Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Médias


Génocide des Arméniens
Franck-Mourad Papazian sur CNews

Ce matin, Franck-Mourad Papazian, co-président des Organisations arméniennes de France, invité par la rédaction de CNews, a rappelé à l’antenne comment et pourquoi le gouvernement du triumvirat ottoman avait décidé d’exterminer la population arménienne dès le 24 avril 1915. Une extermination qui avait commencé en 1894 sous le règne du sanguinaire Sultan Abdul-Hamid II.

<script async src='//platform.twitter.com/widgets.js' charset='utf-8'>

posté le 23 avril 2017 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Génocide  Médias  Turquie 


LIBERTE DE LA PRESSE
Un homme accusé d’avoir agressé un journaliste

Les autorités de l’application de la loi ont officiellement accusé un homme d’avoir agressé un correspondant du service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am) lors des élections parlementaires du 2 avril.

L’incident s’est produit après que le journaliste, Sisak Gabrielian, a remarqué que de nombreux électeurs du quartier de Kond d’Erevan se rendaient dans un bureau de campagne local du parti républicain juste avant d’entrer dans un bureau de vote voisin pour glisser leur bulletin dans l’urne. Certains d’entre eux avaient de l’argent dans leurs mains alors qu’ils quittaient ce bureau du HHK.

Plusieurs jeunes présents le bureau ont nié avoir versé des pots-de-vin aux résidents lorsque Gabrielian est entré et leur a demandé des commentaires. Ils ont affirmé qu’ils « versaient des salaires ».

Gabrielian a vu de longues listes de personnes contenant leurs numéros, adresses et signatures de leur passeport. Les militants du parti républicain l’ont ensuite obligé à quitter le bureau. Certains d’entre eux lui ont arraché son téléphone portable, alors qu’il enregistrait la conversation, puis l’ont frappé.

Le Service spécial d’enquête (SIS), un organe d’application de la loi, a déclaré hier que Gabrielian avait été agressé par un homme identifié comme étant Levon Gasparian. Il a expliqué que Gasparian entravait les « activités professionnelles légitimes d’un journaliste » et était accusé en vertu d’un article du Code criminel portant sur la violence liée aux élections. S’il est reconnu coupable, il risquera jusqu’à cinq ans de prison.

Une déclaration du SIS mentionnait Gasparian comme étant un simple “résident d’Erevan“ qui s’était dirigé vers le bureau de vote de Kond quand il a repéré Gabrielian à l’extérieur du bureau local du HHK et a exigé que le journaliste cesse de le filmer. La déclaration ne dit rien au sujet du lien du suspect avec le parti au pouvoir ou son candidat individuel dans la région, Hakob Beglarian. Ce dernier a nié toute responsabilité dans cette violence.

L’organe d’application de la loi n’a pas non plus indiqué si les loyalistes de Beglarian qui dirigent le bureau du HHK seront poursuivis pour achats de vote.

L’opposition arménienne et les groupes civiques disent que les achats de vote par le HHK ont été répandus pendant les élections. Les observateurs européens ont également cité des « informations crédibles sur l’achat de vote » dans un rapport publié le 3 avril.

Un porte-parole du HHK a admis le 5 avril que des pots-de-vin ont été distribués. Mais il a insisté sur le fait qu’ils n’avaient pas un « impact substantiel » sur les résultats des élections qui ont donné la victoire au parti dirigé par le président Serge Sarkissian.

posté le 20 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



MUSIQUE
Diffusion sur France 2 du concert Légende d’Arménie à l’Opéra Comique

Diffusion sur France 2 le 21 avril 2017 à 0h35 du magnifique concert à l’Opéra Comique sous la direction d’Alain Altinoglu, Légende d’Arménie .

Un voyage au cœur de l’Arménie à travers les œuvres de Prokofiev, Khatchaturian et Aprikian. Une soirée placée sous le signe de l’Arménie à l’Opéra Comique, avec au programme la Symphonie classique de Sergueï Prokofiev, la Mascarade Suite d’Aram Khatchaturian, et La Naissance de David de Sassoun de Garbis Aprikian.

La soirée s’ouvre avec la Symphonie classique de Sergueï Prokofiev qui, âgé de 26 ans en 1916, commença la composition de cette première symphonie en quatre mouvements (Allegro, Larghetto, Gavotta, Finale). La création de l’œuvre eut lieu le 21 avril 1918 à Pétrograd sous la direction du musicien, elle remporta un très vif et encourageant succès pour le jeune compositeur.

La deuxième œuvre inscrite au programme est la Mascarade Suite d’Aram Khatchaturian, sans doute le plus connu des compositeurs arméniens qui est toujours resté proche de ses origines et de son folklore : «  Être lié à son peuple, puiser dans les sources intarissables de son art, n’est-ce pas le but suprême de tout artiste ? ». Après le triomphe en 1940 de son Concerto pour violon qui le rendit célèbre, Khatchaturian composa l’année suivante la musique de scène de Mascarade, la pièce du poète Lermontov dont l’action se situe en 1830 à Saint- Pétersbourg pendant un bal masqué. L’œuvre fut créée en 1944. Chacun des cinq thèmes qui se succèdent exprime un climat particulier de la pièce et évoque le rythme entraînant de la danse. Le premier mouvement de la Suite, La Valse, aux couleurs dramatiques, a connu une grande popularité.

La Naissance de David de Sassoun qui célèbre le héros national arménien compte parmi les œuvres majeures du compositeur. Dédié à la chorale Sipan-Komitas, cet oratorio pour soli, deux chœurs et orchestre que Garbis Aprikian dirigea pour la première fois en 1994 au grand amphithéâtre de la Sorbonne, fut composé d’après la pièce en 3 actes et un prologue d’Hagop Oshagan (1883-1948), elle était initialement destinée aux élèves du séminaire arménien de Jérusalem. Selon ses propos, Garbis Aprikian a retenu « le prologue pour faire un oratorio, car cet épisode a un sens symbolique ».

L’œuvre est servie par trois interprètes prometteurs parmi les meilleurs de leur génération : Naïra Abrahamyan, soprano, Stella Grigorian, mezzo-soprano, et Wiard Witholt, baryton. L’Orchestre et le Chœur Calouste Gulbenkian ainsi que la Maîtrise des Hauts-de-Seine sont tous sous la direction d’Alain Altinoglu, aujourd’hui l’un des chefs les plus convoités de la planète lyrique.

posté le 18 avril 2017 par Claire/armenews


ELECTIONS LEGISLATIVES
Un journaliste pris à partie dans un bureau de campagne du HHK

Un correspondant du service arménien de RFE / RL aurait été attaqué dimanche par les loyalistes du gouvernement à Erevan, alors qu’il été en train de couvrir les élections législatives de l’Arménie.

L’incident s’est produit après que le journaliste, Sisak Gabrielian, a remarqué que de nombreux électeurs du quartier de Kond d’Erevan se rendaient dans un bureau de campagne local du parti républicain (HHK) juste avant d’entrer dans un bureau de vote voisin et de voter. Certains d’entre eux avaient de l’argent dans leurs mains alors qu’ils quittaient le bureau de campagne.

Gabrielian est entré dans le bureau de campagne et a demandé à des jeunes de commenter cette observation. Ils ont affirmé qu’ils « paient des salaires ».

Gabrielian a vu de longues listes de personnes placées sur le bureau. Les listes contiennent leur numéro de passeport, leur adresse et leur signature.

“Vous entravez notre travail“, a regretté un jeune homme. “Vous ne nous laissez pas payer le salaire de ces gens.“ Il a affirmé que l’argent est versé aux « travailleurs de la campagne du HHK ».

Les militants de la HHK ont ensuite forcé Gabrielian à quitter le bureau. Certains d’entre eux lui ont arraché son téléphone portable alors qu’il enregistrait la conversation et l’ont frappé. Gabrielian a eu une légère blessure au visage.

Un autre journaliste a été attaqué par un groupe de femmes en colère à l’extérieur du bureau du HHK à Kond quand elle a commencé à filmer des personnes qui s’y rendaient.

Le Bureau du Procureur général d’Arménie a réagi rapidement à l’incident en disant qu’il y a « urgence » à charger la police d’enquêter.

Le porte-parole de HHK, Eduard Sharmazanov, a déploré cette violence. Il a déclaré que tout obstacle au travail des journalistes est « inacceptable » pour le parti au pouvoir.

Pour sa part, Hakob Beglarian, candidat du HHK dont la circonscription englobant Kond, a nié toute responsabilité dans ces attaques. “Il n’y a eu aucun incident dans notre bureau de campagne“, a-t-il assuré dans un communiqué. “Les bagarres signalées ont eu lieu en dehors du bureau, entre des journalistes et des citoyens“.

posté le 3 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Technologie
Vahé Torossian : «  L’intelligence artificielle va répondre aux besoins de la vie quotidienne  »

Vahé Torossian, le président de Microsoft France, regrette que le numérique ne soit pas un vrai sujet de débat de la présidentielle française. « On aimerait que le numérique soit plus représenté dans les débats. Les candidats sont tous unanimes pour comprendre son impact dans l’évolution de la société, mais il y a toujours des incompréhensions. Le numérique est pourtant un formidable vecteur de création d’emplois. Mais il n’est pas souvent traité comme cela », affirme-t-il.

Selon lui, il est aussi « un vecteur d’inclusion au sens homme-femme, inclusion dans le travail et surtout il doit permettre de donner sa chance au plus grand nombre dans la vie professionnelle.

Lire la suite, voir lien plus bas

posté le 11 mars 2017 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : France  Médias  Technologie 


MEDIAS
RFE / RL n’a pas eu le droit de couvrir les pourparlers russo-arméniens

Contrairement à plusieurs autres médias, le service arménien de RFE / RL n’a pas été autorisé à couvrir les entretiens entre les secrétaires des conseils de sécurité nationale d’Arménie et de Russie qui ont eu lieu à Erevan hier.

Le Russe Nikolay Patrushev a rencontré son homologue arménien, Yuri Khachaturov, au deuxième jour de sa visite dans la capitale arménienne.

Un responsable du personnel de Khachaturov, qui a voulu rester anonyme, a empêché l’accès à un équipe de la RFE / RL à une salle d’hôtel où la réunion se tenait, bien qu’elle ait été préalablement accréditée par l’ambassade de Russie en Arménie. En revanche, les journalistes travaillant pour six autres médias ont pu couvrir les pourparlers.

Le chef du personnel du Conseil de sécurité arménien, Aram Tananian, n’a pas donné de raisons claires pour ce refus. “Je n’appellerais pas cela une interdiction“, a déclaré Tananian RFE / RL service arménien. “Nous ne vous avons juste pas convié. Vous êtes venu sans carton d’invitation.“

Lorsqu’il a parlé des critères concernant le choix des six autres organisations de médias, il a déclaré : “Je n’ai pas à penser et à formuler des principes pour justifier le fait que je ne vous ai pas convié.“

Tananian a également insisté sur le fait que la partie russe n’a rien à voir avec ce refus. “Nous sommes les hôtes et nous décidons comment recevoir les invités et traiter avec les autres personnes“, a t-il précisé.

Le secrétaire de presse de Patrushev, Yevgeny Anoshin, a refusé de commenter la raison de l’exclusion des journalistes de RFE / RL.

Patrushev a été reçu par le président Serge Sarkissian lundi. Dans une déclaration, le bureau de presse de Sarkissian raconte que les deux hommes ont salué les liens étroits entre la Russie et l’Arménie et ont discuté du conflit du Haut-Karabagh et d’autres « développements régionaux ».

posté le 8 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



POLITIQUE
Seyran Ohanian dénonce la « campagne de dénigrement » qu’il subit

L’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, a dénoncé hier ce qu’il a appelé la “campagne de dénigrement“ menée contre lui et d’autres dirigeants d’une nouvelle alliance électorale de l’opposition.

Ohanian a assuré qu’il n’était pas intimidé par les médias qui affirme qu’il pourrait être poursuivi pour corruption.

“Je ne suis généralement pas préoccupé par quoi que ce soit parce que je crois que la façon dont j’ai servi mon pays et ma patrie était juste et que s’il y existait des problèmes, ils auraient émergé plus tôt“, a-t-il déclaré.

“Je n’ai pas peur et je pense que ce ne sont que des spéculations“, a t-il ajouté. “La sphère médiatique est maintenant inondée de diverses revendications dont la cible principale est moi.“

Ohanian a affirmé qu’il était visé parce que le bloc d’opposition dirigé par lui et les anciens ministres des Affaires étrangères Vartan Oskanian et Raffi Hovannisian est “la seule force hors contrôle“ des autorités arméniennes.

Lorsqu’on lui a demandé si les autorités pouvaient engager des poursuites pénales contre lui, le général de l’armée à la retraite a répondu : « C’est leur problème, laissez-les réfléchir. » Il a également précisé que lui et ses alliés ne quitteraient pas la campagne électorale.

Ohanian a été licencié en octobre après plus de huit ans au gouvernement. Peu de temps après, il a commené à critiquer le gouvernement et a annoncé son intention de participer aux élections du 2 avril. Son alliance avec Oskanian et Hovannisian a été formellement établie la semaine dernière.

Lors d’une rencontre avec les hauts responsables de l’armée arménienne lundi, le président Serge Sarkissian a mis en garde contre les “discussions interpartites“ dans les rangs de l’armée à l’approche des élections. “En outre, je vous avertis tous que de telles tentatives seraient simplement punis“, a t-il prévenu.

Certains observateurs ont suggéré que l’avertissement était adressé aux officiers de l’armée soutenant Ohanian. L’ancien ministre n’a pas souhaité se prononcer, disant seulement : « Demandez à Serge Sarkissian ».

posté le 23 février 2017 par Claire/armenews


DROITS DE L’HOMME
Interpol nie avoir publié un mandat d’arrêt contre le blogueur Lapshin

Contrairement aux allégations du président biélorusse Alexander Lukashenko, Interpol a déclaré qu’il n’avait jamais publié de mandat d’arrêt international contre le blogueur russe-israélien qui a été extradé vers l’Azerbaïdjan la semaine dernière.

Lukashenko avait affirmé le 3 février que Alexander Lapshin avait été arrêté à Minsk en décembre parce que “l’Azerbaïdjan a interjeté appel à Interpol, pas à nous.“ “Nous l’avons arrêté conformément à la décision d’Interpol et nous devons le remettre à l’Azerbaïdjan conformément à toutes les lois et règlements“, avait t-il stipulé lors d’une conférence de presse dans la capitale biélorusse.

Lapshin a été remis à l’Azerbaïdjan le 7 février pour faire face à des accusations d’entrée illégale sur le territoire azerbaïdjanais, qui découlent de ses voyages passés au Haut-Karabagh. Cette extradition a été critiquée par la Russie et l’Arménie.

La police arménienne a déclaré vendredi qu’elle avait demandé à Interpol de préciser si elle avait effectivement aidé les autorités azerbaïdjanaises à arrêter le blogueur de 40 ans.

Dans une réponse écrite publiée par un porte-parole de la police arménienne, le Secrétariat général de l’organisation de la police internationale a déclaré : “Nous avons vérifié et nous pouvons confirmer que cette personne est inconnue des bases de données d’Interpol“.

“Nous avons également transféré votre demande à notre service juridique et vous informerons dès que nous aurons plus d’informations“, a ajouté le secrétariat basé à Lyon, en France.

Le Bureau du Procureur général de la Biélorussie a confirmé plus tard dans la journée que Lapshin n’avait pas été placé sur une liste internationale de personnes recherchées. Un porte-parole de l’organisme d’application de la loi a déclaré à l’agence de presse RIA Novosti que le blogueur était détenu conformément à un traité signé par les anciennes républiques soviétiques qui composent la Communauté d’États indépendants.

posté le 13 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENEWS WEB TV
Réactions au dîner du CCAF : PPDA

Patrick Poivre d’Arvor, journaliste : Venir ici ? “C’est sentimental.“

posté le 10 février 2017 par Claire/armenews

Claire Barbuti

THEMES ABORDES : CCAF  France  Image 450  Médias  Paris