Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Karapetian


POLITIQUE
Karapetian quitte son poste de direction du Parti Républicain

L’ancien Premier Ministre, Karen Karapetian, a décidé de démissionner de son poste de Premier Vice-Président du Parti Républicain (HHK).

Le porte-parole du HHK, Eduard Sharmazanov, a déclaré que Karapetian estime qu’il doit démissionner de la direction du parti, parce qu’il n’est plus « activement impliqué dans les processus politiques ».

« Je trouve cela très normal », a déclaré Sharmazanov aux journalistes. « Karen Karapetian est un politicien aguerri. C’est à lui de décider s’il veut ou non être le Premier Vice-Président. Je respecte cette décision. »

Interrogé pour savoir si Karapetian mettra fin à son adhésion au HHK, Sharmazanov a déclaré : « Il n’y a pas de décision de ce genre à ce stade. Cela n’a pas été évoqué. »

Karapetian a pris la deuxième place dans la hiérarchie du HHK en novembre 2016, deux mois après sa nomination en tant que Premier Ministre. Il a dirigé le gouvernement jusqu’à la fin du dernier mandat présidentiel de Sarkissian, avant que ce dernier devienne Premier Ministre de façon controversé le 17 avril.

Karapetian est resté dans le gouvernement en tant que Premier Vice-Premier Ministre, servant sous un nouveau système de gouvernement parlementaire. Il a pris ses fonctions le 23 avril, immédiatement après la démission de M. Sarkissian.

Le parlement, dont la majorité était détenue par le HHK, a choisi à contrecoeur le leader du mouvement de protestation, Nikol Pachinian, comme nouveau dirigeant du pays le 8 mai. Karapetian n’a fait aucune déclaration publique depuis. Certains médias arméniens affirment qu’il envisage de créer son propre parti.

Selon les mots de Sharmazanov, on ne sait pas encore qui le parti, toujours dirigé par Sarkissian, choisira comme son nouveau Premier Vice-Président.

Plus tôt ce mois-ci, le HHK a perdu sa majorité parlementaire suite à une série de démissions.

posté le 27 juin 2018 par Claire/armenews


ARMENIE
Karen Karapetian appelle à la tenue de discussions multipartites

Le Premier ministre par intérim, Karen Karapetian, a appelé les principaux groupes politiques arméniens à entamer des négociations urgentes pour mettre fin à la tourmente politique qui a paralysé certaines régions du pays mercredi.

“Je lance un appel à toutes les forces politiques pour qu’elles fassent preuve de [bonne] volonté, de détermination et de souplesse, et s’assoient à une table [de négociation], peut-on lire dans un communiqué de Karen Karapetian. Nous réalisons tous que nous avons besoin de solutions rapides, civilisées et réalisables pour surmonter la crise politique, aussi difficile soit-elle.“

“Un Premier ministre ne peut être élu qu’au Parlement par des moyens constitutionnels. Il n’existe aucune autre solution, ni en théorie ni en pratique“, a-t-il ajouté, faisant clairement allusion au leader de l’opposition, Nikol Pachinian.

Pachinian a exhorté ses partisans à reprendre les manifestations à l’échelle nationale mardi soir après que le Parlement arménien a refusé de le désigner Premier ministre. Des dizaines de partisans ont bloqué les rues et les routes à travers le pays dès le lendemain matin.

Karapetian n’a pas dit si le Parti républicain (HHK) au pouvoir, dont fait partie le premier vice-président, est prêt à faire des concessions majeures à Pachinian.

Parlant peu après le vote du Parlement mardi, Pachinian a qualifié le HHK de “cadavre politique“ et a ajouté qu’il ne négocierait que sur ses “funérailles“. Il a de nouveau exigé un “transfert de pouvoir“ complet à son mouvement d’opposition.

Le Premier ministre par intérim et le chef de la protestation devaient se rencontrer deux fois la semaine dernière. Les discussions n’ont pas eu lieu à cause du rejet de Karapetian des conditions préalables fixées par Pachinian.

Le Parlement doit se réunir à nouveau et essayer d’élire un Premier ministre le 8 mai. Un autre échec à choisir un remplaçant pour Serge Sarkissian conduirait à sa dissolution et à la tenue de nouvelles élections parlementaires.

On ne sait pas encore si le HHK s’abstiendra de présenter son propre candidat au poste de Premier ministre, préparant ainsi le terrain pour des élections rapides.

Dans le même temps, le président Armen Sarkissian a “profondément regretté“ la persistance de la crise et a exhorté les factions arméniennes à “poursuivre les consultations“ dans les jours à venir. Armen Sarkissian avait déjà essayé de faciliter de telles discussions la semaine dernière.

posté le 3 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Aménie
Karen Karapetian appelle les parties à la table des négociations

Le premier ministre par intérim Karen Karapetian appelle à la table des négociations :

“Chers citoyens,

Prenant en considération la situation actuelle dans notre pays, ainsi que les spécificités de la forme parlementaire de gouvernance, je voudrais encourager toutes les forces politiques en Arménie à faire preuve de volonté, de détermination et de flexibilité et venir à la table des négociations. Nous sommes tous conscients que des décisions opportunes, civilisées et applicables, sont nécessaires pour faire face à cette crise politique, aussi difficile que cela puisse paraître.

Le Premier ministre ne peut être élu au parlement que conformément à la Constitution arménienne. Il n’y a pas d’autre solution à la fois théoriquement et pratiquement.“, a-t-il indiqué.

posté le 2 mai 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Elections  Karapetian 


Manifestations à Erevan
En direct continu : 3ème jour, l’épreuve de force ?

Toujours sous pression, Erevan s’attend a une nouvelle et massive mobilisation le 1er Mai après que le premier ministre par intérim, Karen Karapetyan, ait refusé de négocier avec Pachinian ce jour. L’homme au T.shirt de “camouflage“ doit réunir 53 députés pour pouvoir espérer une victoire aux législatives avancées du 1er Mai. Une nouvelle ère est en suspens sur le tarmac de l’Arménie.

- 10h (Paris) 12h (Erevan) Nikol Pachinian donne, seul, une conférence de presse devant une nuée de micros. (faire remonter le curseur, bande rouge, pour assister au début des interviews).

Nikol Pachinian assure que la Russie n’interviendra pas dans les affaires intérieures de l’Arménie. Il a déclaré à la conférence de presse :

« Je suis sûr, et les autorités russes peuvent également être sûres que 90% des Arméniens en Russie nous soutiennent. Des rassemblements ont lieu dans plusieurs villes russes pour soutenir le mouvement. Des milliers d’Arméniens sont venus ici pour nous soutenir. Beaucoup d’entre eux sont des citoyens russes. Je suis sûr que la Russie respectera la position de ses propres citoyens “.

Il a a exhorté tous les habitants d’Arménie à venir à Erevan le 1er mai à 10 heures (12h - Paris) pour inonder les rues et les places de la capitale, y compris le quartier de l’Assemblée nationale.

JPEG - 198.9 ko

- 14h (Paris) 16h (Erevan) un cortège de voitures fonçant vers Gyumri, s’est vu accompagnée par plusieurs cavaliers. (capture TV).

La veille, le leader de l’opposition s’en est pris au système oligarchique qui sévit dans les rangs du pouvoir actuel. Pour lui, il ne s’agit pas de devenir absolument premier ministre, mais de nettoyer les écuries. Il a appelé les Arméniens d’autres villes du pays à également manifester.

- 15h15 (Paris) 17h15 (Erevan) Déclaration de la FRA :

« Réaffirmant nos approches pour la solution de la situation créée par le mouvement national, visant à trouver un règlement dans la Constitution et les lois, la FRA propose :

De former un agenda politique commun avec la participation de toutes les factions parlementaires avant la session du 1er mai du Parlement ; s’entendre sur un candidat commun bénéficiant de la confiance du peuple qui doit présenter le personnel respectif du gouvernement et plan d’action basé sur la concorde .

Nous sommes prêts à lancer des discussions de fond avec toutes les parties concernées afin de mettre en œuvre cette initiative “.

- 16h (Paris) 18h (Gyumri) Nikol Pachinian accueilli en héros aux portes de Gyumri. Une foule considérable, rassemblée place Vardanants, attend les mots de celui qui pourrait endosser le costume du futur premier ministre.

- 16h 35 (Paris) 18h (Erevan) Gevorg Kostanyan, député de la faction du Parti républicain et représentant de l’Arménie à la CEDH, exclu un vote pour Nikol Pachinian à l’occasion de la consultation spéciale du 1er Mai.

19h (Paris) 21h (Gyumri) L’étape de Gyumri s’avère être gagnée par Pachinian qui entame une marche de nuit à travers la ville, assailli de demandes de selfies.

La conférence de presse (1 heure)

posté le 27 avril 2018 par Jean Eckian/armenews


ARMENIE
Les manifestants toujours dans les rues d’Erevan

Le chef de l’opposition, Nikol Pashinian, a repris ses protestations anti-gouvernementales à Erevan hier matin, exigeant que le parti républicain au pouvoir (HHK) renonce complètement au pouvoir suite à la démission du Premier ministre Serge Sarkissian.

“Le HHK et [le Premier ministre par intérim] Karen Karapetian essaient d’arracher la victoire au peuple. Nous ne permettrons pas cela “, a clamé Pashinian alors qu’il était en tête du cortège de milliers de partisans défilant dans le centre-ville et scandant “ Nikol, Premier ministre ! “

“Le HHK est en train de gagner du temps“, a regretté Pashinian.

Le chef du parti Contrat Civil a appelé à de nouveaux actes de « désobéissance civile » suite à l’annulation de sa rencontre avec Karapetian qui devait commencer dans la matinée. Les pourparlers ont été annulés après que Karapetian a rejeté les conditions préalables fixées par Pashinian.

Pashinian a précisé mardi qu’il ne discuterait que de ses principales revendications lors de la réunion. Parmi celles-ci figurent la nomination d’un « candidat du peuple », vraisemblablement Pashinian lui-même, en tant que Premier ministre par intérim et la tenue d’élections législatives anticipées.

Hier, Karapetian a indiqué qu’il est ouvert à l’idée d’une élection rapidement, mais que la date et les modalités doivent être convenues par les forces politiques principales de l’Arménie par consensus.

“Je demande à tous nos citoyens de réfléchir à ce que nous voulons d’une manière extrêmement sobre. Laissez les forces politiques s’asseoir et parvenir à un accord“, a déclaré Karapetian. Il a averti que les troubles avaient des effets de plus en plus négatifs sur l’économie arménienne.

Pendant ce temps, le président Armen Sarkissian a regretté le fait que Pashinian et Karapetian n’aient pas trouvé un terrain d’arrangement pour entamer un dialogue. Il a annoncé qu’il commencerait mercredi des « consultations avec les forces parlementaires et extraparlementaires » afin de mettre un terme à la grave crise politique.

“J’espère que, grâce à des efforts conjoints et dans un esprit de compréhension mutuelle, nous parviendrons à trouver les voies d’un règlement possible“, a écrit M. Sarkissian dans un communiqué.

Le Parti Arménie prospère (BHK) de l’homme d’affaires Gagik Tsarukian (BHK) a publié hier une déclaration exhortant ses membres à “descendre dans la rue et à se tenir aux côtés du peuple“.

posté le 26 avril 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Manifestations à Erevan
En direct continu : Pachinian-Karapetian, le nouveau bras de fer

Après les réjouissances de l’après Serge Sarkissian et la commémoration du génocide des Arméniens, le bras de fer entre Nikol Pachinian et le premier ministre par interim Karen Karapetian se traduit aujourd’hui par une nouvelle mobilisation de la « désobéissance civile ».

9h30 (Paris) - 11h30 (Erevan) Le président Armen Sarkissian regrette la décision de mettre fin aux pourparlers entre le Premier ministre par intérim Karen Karapetian et le leader du mouvement Nikol Pachinan. Il note que l’implication de la jeunesse ouvre de nouvelles opportunités pour améliorer la vie politique en Arménie et approfondir la démocratie.
- 10h40 (Paris) Hrachya Rostomian, ministre par intérim des sports et de la jeunesse d’Arménie, a démissionné. Dans les rues d’Erevan les étudiants scandent « Arménien, indépendant et libre »
- 11h10 (Paris) Nikol Pachinian, leader de “Mon étape“, a déclaré vouloir rencontrer les ambassadeurs de Russie et des États Unis prochainement. Du côté du gouvernement provisoire on déplore que Pachinian n’est prêt qu’à des“ négociations“ unilatérales, et selon lui, vers la “réalisation d’un transfert de pouvoir en douceur en Arménie“.
- 11h30 (Paris) Le parti républicain réfléchi à une réincarcération de Pachinian et la levée de son immunité parlementaire...
- 12h30 (Paris) La Russie estime que les protestations continues de l’opposition en Arménie sont les affaires internes de ce pays. “Nous continuons à suivre la situation très attentivement.“,a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe.
- 12h45 (Paris) Karen Karapetian suggère des élections législatives anticipées.
- 18h00 (Paris) Serge Sarkissian a déclaré qu’il aimerait partager son point de vue sur l’avenir du parti républicain, son nouveau leadership et l’importance des réformes pour le développement de l’Arménie.

- 18h30 (Paris) Les présidents d’Arménie et de Russie se sont entrevus par téléphone de la situation en Arménie.

Le fondateur du Centre d’analyse stratégique de la Géorgie (GSAC) Nodar Kharshiladze, estime que le groupe de la diaspora de Moscou, qui est politiquement et économiquement en relation directe avec la Russie gouvernent l’Arménie. Pour lui « la démission de Serge Sarkissian à ce stade était une étape tactique ».

Les partis d’opposition ont rejoint les rangs des manifestants.

Un avion privé attend à l’ aéroport « Zvartnots » pour Karen Karapetian au cas où il serait contraint de fuir le pays.

A 16h (Paris) le groupe arménien “Nemra“ donnera un concert sur la place de la République, suivi d’un rassemblement prévu une heure plus tard. .

posté le 25 avril 2018 par Jean Eckian/armenews


POLITIQUE
La rencontre entre K. Karapetian et N. Pashinian, prévue aujourd’hui, a été annulée

Les négociations prévues visant à mettre un terme à la crise politique qui perdure en Arménie ont été annulées mardi soir après que le Premier ministre par intérim, Karen Karapetian, a rejeté les conditions préalables fixées par le leader de l’opposition, Nikol Pashinian.

Les deux hommes devaient se rencontrer mercredi matin pour discuter des moyens de désamorcer les tensions après la démission du Premier ministre Serge Sarkissian.

Karapetian a annoncé que la réunion a été annulée parce que “Nikol Pashinian a présenté unilatéralement de nouvelles demandes concernant le format, l’ordre du jour et la couverture médiatique de la réunion.“

“Ce dernier a proposé une liste de participants de notre côté et a déclaré qu’il ne négocierait que sur ce qu’il avait prévu... Ayant une certaine expérience de la négociation, je n’ai jamais entendu parler de négociations dans de telles conditions“, a t-il déclaré dans un communiqué.

Karapetian a ajouté qu’il avait donc demandé au président Armen Sarkissian d’engager des négociations alternatives avec un large éventail de forces politiques, y compris celles qui n’étaient pas représentées au Parlement. Ils exploreraient différentes options, y compris la conduite d’élections anticipées, a t-il souligné.

Pashinian a confirmé l’annulation dans une vidéo Facebook adressés à ses sympathisants. Il a expliqué avoir spécifiquement demandé que les pourparlers impliquent non seulement Karapetian mais aussi le président du parlement Ara Babloyan et le chef parlementaire du parti républicain au pouvoir (HHK), Vahram Baghdasarian.

Il a également affirmé que les pourparlers cruciaux devaient se concentrer uniquement sur ses demandes pour la nomination d’un Premier ministre intérimaire choisi par son mouvement et la tenue d’élections anticipées. En outre, a-t-il précisé, les pourparlers doivent avoir lieu en présence de journalistes.

Pashinian a averti qu’il reprendrait ses actions de « désobéissance civile » si Karapetian et le HHK n’acceptaient pas ces conditions. Il a suggéré que le parti au pouvoir est désireux de conserver le pouvoir après la démission de Sarkissian.

En attendant, a-t-il prévenu, ses partisans devraient se rassembler sur la place de la République d’Erevan mercredi matin pour “discuter de la situation et décider de nos prochaines actions“.

Les récriminations sont intervenues quelques heures après que les États-Unis et l’Union européenne ont renouvelé leurs appels en faveur d’un dialogue politique en Arménie.

“Il est impératif que la situation actuelle soit résolue rapidement et pacifiquement“, peut-on lire dans une déclaration conjointe de la délégation de l’UE et des ambassades des Etats membres de l’UE à Erevan. “Un dialogue national impliquant toutes les parties prenantes politiques reste crucial.“

posté le 25 avril 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



24 AVRIL 2018
Commémoration du génocide des Arméniens à Erevan

L’Arménie a célébré hier le 103e anniversaire du génocide arménien de 1915 par la Turquie ottomane. Des dizaines de milliers de personnes ont marché silencieusement vers le mémorial de Tsitsernakabert et y ont déposé des fleurs tout au long de la journée.

Comme toujours, la procession annuelle a commencé par un service de prière tenu par le Catholicos Karegin II, sur le feu éternel du mémorial de la colline surplombant le centre d’Erevan. La cérémonie s’est déroulée en présence du président Armen Sarkissian, du Premier ministre par intérim Karen Karapetian et d’autres hauts responsables de l’État.

Les commémorations de l’anniversaire du génocide ont eu lieu le lendemain de la démission du Premier ministre Serge Sarkissian au milieu de manifestations massives contre sa tentative de prolonger son pouvoir de dix ans. Sarkissian ne s’est pas rendu au Tsitsernakabert.

Karapetian a mentionné les événements dramatiques en Arménie dans un discours adressé à la nation à cette occasion. “Le génocide a changé le sort de notre peuple et nous a fait subir de nombreuses épreuves et tribulations au cours des décennies suivantes“, a-t-il déclaré. “Cependant, nous nous sommes révélés plus forts que les meurtriers et nous avons été assez forts pour revenir à la vie, créer un Etat indépendant et être maître de notre destin“.

“Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une autre période difficile de notre histoire moderne“, a poursuivi Karapetian. “Hier, j’ai appelé toutes les forces politiques à s’abstenir de politiser cette journée. Je suis reconnaissant que mon appel ait été accepté, et aujourd’hui nous pouvons montrer au monde qu’en dépit de nombreux défis et de problèmes internes non résolus, nous sommes unis autour de la cause commune. “

“Nous réaffirmons notre détermination à construire un Etat solide, une société libre et civilisée, et rien ne peut nous détourner de notre manière de construire le pays de nos rêves“, conclut le communiqué de Karapetian.

Entre-temps, le bureau du président Armen Sarkissian a rendu public un message qu’il a reçu du président français Emmanuel Macron, pays qui ont officiellement reconnu le massacre de quelque 1,5 million d’Arméniens comme étant un génocide.

La Turquie continue de nier ce génocide. Ses dénégations véhémentes sont rejetées par la plupart des historiens en dehors de la Turquie.

“L’histoire du génocide arménien est sans ambiguïté et documentée par des preuves accablantes“, a déclaré l’Association internationale des génocidaires en 2007.

Le pape François et son prédécesseur, Jean Paul II, ont prié à Tsitsernakabert lorsqu’ils se sont rendus en Arménie en 2016 et 2001 respectivement. Ils ont tous deux officiellement reconnu le génocide.

posté le 25 avril 2018 par Claire/armenews


Erevan
Karen Karapetyan nommé Premier ministre
De Vice-premier ministre, Karen Karapetyan devient Premier ministre après une session spéciale du gouvernement, en remplacement de Serge Sarkissian démissionnaire.
posté le 23 avril 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Derniere minute  Karapetian