Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Economie


ARMENIE
Mise en place de déclarations électroniques facilitant le passage en douane des produits importés en Arménie

Le Comité des recettes de l’Etat arménien a mis en place un site électronique permettant aux clients de déclarer et pré-dédouaner les importations. Le Comité des recettes affirme qu’il est désormais possible via son site internet d’effectuer les déclarations d’importations permettant la facilité d’introduire les produits en douane arménienne. Une mesure qui fluidifie et rend plus rapide le passage en douane des produits importés en Arménie. Ainsi les formalités de la douane étant réalisées par avance par voie électronique, le temps d’immobilisation des véhicules de transport se trouvent diminués et les démarches administratives facilités. Davantage d’informations sur le site trade.gov.am.

Krikor Amirzayan

posté le 30 mars 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Economie 


EREVAN
Signature officielle d’un nouvel accord entre l’Arménie et l’UE

L’Arménie et l’Union européenne ont officiellement paraphé hier le texte d’un nouvel accord sur l’approfondissement de leurs liens politiques et économiques.

Leurs négociations sur l’Accord de partenariat global et renforcé (CECP) ont été conclues avant la visite du président Serge Sarkissian à Bruxelles à la fin du mois dernier.

“L’accord sera une étape importante pour élargir la portée des relations bilatérales entre la République d’Arménie et l’Union européenne“, ont déclaré les deux parties dans une déclaration conjointe publiée après que leurs négociateurs aient paraphé l’accord lors d’une cérémonie à Erevan.

Le ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a déclaré lors de la cérémonie que cet accord « ouvrirait une nouvelle page » dans les relations entre l’UE et l’Arménie.

Ce nouvel accord est censé servir de substitut moins ambitieux à l’accord d’association négocié par des fonctionnaires arméniens et européens à l’été 2013. Sarkissian avait décidé au dernier moment, en septembre 2013, de rejoindre finalement l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie (UEE).

L’autre accord, qui n’a pas encore été rendu public, contient apparemment les principales dispositions politiques et certaines dispositions économiques de l’accord d’association annulé. Mais elle n’a pas de composante liée au libre échange en raison de l’adhésion de l’Arménie à l’UEE.

“De solides engagements en faveur de la démocratie, des droits de l’homme et de l’État de droit, sont à la base du nouvel accord et de la future coopération entre l’Arménie et l’UE“, peut-on lire dans une déclaration conjointe. L’accord ouvrira également la voie à une plus étroite coopération UE-Arménie dans les domaines de l’énergie, des transports et de la protection de l’environnement, ainsi qu’à de « nouvelles opportunités dans le commerce et les investissements ».

“Nos gens se considèrent comme des Européens“, a déclaré Sarkissian lors de son voyage à Bruxelles. Il a ajouté que les « valeurs partagées » sont au cœur de ce nouvel accord. Dans ce contexte, il a réaffirmé les promesses faites par son administration de veiller à ce que les prochaines élections législatives en Arménie soient conformes aux normes démocratiques.

Plus tôt cette année, l’UE a fourni à l’Arménie plus de 7 millions de dollars de financement pour l’achat d’équipements électroniques spéciaux destinés à prévenir certaines formes de fraude électorale.

posté le 22 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Karen Karapetian en campagne électorale dans la province d’Armavir

Le Premier ministre Karen Karapetian a réaffirmé ses promesses de mettre en œuvre des « réformes sérieuses » et d’attirer des investissements à grande échelle dans l’économie arménienne, alors qu’il faisait campagne pour le Parti républicain (HHK) dans la province d’Armavir hier.

Karapetian a visité de petites villes et villages dans la zone largement agricole à l’ouest d’Erevan, en exhortant les résidants locaux à voter pour le parti républicain aux élections législatives du 2 avril. Il s’agissait de la première visite électorale de l’ancien dirigeant d’entreprise.

“Nous n’aimons pas la situation actuelle“, a-t-il déclaré aux électeurs de la ville d’Echmiadzine. “Nous devons changer beaucoup, beaucoup de choses.“

L’Arménie a un « potentiel fantastique » pour le développement et il faudrait « un travail terriblement dur » pour le réaliser, a-t-il dit. “Quelque temps plus tard, nous aurons alors un pays dont nous serons fiers“, a déclaré le Premier ministre.

Dans ce contexte, Karapetian a réaffirmé que son gouvernement a approuvé et identifié des sources de financement pour environ 350 projets d’investissement à l’échelle nationale d’une valeur combinée de 3,2 milliards de dollars. Il a ajouté qu’au moins 850 millions de dollars de cet argent devrait être investi cette année. Armavir seul absorbera probablement 85 millions de dollars en investissements et obtiendra 3 500 nouveaux emplois en conséquence, a t-il ajouté.

Le gouvernement n’a pas encore précisé les sources de ces investissements dans les entreprises et les infrastructures publiques. Il a seulement expliqué que les projets ont été proposés par des entreprises privées, divers ministères gouvernementaux et des communautés locales. Avec l’ensemble du budget de l’Arménie pour 2017 équivalant à moins de 3 milliards de dollars, la majeure partie des investissements promis proviendrait vraisemblablement de sources privées et étrangères.

Karapetian s’est engagé à plusieurs reprises à améliorer l’environnement des affaires du pays depuis qu’il a été nommé Premier ministre en septembre de l’année dernière.

Certains résidents d’Armavir se sont plaints à Karapetian des difficultés persistantes. Un homme âgé a dit qu’il avait du mal à vivre avec sa pension mensuelle de l’État de 68 000 drams (140 $). Karapetian lui a rétorqué que, bien qu’il ne puisse pas promettre de lever des pensions cette année, il croit que la situation socio-économique va s’améliorer dans un proche avenir.

Karapetian a également parlé dans une salle de conférence froide dans une autre ville provinciale, Metsamor. Il a plaisanté sur le manque de chauffage d’hiver dans une communauté qui abrite une centrale nucléaire soviétique qui génère plus d’un tiers de l’électricité en Arménie.

“Il suffit de sourire, tout ira bien“, a-t-il déclaré après la réunion, lorsqu’on lui a demandé si les électeurs de Metsamor voteraient pour le HHK.

Karapetian a été nommé premier vice-président du HHK au début de cette année. Les représentants de HHK ont dit qu’il jouera un rôle plus actif que le président Serge Sarkissian dans la campagne électorale du parti au pouvoir.

posté le 9 mars 2017 par Claire/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION
Serge Sarkissian : « Notre peuple se considère comme Européen »

Le président Serge Sarkissian a décrit hier l’Arménie comme une nation européenne, alors qu’il expliquait les efforts de son gouvernement pour approfondir les relations avec l’Union européenne à travers un nouveau traité finalisé lors de sa dernière visite à Bruxelles.

“Notre peuple se considère comme Européen : notre patrimoine culturel et spirituel et notre mode de vie sont européens“, a-t-il déclaré dans un discours prononcé au Carnegie Europe, un groupe de réflexion bruxellois.

Sarkissian y est intervenu le lendemain de l’annonce officielle de la conclusion entre l’Arménie et l’UE des négociations sur un « accord de partenariat global et renforcé ».

L’accord est censé être un substitut moins ambitieux que l’accord d’association que les deux parties ont presque signé en 2013. Sarkissian avait empêché la signature de cet accord d’association en 2013 lorsqu’il avait annoncé l’adhésion de l’Arménie à l’Union économique eurasienne (UEE) dirigée par la Russie.

Sarkissian a déclaré que les « partenaires occidentaux » de l’Arménie ont depuis accepté ce choix géopolitique. “Nous sommes prêts à favoriser un rapprochement mutuellement bénéfique entre l’UE et l’UEE“, a-t-il déclaré dans ce contexte.

Le chef arménien a déclaré que les « valeurs partagées » sont au cœur du nouvel accord prévu avec l’UE. “Nous ne faisons que mettre en place un cadre juridique plus ferme pour la coopération existante. Nous sommes convaincus qu’il nous permettra et même nous obligera à avoir un Etat plus efficace », a t-il ajouté.

Dans son discours, Sarkissian a également remercié l’UE pour le financement de la mise en œuvre de l’accord historique de son gouvernement avec l’opposition arménienne visant à prévenir les fraudes graves lors des élections législatives du 2 avril. La majeure partie des 7,4 millions de dollars alloués par Bruxelles sera consacrée à l’équipement électronique spécial qui sera installé dans les bureaux de vote en Arménie.

Sarkissian a réaffirmé les promesses de son gouvernement de tenir un scrutin démocratique. « L’objectif que nous avons fixé est élevé : organiser des élections démocratiques, libres, équitables et transparentes. Je suis convaincu que nous allons atteindre cet objectif », a t-il dit.

posté le 1er mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION ECONOMIQUE
L’Arménie et la Géorgie s’entendent sur un nouveau corridor à destination de la Russie

La Géorgie a accepté d’ouvrir de nouveaux corridors de transport qui seront utilisés par l’Arménie pour les expéditions de marchandises commerciales en provenance et à destination de la Russie, a déclaré le Premier ministre Karen Karapetian lors d’une visite officielle à Tbilissi vendredi.

La majeure partie du commerce entre la Russie et l’Arménie se fait actuellement par le seul poste frontière russo-géorgien à Upper Lars. La circulation le long de cette route montagneuse est fréquemment bloquée par des blizzards en hiver.

Des centaines de camions arméniens ont été laissés sur place pendant plus de deux semaines en raison de fortes chutes de neige en décembre. La route de Upper Lars a également été fermée pendant plus d’un mois cet été après un glissement de boue massif.

De plus, les camionneurs arméniens se plaignent fréquemment de longues files d’attente et d’un service lent sur le côté russe de la frontière.

Peu de temps après s’être rendu à Moscou le mois dernier, Karapetian a demandé au ministère arménien des Transports et des Communications de soumettre avant le 1er mars des propositions sur d’autres routes commerciales russo-arméniennes passant par la Géorgie.

Des diplomates russes et géorgiens ont fait état d’importants progrès vers le lancement de telles liaisons de transport après une nouvelle série de pourparlers qui s’est tenue à Prague le 7 février. Ils ont déclaré que la Russie et la Géorgie sont proches de relancer un accord de 2011 visant à leur permettre de maintenir des liens commerciaux.

Le négociateur russe, le ministre adjoint des Affaires étrangères, Grigory Karasin, a déclaré au quotidien moscovite “Kommersant“ que la Géorgie est maintenant prête à rouvrir deux routes qui le relient à la Russie via les régions séparatistes géorgiennes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud. Il a dit que les deux parties embaucheront une compagnie suisse pour établir des points de contrôle douaniers sur les frontières administratives des deux territoires qui ont été reconnus par la Russie comme des états indépendants.

“Kommersant“ a déclaré que l’accord de compromis permettra à Moscou d’éviter de reconnaître formellement la souveraineté géorgienne sur l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. “Dès que nous résoudrons tous les problèmes restants, nous allons commencer la mise en œuvre de l’accord“, aurait assuré Karasin.

La question aurait été au centre de l’agenda des entretiens entre Karapetian et le Premier ministre géorgien Giorgi Kvirikashvili, qui ont eu lieu jeudi. S’adressant aux journalistes le lendemain, le Premier ministre arménien a déclaré : « Si vous voulez savoir s’il y aura une alternative à la route du Lars, alors je peux vous assurer que oui, il y en aura une“.

“Mais je ne vais pas entrer dans les détails pour l’instant“, a t-il ajouté. “Nous avons conclu des accords sur la question et sur le corridor énergétique.“

Le Premier ministre n’a mentionné explicitement la question lors d’un point de presse qui a suivi les pourparlers à Tbilissi. Kvirikashvili a déclaré que Karapetian lui a présenté “des propositions très intéressantes“ sur l’expansion des liens économiques entre la Géorgie et l’Arménie.

En dépit des perturbations à Upper Lars, le commerce russo-arménien a augmenté de 15 % pour atteindre près de 1,4 milliard de dollars l’an dernier, ce qui a consolidé le statut de la Russie en tant que partenaire commercial numéro un de l’Arménie. Selon les statistiques officielles arméniennes, cette croissance a été tirée par une augmentation de 51 % des exportations arméniennes vers la Russie.

posté le 27 février 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Le gouvernement promet une réforme fondamentale du régime fiscal

Le gouvernement arménien envisage des changements « fondamentaux » dans ses services fiscaux et douaniers visant à lutter contre la corruption parmi ses employés, a déclaré vendredi le Premier ministre Karen Karapetian.

M. Karapetian a fait ces assurances lors d’une réunion ordinaire de son Conseil de lutte contre la corruption comprenant non seulement des représentants du gouvernement mais aussi des représentants de la société civile. La corruption chronique au sein du Comité du Revenu de l’Etat (SRC) était l’une des questions à l’ordre du jour de la réunion.

Karen Zadoyan, de l’Association des avocats arméniens, a présenté les conclusions d’une étude sur les « risques de corruption » dans la SRC et a proposé des mesures pour y remédier.

Armen Sakapetoyan, chef adjoint de la SRC, a déclaré que certaines de ces propositions sont en retard parce que son agence composée des services nationaux de la fiscalité et des douanes est déjà en pleine réforme.

Karapetian a fait écho à cette affirmation, expliquant que le nouveau leadership de SRC installé par lui récemment a mis au point un « document plus vaste sur les risques de corruption dans le système de taxe. » « Croyez-moi, nos intentions concernant les changements dans la SRC sont beaucoup plus profondes et beaucoup plus fondamentales, », a t-il assurer.

La corruption au sein de l’agence de recouvrement des impôts est depuis longtemps endémique. Beaucoup de cadres supérieurs de la SRC sont soupçonnés d’avoir de nombreux intérêts commerciaux à cause de cela.

Vartan Harutiunian, le chef actuel de la SRC nommé en octobre, est un personnage proche de Karapetian. Harutiunian a déclaré fin décembre qu’il a l’intention de supprimer les “éléments corrompus et malsains“ de la SRC. Il a également promis une action plus sévère contre l’évasion fiscale.

Zadoyan a déclaré que le ministère arménien des Finances a accepté de prendre au moins la moitié des 36 mesures de lutte contre la corruption dans ce domaine qui ont été recommandées par lui. Karapetian, pour sa part, a chargé le ministère de présenter de telles mesures à la prochaine réunion du conseil.

Artak Manukian, expert économique de la filiale arménienne de Transparency International, a salué la volonté de Karapetian de coopérer avec les groupes civiques dans sa lutte déclarée contre la corruption.

“Mais cela ne signifie pas nécessairement que les choses s’amélioreront immédiatement“, a nuancé Manukian. “Cela signifie simplement que nous avons la possibilité d’améliorer la législation.“

Manukian a mis en garde que les changements législatifs à eux seuls ne feront pas la différence à moins qu’ils ne soient dûment appliqués par les autorités. “Si la loi vous permet de punir les fonctionnaires corrompus, mais que vous ne les punissez pas, vous ne parviendrez jamais à améliorer le processus“, a t-il averti.

posté le 20 février 2017 par Claire/armenews


ECONOMIE
Karen Karapetian veut stimuler les investissements en Arménie

Le Premier ministre Karen Karapetian a réitéré hier les promesses de son gouvernement d’aider à injecter des centaines de millions de dollars dans l’économie et les infrastructures publiques de l’Arménie cette année.

Karapetian a déclaré que le gouvernement récemment réorganisé a reçu 471 propositions d’investissement de sociétés privées, de divers ministères du gouvernement et des communautés locales à travers le pays. Le gouvernement considère que 345 de ces projets, d’une valeur combinée de 3,2 milliards de dollars, sont « réalistes » et estime qu’au moins 830 millions de dollars de la somme nécessaire peuvent être investis en 2017.

“Ces programmes ont des sources de financement et des partenaires“, a déclaré M. Karapetian aux étudiants de l’Université d’Etat d’Erevan. “Ils seront financés à partir de différentes sources, y compris le budget de l’Etat arménien, les budgets communautaires et le secteur privé.“ Il n’a pas précisé ces sources.

“Je tiens également à vous informer que, outre ces projets d’une valeur de 3,2 milliards de dollars, le gouvernement envisage actuellement 79 autres projets d’une valeur de 5,3 milliards de dollars“, a ajouté le Premier ministre. “Nous accordons une attention particulière à cette question, car il est important d’avoir l’impression qu’il est possible sible d’investir, de gagner de l’argent, de chercher des profits en Arménie.“

Avec l’ensemble du budget de l’Arménie pour 2017, équivalant à moins de 3 milliards de dollars, la majeure partie des investissements de grande envergure promis à plusieurs reprises par Karapetian au cours des dernières semaines proviendraient clairement de sources privées et étrangères.

La question était apparemment à l’ordre du jour d’entretiens le 25 janvier à Moscou avec le Premier ministre russe Dmitri Medvedev. Karapetian a déclaré après les pourparlers que Medvedev a soutenu sa proposition de créer un « fonds d’investissement » russo-arménien qui financerait des projets d’affaires en Arménie.

Karapetian, âgé de 53 ans, a vécu et travaillé en Russie de 2011 à 2016, occupant des postes importants dans les filiales russes du géant de l’énergie Gazprom, géré par l’Etat. Il avait auparavant géré le réseau de distribution de gaz d’Arménie détenu par Gazprom.

Lors de sa visite à Moscou, Karapetian a également rencontré une trentaine d’hommes d’affaires russes d’origine arménienne. Dans la déclaration conjointe qui a suivi, les entrepreneurs se sont déclarés prêts à “participer à des initiatives conjointes et à des projets commerciaux avec le gouvernement arménien“. Ils ont également exprimé leur soutien total aux réformes profondes prévues par le cabinet de Karapetian.

Parmi les signataires figurait le milliardaire arménien Samvel Karapetian (sans rapport avec le Premier ministre), qui a déjà de nombreux intérêts commerciaux en Arménie.

L’investissement étranger direct en Arménie a rapidement diminué au cours des dernières années. Selon le Service national de la statistique, il a diminué de presque la moitié entre janvier et septembre 2016, pour atteindre 93 millions de dollars.

posté le 16 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



La Russie ne voit pas d’un mauvais oeil le rapprochement entre l’Arménie et l’UE

Les efforts continus de l’Arménie pour établir des liens plus étroits avec l’Union européenne ne nuiront pas à son alliance avec la Russie, a assuré vendredi l’ambassadeur russe à Erevan, Ivan Volynkin.

“La Russie et l’Arménie sont liées par une relation privilégiée, par une alliance, et les peuples russe et arménien sont des peuples frères“, a déclaré Volynkin à l’agence de presse TASS au sujet de la position de Moscou sur un nouvel accord arméno-européen qui devrait être signé plus tard cette année.

“Les deux États font partie de deux même structures d’intégration - l’Union économique eurasienne et l’Organisation du Traité de sécurité collective - dont les membres ont des obligations économiques et politiques“, a-t-il expliqué. “Sur la base de ces obligations, les relations avec l’UE sont naturellement construites non pas à leur détriment, et tout le monde s’en rend compte“.

L’Arménie et l’UE ont entrepris au cours de l’été 2013 des négociations sur un accord d’association de grande envergure. Le président Serge Sarkissian a changé d’avis au dernier moment, en demandant l’adhésion de l’Arménie à l’UEE. Pour beaucoup, cela est dû à une forte pression russe.

Un autre accord actuellement négocié par Erevan et Bruxelles contiendra vraisemblablement les principales dispositions politiques et certaines dispositions économiques de l’accord d’association annulé. Mais elle n’aura aucun élément lié au libre commerce en raison de l’adhésion de l’Arménie au bloc dirigé par la Russie.

Le président Serge Sarkissian a réaffirmé l’engagement de son gouvernement à approfondir ses relations avec l’UE lors de sa rencontre avec le commissaire européen à la politique européenne de voisinage, Johannes Hahn, à Erevan en novembre. Le chef de la délégation de l’UE en Arménie, Piotr Switalski, a déclaré le mois dernier que les deux parties sont de plus en plus proche d’une nouvelle entente.

Volynkin est également convaincu que la politique étrangère arménienne ne subira pas de changements radicaux à la suite des élections parlementaires arméniennes prévues pour le 2 avril. Il a affirmé que le vote promet d’être “très intéressant“ car il viendra un an avant que l’Arménie finisse sa transition vers un système parlementaire.

Volynkin a noté une nouvelle disposition constitutionnelle qui exige l’existence d’une “majorité stable“ au Parlement arménien. Il pense que cela devrait “assurer la continuité dans le processus politique en Arménie.“ “Prenant ces faits en considération, nous ne voyons aucune raison majeure pour qu’Erevan change radicalement de politique étrangère “, a commenté le diplomate à TASS.

posté le 13 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ECONOMIE
Forte hausse des investissements américains en Arménie

Un haut diplomate américain a parlé de « progrès considérables » dans les relations économiques entre les États-Unis et l’Arménie, soulignant les investissements multimillionnaires des États-Unis dans les secteurs de l’énergie et de l’exploitation minière en Arménie. La société américaine ContourGlobal a terminé il y a un an l’acquisition pour 180 millions de dollars du plus grand complexe hydroélectrique d’Arménie. Il est ainsi devenu la première entreprise occidentale à acquérir un atout majeur dans le secteur énergétique arménien.

ContourGlobal s’est également engagée à investir 70 millions de dollars dans trois usines faisant partie de la Cascade hydroélectrique de Vorotan. Leur capacité combinée de plus de 400 mégawatts correspond presque à celle de la centrale nucléaire de Metsamor en Arménie.

Une autre société, enregistrée dans les îles Anglo-Normandes et dont le siège social est situé au Colorado, a commencé à construire en août 2016 une mine d’or qui augmentera considérablement les exportations arméniennes du précieux métal. La société, Lydian International, avait attiré la majeure partie des 370 millions de dollars en investissements de capitaux auprès de sociétés d’actions américaines. Il prévoit de lancer la production aurifère du gisement Amulsar au début de 2018.

Richard Mills, l’ambassadeur des États-Unis à Erevan, a cité en exemple ces deux projets d’investissement alors qu’il s’adressait mercredi soir aux membres de la Chambre américaine de commerce d’Arménie (AmCham). « Étant donné que ma priorité, sur le plan économique, était l’approfondissement des relations commerciales directes entre les États-Unis et l’Arménie, je suis ravi d’annoncer que nous avons fait des progrès considérables cette année », a déclaré Mills dans un discours. « L’investissement de ContourGlobal et Lydian s’élèvera à environ un demi-milliard de dollars au cours des prochaines années », a-t-il ajouté.

JPEG - 32.5 ko

Les groupes arméniens de protection de l’environnement sont fortement opposés au projet d’Amulsar, au motif qu’il représenterait une menace sérieuse sur l’écosystème local. Ils ont également fait valoir que ce site minier est situé à moins de 20 kilomètres de Jermuk, station thermale la plus célèbre du pays.

Lydian et le gouvernement arménien ont cherché à dissiper ces inquiétudes, affirmant que l’entreprise utilisera une technologie de pointe qui permettra de minimiser les risques environnementaux.

Mills a également souligné que le projet minier a été jugé « pleinement conforme » aux normes de protection de l’environnement établies par la Banque mondiale et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement. L’ambassadeur a assisté à une cérémonie exceptionnelle à Amulsar en août. Il a déclaré à l’époque que la nouvelle opération minière « aidera à renforcer l’économie arménienne. »

Les gouvernements des États-Unis et de l’Arménie ont décidé de faciliter le commerce bilatéral en signant un accord-cadre sur le commerce et l’investissement (TIFA) à Washington en mai 2015. Conformément à cet accord, ils ont créé dans la foulée un Conseil pour le commerce et l’investissement.

Mills a déclaré que Ce Conseil devrait devenir « plus actif. » « Les forums d’affaires sont une bonne chose, mais nous devons tenir ferme et veiller à lever les obstacles existants et persistants qui s’opposent à la bonne marche du commerce et des investissements », a-t-il déclaré aux membres d’AmCham. « Si vous ou vos entreprises êtes confrontés à des obstacles au commerce, faites-nous le savoir », a-t-il conclu.

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

posté le 5 février 2017 par Ara/armenews