Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Economie


USA
Trump opère des coupes drastiques dans l’aide à l’Arménie

La proposition de budget présentée lundi 22 mai par l’administration Trump envisage des coupes drastiques, de l’ordre de 70 % (69,6% pour être précis) dans les aides prévues pour l’ Arménie au cours de l’année fiscale 2017.

Si une enveloppe de 22,4 millions de dollars d’aides diverses était prévue pour l’Arménie, celle-ci devrait se contenter d’une aide globale de quelque 6,8 millions de dollars si le budget Trump est approuvé.

Si elle était prévisible, car conforme au credo isolationniste et protectionniste du nouveau président américain, cette coupe a néanmoins surpris les associations arméniennes d’Amérique, qui ont aussitôt réagi pour dénoncer ce mauvais coup porté aux relations entre les Etats-Unis et l’Arménie, qui aurait besoin au contraire d’une aide plus importante et comptent sur les législateurs américains pour rétablir l’équilibre budgétaire.

M. Hamparian, de l’Armenian National Committee (ANCA) a notamment souligné que la nouvelle administration devait se conformer aux termes de l’accord de 2015 sur le commerce et les investissements ainsi qu’au nouveau climat commercial, plus prometteur, entre les Etats-Unis et l’Arménie, qui a bénéficié de quelque 500 millions de dollars de nouveaux investissements américains ; un climat qui nécessite un environnement juridique plus propice aux affaires, avec notamment la mise en place de liaisons aériennes directes entre Los Angeles et Erevan ou des programmes de formation dans les écoles arméniennes.

Les coupes budgétaires de l’administration Trump ne visent il est vrai pas seulement l’Arménie ; l’Azerbaïdjan verrait ainsi l’aide américaine tomber à 1 million de dollars, soit une baisse de 90 % par rapport à 2016.

La proposition de budget Trump prévoit une aide de 4 millions de dollars à l’Arménie au titre du Fonds pour l’aide et développement économique ; le reste de l’enveloppe destinée à l’Arménie prévoit 1,5 million de dollars au titre de la législation sur le contrôle international des produits stupéfiants, et 700 000 dollars au titre des programmes liés à la non prolifération, l’antiterrorisme et le déminage.

Le principe de la parité militaire entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan est maintenu dans le budget proposé, chacune des deux Républiques du Sud Caucase devant recevoir 600 000 dollars au titre de la formation militaire internationale et se voyant par ailleurs privée de l’aide d’un montant d’un million de dollars prévue dans le budget 2017 au titre du Foreign Military Financing (FMF, Fonds pour les forces armées étrangères).

posté le 26 mai 2017 par Gari/armenews


FORTUNES-FEMMES
Forbes consacre sa couverture à l’arméno-américaine Carolyn Rafaelian créatrice de bijoux de la marque Alex and Ani

Le célèbre magazine américain Forbes du mois de juin 2017 vient de présenter à sa une la styliste-designer arméno-américaine Carolyn Rafaelian, la propriétaire de la marque de bijoux Alex and Ani. Forbes évoque largement les créations de la célèbre femme qui a imposé sa signature sur de très nombreuses lignes de produits de luxe essentiellement des bijoux réalisés avec des pierres précieuses. Des créations qui lui ont donné une notoriété mondiale et une fortune. « Mais ce n’est pas seulement l’argent qui me stimule » confie Carolyn Rafaelian dont la marque Alex and Ani réalisait 5 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2010 et 500 millions en 2016. Aujourd’hui dans la liste des « Femmes qui se sont réalisées elles-mêmes, les plus fortunées des Etats-Unis » Carolyn Rafaelian occupe la 18ème place avec une fortune de près de 1,5 milliard de dollars. Crée en 2004 la marque Alex and Ani sont les prénoms des deux filles de Carolyn Rafaelian. Elle a débuté à vendre ses premières créations dans la boutique de son père crée en 1966. Ce n’est qu’en 2009 qu’elle ouvrit sa première boutique Alex and Ani. Aujourd’hui l’enseigne dispose d’une soixantaine de boutiques aux Etats-Unis.

Krikor Amirzayan (Գրիգոր Ամիրզայեան)

posté le 20 mai 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


AZERBAÏDJAN-ECONOMIE
Le Kazakhstan inquiet pour ses 220 millions de dollars placés dans la Banque internationale d’Azerbaïdjan en faillite

Le Kazakhstan s’inquiète pour le sort des quelques 220 millions de dollars placés dans la Banque internationale d’Azerbaïdjan qui vient de faire faillite. Selon Haqqin.az, les médias du Kazakhstan évoquent l’inquiétude de Kayrat Abdrakhmanov le ministre kazakhe des Affaires étrangères pour les 220 millions de dollars placés par un organisme des retraites du Kazakhstan dans la Banque internationale d’Azerbaïdjan qui vient de se déclarer en faillite. Cette dernière aurait perdu 3,3 milliards suite à la baisse du prix du pétrole sur les marchés internationaux. Selon des experts d’autres banques azéries pourraient subir le même sort.

Krikor Amirzayan

posté le 19 mai 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Azerbaïdjan  Economie  Image 450 


ECONOMIE
La Banque mondiale espère une croissance de 2,7% en 2017 en Arménie

La croissance économique en Arménie, pratiquement à l’arrêt l’année dernière, devrait être de 2,7 % en 2017 et s’accélérer les années suivantes, a assuré la Banque mondiale dans un rapport régional publié en fin de semaine dernière.

“La croissance devrait atteindre 2,7 % en 2017, reflétant l’expansion soutenue des secteurs échangeables et une modeste reprise de la consommation intérieure“, explique le rapport. Il prévoit des taux de croissance de 3,1% et de 3,4% pour 2018 et 2019, respectivement.

Le Fonds monétaire international a également déclaré le mois dernier que l’économie arménienne devrait augmenter d’environ 3 % cette année en raison notamment de l’amélioration des conditions en Russie, principal partenaire commercial de l’Arménie, ainsi que des dépenses en immobilisations supplémentaires prévues par les autorités.

Le rapport de la Banque mondiale met en garde sur le fait que les perspectives de croissance du pays sont sensibles aux « effets néfastes des chocs extérieurs », comme une reprise plus lente que prévue en Russie. Il précise également que les élections législatives récentes pourraient conduire à des changements du gouvernement à Erevan, ce qui « affecteraient négativement la confiance des investisseurs » et « ralentiraient le rythme de la réforme ».

Les auteurs du rapport ont également précisé que les taux de croissance prévus ne permettront pas de réduire très nettement la pauvreté en Arménie dans les prochains jours. “Le taux de pauvreté [mesuré par la Banque mondiale] devrait passer de 23,8% en 2017 à 22,2% en 2019“, ont-ils déclaré.

Mettant fin à une mission de deux semaines à Erevan, un haut responsable du FMI, Hossein Samiei, a insisté sur l’idée que le cabinet du Premier ministre Karen Karapetian s’était engagé à des réformes « décisives » pour atteindre une croissance plus rapide. Il a souligné les efforts continus du gouvernement pour améliorer l’environnement commercial intérieur, s’attaquer à l’évasion fiscale et attirer les investissements étrangers.

“Actuellement, nous estimons la croissance potentielle - le maximum que l’Arménie pourrait atteindre - à environ 4 %“, a déclaré Samiei lors d’une conférence de presse. “Cependant, à mon avis, l’Arménie a le potentiel de croître beaucoup plus rapidement - 6%, 7% - si des réformes structurelles ont lieu“.

Karapetian s’est engagé à plusieurs reprises à créer des « conditions égales » pour toutes les entreprises. Les politiciens de l’opposition arménienne sont sceptiques quant à l’ambitieux programme de réforme du Premier ministre.

posté le 15 mai 2017 par Claire/armenews


ARTSAKH (HAUT-KARABAGH)
L’Artsakh (Haut-Karabagh) a enregistré une croissance économique de 9,2% en 2016

Le 10 mai, Spartak Tevosyan, le ministre des Finances de la République de l’Artsakh (Haut-Karabagh) a présenté aux députés et responsables des commissions du Parlement, un bilan économique de l’année 2016. Le ministre des Finances a affirmé que le Produit intérieur brut (PIB) a représenté 230 milliards de drams en croissance de 9,2% par rapport à l’année 2015. Dans ces chiffres, le secteur de la production a formé 59 milliards soit une hausse de 9,7% en un an. Le salaire moyen fut en 2016 de 152 707 drams (plus de 300 dollars) en hausse de 1,1% par rapport à 2015.

Krikor Amirzayan

posté le 11 mai 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Economie  Image 450  Karabagh 


ARMENIE
Selon Karapetian, Sarkissian ne se prépare pas à devenir le prochain Premier ministre

Le premier ministre Karen Karapetian a rejeté hier les spéculations persistantes sur le fait que le président Serge Sarkissian envisage de devenir Premier ministre après la fin de son mandat l’année prochaine.

L’Arménie passera au système de gouvernement parlementaire immédiatement après la fin de la présidence de Sarkissian en avril 2018. Ses adversaires politiques et certains analystes affirment qu’il a l’intention de se maintenir au pouvoir. Le président de 62 ans n’a jusqu’à présent pas exclu publiquement la possibilité de devenir Premier ministre.

Karapetian a été interrogé par un journaliste pour savoir s’il voyait des signes de la part de Sarkissian sur le fait qu’il voudrait prendre sa place. “Non, je n’en vois pas“, a t-il répondu.

Le Premier ministre a également nié toute rivalité entre lui-même et le président. Il a insisté sur le fait qu’ils demeurent une partie de la même « équipe politique ».

Sarkisian est président et Karapetian premier vice-président du parti républicain de l’Arménie (HHK), sorti victorieux des urnes lors des élections législatives du 2 avril. Galust Sahakian, membre du HHK, a expliqué peu de temps après le vote que Sarkissian n’a pas encore informé ses alliés de ses plans politiques précis.

Dans un discours du 25 mars prononcé au Haut-Karabagh, Sarkissian a déclaré qu’il aimerait « jouer un rôle, en quelque sorte, assurer la sécurité de notre peuple » après avril 2018. « Je ne sais pas quelle forme cela prendra, mais je vais certainement être utile“, a-t-il assuré.

Karapetian n’a pas caché son désir de conserver son poste l’année prochaine si son gouvernement réussit à améliorer la situation économique en Arménie. L’ancien dirigeant d’entreprise a promis à maintes reprises de mettre en œuvre des réformes économiques de grande envergure puisque Sarkissian l’a nommé Premier ministre en septembre.

Karapetian a défendu le bilan de son cabinet hier alors qu’il menait des cérémonies officielles à Erevan pour marquer le 72e anniversaire de la défaite de l’Allemagne soviétique contre l’Allemagne nazie dans la Seconde Guerre mondiale. Il a déclaré qu’il fallait plus de temps pour que la population ressente des améliorations tangibles dans leur vie.

“La croissance économique doit atteindre une certaine qualité et quantité afin de faire une réelle différence“, a-t-il affirmé aux journalistes. “Les journalistes économiques comprennent cela, n’est-ce pas ?“

Le Premier ministre a également réitéré ses promesses d’attirer des investissements de grande envergure dans l’économie arménienne en difficulté, y compris des riches entrepreneurs russes d’origine arménienne.

posté le 10 mai 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ECONOMIE
Augmentation des transferts d’argent des Arméniens travaillant à l’étranger

Après trois ans de forte baisse, les transferts de plusieurs millions de dollars des Arméniens travaillant à l’étranger ont augmenté de près de 15% au premier trimestre de cette année.

Selon la Banque centrale d’Arménie (BCA), ils ont totalisé 313 millions de dollars, contre 273 millions de dollars en janvier-mars 2016.

Cela semble être l’un des facteurs qui sous-tendent une augmentation de 5 % en glissement annuel du volume national du commerce de détail enregistré par le Service de statistiques national (SSN) au cours de la même période. L’augmentation des ventes au détail s’inscrit bien dans l’idée d’une croissance économique plus rapide prévue par le gouvernement arménien en 2017.

Le Fonds monétaire international a estimé le mois dernier un taux de croissance d’environ 3 % en 2017 pour l’Arménie. Il a cité les conditions d’amélioration en Russie.

L’économie arménienne était pratiquement stagnante en 2016 au milieu d’une récession continue en Russie, le partenaire commercial du pays du Sud-Caucase. L’économie russe est sur la bonne voie pour se redresser légèrement cette année.

Les transferts en espèces des travailleurs migrants arméniens en Russie représentaient un peu plus de la moitié des entrées globales de transferts de fonds et ont grimpé de plus de 20 % au premier trimestre, montrent les chiffres de la BCA. Un renforcement de plus de 20 % du rouble russe depuis le début de 2016 est une des raisons de cette augmentation.

En conséquence, la forte dépréciation du rouble en 2014 et 2015 résultant de l’effondrement des prix mondiaux du pétrole explique pourquoi le montant total des envois de fonds arméniens est passé de 2,3 milliards de dollars en 2013 à 1,53 milliard de dollars en 2016. L’ensemble du produit intérieur brut de l’Arménie équivaut à moins de 11 milliards de dollars.

Le rouble plus fort a également contribué à une augmentation de 20 % des exportations arméniennes enregistrées par le SNRS en 2016. Selon l’agence gouvernementale arménienne, les exportations vers la Russie ont continué de croître rapidement en janvier-mars 2017.

posté le 10 mai 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Le gouvernement communique ses objectifs ambitieux pour les exportations

Le gouvernement arménien s’est engagé à contribuer à une augmentation constante et rapide des exportations qui éliminerait l’énorme déficit commercial de l’Arménie au cours des cinq prochaines années.

Les hauts fonctionnaires du ministère du Développement économique et des Réformes ont déclaré au Premier ministre Karen Karapetian le week-end dernier que ce sera le moteur principal d’une croissance économique plus rapide envisagée par son gouvernement.

“Vous dites que nos exportations devraient dépasser les importations d’ici 2022“, a déclaré Karapetian lors d’une réunion avec le ministre du Développement économique, Suren Karayan, et d’autres hauts fonctionnaires du ministère. “Vous faites une très bonne affirmation“.

“Mais connaissez-vous les exportations des marchandises que nous allons augmenter et quelles importations nous allons réduire ? “, a-t-il demandé avant de recevoir ce que la déclaration appelle une “ réponse positive “.

Selon le Service national des statistiques, les exportations arméniennes ont augmenté de 20% pour atteindre près de 1,8 milliard de dollars l’année dernière. Mais elles sont toujours loin des importations qui totalisent 3,3 milliards de dollars. L’Arménie a eu encore des déficits commerciaux plus importants dans le passé, même si son économie a progressé à des taux de deux chiffres jusqu’à la crise financière mondiale de 2008-2009.

Karayan et ses cadres supérieurs ont estimé que le déficit serait plus que nullisé si les exportations augmentaient en moyenne de 20 % par année pendant cinq années consécutives. Ils prévoient que les recettes d’exportation de l’Arménie dépasseront la barre symbolique des 2 milliards de dollars cette année et augmenteront d’environ 450 millions de dollars en 2018. Cela se traduira par 15 000 nouveaux emplois.

Les responsables du ministère ont également expliqué que la Russie et d’autres membres de l’Union économique eurasienne (UEE) absorberaient la plupart des exportations supplémentaires prévues. Pour eux, les exportations arméniennes annuelles vers ces ex-pays soviétiques doubleront pour atteindre près de 800 millions de dollars en trois ans.

Les données du Service national des statistiques montrent que l’Arménie a exporté pour 371 millions de dollars de produits vers la Russie l’année dernière, en hausse de plus de 50% par rapport à 2015. Les produits agricoles frais, les denrées alimentaires préparées, les textiles et les boissons alcoolisées représentaient la majeure partie d’entre eux.

Malgré cette forte hausse, l’Union européenne est restée le premier marché d’exportation de l’Arménie en 2016. Elle a acheté pour environ 480 millions de dollars de biens et de produits arméniens. L’Etat du Caucase du Sud lui fournit principalement les concentrés de cuivre, de molybdène et de minerai non ferreux, notamment pour l’Allemagne.

Les ambitieux objectifs d’exportation fixés par le ministère du Développement économique et des Réformes sont probablement liés à des investissements à grande échelle que Karapetian s’est engagé à attirer dans le marché intérieur. Il a promis spécifiquement un financement de 3,2 milliards de dollars pour environ 350 projets d’investissement nationaux à mettre en œuvre dans les années à venir. Plus de 800 millions de dollars de cette somme devraient être investis cette année.

Le Premier ministre et d’autres fonctionnaires du gouvernement n’ont pas encore précisé toutes les sources des investissements promis. Karayan a déclaré le 13 avril qu’un fonds d’investissement mis en place récemment par des hommes d’affaires russes riches d’ascendance arménienne passera 300 millions de dollars à des achats d’actions ou à des prêts à faible taux d’intérêt pour les entreprises locales en 2017.

Karapetian a déclaré aux fonctionnaires du ministère que le gouvernement s’efforcerait également de stimuler les exportations plus importantes en améliorant l’administration fiscale. Il a également discuté avec eux des efforts déployés par le gouvernement pour améliorer l’environnement commercial élargi du pays.

L’ancien dirigeant d’entreprise s’est engagé à plusieurs reprises à créer des « conditions égales » pour tous les entrepreneurs. Les politiciens de l’opposition rejettent cependant son ambitieux programme de réforme. Ils disent en particulier que les hommes d’affaires riches proches du gouvernement continuent de bénéficier d’un monopole sur les importations lucratives de carburant et de denrées alimentaires de base.

Un haut fonctionnaire du Fonds monétaire international a insisté à Erevan le 12 avril sur le fait que le cabinet de Karapetian s’est engagé à mettre en œuvre les réformes clés nécessaires pour accélérer la croissance économique.

La croissance économique en Arménie a été arrêtée l’année dernière au milieu d’une récession continue en Russie. Le FMI s’attend à ce qu’il s’accélère à environ 3 % en 2017.

posté le 26 avril 2017 par Claire/armenews


ECONOMIE
Le gouvernement annonce le lancement d’un fonds d’investissement arméno-russe

Un fonds d’investissement mis en place récemment par plus de trois dizaines de russes d’origine arménienne financera près de 300 millions de dollars de projets commerciaux en Arménie cette année, ont annoncé jeudi des responsables à Erevan.

Le gouvernement arménien a approuvé un « mémorandum d’accord » avec ce fonds appelé Investors Club of Armenia (ICA) lors de sa session hebdomadaire présidée par le Premier ministre Karen Karapetian.

Les entrepreneurs riches, dont le milliardaire arménien Samvel Karapetian (sans rapport avec Karen), ont annoncé le lancement d’ICA à Erevan le 25 mars. Le magnat a fait l’éloge du premier ministre lors de cette cérémonie.

Un communiqué du gouvernement arménien a déclaré que l’ICA investira dans des entreprises arméniennes nouvelles et existantes sous la forme de prêts ou d’achats d’actions. Il n’a donné aucun chiffre.

“Ils discuteront des projets considérés comme hautement prioritaires par le gouvernement et réaliseront environ 300 millions de dollars d’investissements“, a déclaré aux journalistes le ministre du Développement économique et des Investissements, Suren Karayan, après la réunion du cabinet de jeudi.

“Une fois ce mémorandum d’accord signé, nous présenterons ce paquet d’investissement et ils en discuteront“, a-t-il déclaré. Il n’a pas donné de précision sur la nature des projets commerciaux, disant seulement que les investissements de l’ICA en 2017 seront principalement acheminés vers les secteurs de l’énergie, des mines et de la fabrication.

Le Premier ministre Karapetian a de nouveau souligné l’importance du fonds d’investissement lors de la réunion. « Le fonds contribuera non seulement à attirer des investissements, mais aussi à une nouvelle culture d’entreprise », a-t-il déclaré aux ministres. “Les membres du fonds sont des hommes d’affaires très réputés et prospères qui ont de larges connexions et de nombreux partenaires dans divers pays. Ils serviront de pont entre notre pays et les milieux d’affaires de ces pays “.

L’investissement étranger direct dans l’économie arménienne a rapidement diminué ces dernières années. Les données gouvernementales montrent qu’il tourne autour du niveau modeste de 130 millions de dollars en 2016.

Selon Karayan, l’argent promis par l’ICA fait partie des quelque 850 millions de dollars d’investissements que le gouvernement s’est engagé à attirer cette année. Le ministre a réaffirmé cette promesse.

“Il existe des investisseurs privés qui ont manifesté leur intérêt à investir ici et qui ont déjà commencé à investir“, a déclaré Karayan, ajoutant que se trouvent parmi eux des hommes d’affaires d’Arménie, des Arméniens de la Diaspora ainsi que des étrangers non arméniens. Il n’a par ailleurs mentionné aucune source d’investissement concrète autre que l’ICA.

Karapetian a répété à maintes reprises que son gouvernement a prévu de financer jusqu’à 3,2 milliards de dollars pour environ 350 projets d’investissement nationaux à mettre en œuvre dans les années à venir. Les critiques de son gouvernement sont très sceptiques à ce sujet.

L’ensemble du produit intérieur brut de l’Arménie équivaut à moins de 11 milliards de dollars.

posté le 16 avril 2017 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200