par la suite.

Le Service spécial d’enquête de l’Arménie (SIS) affirme que Ghukasian a exhorté les partisans à jeter des pierres sur les policiers à Sari Tagh.

Ghukasian refuse ces accusations, qui seraient d’après lui politiquement motivées. Ses avocats assurent qu’ils sont basés sur un faux témoignage donné par un homme lié à la police. Ils précisent que le témoignage contredit les vidéos des manifestations de juillet 2016 où l’on peut voir Ghukasian.

Ce dernier accuse également les enquêteurs du SIS d’avoir commis de nombreuses violations de la procédure lors de leur enquête criminelle. Lors de la séance d’ouverture du procès, le juge n’a pas accepté de lire une déclaration détaillant les violations alléguées.

Le juge a poursuivi l’audience en citant l’absence des avocats de l’opposition. Il a expliqué que le procès reprendra après leur retour de congés.

Deux autres militants de l’opposition arrêtés dans le cadre de la violence de Sari Tagh, Davit Sanasarian et Davit Hovannisian, ont également assisté à la première audience qui n’a duré que quelques minutes. Les deux hommes ont dénoncé l’affaire pénale contre leur camarade. Hovannisian, qui a été libéré sous caution en juin, a affirmé que la foule de Sari Tagh aurait pu facilement traverser le cordon de la police si les organisateurs de la protestation avaient effectivement prévu de rejoindre les hommes armés.

Plus de 60 manifestants ont été blessés et hospitalisés suite aux violences de Sari Tagh. La police regrette que 36 de leurs officiers aient été blessés par des pierres.

Dans un rapport de janvier, Human Rights Watch a déclaré que l’utilisation de la force contre les manifestants était « excessive et disproportionnée ». La répression a également été critiquée par les militants arméniens des droits de l’homme.

Ancien dirigeant d’entreprise, Ghukasian était un petit candidat lors des dernières élections présidentielles d’Arménie qui se sont tenues en 2013. Il a recueilli environ 0,6% du vote, selon les résultats officiels des élections.

Malgré sa détention provisoire, Ghukasian a été candidat lors des élections législatives du 2 avril sous l’étiquette de l’opposition de l’alliance ORO dirigée par l’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian et les anciens ministres des Affaires étrangères Raffi Hovannisian et Vartan Oskanian. L’ORO n’a obtenu que 2% des suffrages.

posté le 3 août 2017 par Claire/armenews


ARMÉNIE
Des villageois s’opposent à un projet de mine d’or

Des dizaines d’habitants d’un village de la province de Lori, dans l’ouest de l’Arménie, ont bloqué mercredi une route locale pour manifester contre le projet d’une obscure société privée qui envisage de chercher de l’or près de leur communauté.

Ils craignent que le projet de mine, s’il est mis en œuvre, cause des ravages sur l’écosystème local en contaminant les forêts et les pâturages entourant le village d’Ardvi. Ils affirment que les mines à ciel ouvert vont également effrayer les touristes qui visitent les sanctuaires du 10ème siècle situés à Ardvi.

L’entreprise en question, appelée Miram, n’a jusqu’à présent divulgué que quelques détails de ses projets de développement d’une mine d’or dans la région. Elle n’a pas encore obtenu l’autorisation du gouvernement pour l’exploitation proposée.

La loi arménienne exige que les entreprises souhaitant des licences minières organisent des audiences publiques dans les communautés affectées par leurs opérations. Miram a prévu de tenir une telle discussion mercredi.

Les villageois ont contrarié la procédure en bloquant une route menant à Ardvi. « Notre or est notre nature », a déclaré l’un des manifestants en colère.

« Leur objectif est de détruire notre village. Nous n’accepterons aucune audience », a crié un autre habitant du village.

Les représentants de Miram ne se sont jamais présentés. Jusqu’à présent, Arayik Zadoyan - directeur d’un restaurant dans la capitale provinciale Vanadzor - figurait parmi les actionnaires de la société. Le restaurant en question appartient à Vahram Baghdasarian, le leader parlementaire du Parti Républicain.

Zadoyan a affirmé mercredi qu’il ne détient plus de parts dans la société Miram. Il a ajouté que la société est contrôlée par un de ses amis depuis la Russie.

posté le 27 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



SOCIÉTÉ
La réforme des retraites arméniennes fonctionne d’après le Ministre

Mardi, le Ministre du Travail et des Affaires Sociales, Artem Asatrian a déclaré que le gouvernement arménien met en œuvre avec succès une réforme controversée du système national de retraite, qui avait déclenché des manifestations de protestation il y a trois ans.

Le nouveau système, qui a pris effet en janvier 2014, couvrira progressivement environ 270 000 travailleurs arméniens nés après 1973. Ils devront gagner la majorité de leurs futures pensions en versant des sommes équivalentes à au moins 5 % de leur salaire brut, à des fonds de pension privés jusqu’à leur retraite.

Le gouvernement a déclaré que le mécanisme précédent des prestations de retraite, fondé sur la soi-disant solidarité des générations n’est pas durable en raison du vieillissement et de la réduction de la population arménienne.

La réforme a rencontré une forte résistance de la part de nombreux travailleurs, principalement employés par des entreprises privées. Des milliers d’entre eux ont manifesté à Erevan début 2014.

La Cour Constitutionnelle arménienne a gelé la réforme des retraites en avril 2014. Le gouvernement a réagit en ne rendant la réforme obligatoire que pour 70 000 salariés du secteur public dans un premier temps. Une seconde loi a permis aux personnes travaillant pour des entités privées de ne pas être couvertes par le nouveau système avant juillet 2018.

Asatrian a parlé des « très bons résultats » déjà générés par la réforme, lorsqu’il a répondu aux questions d’utilisateurs Facebook à Erevan. « Aujourd’hui, nous avons plus de 170 000 participants au [nouveau] système, dont 70 000 sont des employés du secteur public et plus de 100 000 d’entre eux travaillent dans le secteur privé », a-t-il déclaré.

« Si je ne me trompe pas, environ 80 milliards de drams (170 millions de dollars) [de taxes de retraite] ont déjà été accumulés par le système », a déclaré le ministre. Il a ajouté que les fonds de pension ont investi plus de 70 % de cet argent dans des obligations arméniennes et dans d’autres titres.

posté le 26 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200