Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Exposition


MARSEILLE
Vernissage de l’exposition des œuvres des peintres Khatchik Abrahamyan et Gaguik Ghazanchyan le 27 juin

Le mercredi 27 juin à 19 heures se déroulera au Centre Culturel Sahak-Mesrop de Marseille (339 Avenue du Prado-Marseille 8e) le vernissage des œuvres de deux artistes peintres d’Arménie, Khatchik Abrahamyan et Gaguik Ghazanchyan. Cette exposition est placée sous le haut patronage du Consulat Général d’Arménie à Marseille.

JPEG - 861.1 ko

- Renseignements : Centre Culturel Sahak-Mesrop : 04 91 77 84 70. E-mail : centreculturelsahakmesrop@gmail.com.

Krikor Amirzayan

posté le 25 juin 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Exposition  Image 450  Marseille 


EXPOSITION
Fécamp : couleurs et lumières autour des vitraux de Sarkis

Le Musée des Pêcheries de Fécamp présente 94 vitraux de l’artiste Sarkis dans sa salle d’exposition du premier étage.

La ville, riche des vitraux de l’église abbatiale, de Saint-Etienne et du Palais Bénédictine, présente désormais des vitraux de Sarkis. Un lien entre la ville et l’art du vitrail qui entre en résonance.

Sarkis a beaucoup travaillé autour du détournement de matériaux, de la conceptualisation de l’espace et des effets de lumière et de couleur. Ces préoccupations l’ont naturellement amené, au début des années 2000, vers la technique du vitrail qui apparaît comme un jalon primordial de ses recherches.

JPEG - 89.9 ko

D’un genre nouveau avec ses photographies mais aussi anciennes avec sa technique de vitrail au plomb, les œuvres jouent au fil des heures avec la lumière et les couleurs tel un saisissant kaléidoscope. L’artiste français d’origine arménienne, né à Istanbul en 1928, met ainsi de la couleur sur les murs vitrés de l’ancien bâtiment industriel devant lequel il est tombé en admiration lors d’une première visite en 2014. Une exposition intimiste pour ce travail d’artiste qui a connu d’autres cimaises prestigieuses telles que le Centre Pompidou, la biennale de Venise mais aussi Rome, Genève.... Sarkis ne s’interdisant aucune technique pour explorer l’art de la sculpture, l’aquarelle, la photographie, les films, les néons etc. Une de ses installations, l’arc-en-ciel, est d’ailleurs exposée au sol au pied d’une série de vitraux totem. Tout au long de cette exposition, une série de conférences et des ateliers pour enfants, sont organisés sur le thème du vitrail (renseignement et réservation au 02 35 28 31 99).

Time lapse du montage de l’exposition :

Musée des Pécheries - 3 Quai Capitaine Jean Recher, 76400 Fécamp
Horaires d’été jusqu’au 16 septembre : tous les jours de 11 h à 19 h.
Tarif : plein tarif 7 € ; tarif réduit 4 € ; gratuit pour les moins de 18 ans.

posté le 11 juin 2018 par Claire/armenews


PARIS
Les portraits envoûtants de l’Egyptien Chant Avedissian à la Philharmonie

Jusqu’au 19 août, les voix et musiques du monde arabe retentissent entre les murs de la Philharmonie de Paris, à la manière d’un voyage visuel et sonore dans le temps : des chants préislamiques à Oum Kalthoum en passant par la récente trap maghrébine, l’exposition passe en revue 
les courants musicaux qui ont bercé les Arabes, du Maghreb à la Syrie.

Entre tant d’autres merveilles, on découvre dans la salle “L’égypte mère du monde” de nombreux portraits de chanteuses, actrices, danseuses et musiciens, réalisés par l’artiste égyptien d’origine arménienne, Chant Avedissian. Particulièrement préoccupé par l’avenir du monde arabe et la disparition possible de sa culture au moment de la guerre du Golfe en 1991, Chant Avedissian entame alors cette série de portraits associés à des scènes de la vie quotidienne où affleure l’idéal socialiste prôné par Nasser. Réalisée au pochoir d’après des photographies anciennes, cette œuvre offre une vision kaléidoscopique de l’Egypte des années 1950 : à la fois populaire, glamour, révolutionnaire, patrimoniale et politique, marquée avant tout par le pouvoir de l’image.

“Al Musiqa. Voix et musiques du monde arabe“
Cité de la Musique-Philharmonie de Paris, 221, avenue Jean Jaurès, Paris-19e - 01 44 84 44 84
Jusqu’au 19 août

posté le 3 juin 2018 par Claire/armenews


Lyon : exposition des céramiques de Gumri

A l’iniatiative de la Fondation Family Care et de l’association Muscari, un atelier artisanal de céramiques a été créé, en 2014, dans la ville de Gumri, en Arménie, dans la tradition des potiers arméniens de Kütahya.

L’originalité de cette démarche réside dans son ambition à mettre l’art au service de la résurgence d’un passé spolié et du développement économique d’une ville dévastée par le terrible séisme de 1988 et les aléas de la crise économique.

Après le succès de la première exposition de Muscari à Lyon en 2016, puis à Paris avec l’UGAB, et la Galerie De Gournay en 2017, une nouvelle exposition aura lieu à Lyon.

Du 1er au 23 juin
Espace Ephémère - 16 Place Bellecour, Lyon
Association Muscari - contact@muscari.fr / 04 72 59 04 80

posté le 18 mai 2018 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Culture  Exposition  Lyon 


PHOTOGRAPHIE
Rajak Ohanian expose pour les 30 ans du musée d’art moderne de St Etienne

Rajak Ohanian, « Les Étoiles de Renaudie » Fragment # 9, 1974-1975. © Rajak Ohanian.

A l’occasion de la 2e partie des expositions des 30 ans du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne, participation de Rajak Ohanian avec 3 séries photographiques : à Chicago (1987/89), Les Etoiles de Renaudie - Fragments (1974/75), et Les Canuts (1964).

L’exposition appelée Vues urbaines présente des œuvres parfois inédites, offrant un regard sur la ville et ses habitants, à travers les époques et les lieux.

Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne (MAMC)
Vernissage en présence des artistes le 25 mai à 18h30 - Exposition jusqu’au 16 septembre 2018

posté le 17 mai 2018 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Culture  Exposition  Photo  Saint-Etienne 


PEINTURE
Norchen, invité d’honneur du Salon d’Art de Morangis

Né en 1947 de parents immigrés d’origine arménienne, Norchen a suivi pendant 2 ans l’atelier libre d’Adam (Salon Paris-Sud). Il entreprit plusieurs voyages en Europe, Orient, Afrique du Nord et Amérique centrale. Ces différents dépaysements ont certainement favorisé le peintre dans ses aspirations. Son genre artistique pourrait être parfois surréaliste, mais toujours teinté d’une pointe de réalisme.

Pour Norchen, la peinture n’est pas une toile où seul le psychanalyste peut puiser, elle est la projection de toutes les natures, pour atteindre les autres hommes et non une aventure personnelle où le “moi“ est mis en évidence pour un public blasé, troublé par les visions préfabriquées des médias, qui se perdent dans des exercices de style picturaux. Toute autre est sa démarche. Les thèmes qui l’intéresse sont l’opposition même des réalités quotidiennes : les grands espaces, la solitude, la mort, ...

Nostalgie des vastes horizons avec l’ocre des immenses ciels d’Orient, griffés de clochers et de dômes sous lesquels ont sent grouiller une humanité en quête d’un impossible absolu.

Visages tragiques et sublimes déformés outrancièrement parfois pour mieux cerner les thèmes.

Ce peintre empreint d’orientalisme sait enrichir ses toiles à la limite du fantastique pour créer des mondes où l’irréel s’organise pour nous parvenir simplement.

Salon d’art de Morangis
Du samedi 7 avril au 15 avril
Espace Saint Michel de Morangis (à côté de l’église)

posté le 3 mai 2018 par Claire/armenews


PARIS
1001 dessins : l’exposition d’Isabelle Manoukian

Faire un dessin par jour, pendant 1001 jours, tout comme Shéhérazade raconte une histoire par nuit au roi Shahriyar pour échapper à la mort et sauver son peuple, tel est le processus suivi par Isabelle Manoukian, utilisant pendant 1001 jours le même support (papier) et le même outil (encre noire). Cette série de 1001 dessins (26,5x25 cm) a débuté le 31 juillet 2009 et s’est achevée le 27 avril 2012.

A défaut de pouvoir exposer les 1001 dessins, une sélection composée des 40 premiers dessins de la série est présentée. Les autres dessins seront projetés sous forme d’un diaporama d’une quinzaine de minutes. C’est la première fois que l’intégralité de la série sera montrée au public.

JPEG - 196.1 ko

Ces 40 dessins sont directement inspirés des contes des 1001 nuits : le trait subtil et élégant d’Isabelle se laisse guider par l’audace des relations hommes-femmes qui choquèrent l’occident à l’époque des premières traductions du 18e siècle tant la femme musulmane y paraissait libre et rusée, se jouant d’hommes souvent tyranniques et sots, par la puissance érotique des scènes d’amour et de libertinage, extraits : « aussi les enlacements ne cessèrent de succéder aux embrassements, les baisers aux caresses et les copulations aux foutreries, pendant toute la nuit, jusqu’à ce que, un peu fatigués de leurs transports et de leurs multiples ébats, ils se fussent endormis enfin dans les bras l’un de l’autre, ivres de jouissances... » ( 679e nuit), par la fusion ambigüe de l’amour charnel et de l’amour sacré quand dieu se confond avec l’être aimé, quand la fécondation et la germination deviennent semences mystiques.

Dans ces 40 dessins Isabelle Manoukian s’est autorisé tous les fantasmes, toutes les transgressions, tous les rêves et nous offre une exposition d’une exubérante fantaisie à la fois érotique, féministe et spirituelle !

Isabelle Manoukian est née en 1969. Après avoir obtenu un diplôme en BTS Impression Textile à l’Ecole d’Arts Appliqués Olivier de Serres, Isabelle Manoukian poursuit sa démarche picturale tout en suivant les Ateliers Beaux-arts de Montparnasse et de Glacière. En 2002 elle obtient un DEA en Arts plastiques à Paris 8. En 2004, elle découvre la miniature persane, qu’elle étudie pendant 5 ans auprès d’Abbâs Moayeri. Cette approche des couleurs alliant la précision de la ligne va ensuite fortement influencer sa démarche personnelle. Elle participe régulièrement à la Beirut Art Fair, exposée au côté de peintres prestigieux comme Andy Warhol, Zhuang Hong YI...

JPEG - 173.1 ko

Exposition du 17 mai au 9 juin
à la SLOW Galerie
5 rue Jean-Pierre Timbaud - 75011 Paris
Du mardi au samedi de midi à 19h30

posté le 2 mai 2018 par Claire/armenews


CLAMART
Exposition sur les parents d’enfants autistes, ces « super héros du quotidien »

Créée en 2009 par Jacqueline Donmez (photo ci-dessus), l’association Mélissa Union de tous a pour vocation de sensibiliser à l’autisme. Avec un slogan : « L’union est notre force, notre détermination soulèvera des montagnes ».

Dans cette visée, le projet Glorious Heroes consiste à mettre en lumière des parents d’enfants autistes au travers d’une exposition itinérante de portraits de ces héros du quotidien, comprenant l’édition d’un livret « Témoignage ».

JPEG - 71.9 ko

Patrick.

Cette exposition sur le thème des « Parents super héros » veut mettre en avant les visages de ses proches aux parcours atypiques, par le biais d’un focus sur le rude combat qu’ils mènent pour l’accès à leurs droits fondamentaux et ainsi favoriser l’inclusion de leurs enfants et mettre en avant les bienfaits des méthodes cognitives et comportementales.

C’est en vivant elle-même cette situation que l’idée germe dans l’esprit de Jacqueline Donmez : « Je n’aurais jamais imaginé qu’un tel parcours m’attendait, mais je suis déterminée et persévérante ». Alors que plusieurs pédiatres n’arrivent pas à poser de diagnostic sur le cas de sa fille Mélissa, Jacqueline Donmez finit par comprendre qu’elle est autiste. Un véritable parcours du combattant commence alors : « Il a fallu que je me batte pour qu’elle puisse avoir une auxiliaire de vie scolaire, puis qu’elle aille à l’école malgré la loi de février 2005, que des professionnels formés en libéral la suivent alors que la plupart ne sont pas remboursés, pour que la maison départementale des personnes handicapées m’attribue l’allocation éducation enfant handicapé... », se souvient Jacqueline.

JPEG - 48.9 ko

Bénédicte.

Elle ajoute : « La concrétisation de ce projet photographique me tenait à coeur, et fait partie des projets qui ont du sens avec beaucoup de valeur. L’estime des parents ayant un enfant autiste n’est pas négligeable, bien au contraire, c’est à valoriser et essentiel tel que le sont les piliers dans un bâtiment. Pleine d’enthousiasme et de conviction, en tant que maman d’un enfant autiste mais aussi en tant que présidente de l’association, mon chemin a croisé celui d’un photographe sensible à ce sujet, fascinant par son professionnalisme et débordant d’humour. C’est à travers son engagement à nos côtés, que j’ai pu entrevoir en lui un homme pourvu d’une sincérité d’âme et d’un grand coeur, prêt à nous aider pour la concrétisation des photos de ces parents héroïques, et je l’en remercie. Cette mise en lumière de tout ces parents Super Héros à travers l’objectif de Mr Lespinasse dévoilera la réalité du terrain et du parcours du combattant de ces nobles familles et de leurs enfants. Je suis persuadée que nous pouvons, ensemble, et unis, dans un élan de solidarité, réaliser l’inimaginable en faveur et dans l’intérêt des personnes autistes. Alors venez les découvrir à nos côtés ! »

Exposition Parents d’enfants avec autisme - Ces super héros du quotidien
Première présentation du 11 au 13 mai - Entrée libre de 9h à 19h
Salle Jacky Vauclair - Clamart

posté le 26 avril 2018 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Clamart  Culture  Exposition  France 


MARSEILLE
Derniers jours : l’exposition « Témoigner de ces vies - peindre la mémoire »

La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur accueille l’exposition “Témoigner de ces vies - Peindre la mémoire“. Francine Mayran a réalisé des œuvres engagées évoquant la Shoah, le génocide des Arméniens et les autres génocides, ainsi que des portraits rendant hommage à des victimes, des survivants et des Justes. L’artiste-peintre a particulièrement mis à l’honneur des personnalités marseillaises dont Ovsanna Kaloustian, survivante du génocide des Arméniens, qui s’est éteinte à Marseille à l’âge de 106 ans.

Reportage au journal télévisé de Provence Azur :

Cette exposition est présentée du jusqu’au 13 avril 2018
Hôtel de Région - 27 place Jules Guesde, 13001 Marseille
Déambulatoire, tous les jours de 9 h à 18 h
Entrée libre

JPEG - 682.2 ko

Lors du vernissage de l’exposition : Florence Zamkotsian et Frédéric Zamkotsian, les petits-enfants d’Ovsanna, Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rose-Marie Zamkotsian, la fille d’Ovsanna, Caroline Pozmentier, vice-présidente de la Région PACA, Francine Mayran, l’artiste peintre, et le portrait d’Ovsanna Kaloustian.

posté le 12 avril 2018 par Claire/armenews

Photos : F. Zamkotsian