Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Coopération


EREVAN
Signature officielle d’un nouvel accord entre l’Arménie et l’UE

L’Arménie et l’Union européenne ont officiellement paraphé hier le texte d’un nouvel accord sur l’approfondissement de leurs liens politiques et économiques.

Leurs négociations sur l’Accord de partenariat global et renforcé (CECP) ont été conclues avant la visite du président Serge Sarkissian à Bruxelles à la fin du mois dernier.

“L’accord sera une étape importante pour élargir la portée des relations bilatérales entre la République d’Arménie et l’Union européenne“, ont déclaré les deux parties dans une déclaration conjointe publiée après que leurs négociateurs aient paraphé l’accord lors d’une cérémonie à Erevan.

Le ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a déclaré lors de la cérémonie que cet accord « ouvrirait une nouvelle page » dans les relations entre l’UE et l’Arménie.

Ce nouvel accord est censé servir de substitut moins ambitieux à l’accord d’association négocié par des fonctionnaires arméniens et européens à l’été 2013. Sarkissian avait décidé au dernier moment, en septembre 2013, de rejoindre finalement l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie (UEE).

L’autre accord, qui n’a pas encore été rendu public, contient apparemment les principales dispositions politiques et certaines dispositions économiques de l’accord d’association annulé. Mais elle n’a pas de composante liée au libre échange en raison de l’adhésion de l’Arménie à l’UEE.

“De solides engagements en faveur de la démocratie, des droits de l’homme et de l’État de droit, sont à la base du nouvel accord et de la future coopération entre l’Arménie et l’UE“, peut-on lire dans une déclaration conjointe. L’accord ouvrira également la voie à une plus étroite coopération UE-Arménie dans les domaines de l’énergie, des transports et de la protection de l’environnement, ainsi qu’à de « nouvelles opportunités dans le commerce et les investissements ».

“Nos gens se considèrent comme des Européens“, a déclaré Sarkissian lors de son voyage à Bruxelles. Il a ajouté que les « valeurs partagées » sont au cœur de ce nouvel accord. Dans ce contexte, il a réaffirmé les promesses faites par son administration de veiller à ce que les prochaines élections législatives en Arménie soient conformes aux normes démocratiques.

Plus tôt cette année, l’UE a fourni à l’Arménie plus de 7 millions de dollars de financement pour l’achat d’équipements électroniques spéciaux destinés à prévenir certaines formes de fraude électorale.

posté le 22 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMATIE
Vladimir Poutine loue les liens amicaux entre la Russie et l’Arménie

Le président russe Vladimir Poutine a salué le “caractère vraiment amical“ des relations de la Russie avec l’Arménie et a exprimé sa confiance que les deux pays se rapprocheront encore plus après les pourparlers qu’il a eu avec son homologue arménien Serge Sarkissian hier.

“La Russie et l’Arménie cherchent sincèrement à renforcer leur coopération mutuellement bénéfique et leur partenariat stratégique global“, a-t-il déclaré aux journalistes du Kremlin.

“Nous ferons des efforts conjoints pour renforcer davantage notre alliance stratégique“, a ajouté Sarkissian pour sa part.

Un communiqué conjoint de Poutine et Sarkissian précise qu’ils s’efforceront de réaliser “l’énorme potentiel des relations russo-arméniennes“ dans les domaines politique, économique et militaire.

Les deux dirigeants ont salué une augmentation considérable du commerce russo-arménien qui a été enregistrée l’an dernier en dépit des récessions économiques dans les deux pays.

“La Russie est le principal partenaire commercial de l’Arménie“, a souligné Poutine. Il a également mis en avant les investissements russes dans les secteurs de l’énergie, des mines et des transports en Arménie.

Tout en promettant d’aider à renforcer les relations commerciales russo-arméniennes, les deux dirigeants n’ont annoncé aucun accord concret à cet effet. Poutine a dit seulement que les deux gouvernements envisagent maintenant d’utiliser la monnaie nationale de l’autre dans le cadre de leur commerce bilatéral.

En visite à Moscou à la fin janvier, le Premier ministre Karen Karapetian a appelé à la création d’un « fonds d’investissement » russo-arménien qui financerait des projets commerciaux en Arménie. Il a ensuite affirmé que le Premier ministre russe Dmitri Medvedev avait « évalué positivement la proposition ». Ni Poutine ni Sarkissian n’ont mentionné la question dans leurs déclarations à la presse.

Comme on pouvait s’y attendre, le conflit non résolu du Haut-Karabagh était également à l’ordre du jour de la dernière visite officielle de Sarkissian à Moscou. Une déclaration conjointe explqie que les deux dirigeants étaient d’accord sur la nécessité de renforcer le régime de cessez-le-feu dans la zone de conflit avec des mesures concrètes qui ont été élaborées lors des sommets arméno-azerbaïdjanais organisés l’an dernier.

Poutine a accueilli une de ces réunions à Saint-Pétersbourg en juin 2016. Les présidents Sarkissian et Ilham Aliev ont signalé des progrès vers un règlement pacifique après ces entretiens. Cependant, le processus de paix s’est arrêté à nouveau dans les semaines qui ont suivi.

“La Russie continue à apporter tous les types de soutien à la recherche de solutions mutuellement acceptables au conflit dans le cadre du Groupe de Minsk de l’OSCE et lors de contacts directs entre Erevan et Bakou“, a déclaré M. Poutine hier. Il n’a donné aucun détail de sa discussion sur le Karabagh avec Sarkidsian.

Poutine a également noté que Sarkissian était à Moscou à l’approche des élections parlementaires en Arménie. Il a assuré que les autorités à Erevan faisaient “tous les efforts“ pour s’assurer que le vote était démocratique.

“Je voudrais vous souhaiter beaucoup de succès dans cette entreprise“, a déclaré Poutine au chef arménien. “La Russie est sincèrement intéressée par une Arménie stable, indépendante et dynamiquement en développement.“

posté le 16 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMATIE
Un député russe conseille à l’Arménie d’être prudente dans ses relations avec l’UE

L’Arménie devrait s’efforcer de resserrer ses liens avec l’Union européenne, a déclaré un haut responsable de la Douma russe lors d’une visite à Erevan vendredi.

Leonid Kalashnikov, qui préside la commission parlementaire russe sur les relations avec les anciennes républiques soviétiques, a déclaré que Moscou ne s’opposerait pas à un accord planifié entre l’UE et l’Arménie s’il respecte les engagements de ce dernier envers l’Union économique eurasienne (UEE).

“Il vous suffit de respecter ces normes parce que sinon, vous pouvez voir, par exemple, ce qui se passe actuellement en Moldavie“, a expliqué Kalashnikov. “J’étais là-bas récemment. Après avoir signé l’accord d’association avec l’UE, ils ont perdu un tiers de leur PIB et l’ensemble du marché russe parce qu’ils n’étaient pas en accord avec la Russie“.

“Et qu’ont-ils reçu en retour ? Rien, sauf les visas“, a commenté le député affilié au Parti communiste russe, qui est officiellement en opposition au président Vladimir Poutine, mais qui le conteste rarement.

“Il faut juste faire attention à l’UE. Ils se soucient seulement de leur marché. Tous les capitalistes sont comme ça“, a-t-il dit.

L’Arménie avait négocié en 2013 un accord d’association avec l’UE qui lui aurait donné un accès permanent et sans droits de douane au plus grand et plus riche marché mondial. Le président Serge Sarkissian a cependant changé d’avis au dernier moment, préférant devenir membre du bloc commercial dirigé par la Russie.

Bruxelles et Erevan ont finalisé un accord alternatif le mois dernier. Il contient les principales dispositions politiques et certaines dispositions économiques de l’accord d’association annulé. Mais il n’a pas de composante liée au commerce libre en raison de l’adhésion de l’Arménie à l’UEE.

L’ambassadeur de Russie à Erevan, Ivan Volynkin, a indiqué le 10 février que le nouvel accord ne porterait pas atteinte à l’alliance de l’Arménie avec la Russie.

Kalashnikov et plusieurs autres hauts parlementaires russes dirigés par le président de la Douma, Vyacheslav Volodin, sont arrivés vendredi à Erevan pour des entretiens avec leurs homologues arméniens. Volodin a décrit l’Arménie comme le « partenaire stratégique » de la Russie et a déclaré que les deux États devraient approfondir leurs liens.

posté le 6 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION
Serge Sarkissian : « Notre peuple se considère comme Européen »

Le président Serge Sarkissian a décrit hier l’Arménie comme une nation européenne, alors qu’il expliquait les efforts de son gouvernement pour approfondir les relations avec l’Union européenne à travers un nouveau traité finalisé lors de sa dernière visite à Bruxelles.

“Notre peuple se considère comme Européen : notre patrimoine culturel et spirituel et notre mode de vie sont européens“, a-t-il déclaré dans un discours prononcé au Carnegie Europe, un groupe de réflexion bruxellois.

Sarkissian y est intervenu le lendemain de l’annonce officielle de la conclusion entre l’Arménie et l’UE des négociations sur un « accord de partenariat global et renforcé ».

L’accord est censé être un substitut moins ambitieux que l’accord d’association que les deux parties ont presque signé en 2013. Sarkissian avait empêché la signature de cet accord d’association en 2013 lorsqu’il avait annoncé l’adhésion de l’Arménie à l’Union économique eurasienne (UEE) dirigée par la Russie.

Sarkissian a déclaré que les « partenaires occidentaux » de l’Arménie ont depuis accepté ce choix géopolitique. “Nous sommes prêts à favoriser un rapprochement mutuellement bénéfique entre l’UE et l’UEE“, a-t-il déclaré dans ce contexte.

Le chef arménien a déclaré que les « valeurs partagées » sont au cœur du nouvel accord prévu avec l’UE. “Nous ne faisons que mettre en place un cadre juridique plus ferme pour la coopération existante. Nous sommes convaincus qu’il nous permettra et même nous obligera à avoir un Etat plus efficace », a t-il ajouté.

Dans son discours, Sarkissian a également remercié l’UE pour le financement de la mise en œuvre de l’accord historique de son gouvernement avec l’opposition arménienne visant à prévenir les fraudes graves lors des élections législatives du 2 avril. La majeure partie des 7,4 millions de dollars alloués par Bruxelles sera consacrée à l’équipement électronique spécial qui sera installé dans les bureaux de vote en Arménie.

Sarkissian a réaffirmé les promesses de son gouvernement de tenir un scrutin démocratique. « L’objectif que nous avons fixé est élevé : organiser des élections démocratiques, libres, équitables et transparentes. Je suis convaincu que nous allons atteindre cet objectif », a t-il dit.

posté le 1er mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION
L’appel de Karen Karapetian à la Diaspora arménienne

Le Premier ministre Karen Karapetian a appelé les professionnels arméniens du monde entier à se réinstaller en Arménie et à aider à la mise en œuvre des vastes réformes promises par son gouvernement.

Dans un appel écrit publié hier sur sa page Facebook en anglais, en français, en russe, en espagnol et en arabe, M. Karapetian a déclaré que cela pourrait avoir un impact particulièrement fort sur la culture d’entreprise et l’éthique de travail du pays.

“Par ce message je voudrais inviter nos compatriotes de la Diaspora,- personnalités du monde de la culture, managers, ceux qui ont acquis une reconnaissance internationale dans les domaines de l’éducation ou des sciences, à devenir les acteurs des réformes qui sont en cours dans notre pays, apportant une nouvelle culture de la gestion et mettant le savoir et le potentiel des meilleurs spécialistes de la Diaspora au service des objectifs de tous les Arméniens.“, peut-on lire dans ce message.

Le post continue par ces mots : “La culture de la Diaspora doit être visible en Arménie. Chaque contact avec nos compatriotes nous donnera, j’en suis certain, un nouvel élan et un nouvel enthousiasme, que l’on ne pourrait peut-être pas quantifier, mais qui apporteraient, à terme, un changement de notre vision du monde, nous rendant plus tolérants à l’égard de différents systèmes de valeurs et contribuant à la hausse d’efficacité de la gestion et du travail. Ce qui serait une réussite pour nous tous !“

“Nous pouvons, par votre intermédiaire, découvrir et emprunter les meilleures valeurs culturelles des autres nations et, par la même voie, leur faire découvrir l’Arménie“, a ajouté Karapetian.

Le Premier ministre n’a pas dit explicitement qu’il était prêt à offrir des positions gouvernementales supérieures aux Arméniens de la diaspora. Il a déclaré seulement que leur plus grande implication dans des « secteurs clés » tels que l’économie, la santé publique et l’éducation produirait « des résultats immédiats ».

Karapetian a déjà lancé un appel en décembre à des milliers d’Arméniens d’origine syrienne réfugiés en Arménie ces dernières années. Il a affirmé que son gouvernement fera de son mieux pour les aider à rester dans leur patrie ancestrale pour de bon. “Vous avez changé la culture de faire des affaires et fournit des services à Erevan“, avait souligné l’ancien dirigeant d’entreprise à un groupe d’entrepreneurs arméniens syriens.

L’engagement de la Diaspora en Arménie a longtemps été entravé par le manque d’opportunités économiques, la corruption généralisée du gouvernement et d’autres problèmes liés à l’état de droit. Karapetian a reconnu ces “lacunes“ et a souligné que les autorités à Erevan “n’ont plus le droit de faire plus d’erreurs.“

posté le 1er mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION ECONOMIQUE
L’Arménie et la Géorgie s’entendent sur un nouveau corridor à destination de la Russie

La Géorgie a accepté d’ouvrir de nouveaux corridors de transport qui seront utilisés par l’Arménie pour les expéditions de marchandises commerciales en provenance et à destination de la Russie, a déclaré le Premier ministre Karen Karapetian lors d’une visite officielle à Tbilissi vendredi.

La majeure partie du commerce entre la Russie et l’Arménie se fait actuellement par le seul poste frontière russo-géorgien à Upper Lars. La circulation le long de cette route montagneuse est fréquemment bloquée par des blizzards en hiver.

Des centaines de camions arméniens ont été laissés sur place pendant plus de deux semaines en raison de fortes chutes de neige en décembre. La route de Upper Lars a également été fermée pendant plus d’un mois cet été après un glissement de boue massif.

De plus, les camionneurs arméniens se plaignent fréquemment de longues files d’attente et d’un service lent sur le côté russe de la frontière.

Peu de temps après s’être rendu à Moscou le mois dernier, Karapetian a demandé au ministère arménien des Transports et des Communications de soumettre avant le 1er mars des propositions sur d’autres routes commerciales russo-arméniennes passant par la Géorgie.

Des diplomates russes et géorgiens ont fait état d’importants progrès vers le lancement de telles liaisons de transport après une nouvelle série de pourparlers qui s’est tenue à Prague le 7 février. Ils ont déclaré que la Russie et la Géorgie sont proches de relancer un accord de 2011 visant à leur permettre de maintenir des liens commerciaux.

Le négociateur russe, le ministre adjoint des Affaires étrangères, Grigory Karasin, a déclaré au quotidien moscovite “Kommersant“ que la Géorgie est maintenant prête à rouvrir deux routes qui le relient à la Russie via les régions séparatistes géorgiennes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud. Il a dit que les deux parties embaucheront une compagnie suisse pour établir des points de contrôle douaniers sur les frontières administratives des deux territoires qui ont été reconnus par la Russie comme des états indépendants.

“Kommersant“ a déclaré que l’accord de compromis permettra à Moscou d’éviter de reconnaître formellement la souveraineté géorgienne sur l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. “Dès que nous résoudrons tous les problèmes restants, nous allons commencer la mise en œuvre de l’accord“, aurait assuré Karasin.

La question aurait été au centre de l’agenda des entretiens entre Karapetian et le Premier ministre géorgien Giorgi Kvirikashvili, qui ont eu lieu jeudi. S’adressant aux journalistes le lendemain, le Premier ministre arménien a déclaré : « Si vous voulez savoir s’il y aura une alternative à la route du Lars, alors je peux vous assurer que oui, il y en aura une“.

“Mais je ne vais pas entrer dans les détails pour l’instant“, a t-il ajouté. “Nous avons conclu des accords sur la question et sur le corridor énergétique.“

Le Premier ministre n’a mentionné explicitement la question lors d’un point de presse qui a suivi les pourparlers à Tbilissi. Kvirikashvili a déclaré que Karapetian lui a présenté “des propositions très intéressantes“ sur l’expansion des liens économiques entre la Géorgie et l’Arménie.

En dépit des perturbations à Upper Lars, le commerce russo-arménien a augmenté de 15 % pour atteindre près de 1,4 milliard de dollars l’an dernier, ce qui a consolidé le statut de la Russie en tant que partenaire commercial numéro un de l’Arménie. Selon les statistiques officielles arméniennes, cette croissance a été tirée par une augmentation de 51 % des exportations arméniennes vers la Russie.

posté le 27 février 2017 par Claire/armenews


La Russie ne voit pas d’un mauvais oeil le rapprochement entre l’Arménie et l’UE

Les efforts continus de l’Arménie pour établir des liens plus étroits avec l’Union européenne ne nuiront pas à son alliance avec la Russie, a assuré vendredi l’ambassadeur russe à Erevan, Ivan Volynkin.

“La Russie et l’Arménie sont liées par une relation privilégiée, par une alliance, et les peuples russe et arménien sont des peuples frères“, a déclaré Volynkin à l’agence de presse TASS au sujet de la position de Moscou sur un nouvel accord arméno-européen qui devrait être signé plus tard cette année.

“Les deux États font partie de deux même structures d’intégration - l’Union économique eurasienne et l’Organisation du Traité de sécurité collective - dont les membres ont des obligations économiques et politiques“, a-t-il expliqué. “Sur la base de ces obligations, les relations avec l’UE sont naturellement construites non pas à leur détriment, et tout le monde s’en rend compte“.

L’Arménie et l’UE ont entrepris au cours de l’été 2013 des négociations sur un accord d’association de grande envergure. Le président Serge Sarkissian a changé d’avis au dernier moment, en demandant l’adhésion de l’Arménie à l’UEE. Pour beaucoup, cela est dû à une forte pression russe.

Un autre accord actuellement négocié par Erevan et Bruxelles contiendra vraisemblablement les principales dispositions politiques et certaines dispositions économiques de l’accord d’association annulé. Mais elle n’aura aucun élément lié au libre commerce en raison de l’adhésion de l’Arménie au bloc dirigé par la Russie.

Le président Serge Sarkissian a réaffirmé l’engagement de son gouvernement à approfondir ses relations avec l’UE lors de sa rencontre avec le commissaire européen à la politique européenne de voisinage, Johannes Hahn, à Erevan en novembre. Le chef de la délégation de l’UE en Arménie, Piotr Switalski, a déclaré le mois dernier que les deux parties sont de plus en plus proche d’une nouvelle entente.

Volynkin est également convaincu que la politique étrangère arménienne ne subira pas de changements radicaux à la suite des élections parlementaires arméniennes prévues pour le 2 avril. Il a affirmé que le vote promet d’être “très intéressant“ car il viendra un an avant que l’Arménie finisse sa transition vers un système parlementaire.

Volynkin a noté une nouvelle disposition constitutionnelle qui exige l’existence d’une “majorité stable“ au Parlement arménien. Il pense que cela devrait “assurer la continuité dans le processus politique en Arménie.“ “Prenant ces faits en considération, nous ne voyons aucune raison majeure pour qu’Erevan change radicalement de politique étrangère “, a commenté le diplomate à TASS.

posté le 13 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DROITS DE L’HOMME
Interpol nie avoir publié un mandat d’arrêt contre le blogueur Lapshin

Contrairement aux allégations du président biélorusse Alexander Lukashenko, Interpol a déclaré qu’il n’avait jamais publié de mandat d’arrêt international contre le blogueur russe-israélien qui a été extradé vers l’Azerbaïdjan la semaine dernière.

Lukashenko avait affirmé le 3 février que Alexander Lapshin avait été arrêté à Minsk en décembre parce que “l’Azerbaïdjan a interjeté appel à Interpol, pas à nous.“ “Nous l’avons arrêté conformément à la décision d’Interpol et nous devons le remettre à l’Azerbaïdjan conformément à toutes les lois et règlements“, avait t-il stipulé lors d’une conférence de presse dans la capitale biélorusse.

Lapshin a été remis à l’Azerbaïdjan le 7 février pour faire face à des accusations d’entrée illégale sur le territoire azerbaïdjanais, qui découlent de ses voyages passés au Haut-Karabagh. Cette extradition a été critiquée par la Russie et l’Arménie.

La police arménienne a déclaré vendredi qu’elle avait demandé à Interpol de préciser si elle avait effectivement aidé les autorités azerbaïdjanaises à arrêter le blogueur de 40 ans.

Dans une réponse écrite publiée par un porte-parole de la police arménienne, le Secrétariat général de l’organisation de la police internationale a déclaré : “Nous avons vérifié et nous pouvons confirmer que cette personne est inconnue des bases de données d’Interpol“.

“Nous avons également transféré votre demande à notre service juridique et vous informerons dès que nous aurons plus d’informations“, a ajouté le secrétariat basé à Lyon, en France.

Le Bureau du Procureur général de la Biélorussie a confirmé plus tard dans la journée que Lapshin n’avait pas été placé sur une liste internationale de personnes recherchées. Un porte-parole de l’organisme d’application de la loi a déclaré à l’agence de presse RIA Novosti que le blogueur était détenu conformément à un traité signé par les anciennes républiques soviétiques qui composent la Communauté d’États indépendants.

posté le 13 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMATIE
Le ministre de la Défense iranien appelle à la paix au Haut-Karabagh

Le ministre iranien de la Défense Hossein Dehqan a réaffirmé la volonté de l’Iran d’approfondir ses relations avec l’Arménie et a mis en garde contre les tentatives de résoudre les conflits régionaux par la force alors qu’il rencontrait son homologue arménien Vigen Sargsian à Téhéran hier.

“Il n’est pas acceptable de recourir à la force pour résoudre des problèmes régionaux et la République islamique d’Iran n’épargnera aucun effort pour résoudre ces problèmes“, a-t-il déclaré à Sargsian d’après la chaîne Iranian Press TV.

L’utilisation de la force pour la résolution des conflits a déjà “prouvé son inefficacité“, a ajouté Dehqan, selon l’agence de presse Mehr.

D’après le ministère de la Défense arménien, Sargsian et Dehqan ont discuté du conflit du Haut-Karabagh et ont convenu de la nécessité de son « règlement uniquement négocié ».

En visite en Arménie fin décembre, le président iranien Hassan Rouhani a également souligné qu’il n’y avait « aucune voie militaire » pour mettre fin au conflit arméno-azerbaïdjanais. Le président Serge Sarkissian a salué la position équilibrée de Téhéran sur la question après leurs entretiens.

Dehqan a téléphoné à ses homologues arménien et azerbaïdjanais en avril dernier, au lendemain de l’attaque de l’Azerbaïdjan le long de la “ligne de contact“ du Karabagh. Il les a exhorté à mettre un terme immédiatement aux hostilités.

Une partie de la ligne de front du Karabagh adjacente à l’Iran était l’un des deux épicentres des combats intenses de quatre jours entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises qui ont été stoppés grâce à une médiation russe.

Sargsian est arrivé à Téhéran lundi soir pour une visite officielle mettant en évidence ce qui semblent être un rapprochement entre les armées iranienne et arménienne.

Dehqan a déclaré que les liens arméno-iraniens se sont approfondis « dans tous les domaines » ces dernières années. Le général iranien a parlé de « liens culturels et historiques » entre les deux pays voisins, a rapporté Mehr.

Le ministère de la Défense arménien a déclaré que Sargsian et Dehqan “ont exprimé la volonté d’élargir et de développer les relations bilatérales“. Le ministre arménien aurait déclaré que les deux parties devraient “élaborer un mécanisme pour des réunions périodiques et des consultations“ à cette fin.

Sargsian a fait référence à l’industrie de défense comme un secteur potentiel de la coopération arméno-iranienne quand il a visité l’université Malek Ashtar de Téhéran engagée dans la recherche militaire plus tard dans la journée.

Il a ensuite visité le siège iranien d’Electronics Industries, une société d’État qui fabrique des équipements électroniques, y compris pour l’armée iranienne.

posté le 1er février 2017 par Claire/armenews