Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Economie


PRIX SUR LES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION
Sarkissian appel à une économie basée sur la connaissance

Des milliers d’hommes et de femmes impliqués dans le secteur des technologies de l’information aident l’Arménie à s’orienter vers une économie basée sur la connaissance, a déclaré jeudi le président Serzh Sarkisian à Tony Fadell, inventeur, designer et entrepreneur libano-américain, aussi connu comme “l’un des pères de l’iPod“.

S’adressant aux invités d’une cérémonie qui a eu lieu au Palais présidentiel, Sarkisian a poursuivi en décrivant le secteur des technologies de l’information comme la locomotive potentiellement majeure de la croissance pour l’Arménie.

“Environ 600 entreprises sont impliquées dans ce secteur [en Arménie] et parmi elles se trouvent des bureaux de nombreuses organisations de renommée mondiale. Ils fournissent des emplois à près de 20 000 personnes. Nous constatons en moyenne une croissance de 20-25% dans ce secteur depuis plusieurs années “, a déclaré le président arménien. “Mais tout en fournissant de tels taux de développement, nous ne devrions pas nous limiter à de tels indices. Nous devrions rêver, penser et créer de nouveaux projets et les mettre en œuvre. Le nombre d’entreprises travaillant dans le secteur des TI devrait atteindre des milliers et le nombre de leurs employés devrait être dans les centaines de milliers. “

Dans cette optique, Sarkissian met l’accent sur la mise en place d’un « système dynamique » d’éducation professionnelle. “Je pense que nos spécialistes devraient s’intéresser aux solutions de M. Fadell en termes d’iPod ou d’autres innovations“, a-t-il ajouté.

En 2010, l’ancien ingénieur Apple, Fadell, a cofondé une start-up, Nest Labs, qui fabrique des thermostats, des détecteurs de fumée, des caméras de sécurité et des thermostats programmables, et équipés de capteurs Wi-Fi et d’autres systèmes de sécurité.

Alphabet Inc. (Google) a fait l’acquisition de Nest Labs pour 3,2 milliards de dollars américains en janvier 2014, alors qu’elle comptait 280 employés, ce qui a permis de maintenir l’identité de la marque Nest. En novembre 2015, Nest Labs comptait plus de 1 100 employés, avec un nouveau centre d’ingénierie à Seattle.

Fadell est la huitième personnalité internationale de l’informatique honorée en Arménie depuis 2010 avec le prix présidentiel qui est décerné à des personnes qui ont apporté des contributions extraordinaires à l’humanité en faisant progresser le monde de l’informatique.

Parmi les lauréats précédents, figurent notamment Craig Barrett, PDG / Président du Conseil d’administration d’Intel Corporation, co-fondateur d’Apple Computers, Inc. Steve Wozniak, PDG de Kaspersky Lab Eugene Kaspersky et d’autres.

L’un des objectifs de ce prix est d’amener en Arménie des individus de premier plan du secteur informatique, ce qui rehausse le profil du pays et sa reconnaissance dans l’industrie informatique mondiale.

posté le 19 novembre 2017 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CARICATURES
Investir en Arménie et devenir très vite millionnaire...en drams...

En Arménie, pour un investisseur étranger, il est très facile de devenir millionnaire...en drams arméniens bien évidemment...

JPEG - 531.5 ko
Investir en Arménie et devenir très vite millionnaire...en drams...(caricature)
posté le 17 novembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Economie  Image 450 


EXPOSITION-VENTE
Hommage à Jean Vendome « Le père de la joaillerie contemporaine »

UN BIJOU POUR NOEL & MILLON, Maison de Ventes aux Enchères Rendent hommage à Jean Vendome « Le père de la joaillerie contemporaine »

Le salon UN BIJOU POUR NOEL, en partenariat avec la Maison de Ventes aux Enchères MILLON, rendra hommage à Jean Vendome tout au long de la quatrième édition du salon. Dans les salons de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, 4 place Saint-Germain-des-Prés à Paris, du 17 au 20 novembre, vous pourrez découvrir des pièces uniques de sa fabrication, des dessins, des photos, ainsi qu’un impressionnant collier qui sera mis en vente par la Maison MILLON lors de sa vente haute joaillerie début décembre. Plus d’informations sur www.millon.com Thierry Vendome, quant à lui, rendra hommage à son père par une conférence le dimanche 19 novembre à 15h. Nombre de places limitées, réservations via le site internet www.unbijoupournoel.fr

UN BIJOU POUR NOEL est le rendez-vous annuel incontournable de tous les passionnés de bijoux, de pierres précieuses, de pièces uniques, d’originalité et d’artisanat d’art. Dans le cadre intimiste d’un hôtel particulier de la rive gauche, UN BIJOU POUR NOEL réunit pendant 4 jours une sélection de créateurs pour une exposition-vente. Au cours de ces journées, le grand public a la possibilité de pouvoir échanger en direct avec les créateurs, de leur acheter un bijou ou de leur commander une pièce unique. La nouvelle édition du salon UN BIJOU POUR NOEL, organisé par Myrtille Mousson, aura lieu du vendredi 17 au lundi 20 novembre 2017 (vernissage sur invitation le jeudi 16 novembre). Entrée 5 euros.

posté le 15 novembre 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Economie  France  Image 450 


EREVAN
Des commerçants se plaignent de la « pression fiscale »

Plusieurs dizaines de commerçants d’Erevan se sont de nouveau rassemblés devant le Parlement hier pour protester contre ce que bon nombre d’entre eux ont décrit comme une “terreur fiscale“ utilisée contre eux par le SRC.

Les commerçants qui vendent principalement des vêtements sur les marchés couverts ou en plein air à Erevan payaient des impôts mensuels fixes jusqu’à présent. Citant le nouveau Code des impôts de l’Arménie, le SRC les a informés récemment qu’ils seront maintenant taxés selon un mécanisme différent qui mesurera leurs chiffres d’affaires. À cette fin, l’agence gouvernementale a mis en place des règles comptables standard et d’autres documents supplémentaires.

Lors du rassemblement, les manifestants ont affirmé que le SRC prenait des mesures administratives sévères à leur encontre, y compris des inspections fréquentes, des amendes et d’autres formes de « pression fiscale ».

Une femme vendant des vêtements importés de Turquie s’est plainte que les inspecteurs des impôts ont inspecté son étal trois jours de suite à la fin de chaque semaine, l’accusant de sous-estimer son chiffre d’affaires.

“Mais mes ventes sont faibles maintenant. Les gens quittent le pays, seuls les très riches et les très pauvres restent ici. Nous sommes parmi les pauvres aujourd’hui. Ils veulent que nous quittions notre pays, mais nous ne le ferons pas. Nous resterons et nous nous battrons“, a déclaré la femme.

Un autre commerçant a déclaré qu’ils étaient venus à l’Assemblée nationale pour exhorter les partis politiques à faire en sorte que les organismes fiscaux traitent équitablement les entreprises.

Le vice-président du Parlement, Mikayel Melkumian, qui représente l’alliance Tsaroukian de l’opposition, s’est adressé aux commerçants et leur a dit qu’il avait soulevé leur problème devant les quatre factions du Parlement et que tous étaient maintenant conscients du problème. “Nous avons de nouveau souligné que le Comité des impôts de l’Etat poursuit sa terreur fiscale“, a assuré le parlementaire d’opposition. “Notre travail en tant que député est de ne pas bloquer les entreprises établies depuis des années grâce à leurs efforts acharnés. Au lieu de tout faire pour créer de nouveaux emplois, le gouvernement veut que les rares existants soient supprimés, et il utilise la terreur pour cela. “

C’est la deuxième manifestation organisée par les commerçants en deux semaines. Le 31 octobre, ils se sont également rassemblés devant l’édifice de l’Assemblée nationale afin d’exiger des changements au Code fiscal et une réduction des formalités administratives.

Le chef du SRC, Vartan Harutiunian, a ensuite rejeté ces plaintes, accusant les manifestants de vouloir échapper à l’impôt. Harutiunian a affirmé que les commerçants avaient rejeté les offres du SRC de leur fournir des services de comptabilité gratuits. “Tout le monde doit payer des impôts d’une manière définie par la loi“, a t-il répondu face aux journalistes.

posté le 15 novembre 2017 par Claire/armenews


FRANCE/TURQUIE
La Turquie rouvre ses frontières aux bovins français

Paris, (AFP) - La Turquie a rouvert son marché aux exportations de bovins vifs français, après l’avoir fermé pendant deux ans à la suite de la découverte d’une maladie en France, a indiqué lundi le ministère de l’Agriculture.

“Après deux ans de négociations entre les services vétérinaires français et turcs, la Turquie vient d’accepter de rouvrir son marché aux exportations de bovins français“, indique le ministère dans un communiqué.

La Turquie lève ainsi un embargo en place depuis la détection en France, en septembre 2015, du sérotype 8 du virus de la fièvre catarrhale ovine (FCO). Cependant, les conditions demandées par les autorités turques pour exporter sont strictes, assure le communiqué : “zone d’exclusion autour des foyers de FCO, vaccination et dépistage préalables des bovins exportés, protection des animaux vis-à-vis des insectes vecteurs“.

La FCO est une maladie virale, transmise par des moucherons (culicoides) aux ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages. Deux sérotypes du virus (le numéro 8 et, tout récemment, le numéro 4) sévissent en France continentale.

Cette maladie est strictement animale et n’a aucune incidence sur la sécurité sanitaire des denrées (viande, lait, etc), assure le communiqué. Difficile d’accès pendant de longues années, le marché turc s’était fermé après la reconnaissance par la France du génocide arménien en décembre 2011. Il avait rouvert en 2015.

De janvier à septembre 2015, la France avait expédié 70.000 animaux en Turquie et les éleveurs français espéraient alors pouvoir exporter dans ce pays au carrefour de l’Orient et de l’Occident jusqu’à 200.000 bovins (vifs) annuellement.

posté le 14 novembre 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Economie  France  Image 450  Turquie 


ECONOMIE
Nouveau prêt allemand pour l’Arménie

Le gouvernement arménien a annoncé jeudi que la banque publique de développement allemande KfW allait fournir un nouveau prêt de 80 millions d’euros (93 millions de dollars) pour financer une partie de ses dépenses budgétaires.

Selon un communiqué du gouvernement, le prêt à taux réduit remboursable en 15 ans soutiendra les efforts du gouvernement pour améliorer la gestion des déchets et mettre en place un système national d’assurance agricole en Arménie. La déclaration n’a pas donné de détails sur ces projets.

Le ministre des Finances, Vartan Aramian, n’est pas non plus entré dans les détails ce projet d’accord à d’autres membres du cabinet pour approbation. Il a seulement indiqué que le « prêt d’appui budgétaire » sera décaissé en deux tranches égales cette année et l’année prochaine.

L’assurance agricole est de plus en plus considérée comme une nécessité vitale en Arménie où des milliers d’agriculteurs perdent leurs récoltes chaque année en raison de la grêle, de la sécheresse et d’autres catastrophes naturelles. Les gouvernements successifs à Erevan ont attribué l’absence d’un tel système à un manque de fonds publics et privés.

Depuis 1998, la KfW a financé des projets de plusieurs centaines de millions de dollars dans les secteurs de l’énergie, de la finance, de la santé, de l’immobilier et de l’approvisionnement en eau en Arménie. L’un de ses principaux prêts, d’un montant de 85 millions d’euros, est utilisé pour la construction d’une nouvelle ligne de courant électrique entre l’Arménie et la Géorgie.

En collaboration avec la Société financière internationale, KfW a également prêté 9 millions de dollars à des investisseurs privés en 2014 pour la construction d’un premier complexe de bureaux écoénergétique à Erevan. Sa construction est presque terminée.

posté le 10 novembre 2017 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Le personnel présidentiel va diminuer de moitié

Le chef du cabinet du président Serge Sarkissian a révélé hier que son cabinet diminuerait de moitié après l’adoption par l’Arménie d’un système parlementaire en avril.

Armen Gevorgian a précisé que les réductions de personnel dans l’administration présidentielle sont déjà en cours.

“Nous avons commencé l’année avec 410 employés, puis nous avons réduit leur nombre à 385 le 1er juin et à 330 le 1er octobre“, a expliqué Gevorgian devant un comité permanent du Parlement arménien. Il est prévu que le prochain président de la République aura seulement 180 à 200 membres du personnel, a t-il ajouté.

Le financement gouvernemental du personnel présidentiel sera réduit en conséquence. Selon Gevorgian, le projet de budget du gouvernement pour l’année prochaine prévoit une dépense de 2,4 milliards de drams (5 milliards de dollars) à cette fin, contre 4,9 milliards de drams prévus pour cette année.

Le second et dernier mandat présidentiel de Sarkissian se termine en avril. Son successeur sera élu par le Parlement, et non par la voix directe des électeurs, et jouira en grande partie de pouvoirs protocolaires.

Conformément à une réforme constitutionnelle controversée promulguée par Sarkissian en 2015, la plupart des pouvoirs présidentiels actuellement en cours seront transférés au Premier ministre et à son cabinet qui doit bénéficier du soutien de la majorité parlementaire.

Le Parti républicain (HHK) de Sarkissian contrôle la majorité des sièges à l’Assemblée nationale élus en avril 2017. Ni le président sortant ni son parti n’ont indiqué jusqu’ici qui pourrait devenir le prochain chef d’Etat de l’Arménie. Il est également difficile de savoir si Sarkissian envisage de devenir Premier ministre ou de prendre un autre poste d’État après la fin de sa présidence de dix ans.

posté le 2 novembre 2017 par Claire/armenews


EREVAN
Les commerçants de marchés protestent contre de nouvelles règles fiscales

Plusieurs dizaines de commerçants de marchés d’Erevan se sont rassemblés devant le Parlement hier pour protester contre de nouvelles règles du gouvernement qui les obligent à payer plus d’impôts.

Les commerçants qui vendent principalement des vêtements sur les marchés en plein air à Erevan payaient des impôts mensuels fixes jusqu’à maintenant. Citant le nouveau Code des impôts de l’Arménie, le Comité des recettes de l’Etat (SRC) les a informés récemment qu’ils seront maintenant taxés selon un mécanisme différent qui mesurera leurs chiffres d’affaires. À cette fin, l’agence gouvernementale a mis en place des règles comptables standard et d’autres documents supplémentaires spécialement pour eux.

Les propriétaires de petites entreprises se sont rassemblés devant le siège du Parlement à Erevan après une série de réunions avec des responsables de la SRC qui ont tenté de répondre à leurs préoccupations. Ils ont insisté sur le fait que les nouvelles règles sont trop lourdes et qu’ils ne peuvent pas payer plus d’impôts.

“Je devrais engager un comptable pour m’occuper de tout ça“, a regretté l’un d’eux.

Le chef de la SRC, Vartan Harutiunian, a rejeté ces plaintes, accusant les manifestants d’essayer d’échapper à l’impôt. Harutiunian a affirmé avoir rejeté les offres de la SRC visant à leur fournir des services de comptabilité gratuits. “Tout le monde doit payer des impôts d’une manière définie par la loi“, a-t-il affirmé aux journalistes à l’intérieur du Parlement.

Harutiunian a également assuré que le mécontentement des commerçants est fomenté par des individus aisés. Il n’en a nommé aucun. Il a seulement précisé qu’il ne se référait pas à Gagik Tsarukian, l’un des hommes les plus riches du pays qui possède un marché où la plupart des commerçants protestants vendent des marchandises.

Personnage proche du Premier ministre Karapetian, Harutiunian s’est engagé à sévir contre l’évasion fiscale généralisée en Arménie après qu’il a été nommé pour diriger la SRC il y a un an. Le SRC a rapporté une augmentation de près de 10% de diverses taxes perçues au cours des neuf premiers mois de cette année.

Selon Harutiunian, les grandes entreprises représentaient jusqu’à 85% des recettes fiscales du gouvernement. Il a affirmé que la fraude fiscale est maintenant plus répandue dans le commerce de détail que dans les entreprises de commerce de gros.

Le chef de la SRC n’a fait aucun secret de ses propres intérêts commerciaux et ceux de sa famille. En particulier, ses deux jeunes fils sont les principaux actionnaires d’une nouvelle entreprise agroalimentaire qui a reçu des allégements fiscaux à l’importation par le gouvernement plus tôt cette année.

Harutiunian a nié avec colère les suggestions des journalistes selon lesquelles cela équivaut à un conflit d’intérêts. “Mes fils construisent des serres et des jardins fruitiers“, a-t-il défendu. “Pourquoi ne devraient-ils pas le faire ? N’ont-ils pas le droit de vivre dans ce pays ?“

posté le 1er novembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION
L’Arménie et l’UE sur le point de signer l’accord de partenariat global et renforcé

L’Union européenne et l’Arménie vont certainement signer le mois prochain un accord visant à approfondir considérablement leurs relations, s’est réjoui jeudi un haut responsable de l’UE.

Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique européenne de voisinage, a confirmé que l’accord de partenariat global et renforcé devait être signé au cours ou en marge d’un sommet européen prévu le 24 novembre à Bruxelles.

“Cet accord avec l’Arménie sera signé, cela ne fait aucun doute“, a assuré M. Hahn lors d’une réunion avec des membres de la société civile d’Arménie et d’autres pays de l’ex-Union soviétique, à Tallinn, capitale de l’Estonie.

“Je pense qu’il est presque certain que cela se fera autour du sommet ou lors du sommet“, a t-il ajouté.

Dans une référence évidente à la Russie, M. Hahn a suggéré que les “voisins“ de l’UE et de l’Arménie ne s’opposent pas à l’accord. “Du moins, ils l’acceptent“, a-t-il dit.

La pression exercée par la Russie sur Erevan aurait saboté un accord d’association plus ambitieux que l’Arménie et l’UE avaient presque finalisé en 2013. Le président Serge Sarkissian avait fait une volte-face inattendue en rejoignant l’Union économique eurasienne (UEE) dirigée par la Russie.

Le porte-parole du Parti républicain (HHK) a clairement indiqué jeudi qu’Erevan “planifiait“ de signer l’accord de partenariat global et renforcé à Bruxelles. “Si nous avions vu des problèmes dans l’accord, nous ne l’aurions pas paraphé en mars“, a-t-il commenté.

Contrairement à l’accord d’association, l’accord de partenariat global et renforcé ne ferait pas de l’Arménie une « zone de libre-échange approfondie et complète » avec l’UE. Néanmoins, le document de 350 pages engage Erevan à « rapprocher » les lois et règlements économiques arméniens de ceux de l’UE.

M. Hahn a souligné que l’Arménie est le premier Etat membre de l’UEE à signer un “accord de grande envergure“ avec l’UE. “C’est important ... Cela montre que la coexistence est possible“, a-t-il mis en avant.

M. Hahn a réitéré son point de vue selon lequel l’accord de partenariat global et renforcé servira de “plan directeur“ pour d’autres pays intéressés par des liens plus étroits avec l’UE.

posté le 30 octobre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200