Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Azerbaïdjan


BELGIQUE
Kaspar Karampetian : La demande de l’Azerbaïdjan à Interpol pour un mandat d’arrêt international contre moi est un non-sens

La Fédération euro-arménienne pour la justice et la démocratie (EAFJD) déclare que la demande de l’Azerbaïdjan à Interpol pour un mandat d’arrêt international contre le président de l’EAFJD, Kaspar Karampetian, est dépourvue de base légale et sera certainement rejetée par Interpol.

Interpol a déjà rejeté des demandes similaires de l’Azerbaïdjan dans un passé récent, car elles sont clairement motivées par des considérations politiques et sont de vaines tentatives de l’Etat azerbaïdjanais pour imposer la volonté du régime Aliyev à la communauté internationale. L’objectif principal de ces démarches désespérées de l’Etat azerbaïdjanais est de fabriquer des nouvelles sensationnelles bon marché et d’intimider. La calomnie azerbaïdjanaise vise à détourner l’attention de la communauté européenne des prochains événements au Parlement européen consacrés au 30e anniversaire du mouvement du Karabakh.

“De telles initiatives absurdes de l’Etat azerbaïdjanais ne sont qu’un signe de désespoir. Peut-être serait-il bon de leur rappeler le récent refus d’Interpol concernant le mandat d’arrêt azerbaïdjanais contre trois membres du Parlement européen qui ont visité l’Artsakh “, a commenté Karampetian.

Karampetian a ajouté : “Il n’y a pas de dispositions juridiques internationales pertinentes pour empêcher un citoyen européen (qu’il soit touriste, journaliste, homme politique ou personnage public) de se rendre en Artsakh pour se familiariser avec la situation sur le terrain. C’est leur droit de le faire. Le Conseil de l’Union européenne a clairement indiqué que les représentants de l’UE devraient avoir un accès inconditionnel à l’Artsakh (Nagorno Karabakh).

“Je voudrais donc conseiller au gouvernement azerbaïdjanais de ne pas perdre de temps sur de telles initiatives inutiles et de prendre en charge les violations des droits de l’homme dans leur pays“, a conclu Karampetian.

L’équipe EAFJD, sous la direction de Kaspar Karampetian, confirme qu’elle poursuivra son travail avec encore plus d’enthousiasme et de vigueur.

posté le 22 février 2018 par Stéphane/armenews


ARTSAKH
Erévan devait exiger de Bakou la reconnaissance de l’indépendance de l’Artsakh lors du cessez-le-feu de 1994 selon le général Norat Ter-Grigoryantz

Le 20 février à l’occasion du 30ème anniversaire de la naissance du Mouvement Karabagh, le général Norat Ter-Grigoryantz l’un des fondateurs de l’Armée arménienne et héros de la guerre de libération de l’Artsakh a accusé la politique agressive de l’Azerbaïdjan. Norat Ter-Grigoryantz a affirmé que la lutte du peuple de l’Artsakh pour sa liberté et sa dignité était un acte de justice sur la « base des droits des peuples ». Mais le général Norat Ter-Grigoryantz ne comprend pas pour quelle raison lors de l’indépendance de l’Arménie, l’Artsakh ne fut pas intégré dans sa Constitution et au territoire de la République d’Arménie.

Il affirme également que malgré « la défaite cinglante de l’Azerbaïdjan lors de la guerre de l’Artsakh, Bakou continue de caresser des espoirs et n’a pas abandonné ses plans de réoccupation, ce qui confirme encore les dernières déclarations du président azéri Ilham Aliev. » Selon le général arménien, l’Arménie et l’Artsakh effectuent un effort considérable pour maintenir la sécurité de la population et la diplomatie arménienne est très active dans l’objectif de la reconnaissance internationale de l’Artsakh.

Mais selon Norat Ter-Grigoryantz lorsqu’en 1994 l’Azerbaïdjan était défaite face aux troupes arméniennes et lorsque le président Haydar Aliev demandait le cessez-le-feu à Erévan les Arméniens n’ont malheureusement pas exigé en contrepartie la reconnaissance par l’Azerbaïdjan de l’indépendance de l’Artsakh. « A mon avis c’est une grave erreur militaire (...) nous avons cessé trop tôt notre progression. Nous devions libérer également Martakert, Martouni, Chahoumian et la région de Chahoumian » ajoute le général Norat Ter-Grigoryantz.

Krikor Amirzayan

posté le 21 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Artsakh  Azerbaïdjan  Image 450 


DECLARATIONS D’ALIEV
La France demande que l’on s’abstienne « de toute déclaration ou action susceptible d’exacerber les tensions »

Dans le cadre des points de presse du Quai d’Orsay Nouvelles d’Arménie Magazine a posé le 20 février au matin la question suivante au porte parole du ministère français des Affaires étrangères :
Lors du congrès de son parti le 8 février à Bakou, le président Ilahm Aliev a de nouveau publiquement affirmé : « Erevan et le Zanguezour sont nos territoires historiques » et « nous Azerbaïdjanais, devrions retourner sur cette terre historique », « c’est notre objectif politique et stratégique, nous devons progressivement nous en approcher ». Quelle est la position de la France par rapport à ces propos qui non seulement contreviennent aux principes du Groupe de Minsk mais constituent aussi des menaces sur l’existence de l’Arménie ?

NAM a reçu la réponse suivante de Agnès Von der Mühll, Porte-parole du ministre :

La France demeure pleinement engagée dans la recherche d’une solution négociée au conflit du Haut-Karabagh. Elle appelle les parties au conflit à travailler de bonne foi en ce sens, en s’abstenant notamment de toute déclaration ou action susceptible d’exacerber les tensions“.

posté le 20 février 2018 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Azerbaïdjan  France  Image 450 


AZERBAÏDJAN
Par manque de bois de chauffage le village azéri Chenikh frontalier de l’Arménie se vide de ses habitants

Le site azéri Haqqin.az affirme que les habitants du village azéri Chenikh proche de la frontière avec l’Arménie pour des raison économiques et de manque de bois et de combustibles pour le chauffage, quittent le village. Les maisons d’habitation de ces villages frontaliers azéris ne sont pas reliés au gaz. « Si cela continue ainsi, nos villages se désertifieront et nous serons obligés de quitter nos maisons et fuir de cet endroit. L’hiver dans nos régions dure longtemps. Dans la forêt il n’y a déjà plus d’arbre à couper » dit l’un des villageois de Chenikh at s’adresse au ministre de la Défense pour apporter une solution. Informations rapportées par Haqqin.az.

Krikor Amirzayan

posté le 20 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Azerbaïdjan  Image 450 


RUSSIE
Moscou critique Aliev sur les « terres azéries historiques »

La Russie a critiqué le président azerbaïdjanais Ilham Aliev pour avoir de nouveau déclaré publiquement qu’Erevan et d’autres parties de l’Arménie sont des « terres historiques azerbaïdjanaises ».

M. Aliev s’est engagé à « rapatrier les Azerbaïdjanais » à Erevan, dans la province de Siounik, au sud-est de l’Arménie, et dans les environs du lac Sevan, lors d’un congrès préélectoral organisé jeudi par son parti Yeni Azerbaycan. Il s’agit d’un « objectif stratégique » de son régime, a-t-il déclaré.

L’Arménie a condamné cette déclaration : le président Serge Sarkissian disant qu’elle montre que Bakou n’est pas engagé dans une solution de compromis au conflit du Haut-Karabakh.

« Des reportages sur le discours du président azerbaïdjanais Ilham Aliev lors d’un congrès du parti au pouvoir ont certainement été vus à Moscou », a déclaré jeudi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova. « Nous sommes bien conscients que les relations de l’Azerbaïdjan avec l’Arménie voisine sont extrêmement tendues. Le commentaire en question n’aidera certainement pas à réduire les tensions. » Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a rejeté la critique russe vendredi. Un porte-parole du ministère, Hikmet Hajiyev, a déclaré qu’il comptait sur le « partenariat stratégique » de la Russie avec l’Azerbaïdjan.

Les médias azerbaïdjanais ont affirmé qu’Aliev ne revendiquait pas l’Arménie et ne parlait que d’un éventuel « retour des Azerbaïdjanais dans leurs terres historiques ». Dans le passé, le président azéri avait fait à plusieurs reprises des déclarations similaires. En 2014, par exemple, il avait déclaré que Bakou finirait par prendre le contrôle non seulement du Karabakh, mais aussi de certaines parties de l’Etat arménien « fasciste » qui, selon lui, avait été créé sur des « terres historiques azerbaïdjanaises ».

Les médiateurs russes, américains et français ont peut-être évoqué la dernière revendication du dirigeant azerbaïdjanais qui a exhorté les parties au conflit du Karabakh à éviter des « déclarations incendiaires » après avoir conclu leur dernière tournée régionale le 11 février. Aliev et Sarkissian se sont engagés à intensifier le processus de paix au Karabakh lors de leur dernière rencontre à Genève en octobre. Leurs ministres des Affaires étrangères ont eu des entretiens de suivi en décembre et en janvier. M. Aliev cherchera un quatrième mandat dans le cadre d’une élection présidentielle anticipée prévue le 11 avril. Le scrutin aura lieu deux jours après que M. Sarkissian aura achevé son second et dernier mandat présidentiel.

posté le 19 février 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARTSAKH
Un soldat Arménien Hayk Kalantaryan (19 ans) tué mercredi en Artsakh par un tir ennemi

Mercredi 7 février à 13h50 sur un point de défense frontalière au sud de l’Artsakh un soldat Arménien, Hayk Kalantaryan (19 ans) originaire du village de Navour (région de Tavouch en Arménie) fut mortellement atteint à la tête par un tir ennemi provenant des positions azéries. Grièvement blessé, il devait décéder à 19h10 à l’hôpital militaire de Stepanakert. Hayk Kalantaryan fut honoré à titre posthume par la « Médaille du combat » par le président de l’Artsakh Bako Sahakian.

Krikor Amirzayan

posté le 8 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Artsakh  Azerbaïdjan  Image 450 


AZERBAÏDJAN-ISRAËL
Selon Haaretz, Israël pourrait armer l’Azerbaïdjan de missiles type Iskander M

Selon les journaux israéliens Haaretz et Yediot Aharonot, l’Azerbaïdjan s’inquiète fortement de la détention par l’Arménie de missiles Iskander M.  Ces missiles, défiant tous les systèmes anti-missiles, ont été livrés par la Russie à l’Arménie en 2016 et, à ce jour, seule l’Arménie -en dehors de la Russie- dispose de cette arme redoutable. Ces missiles sol-sol, d’une portée de 500 km, mettent en effet les grandes villes d’Azerbaïdjan à portée de tir de l’armée arménienne.

JPEG - 697.8 ko

Selon Haaretz, l’Azerbaïdjan, qui s’est lourdement armé ces dernières années, ne dispose pas de missiles équivalents et souhaite à tout prix en trouver. Or, les missiles israéliens ne dépassant pas 150 km, Israël devrait investir 2 milliards de dollars pour augmenter leur portée. Toujours selon Haaretz, en attendant la fabrication de ces nouveaux missiles, Israël pourrait régler les missiles déjà vendus à l’Azerbaïdjan pour augmenter leur portée.

Krikor Amirzayan

JPEG - 2.2 Mo
Présentation des Iskander M le 21 septembre 2016 à Erévan lors du 25e anniversaire de l’Indépendance de la République d’Arménie (photo : Krikor Amirzayan)
JPEG - 1.6 Mo
JPEG - 1.4 Mo
posté le 8 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


DIPLOMATIE
Bakou condamne les propos du président du Conseil national suisse

Dominique de Buman, président du Conseil national suisse, devant le Parlement arménien à Erevan, le 6 février 2018.

L’Azerbaïdjan a condamné hier le président de la chambre basse du Parlement suisse qui a exprimé son soutien au droit à l’autodétermination de la population majoritairement arménienne du Haut-Karabagh.

« Le peuple du Haut-Karabagh a le droit de choisir son destin comme les autres peuples », a déclaré Dominique de Buman lors d’une visite officielle en Arménie mardi. S’adressant au Parlement arménien, il a également appelé à un règlement pacifique du conflit du Karabagh.

Réagissant à cette déclaration, le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a accusé Buman d’essayer de « justifier l’agression arménienne contre l’Azerbaïdjan ». Un porte-parole du ministère, Hikmet Hajiyev a déclaré qu’il a ainsi « infligé des dommages » aux efforts pour mettre fin au conflit du Karabagh.

Selon les agences de presse azerbaïdjanaises, Hajiyev a également souligné la visite « illégale » de Buman au Karabakh en 2012. Elu président du Conseil national suisse en novembre dernier, il s’était rendu sur le territoire peuplé d’Arméniens avec un autre député suisse et Bakou avait envoyé une note de protestation au ministère suisse des Affaires étrangères à l’époque.

Les propositions de paix du Karabagh faites par les États-Unis, la Russie et la France au cours de la dernière décennie ont été fondées sur une combinaison des principes internationalement reconnus d’autodétermination et d’intégrité territoriale des États. Les trois puissances médiatrices ont cité à maintes reprises ces deux principes dans leurs déclarations communes sur les différends arméno-azerbaïdjanais.

posté le 8 février 2018 par Claire/armenews


AZERBAÏDJAN
Elections présidentielles en Azerbaïdjan devancées au 11 avril

Par un décret spécial le président azéri Ilham Aliev a décrété la tenue des élections présidentielles exceptionnelles le 11 avril informe le site d’information Minval. L’information est également diffusée sur le site présidentiel. Ilham Aliev demande à la Commission centrale électorale d’organiser ces élections présidentielles anticipées. Et bien entendu, comme on s’y attendait car le monde entier connait le processus électoral en Azerbaïdjan, le parti présidentiel majoritaire « Yeni Azerbaïdjan » présente à cette élection la candidature d’Ilham Aliev. Les élections présidentielles devaient se tenir en octobre 2018 mais l’homme fort de Bakou a anticipé cette date de six mois. Elu depuis 2003, le président Aliev avait en 2016 intégré dans la Constitution la durée du mandat présidentiel à 7 ans. Comme dans ce pays corrompu l’issue du suffrage ne fait aucun doute, il sera ainsi certainement réélu jusqu’en 2025. Au minimum...

Krikor Amirzayan

posté le 6 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Azerbaïdjan  Image 450