Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Coopération


DIASPORA
Sarkissian veut mettre en place un « Conseil pan-arménien »

Le président Serge Sarkissian poursuit son intention de former un conseil consultatif pan-arménien composé de hauts fonctionnaires d’Arménie et de représentants de sa diaspora mondiale.

Sarkissian a rencontré vendredi le président de la Cour constitutionnelle arménienne, Gagik Harutiunian, et d’autres représentants de l’Etat pour discuter des préparatifs en cours pour la session inaugurale du conseil pan-arménien, qui devrait avoir lieu l’année prochaine.

Les projets pour la création d’un tel organisme ont d’abord été annoncés en 2015 par une commission de haut niveau qui a organisé des commémorations officielles du 100e anniversaire du génocide arménien. La commission était dirigée par Sarkissian et comprenait d’autres hauts fonctionnaires de l’Arménie, ainsi que les principaux clercs de l’Église apostolique arménienne et les dirigeants de certaines organisations de la Diaspora.

Il a été convenu que le conseil demanderait une plus grande reconnaissance internationale du génocide, examinerait les « conditions des Arméniens dans le monde entier » et coordonnerait les « activités pan-arméniennes ». Les modalités pratiques de sa création étaient supposées être élaborées par un groupe de travail dirigé par Hartiunian et Vigen Sargsian, alors chef du personnel présidentiel qui est devenu ministre de la Défense en octobre dernier.

Une déclaration du service de presse présidentiel explique que Harutiunian a présenté les “approches et mécanismes“ pour la formation du conseil lors de la réunion de vendredi présidée par Sarkissian. Il a ajouté que le chef de l’État a chargé les autorités de rédiger un ensemble de décisions correspondantes qui seront discutées lors d’une conférence Arménie-Diaspora prévue pour le mois prochain. L’un de ces documents concernera « l’ordre du jour de la première réunion du conseil qui se tiendra en 2018. »

La déclaration n’a pas précisé si le Conseil pan-arménien tiendra sa première réunion avant ou après que Sarkissian ait terminé son mandat présidentiel en avril 2018. Le président n’a toujours pas précisé publiquement s’il envisage de rester au gouvernement dans une autre mesure.

On estime entre 8 millions et 9 millions le nombre d’Arméniens présents dans le monde entier. Seulement jusqu’à 3 millions d’entre eux vivent en Arménie. La plupart des autres résident en Russie, aux États-Unis, en Europe et au Moyen-Orient.

posté le 21 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE-RUSSIE
L’Arménie récompense par des médailles les pilotes de l’avion bombardier russe « Il-76 » qui a éteint le feu de la forêt de Khosrov

La Russie est venue en aide à l’Arménie pour éteindre le gigantesque feu de la forêt de Khosrov avec la mise à disposition d’un bombarder d’eau, un appareil « Il-76 » avec son personnel qui réalisa pas moins de 17 largages de 42 tonnes d’eau à chaque rotation et vint à bout de l’incendie.

L’Arménie a remercié la Russie pour ce geste de solidarité. David Donoyan, le ministre arménien des Situations d’urgences a remis au personnel de l’avion russe des médailles de « Coopération au nom du sauvetage » et « Prévention, Aide, Sauvetage » décernées par le ministère des Situations d’urgences d’Arménie. Précisons enfin que l’Arménie ne dispose d’aucun avion de type bombardier d’eau et ses services de secours ne parvenaient pas à accéder sur les foyers d’incendie de la forêt de Khosrov au relief très accidenté et inaccessible sur certaines portions par les véhicules des pompiers arméniens. L’Arménie a donc appelé l’aide de la Russie qui a tenu à mettre à la disposition de son avion jusqu’à l’incendie totale du feu de forêt. Alors que les autorités arméniennes pensaient que 2 vols seraient suffisants, il fallut effectuer 17 vols pour venir à bout de ce feu qui est le plus important de ces 25 dernières années.

Krikor Amirzayan

posté le 20 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Coopération  Image 450 


RESERVE DE KHOSROV
La Russie aide l’Arménie pour éteindre les incendies de forêt

Un avion bombardier russe a lancé hier plus de 200 tonnes d’eau sur une réserve naturelle en Arménie. Le pays est en proie à l’un des plus graves incendies de forêt qu’il a connu ces dernières années.

Le gouvernement russe a expédié l’avion Ilyushin-72 à la demande des autorités arméniennes qui luttent pour contenir le feu qui a éclaté dans la réserve d’État de Khosrov samedi.

L’avion spécial capable de transporter 42 tonnes d’eau à la fois a effectué six vols depuis une base aérienne d’Erevan jusqu’à la région montagneuse au sud-est de la capitale arménienne tout au long de la journée. Le ministère arménien des Situations d’urgence a déclaré que l’eau avait un impact “considérable“ sur les efforts continus pour contenir le feu. Il a précisé que l’opération aérienne de lutte contre l’incendie reprendrait ce mercredi matin.

Alors que l’avion russe survolait les arbres, les dizaines de pompiers arméniens, la centaine de soldats de l’armée et 55 travailleurs forestiers ont attendu pour reprendre ensuite leurs efforts de lutte contre les incendies.

“Personne n’est autorisé à entrer dans la réserve jusqu’à ce que l’avion termine son travail“, a expliqué Mushegh Ghazarian, chef du Service national de secours. Il a cité des raisons de sécurité.

Ghazarian a coordonné l’opération au sol et a communiqué avec le ministre des Situations d’urgence Davit Tonoyan par l’intermédiaire d’une radio en présence de journalistes. “La fumée noire est devenue blanche“, a-t-il décrit à Tonoyan lorsqu’il a été interrogé sur les premiers résultats des vols Ilyushin-72. “M. le ministre, s’ils continuent ainsi, nous terminerons le travail. “

Plus tôt dans la journée, le président Serge Sarkissian a tenu une réunion d’urgence avec Tonoyan et d’autres responsables impliqués dans l’effort pour canaliser l’incendie. “Je tiens à remercier les gens et les structures qui combattent le feu“, a t-il dit lors de la réunion. “Et je formule des remerciements particuliers à nos partenaires russes qui ont rapidement répondu à notre demande et participent activement à ce travail important“.

La réserve de Khosrov englobe environ 25 000 hectares de terres, dont 9 000 sont couverts de forêts initialement plantées par un roi arménien au 4e siècle, Khosrov III. Les responsables ont déploré hier le fait que l’incendie a déjà détruit environ 400 hectares de forêts.

Certains groupes de protection de l’environnement ont accusé le service de sauvetage et d’autres divisions du ministère de Tonoyan pour l’ampleur du dommage, soulignant que les autorités n’étaient pas préparées à faire face à une telle catastrophe. Les responsables du ministère rejettent la critique. Ils font valoir que, sur ce terrain montagneux il leur est pratiquement impossible de déployer des pompiers près des flammes.

La réserve de Khosrov est également un sanctuaire majeur d’animaux sauvages. Ghazarian a insisté sur le fait que les ours bruns, les sangliers, les renards, les vautours et les centaines d’autres espèces qui habitent la région ne sont pas en danger.

« Les animaux sont plus intelligents que nous », a lâché le chef du service de secours aux journalistes. “Ils ont quitté la zone de combustion depuis bien longtemps. Nous devons juste sauver les arbres. “

posté le 16 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



POLITIQUE
La Fédération Révolutionnaire Arménienne discutera du gouvernement de 2018 avec Sarkissian

La Fédération Révolutionnaire Arménienne (Dashnaktsutyun) a déclaré mardi qu’elle organisera bientôt des discussions avec le président Serge Sarkissian, pressenti pour être le prochain Premier Ministre arménien à la fin de son mandat présidentiel, en avril prochain.

La Fédération Révolutionnaire Arménienne est un parti du gouvernement de coalition de Sarkissian, en charge de trois postes ministériels depuis plus d’un an. Le parti a prolongé son accord avec Sarkissian et le Parti Républicain (HHK) suite aux élections législatives.

« Naturellement, l’identité du prochain Premier Ministre est importante pour la Fédération, mais il reste du temps [avant avril 2018] », a annoncé Aghvan Vartanian, un dirigeant du parti.

« À mon avis, les défis auxquels le pays est confronté ont deux composantes principales », a-t-il déclaré. « L’un d’entre eux est la sécurité, à Artsakh (Haut-Karabagh) notamment, tandis que l’autre est l’économie ... Je pense qu’il y a assez de place ici pour toute personne souhaitant servir le pays ».

« De plus, notre accord de coalition précise que le Parti Républicain a le droit exclusif de désigner la candidature du Premier Ministre. Ce problème sera discuté au moment venu », a ajouté Vartanian.

Dans des remarques télévisées diffusées au cours du week-end, Sarkissian a de nouveau refusé de préciser s’il envisage de devenir Premier Ministre ou de remplacer le Premier Ministre actuel, Karen Karapetian par quelqu’un d’autre après son mandat. Mais il a salué les politiques économiques poursuivies par le cabinet de Karapetian.

Vartanian a déclaré que la Fédération Révolutionnaire Arménienne est également « satisfaite » du bilan actuel du gouvernement. « Beaucoup de choses ont déjà été faites en termes de sécurité et de problèmes socioéconomiques », a-t-il déclaré.

Ce discours a eu lieu au lendemain d’une réunion conjointe tenue à Erevan, entre le bureau de la Fédération Révolutionnaire Arménienne et une équipe gouvernementale. Une déclaration - qui devrait être publiée mercredi - a été adoptée lors de cette réunion.

La Fédération Révolutionnaire Arménienne a obtenu 7 sièges au parlement arménien, face aux 58 détenus par la HHK, sur un total de 105 sièges.

posté le 19 juillet 2017 par Claire/armenews


DIPLOMATIE
L’ambassadeur polonais attend le nouvel accord entre l’Arménie et l’Union Européenne « les doigts croisés »

L’ambassadeur de Pologne à Erevan a exprimé mercredi son espoir qu’un nouvel accord visant à approfondir les liens politiques et économiques entre l’Arménie et l’Union Européenne soit signé comme prévu cet automne.

« Nous attendons la signature du document », a déclaré Jerzy Nowakowski aux journalistes. « Et comme l’ambassadeur Piotr Switalski l’a souligné, nous n’attendons pas de promesses mais des mesures concrètes de la part de nos partenaires arméniens ».

L’accord de partenariat global et amélioré (LCPE) est une alternative moins ambitieuse à un accord d’association négocié par des responsables arméniens et européens au cours de l’été 2013. Le président Serge Sarkissian a empêché la signature de cet accord avec sa décision inattendue en septembre 2013 d’intégrer l’Arménie à l’Union Économique Eurasienne (EEU), dirigée par les Russes. Ce retournement de situation a largement été attribué à une forte pression de la part de la Russie.

L’accord alternatif contient apparemment les principales dispositions politiques de l’Accord d’Association annulé. Il a été finalisé à Erevan en mars et devrait être signé à Bruxelles en novembre.

Interrogé sur ses craintes que la LCPE puisse être effacée comme l’accord d’association, Nowakowski a déclaré : « Je croise les doigts et dis non [il n’y a pas de tel risque]. Mais je croise les doigts ».

En parlant au Parlement arménien la semaine dernière, le vice-ministre des Affaires Étrangères Shavarsh Kocharian a insisté sur le fait que la LCPE devrait être signée cet automne. « Nous parlerons des résultats l’année prochaine », a-t-il ajouté avec un sourire.

Naira Zohrabian, présidente d’un comité du Parlement arménien sur l’intégration européenne, a déclaré le 21 juin que l’Arménie « a discuté » des principales dispositions de la LCPE avec la Russie et que celle-ci ne s’y oppose pas. « Par conséquent, à l’heure actuelle, je ne vois aucun risque que l’accord de partenariat global et amélioré ne soit pas signé à Bruxelles le 24 novembre », a-t-elle ajouté.

posté le 6 juillet 2017 par Claire/armenews


POLITIQUE
Hovannisian cherche à consolider l’opposition

Le chef de l’opposition, Raffi Hovannisian, appellera à nouveau les groupes d’opposition arméniens à s’associer lors du prochain congrès de son parti, Héritage, qui n’est plus représenté au parlement national.

Susanna Muradian, du parti Héritage, a déclaré vendredi que l’appel sera adressé aux forces « parlementaires et extraparlementaires » opposées au président Serge Sarkissian. Le parti de Hovannisian négocie déjà avec certains d’entre eux, a-t-elle ajouté.

« Héritage ne s’attend pas à ce qu’ils se rallient autour de lui », a précisé Muradian. « S’il s’avère que les discussions montrent qu’il est préférable de se rallier à quelqu’un d’autre ... nous serons prêts à nous rallier à celui qui proposera un meilleur plan d’action ».

Héritage s’est déjà associé à l’ancien Ministre de la Défense, Seyran Ohanian, et à l’ex-Ministre des Affaires Étrangères, Vartan Oskanian, pour se lancer dans les élections législatives du 2 avril. L’Alliance ORO a obtenu seulement 2% du vote, soit beaucoup moins que le seuil minimum de 7% qui permet d’obtenir des sièges dans le nouveau parlement arménien.

Les dirigeants d’ORO ont rejeté les résultats des votes officiels pour cause de fraude mais se sont abstenus de mettre en place des manifestations post-électorales. Ils font cependant profil bas depuis.

Jusqu’à présent, la proposition d’Hovannisian n’a pas reçu de réponse positive de la part des autres forces de l’opposition, y compris celles qui ont gagné des sièges à l’Assemblée Nationale.

Plus tôt ce mois-ci, Ohanian n’a pas exclu la possibilité de la transformation d’ORO en un seul parti politique. Il a également déclaré que l’opposition arménienne doit être préparée pour « une situation de force majeure » qui nécessiterait des manifestations anti-gouvernementales.

Muradien a également déclaré que les manifestations de rue risquaient d’être le seul moyen réaliste pour que l’opposition conteste le gouvernement. « Si les prétendues réformes constitutionnelles (promulguées en 2015) étaient censées conduire à de telles “élections“, nous devrons opter pour d’autres méthodes et moyens de lutte », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, Hovannisian s’est réuni vendredi avec l’ambassadeur des États-Unis en Arménie, Richard Mills. « Mills et Hovannisian ont discuté d’un large éventail de questions relatives aux relations américano-arméniennes, à la sécurité régionale et aux développements mondiaux pressants », a déclaré le bureau du leader de l’opposition dans un court communiqué.

posté le 26 juin 2017 par Claire/armenews


COOPERATION
Le parti républicain accuse un diplomate européen d’ingérence

Le chef de la mission de l’Union européenne en Arménie, Piotr Switalski, a rejeté hier la réaction menaçante des autorités arméniennes suite à sa critique publique de la conduite des récentes élections législatives dans le pays.

Switalski s’est interrogé le 15 juin sur la « crédibilité » de la Commission électorale centrale (CEC) contrôlée par le gouvernement, affirmant qu’elle devrait être élargie pour inclure les représentants de la société civile. Il a également dénoncé l’achat du vote et autres irrégularités signalées lors des élections du 2 avril et a suggéré que le système électoral compliqué du pays devait être révisé.

Le ministre de la Justice, Davit Harutiunian, et le Parti républicain au pouvoir (HHK) ont répondu en accusant Switalski de s’immiscer dans les affaires internes de l’Arménie.

Switalski a nié ces accusations, affirmant que ses commentaires « amicaux et constructifs » étaient en accord avec les déclarations antérieures faites par d’autres responsables européens. “Il y a des problèmes sur lesquels nous, en tant qu’Europe, avons non seulement le droit, mais aussi le devoir de parler“, a t-il commenté lors d’une conférence de presse. “Nous le faisons parce que nos partenaires arméniens ont accepté certains arrangements pour notre engagement“.

Le diplomate a soutenu que le bon déroulement des élections faisait partie des réformes politiques que les autorités arméniennes avaient entrepris de mettre en œuvre en contrepartie de l’aide financière fournie par l’UE. “Ces accords de financement ne sont pas imposés“, a-t-il ajouté. “Ils sont négociés et convenus par les deux parties“.

Au début de cette année, l’UE a fourni aux autorités arméniennes plus de 7 millions de dollars pour l’achat de matériel électronique spécial utilisé lors des élections législatives. Dans sa réaction officielle suite au vote, la responsable de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, a affirmé que les dispositifs d’authentification des électeurs et les caméras installées dans les bureaux de vote avaient minimisé certaines fraudes graves telles que le vote multiple.

Une déclaration du 4 avril du porte-parole de Mogherini déplore cependant “des informations crédibles sur l’achat de vote“ et l’intimidation des électeurs signalées par les observateurs européens. Pourtant, il a conclu que le résultat officiel des élections, qui a donné une victoire écrasante au HHK, “reflétait la volonté globale du peuple arménien“.

Switalski a également déclaré que le financement de l’UE a entraîné “quelques améliorations“ dans le processus électoral. « Nous vivons dans un monde interconnecté », a poursuivi le diplomate. “Nous devons accepter qu’il existe des mécanismes, des conventions, des traités, des arrangements de travail qui permettent à d’autres d’exprimer leur point de vue sur ce qui se passe dans l’un ou l’autre pays“.

“Nous sommes très heureux que tant d’Arméniens ordinaires le comprennent. Et je ne suis pas surpris parce que les Arméniens comprennent parfaitement que les menaces à la souveraineté de leur pays se trouvent ailleurs et non pas dans notre soutien amical », a t-il souligné.

Pendant ce temps, un haut représentant du HHK, Armen Ashotian, a insisté sur le fait que les élections législatifs avaient été démocratiques. “Tout le monde pourrait pointer le scepticisme croissant des Européens envers les institutions européennes“, a t-il objecté. “Mais aucun fonctionnaire arménien ne se permettrait de parler de cela avec ses partenaires européens parce qu’ils considèrent que les défis auxquels sont confrontées les institutions européennes sont une affaire européenne interne“.

Ashotian, qui préside le comité des relations extérieures du Parlement, a également exprimé sa conviction que cet emportement public ne compromettrait pas les efforts d’Erevan pour tisser des liens plus étroits avec l’UE. La prochaine signature d’un accord de partenariat global et renforcé permettra de relancer le partenariat UE-Arménie, a-t-il assuré.

L’accord démontrera également qu’“il est possible de construire un lien avec l’Europe, même pour un Etat qui est dans la zone économique eurasienne“, a précisé Ashotian.

posté le 21 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION
L’Arménie et le Tadjikistan veulent renforcer leur partenariat stratégique

Le président Serge Sarkissian et son homologue tadjik, Emomali Rahmon, se sont engagés hier à renforcer ce qu’ont appelé le “partenariat stratégique“ entre leur pays qui sont tous deux membres d’une alliance militaire dirigée par la Russie.

Les deux hommes ont cité “des liens historiques solides“ entre les deux anciennes Républiques soviétiques dans un communiqué commun publié après leurs entretiens tenus lors de la visite officielle de Rahmon à Erevan. Ils ont également présidé la signature d’une douzaine d’accords arméniens-tadjiks visant à approfondir les liens bilatéraux dans divers domaines.

“La République d’Arménie et celle du Tadjikistan sont déterminées à renforcer et à multiplier l’amitié entre les peuples des deux pays“, peut-on lire dans la déclaration. “Ils bâtiront leurs relations sur la base d’un partenariat stratégique et dans l’esprit de confiance mutuelle“.

Il a ajouté qu’Erevan et Dushanbe « interagiront activement dans le respect des obligations mutuelles » découlant de leur appartenance à l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC). Ils s’engagent également à « approfondir la coopération économique mutuellement bénéfique », ajoute le communiqué.

Sarkisian et Rahmon ont en outre appelé à une résolution pacifique du conflit du Haut-Karabagh. À cet égard, ils ont réaffirmé la déclaration relative au Karabagh qui a été adoptée par les chefs des États membres de l’OTSC lors d’un sommet en octobre 2016 tenu à Erevan. Cette déclaration soutenait la poursuite par les médiateurs russes et français d’un règlement du Karabagh fondé sur les principes internationalement reconnus du non-usage de la force, de l’intégrité territoriale des États et du droit des peuples à l’autodétermination.

L’Arménie a critiqué à maintes reprises certains Etats membres de l’OTSC en Asie centrale - le Tadjikistan, le Kazakhstan et le Kirghizistan - pour avoir signé des déclarations pro-azerbaïdjanaises avec des pays musulmans qui appelaient à une paix au Karabagh fondée uniquement sur l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan. Rahmon l’a encore fait récemment en mars lors d’un sommet de l’Organisation de coopération économique (OCE) qui a eu lieu au Pakistan.

Sarkisian a souligné l’importance de l’intégrité territoriale et de l’autodétermination dans le contexte de la question du Karabagh lorsqu’il s’est adressé à la presse après les entretiens avec le chef tadjik. Il a affirmé avoir “souligné une fois de plus“ lors de leur réunion que le Groupe de Minsk de l’OSCE, dirigé par les États-Unis, la Russie et la France, est le seul organe ayant un mandat international de médiation dans le processus de paix du Karabagh. La déclaration conjointe de Sarkissian avec Rahmon fait le même constat.

posté le 15 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



RELATIONS UE/ARMENIE
Rencontre diplomatique entre Mogherini et Nalbandian à Bruxelles

L’Union européenne et l’Arménie ont réitéré leur attachement à des valeurs partagées et ont salué le travail actuel pour un nouvel accord qui sera signé plus tard cette année, lors d’une réunion entre leurs représentants diplomatiques hier à Bruxelles.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, après la 17ème réunion du Conseil de coopération Arménie-UE, Federica Mogherini (représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité) a déclaré que l’UE “attend avec impatience la position active et constructive de l’Arménie, en préparation du prochain sommet du partenariat oriental“ qui se tiendra à Bruxelles en novembre.

Le nouvel accord de partenariat global et renforcé entre l’UE et l’Arménie, dont les négociations ont été lancées à la fin de 2015, a été paraphé à Erevan en mars. Sa signature est attendue à ce sommet de Bruxelles.

“L’Union européenne est disposée à élargir et à approfondir la coopération avec l’Arménie. Nous sommes déjà le premier partenaire commercial du pays, le premier donateur international et le principal partisan des réformes. Nous sommes prêts à continuer de soutenir le processus de réforme de l’Arménie concernant diverses questions, y compris le développement économique, l’environnement des affaires, le système judiciaire, les droits de l’homme, la lutte contre la corruption - des questions très concrètes et pertinentes pour les citoyens arméniens“, a assuré Mogherini.

“Nous avons discuté aujourd’hui de nos valeurs partagées, y compris notre engagement envers la démocratie et les droits de l’homme, qui sous-tendent le nouvel accord et notre coopération future. Nous avons lancé des négociations en décembre 2015, nous deux ici à Bruxelles, et nous revenons aujourd’hui avec de bons résultats grâce au dur travail de nos équipes respectives, que j’aimerais également remercier pour tout ce que nous avons réussi à faire.“

Le responsable de l’UE a déclaré que la résolution pacifique du conflit du Haut-Karabagh a également été discutée lors de son entretien avec le représentant de l’Arménie. “L’Union européenne estime que le statu quo est insoutenable et que le conflit nécessite un règlement politique précoce conformément au droit international. L’Union européenne continue de soutenir pleinement les efforts de médiation et les propositions des Coprésidents du Groupe Minsk de l’OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe].

“Nous avons également échangé sur des questions régionales : nous avons discuté de la situation autour du conflit en Syrie, ainsi que des problèmes régionaux plus larges. L’UE a également réitéré son engagement à soutenir la normalisation des relations entre l’Arménie et la Turquie et nos encouragements aux deux parties à s’engager dans ce processus sans conditions préalables “, a ajouté Mogherini.

Pour sa part, le ministre Nalbandian a déclaré que “l’Arménie demeure déterminée à atteindre les objectifs du Partenariat oriental et continue de contribuer lui-même aux efforts conjoints dans ce cadre multilatéral“.

En particulier, il a parlé des élections législatives du 2 avril en Arménie qui ont été marquées par la présence sans précédent d’observateurs internationaux “, ce qui a permis selon le ministre que les élections soient bien administrées, que les libertés fondamentales soient respectées et que les résultats reflètent la volonté de la population “. Il a également remercié l’Union européenne pour « une importante assistance financière et technique pour soutenir l’organisation d’un processus de vote gratuit et transparent ».

Nalbandian a confirmé que lors des discussions avec Mogherini, les parties ont abordé un certain nombre de grands problèmes régionaux et internationaux, notamment le Moyen-Orient, la Turquie, l’Iran, ainsi que le conflit du Haut-Karabagh.

“L’offensive militaire à grande échelle de l’Azerbaïdjan contre le Haut-Karabagh en avril 2016 a été l’escalade le plus dangereuse du conflit depuis 1994, date à laquelle un accord de cessez-le-feu a été signé entre l’Azerbaïdjan, le Haut-Karabagh et l’Arménie. L’agression azerbaïdjanaise a été accompagnée de violations flagrantes du droit international humanitaire dans une tentative apparente de terroriser les habitants du Haut-Karabagh“, a souligné le haut diplomate arménien lors de la conférence de presse.

“Deux sommets ont été convoqués après l’agression d’avril de l’Azerbaïdjan, où des accords ont été conclus pour créer des conditions appropriées pour l’avancement du processus de paix. Bakou refuse de mettre en œuvre ces accords, bien que leur importance ait été soulignée à de nombreuses reprises, notamment lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de Russie, d’Arménie et d’Azerbaïdjan du 28 avril. En outre, Bakou poursuit les violations flagrantes des accords trilatéraux de cessez-le-feu en défiant les appels cohérents des pays coprésidents du Groupe de Minsk et de la communauté internationale.

“Dans ce contexte, nous apprécions fortement la position de principe de l’Union européenne sur le règlement exclusivement pacifique du conflit du Haut-Karabagh et son soutien continu aux activités de la coprésidence du groupe de Minsk“, a rappelé Nalbandian.

Ce dernier a conclu ses remarques en disant que “l’Arménie attend avec intérêt de poursuivre la coopération fructueuse avec l’UE“.

Mogherini et Nalbandian ont commencé la conférence de presse en exprimant leur ferme condamnation de l’acte terroriste au Royaume-Uni, où au moins 22 personnes ont été tuées et 59 blessées lors d’un attentat-suicide à la fin d’un concert à Manchester.

posté le 24 mai 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200