Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Syrie


CARTE POSTALE
SYRIE - DEIR-EZ-ZOR - Carte-photo de l’Eglise
Carte-photo annotée au dos : “Deir-ez-Zor - 1935“.
posté le 22 septembre 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Syrie 


INTERNATIONAL
L’Arménie va-t-elle envoyer une équipe pour aider au déminage en Syrie ?

La présidence de la République a refusé hier de confirmer ou de nier l’affirmation d’un haut responsable militaire russe selon laquelle il est prêt à envoyer une équipe de déminage en Syrie.

Le major-général Alexander Novikov, de l’état-major de l’armée russe, a déclaré à la fin de la semaine dernière que l’Arménie et la Serbie se sont déclarées disposées à se joindre à une « coalition internationale » menée par la Russie qui espère aider ses troupes à éliminer les mines terrestres dans le pays déchiré par la guerre.

Moscou a appelé à la création d’une telle coalition par l’intermédiaire de son représentant permanent auprès des Nations Unies en avril.

Interrogé par News.am, Vladimir Hakobian, secrétaire au service presse du président Serge Sarkissian, a rétorqué : “Lorsqu’une décision sera prise et que toutes les questions seront clarifiées, le public sera informé de manière appropriée.“ Hakobian n’a souhaité plus commenté.

Un porte-parole du ministère arménien de la Défense a également assuré lundi que la question nécessitait un “examen approfondi“.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov a discuté de l’implication éventuelle des Arméniens dans les opérations de déminage dans la ville historique syrienne de Palmyre lorsqu’il a rencontré son homologue arménien Edouard Nalbandian à Erevan en avril 2016. « J’espère que notre initiative conjointe pourraêtre mise en œuvre », avait expliqué Lavrov après les pourparlers.

On ne sait pas précisément si les présidents Serge Sarkissian et Vladimir Poutine ont parlé du sujet syrien lorsqu’ils se sont rencontrés dans la ville russe de Sotchi le 23 août. Le service de presse présidentielle arménien a précisé seulement qu’ils avaient discuté de « questions internationales et régionales d’actualité ».

L’Arménie est membre de l’Organisation du Traité sur la sécurité collective, une alliance militaire de six États ex-soviétiques dirigée par la Russie.

posté le 30 août 2017 par Claire/armenews


SYRIE
L’Arménie serait prête à envoyer des démineurs, selon un général russe

L’Arménie s’est déclarée disposée à aider la Russie à oeuvrer aux travaux de déminage terrestre en Syrie, a déclaré un militaire russe haut gradé ce week-end.

« Des demandes en ce sens ont été envoyées aux représentants des services de défense de l’Iran, de l’Égypte, de la Serbie, de l’Arménie, de la Turquie et des Émirats arabes unis. L’Arménie et la Serbie sont prêtes à envoyer leurs unités », a déclaré le major général Alexander Novikov de l’état-major de l’armée russe, selon l’agence de presse Sputnik. Novikov n’a pas précisé le nombre d’experts arméniens de déminage qui pourraient être envoyés en Syrie ou les dates éventuelles de leur déploiement dans le cadre d’une « coalition internationale sur le déminage de la Syrie ». La Russie avait appelé à la création d’une telle coalition par l’intermédiaire de son représentant permanent auprès des Nations Unies en avril.

L’Arménie n’a ni confirmé ni démenti la déclaration de Novikov. Un porte-parole du ministère de la Défense d’Erevan a déclaré que l’information nécessitait un « examen supplémentaire ». Avant même son initiative internationale de déminage, Moscou, qui est intervenu militairement dans la guerre civile de la Syrie pour soutenir le régime du président Bachar al-Assad, avait cherché a obtenir un déploiement de démineurs arméniens à proximité de l’ancienne ville syrienne de Palmyre. Les ministres des Affaires étrangères russes et arméniens avaient discuté de cette question lors d’une réunion en avril 2016 à Erevan.

« Tout récemment, un centre russo-arménien pour l’action humanitaire a été ouvert, et nous avons discuté aujourd’hui de la possibilité d’impliquer des spécialistes de ce centre dans le programme de déminage de Palmyre », avait déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov après ces entretiens. « J’espère que notre initiative conjointe pourra être mise en œuvre ».

L’armée russe avait déclaré avoir commencé des opérations de déminage dans et autour de Palmyre, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, en mars de cette année.

Le gouvernement arménien et les militaires n’ont jusqu’à présent fait aucune déclaration publique sur la possibilité de se joindre à cet effort. En revanche, les autorités d’Erevan ont envoyé, par l’intermédiaire de l’armée russe, plusieurs containers d’aide humanitaire en Syrie. La Syrie comptait quelque 80 000 Arméniens avant le début du conflit sanglant en 2011. La plupart d’entre eux ont fui depuis au Liban, en Arménie et dans d’autres pays.

L’existence de cette communauté arménienne, autrefois prospère, explique pourquoi l’Arménie est l’un des rares pays à posséder encore des missions diplomatiques fonctionnelles à Damas et même à Alep.

posté le 29 août 2017 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



KURDISTAN
Commandant Nubar Ozanyan : la réaction de Nor Zartong en Turquie

Nubar Ozanyan (Orhan Bakırcıyan) a été tué le 14 août alors qu’il combattait contre DAESH avec les forces kurdes au Rojava. Ozanyan était membre du Parti communiste turc / marxiste-léniniste (TKP / ML) et de l’Armée de libération des travailleurs et des paysans de Turquie (TIKKO).

À la suite de sa mort, le mouvement Nor Zartonk basé à Istanbul a publié une déclaration en turc en faisant l’éloge de la lutte d’Ozanyan contre Daesh.

“Nous avons appris avec une grande tristesse que le commandant révolutionnaire arménien Nubar Ozinyan est mort lors de la lutte contre ISIS / DAESH avec le TKP / ML [Parti Communiste de Turquie / Marxiste-Léniniste] et TIKKO [Armée de Libération des Travailleurs et Paysans de Turquie ] À Rojava le 14 août 2017. Avec sa modestie révolutionnaire, son engagement, sa résolution, son courage et son esprit internationaliste, enguer (camarade) Nubar a été l’un des vecteurs cruciaux de la tradition révolutionnaire arménienne. Nous sommes profondément attristés d’avoir perdu un véritable acteur de la révolution. Puisse la lumière éclairer votre chemin. Votre lutte continuera à traverser notre lutte. Vivez la révolution et vivez le socialisme. Vivez la solidarité internationale “ dit le communiqué de Nor Zartonk traduit par Armenian Weekly.

Selon certaines informations, Ozanyan aurait participé à la guerre de libération du Nagorny-Karabagh (Artsakh) dans les années 1990. “Du Liban et de la Palestine au Nagorny-Karabagh et à Rojava, nous avons partout été honorés d’avoir connu Orhan, qui nous a montré ce que signifie une guérilla“, a tweeté une organisation intitulée, Forces de Guerre de la Révolution Internationale du Peuple (IRPGF). L’IRPGF se présent comme un ensemble de Militants, armé, auto-organisé et constituant un collectif horizontal des combattants anarchistes du monde entier.

Des commémorations organisées par le groupe “Partizan“ sont prévus à Paris, Lyon et Mulhouse (voir l’affiche ci-dessous).

JPEG - 245.5 ko
posté le 25 août 2017 par Ara/armenews


SYRIE-ROJAVA
Mort du commandant Arménien Noubar Ozanian en Syrie dans les combats contre l’Etat Islamique

Le commandant Arménien Noubar Ozanian -de son vrai nom Orhan Bakirdjian- a été tué le 14 août en Syrie lors des combats contre l’Etat Islamique. Noubar Ozanian combattait avec les forces kurdes contre les islamistes. Les sites kurdes en Turquie et en Syrie ont annoncé la nouvelle de sa disparition au combat. « Au Rojava (région kurde au nord de la Syrie) lors des combats héroïques contre les terroristes de l’Etat Islamique le 14 août le fédayi du peuple arménien, le commandant Noubar Ozanian a intégré l’armée des immortels » écrit le site kurde de Syrie du mouvement « Nouvelle jeunesse démocratique ». Le journal arménien d’Istanbul « Nor Zartonk » a également fait écho de la disparition le 14 août de Noubar Ozanian en annonçant la nouvelle « avec une grande tristesse ». Noubar Ozanian était né à Yozgat (Turquie) dans une famille arménienne pauvre. Il a fait ses études à l’école Karageuzian puis au Tbrévank. Il a ensuite rencontré les leaders des mouvements communistes de Turquie tels qu’Armenak Bakr et s’est engagé en tant que militant. A la fin des années 1980 il a rejoint les mouvements armés communistes et participé à nombre d’opérations. Il avait traduit en turc des œuvres du communiste arménien Stépan Chahoumian et de Lénine. Selon certaines informations il avait également participé aux combats de la lutte de libération de l’Artsakh (Haut-Karabagh). En Syrie Noubar Ozanian avait participé aux combats contre Daesh en tant que commandant dans les rangs de groupes armés kurdes marxistes-léninistes.

Krikor Amirzayan

posté le 17 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


CINEMA
400 personnes à Kessab (Syrie) pour la projection du film « The Promise »

Au village arménien de Kessab en Syrie -à la frontière avec la Turquie- plus de 400 personnes ont assisté dimanche 6 août à la projection du film « The Promise » de Terry George dont le thème est une histoire d’amour sous fond du génocide des Arméniens. La projection du film « The Promise » à Kessab était organisée par plusieurs associations arméniennes -dont le Hamazkaïne- en association avec l’Eglise catholique Saint Mikaël. Prenant la parole avant la projection, le père Nareg Louizian a dans un court discours expliqué l’objectif de ce film et a donné des informations. Il a également remercié toutes les associations qui se sont investies pour la réussite de cette soirée-projection.

Krikor Amirzayan

posté le 8 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Diaspora  Génocide  Image 450  Syrie 


ALEP
La cathédrale arménienne des Quarante-Martyrs d’Alep fortement endommagée lors de la guerre est en rénovation

Alep revit. La cathédrale arménienne des Quarante-Martyrs (en arménien : Սրբոց Քառասնից Մանկանց Մայր Եկեղեցի) d’Alep, fortement endommagée par les islamistes lors des affrontements est en rénovation.

JPEG - 59.8 ko

Cette rénovation nécessitera au minimum deux années de travaux importants. Mains malgré les dégâts importants subis, la cathédrale des Quarante-Martyrs continue de sonner ses cloches, pour la grande joie des habitants du quartier d’Alep. Le matériel pour la rénovation est déjà arrivé et grâce à la solidarité des communautés chrétiennes mais également musulmanes, la cathédrale des Quarante-Martyrs -datant de plus de cinq siècle- sera rénovée, pour la plus grande joie des fidèles et des habitants du quartier.

Krikor Amirzayan

posté le 13 juillet 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Alep  Diaspora  Image 450  Syrie 


Photo du jour
Les Arméniens de Syrie en première ligne
Les Arméniens de Syrie n’hésitent pas à afficher leur origine dans le combat contre les terroristes du prétendu État islamique.
posté le 11 juillet 2017 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Photo  Syrie 


DIASPORA
L’Arménie annonce l’arrivée de nouveaux réfugiés syriens en 2017

Les ressortissants syriens d’origine arménienne ont continué à immigrer en Arménie cette année en raison du conflit syrien, a déclaré vendredi le ministre de la Diaspora, Hranush Hakobian.

Hakobian a ajouté qu’environ 300 Arméniens Syriens se sont réfugiés en Arménie depuis le début de l’année.

L’afflux de réfugiés semble se poursuivre, quoiqu’à une échelle réduite, malgré la réduction des combats intenses à Alep, où vivaient la plupart des membres de la communauté arménienne d’avant-guerre. Les troupes gouvernementales syriennes ont regagné le contrôle total de la ville dévastée en décembre.

Selon le gouvernement arménien, environ 22 000 Arméniens Syriens ont fui en Arménie depuis le début du conflit en 2011. Certains ont migré en Europe et en Amérique du Nord pour des raisons essentiellement économiques.

Beaucoup d’entre eux ont du mal à trouver un emploi dans le pays touché par le chômage. Certains ont ouvert des magasins, des restaurants et d’autres petites entreprises, en s’appuyant sur leur expérience commerciale acquise en Syrie. Le gouvernement arménien a encouragé cet entrepreneuriat en subventionnant les prêts commerciaux qui leur sont accordés par les banques locales.

Dalita Degirmenjian et son mari Hovannes, qui ont fui Alep il y a trois ans, ont ouvert une petite pâtisserie au début de l’année.

D’après Degirmenjian, la nourriture syrienne devient de plus en plus populaire auprès des Arméniens, habitués à une cuisine différente et moins épicée. « Mon produit le plus recherché est le katayef », a-t-elle précisé, indiquant un dessert arabe traditionnel, qu’elle confectionne elle-même.

« Nous nous sommes habitués à l’Arménie », a-t-elle déclaré. « Nous ne retournerons [en Syrie] que pour vendre notre maison et notre boutique ».

Selon elle, le plus grand problème auquel sa famille est confronté en Arménie est le prix des logements. La location d’un appartement à Erevan reste un lourd fardeau financier.

Un autre réfugié originaire d’Alep, Kevork Sukiasian, 22 ans, possède un salon de coiffure dans la même zone commerciale. « Dieu merci, nous avons beaucoup de clients », a-t-il déclaré. « Nous sommes satisfaits ».

Sukiasian n’a pas non plus l’intention de retourner en Syrie. Il a toutefois déclaré que, bien qu’il ait élargi son activité au cours des trois dernières années, il trouve sa croissance extrêmement problématique. « Vous ne pouvez pas aller de l’avant dans cette ville parce que la principale difficulté est que tout coûte cher », a-t-il expliqué. Le jeune homme s’est également plaint des taxes plus élevées en Arménie.

Hakobian considère que « chaque entrepreneur rêve de payer moins d’impôts et de développer ses affaires. Bien sûr, il existe des différences entre les législations fiscales syrienne et arménienne, mais je pense que nos [Arméniens Syriens] s’adaptent ».

Selon le ministère de la Diaspora, environ 2 000 jeunes Arméniens Syriens étudient actuellement dans les écoles arméniennes, tandis que 500 autres sont inscrits dans les universités locales.

L’Union Européenne a annoncé le 20 juin qu’elle fournirait plus de 3 millions de dollars d’aide aux réfugiés syriens en Arménie. Ce financement les soutiendra « en améliorant l’accès aux soins et aux services psychosociaux, en améliorant les conditions de logement, en augmentant l’accès aux opportunités économiques et en facilitant l’intégration des écoliers et des étudiants ».

posté le 3 juillet 2017 par Claire/armenews