Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Politique


LEGISLATIVES
Un nouveau sondage Gallup donne le Parti Républicain en tête
Selon le journal Lragir qui rapporte un sondage de l’institut Gallup, le Parti républicain (Serge Sarkissian) obtiendrait 29,4% et l’Alliance Dzaroukian 28,2% aux prochaines élections législatives (2 avril)
Les autres partis ou alliances :
Alliance Yelk (Alternative) 6,1%
FRA 4,8%
Alliance des démocrates libres 4,4%
Renaissance Arménienne 3,4%
Alliance Congrès-Parti populaire arménien 2,9%
Alliance Ohanian-Raffi-Oskanian (ORO) 2,5%
Parti communiste arménien 1,2%
Sondage auprès de 1145 personnes, effectués entre le 12 et 19 mars sur l’ensemble du territoire.
posté le 25 mars 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Derniere minute  Image 450  Politique 


POLITIQUE
Tsaroukian se dit prêt à faire partie d’une nouvelle coalition avec le parti républicain

L’homme d’affaires Gagik Tsaroukian a indiqué hier qu’il était prêt, sur le principe, à conclure un nouveau pacte de partage du pouvoir avec le Parti républicain du président Serge Sarkissian (HHK) après les élections législatives du mois prochain.

Tsaroukian a déclaré que son bloc électoral est ouvert à un accord de coalition avec toute autre force politique qui embrasserait son manifeste de 15 points appelant à des exemptions fiscales, des augmentations de salaires et de pensions et des réductions des prix des services publics dans le pays.

“Si mes partenaires, ceux qui forment une coalition, acceptent de mettre en œuvre mes 15 points, alors je vais les rejoindre. Sinon, je ne formerai pas de coalition avec quiconque“, a-t-il expliqué lors d’un déplacement pour sa campagne dans les provinces du sud-est de Syunik et de Vayots Dzor.

Tsaroukian a également précisé qu’il n’aurait pas nécessairement aspiré au poste de Premier ministre dans un accord de coalition avec le HHK ou d’autres forces. “Je n’ai pas besoin d’un poste au gouvernement“, a t-il assuré.

Ces remarques contredisaient les déclarations faites à maintes reprises par Naira Zohrabian, membre de haut rang du Bloc de Tsaroukian. “Le Bloc de Tsaroukian exclut catégoriquement la coopération post-électorale avec une seule force, le Parti républicain, quel que soit le format“, avait-elle tenu à insister le 17 mars.

Le Parti Arménie prospère de Tsaroukian (BHK), la force dominante de son alliance électorale, faisait déjà partie du gouvernement de coalition de Sarkissian de 2008 à 2012. Il s’est retiré du gouvernement au milieu des tensions croissantes entre le magnat et le président. Ils ont culminé dans une confrontation amère en février 2014 qui a conduit Tsaroukian à démissionner de son poste de chef de BHK et à se retirer de la politique.

Tsaroukian a annoncé son retour à l’arène politique en janvier de cette année. Les commentateurs ont alimenté la spéculation que son retour fait partie d’un accord secret avec Sarkissian. Les représentants du BHK ont nié.

Tsaroukian a critiqué la situation socio-économique dans le pays mais a évité de blâmer explicitement Sarkissian ou le gouvernement. Il a déclaré hier que les Arméniens ordinaires, et non les autorités, sont principalement responsables de leurs épreuves.

“Les gens doivent se blâmer parce qu’ils ne votent pas aux élections ou ne lisent pas les programmes qui leur sont présentés“, a-t-il déploré.

posté le 23 mars 2017 par Claire/armenews


ELECTIONS
Le bloc de Tsaroukian soutenu par un groupe européen eurosceptique

Les dirigeants d’une coalition de partis politiques de droite européenne critiques vis-à-vis de l’Union européenne ont approuvé l’alliance de l’homme d’affaires Gagik Tsaroukian, l’un des principaux candidats aux prochaines élections législatives arméniennes.

Le président de l’Alliance des conservateurs et des réformistes d’Europe (ACRE), Jan Zahradil, et des politiciens représentant les partis membres de l’ACRE, y compris les conservateurs britanniques, ont tenu une conférence avec Tsaroukian et ses alliés politiques près d’Erevan.

Un porte-parole du magnat a déclaré qu’ils sont arrivés en Arménie « pour exprimer leur soutien au Bloc de Tsaroukian et pour lui souhaiter la victoire lors des prochaines élections ».

Le bloc a diffusé une vidéo de campagne de 15 minutes avec des extraits des discours prononcés par Tsaroukian, Zahradil et d’autres participants à la réunion.

« Cher M. Tsaroukian, nous sommes ici pour vous aider à gagner », a déclaré Zahradil. « Nous sommes ici pour exprimer notre soutien et notre amitié. Nous sommes ici pour montrer que nous sommes une famille politique unie ».

“ Nous vous souhaitons la victoire lors des prochaines élections “, a affirmé Ryszard Czarnecki, affilié au parti polonais de Droit et Justice (PiS).

Membre du Groupe parlementaire des Conservateurs et réformistes européens, l’ACRE a été créé par le Tchèque Jan Zahradil en 2009. Le groupe eurosceptique comprend actuellement plus d’une douzaine de mouvances non seulement des pays de l’UE mais aussi des trois pays du Caucase du Sud et de la Turquie.

Le parti Arménie prospère de Tsaroukian (BHK), force dominante de son bloc, a rejoint l’ACRE en 2014. Un membre du BHK, Naira Zohrabian, préside la Commission Permanente du Parlement arménien sur l’intégration européenne.

Parmi les participants à la réunion pré-électorale avec Tsaroukian, étaient présents deux politiciens conservateurs britanniques qui ont fait campagne pour le Brexit. L’un d’entre eux, Martin Callanan, pris la parole lors de la réunion.

Dans un manifeste en 15 points, le bloc de Tsaroukian promet d’augmenter considérablement les pensions et le salaire minimum national, de réduire les redevances et d’exempter toutes les petites et moyennes entreprises de l’Arménie d’impôts pendant au moins trois ans. Ses opposants ont désigné ces promesses comme étant populistes et irréalistes.

Le BHK de Tsaroukian a terminé deuxième des deux dernières élections parlementaires arméniennes, capitalisant sur les activités caritatives dénoncées comme s’apparentant à des pots de vin par ses opposants. Le magnat a de nouveau promis de l’argent et d’autres aides matérielles aux électeurs appauvris lors de sa campagne au début du mois. La Commission électorale centrale de l’Arménie (CEC) l’a averti que de tels engagements violaient les dispositions légales qui interdisent l’achat de vote.

Tsaroukian déplore régulièrement la situation socio-économique du pays. Mais jusqu’à présent, il n’a pas blâmé explicitement le président Serge Sarkissian ou le parti républicain au pouvoir de l’Arménie pour ces difficultés persistantes.

posté le 22 mars 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Le bloc d’Ohanian prédit la défaite du parti républicain

L’alliance menée par l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, a affirmé vendredi que le Parti républicain (HHK) du président Serge Sarkissian perdrait son pouvoir à la suite des prochaines élections législatives.

Il a également déclaré que les principales forces d’opposition arméniennes devraient déjà officiellement s’engager à former un « gouvernement d’accord national ». La proposition a fait face au scepticisme d’autres candidats majeurs de l’opposition aux élections prévues pour le 2 avril.

Dans un communiqué, le bloc ORO coprésidé par Ohanian et les anciens ministres des Affaires étrangères, Vartan Oskanian et Raffi Hovannisian, a assuré que “deux semaines restent avant la fin de la domination du HHK“. Les Arméniens sont fatigués de la “corruption systémique“ et des violences préélectorales. Ils veulent “des réformes radicales“, selon lui.

Le communiqué ajoute que ORO est prêt à signer une déclaration conjointe avec d’autres concurrents de l’opposition sur un accord post-électoral de partage du pouvoir qui exclura le HHK.

Armen Martirosian, haut responsable de ORO, a expliqué qu’un tel accord engagerait les signataires à ne pas conclure de coalitions post-électorales avec le parti au pouvoir. “S’ils ne signent pas, ils montreront qu’ils n’excluent pas une coalition avec le HHK“, a t-il expliqué.

Naira Zohrabian, haut représentant d’un autre bloc dirigé par l’homme d’affaires Gagik Tsaroukian, a exprimé le scepticisme au sujet de la proposition, mettant en avant le fait qu’il n’est pas encore clair de savoir quels groupes d’opposition gagneront des sièges au prochain Parlement.

Zohrabian a également rappelé : “Le Bloc de Tsaroukian exclut catégoriquement la coopération post-électorale avec le Parti républicain, dans n’importe quel forme que ce soit. Gagik Tsaroukian l’a clairement expliqué“.

Levon Zurabian (alliance Congrès-HZhK) a également décrit l’idée d’ORO comme étant prématurée. “Je pense qu’il est inutile de parler à l’avance de ce qu’il se fera ou ne se fera pas avec d’autres forces, d’autant plus que nous ne savons pas encore exactement quel est le poids électoral de chaque force politique“, a t-il commenté.

Zurabian a indiqué que les élections montreraient que les groupes nominalement opposés sont véritablement opposés au président Sarkissian. Il a révélé que le Congrès-HZhK soupçonne que certains de ces groupes sont autorisés par les autorités à distribuer des pots-de-vin lors de la campagne électorale.

Aram Sarkisian, un dirigeant du bloc d’opposition Yelk, n’a pas non plus été intéressé par l’idée d’une déclaration de l’opposition. “Je pense que le Bloc de Tsaroukian formerait certainement une coalition avec le HHK, plutôt que d’autres forces, dans certaines circonstances“, a-t-il déclaré. « Il en va de même pour Dashnaktsutyun et le Renaissance arménienne ».

posté le 20 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Arménie
Améliorer la gouvernance et la culture politique en Arménie

Le 2 mars 2016 s’est tenue la première conférence de presse de l’Institut DEPOP pour la gouvernance, nouvellement créé en janvier dernier. L’institut, un think tank basé à Erévan, focalise son activité sur l’amélioration de la gouvernance et sur la primauté du droit en Arménie. Pour l’Institut, la participation de la diaspora au développement et à l’amélioration des valeurs sur lesquelles l’Arménie a été fondée implique nécessairement une participation à la culture politique du pays, apportant ainsi une contribution concrète au renforcement du processus de démocratisation. En ce sens, les prochaines élections législatives du 2 avril 2017 constituent une occasion unique, mais posent aussi un défi majeur. Pour contribuer à la tenue d’élections justes et transparentes, visant à une culture politique différente à long terme, l’Institut DEPOP a annoncé trois projets visant à accroître la conscience civique et la responsabilité des électeurs, des candidats et de toutes les forces politiques participant à la compétition électorale.

Dans sa présentation, le directeur exécutif de l’Institut, Sarkis Shahinian, visait à définir le rôle de la culture dans l’enrichissement et l’élargissement de notre compréhension de ce qu’est la politique. Il a explicité l’objectif principal et la philosophie de DEPOP. Ainsi, il a expliqué que l’institut essayera de montrer au cours d’une courte période (décembre 2016 à mai 2017), que le dialogue entre la Diaspora et l’Arménie ne se fait pas uniquement par des paroles. Saluant l’appel lancé à la Diaspora par le Premier ministre Karen Karapetian le 27 février pour prendre part à l’édification de l’Etat arménien, le directeur de DEPOP a déclaré que l’Arménie et l’Artsakh sont la terre de toute la nation arménienne et qu’il faut tout faire pour que ces élections législatives deviennent la pierre angulaire de la prospérité de la nation. Il a présenté les trois principaux projets mis en œuvre en ce sens par l’Institut DEPOP pour améliorer le dialogue entre le peuple et les autorités. Il a détaillé les projets visant à instaurer une nouvelle culture, une nouvelle compréhension et du sens de la responsabilité non seulement au sein des autorités mais également dans chaque citoyen, dans chaque électeur. « La responsabilité des électeurs ne se limite pas à leur participation aux élections législatives du 2 avril. Il faut comprendre les projets, les objectifs de chaque parti ou force politique, les inviter à la responsabilité », a déclaré Shahinian. Selon lui, la culture politique et civique en Arménie se limite généralement à des insultes personnelles. A la fin de son discours, donnant l’exemple de Rome où l’empereur écoutait le Sénat et tirait des leçons de ses erreurs, l’orateur a déclaré qu’il faut se réapproprier les principes de la polis de la Grèce antique.

Le réalisateur des quatre vidéos, M. André Simonian, a déclaré avoir voulu utiliser la force de l’art pour inciter à des changements dans la société. Dans la première vidéo, plusieurs personnalités bien connues issues de divers secteurs déclarent l’importance de voter pour l’avenir du pays. La deuxième rappelle aux citoyens l’absurdité de vendre leur avenir en acceptant des pots-de-vin électoraux. La troisième, inspirée d’une autre vidéo diffusée au Royaume-Uni lors des élections législatives locales, met en vedette des marionnettes transmettant des messages sur l’implication civique des citoyens. La quatrième vidéo, tournée à Gumri, met en scène les portes de cette ville qui nous rappellent le passé glorieux et le présent désastreux de l’Arménie.

Voici les trois principales initiatives lancées par l’Institut DEPOP pour sensibiliser le public à travers des débats sociaux, économiques et politiques, ainsi que par des messages inspirants. Ces initiatives sont les suivantes :

Status Quo, un projet en coopération avec la Radio Publique d’Arménie et parrainé par l’Ambassade de Suisse à Erevan. Il se compose d’une série d’émissions de radio, animée par Kevork Melikian et diffusée dans tout le territoire de l’Artsakh et de l’Arménie, ainsi que dans les communautés de la diaspora dans le monde entier. Le programme tente de lutter contre les fraudes électorales et la corruption. Il y aura neuf programmes de radio avant les élections. L’émission accueillera des experts dans différents domaines et sera diffusée en direct et les auditeurs auront la possibilité de poser des questions (http://depop.digitalpomehost.com/en/status-quo/) « The Pressing Club » est un format de discussions et de débats qui unit les principaux décideurs de divers secteurs politiques, économiques et civiques pour discuter des questions cruciales auxquelles l’Arménie est confrontée. Le projet est le fruit d’une coopération avec la rédaction du journal « 168 Zham ». Il a commencé début février, aura une durée de neuf semaines, et se poursuivra jusqu’à une semaine après les élections législatives.

Projet « Avril est mon avenir » (Annonces de service public). L’objectif de ces quatre clips d’un minute chacune vise à influencer le modèle de comportement du public dans le processus électoral. Les vidéos mettent en vedette des célébrités arméniennes qui encouragent les gens à changer leurs habitudes négatives qui se forment durant le processus électoral, comme par exemple, l’habitude de ne pas participer aux élections, ou d’accepter des pots-de-vin électoraux .

Voir aussi > http://depop.digitalpomehost.com/en/status-quo/

http://depop.digitalpomehost.com/en/pressing-club/

posté le 17 mars 2017 par Jean Eckian/armenews


POLITIQUE
Oskanian fait l’éloge des Sasna Tzérèr

Le chef de l’opposition, Vartan Oskanian, a fait l’éloge jeudi des membres arrêtés d’un groupe d’opposition armé qui avait occupé l’année dernière une caserne de police à Erevan.

“Ces gars sont des patriotes qui ont apporté une grande contribution à la libération du Karabakh“, a déclaré Oskanian au service arménien de la RFE / RL (Azatutyun.am). « Notre peuple a une attitude très positive envers eux, et les gens ont exprimé leur soutien aux questions soulevées par eux à cette époque.

“J’ai considéré - à la fois à l’époque et maintenant - ce qu’ils ont fait sur le plan politique parce que c’était une action politique“, a-t-il dit.

Les trois dizaines d’hommes armés majoritairement affiliés au mouvement d’opposition « Parlement fondateur » ont attaqué l’installation de police dans le district d’Erebuni d’Erevan en juillet, un mois après l’arrestation controversée de Zhirayr Sefilian, premier dirigeant du Parlement fondateur. Ils ont également exigé la libération immédiate de Sefilian. Les hommes armés, dirigés par Varuzhan Avetisian, membre du Parlement fondateur, ont déposé les armes après deux semaines d’affrontement avec les forces de sécurité, qui ont fait 3 morts parmi les policiers.

Sefilian et Avetisian ont exprimé mercredi leur solidarité avec les partisans de l’alliance d’opposition ORO qui ont été attaqués par des partisans du gouvernement dans le village de Jrarat mardi. L’incident est survenu deux jours après que plusieurs responsables locaux de l’ORO aient renversé et désarmé un officier de police hors service qui les aurait menacés à la suite d’un rassemblement de campagne électorale tenue à Jrarat par ORO. Le bloc est codirigé par Oskanian, Raffi Hovannisian et l’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian.

“Nous nous félicitons également de la position digne et résolue du leader de l’Alliance, Seyran Ohanian, au sujet de l’incident“, ont déclaré Sefilian et Avetisian dans une déclaration conjointe depuis leur prison. Les opposants emprisonnés ont également félicité les partisans de l’ORO à Jrarat pour « avoir répondu à la violence par la violence » et ont exhorté les Arméniens à se préparer à une « révolte populaire ».

Oskanian a salué cette déclaration, en disant qu’ “ils nous voient comme la force qui peut résoudre les questions“ qui ont été soulevées par les hommes armés d’Erebuni. Ca “ne fera que se répercuter positivement“ sur la position de ORO, a-t-il dit.

Oskanian a publiquement exprimé son soutien aux hommes armés et à leurs revendications pendant le siège d’Erebuni. “Je suis avec ces gars“, avait-il déclaré le 22 Juillet, exigeant des concessions du gouvernement. Hovannisian a également déclaré au début du mois d’août que les opposants armés étaient des « contre-terroristes » luttant pour la justice. En revanche, Ohanian, qui était encore ministre de la Défense d’Arménie à l’époque, avait désapprouvé leurs actions.

posté le 17 mars 2017 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Le gouvernement utilise-t-il des ressources publiques pour sa campagne électorale ?

Le parti républicain au pouvoir utilise illégalement les ressources du gouvernement pour sa campagne électorale parlementaire, a dénoncé hier le principal organisme anti-corruption du pays.

Le Centre anti-corruption (CAC), l’affilié arménien de Transparency International, a déclaré avoir recensé 10 cas de fonctionnaires du gouvernement central ou local travaillant pour les bureaux de campagne du HHK ou participant à des événements de campagne organisés par le parti pendant leurs heures de travail. Les enseignants ont fait de même au moins six fois, a-t-il précisé.

“Il y a eu 13 cas où les forces de l’opposition ont rencontré des obstacles pour trouver de l’espace pour les bureaux de campagne ou pour organiser des événements“, a dénoncé Varuzhan Hoktanian, directeur du programme au CAC, lors d’une conférence de presse. “Cela constitue également un abus de ressources administratives.“

Hoktanian a déclaré que les organismes gouvernementaux ont également alloué des avantages supplémentaires à la pauvreté pour certains électeurs. Il a dit qu’une telle aide équivaut à l’achat de vote qui est illégal en Arménie.

Le HHK a également été accusé de dépendance lourde sur ses leviers gouvernementaux lors des élections parlementaires et présidentielles organisées dans le passé. Le parti dirigé par le président Serge Sarkissian a toujours nié tout acte répréhensible.

La surveillance de la CAC a révélé qu’au moins deux autres candidats à l’élection, l’alliance électorale de Gagik Tsaroukian et le parti de Renaissance arméniennie d’Artur Baghdasarian, ont également remis des pots-de-vin.

Un représentant du Bloc de Tsarsukian, Davit Vorskanian, a contesté l bilan du CAC, lui demandant de produire la preuve de l’achat allégué par son alliance. Hoktanian a indiqué que le chien de garde le publiera bientôt.

Tsaroukian a promis à maintes reprises de l’argent et d’autres aides matérielles aux électeurs lors de ses voyages de campagne à l’échelle nationale. La Commission électorale centrale l’a averti la semaine dernière que ces promesses équivalent à l’achat de vote.

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

posté le 16 mars 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Seyran Ohanian appelle à des réformes radicales

L’Arménie a besoin des réformes radicales qui ont été mises en place dans la Géorgie voisine sous l’ancien président Mikheil Saakashvili, a déclaré l’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian lors d’un rassemblement de campagne organisé par son alliance d’opposition vendredi.

“Je veux nous comparer à la Géorgie“, a expliqué Ohanian à des centaines de partisans dans la ville centrale arménienne de Hrazdan. “C’était un pays extrêmement corrompu avec un gouvernement faible et sans plan de développement économique. Saakachvili a mis en œuvre des réformes drastiques et difficiles, ce qui a produit de bons résultats. La corruption a été pratiquement éradiquée et le système de gouvernance de l’État a commencé à être guidé par des normes avancées.“

“L’Arménie a également besoin de réformes drastiques et difficiles“, a déclaré Ohanian, ajoutant qu’il était prêt à les « diriger ».

Un général d’armée à la retraite, Ohanian, a été renvoyé en octobre après avoir été ministre de la Défense dans l’administration du président Serge Sarkissian pendant plus de huit ans. Il a commencé à critiquer le gouvernement arménien peu de temps après. Il a fait équipe avec les partis d’opposition dirigés par les anciens ministres des Affaires étrangères Vartan Oskanian et Raffi Hovannisian en janvier pour participer aux élections législatives du 2 avril.

Ohanian a dit que les réformes géorgiennes ont été également suivies par la conduite en 2012 d’élections démocratiques dans lesquelles le parti de Saakashvili a été défait par un bloc d’opposition. Il a souligné que Saakashvili n’a pas tenté de les manipuler.

L’Arménie n’a subi aucun changement de régime à la suite d’élections depuis 1990. Pratiquement toutes les élections présidentielles et parlementaires organisées dans le pays ont été entachées de graves allégations de fraude.

posté le 13 mars 2017 par Claire/armenews


EREBOUNI
L’alliance de Pashinian face au scepticisme des électeurs lors d’une campagne de terrain

Le dirigeant de l’opposition, Nikol Pashinian, a du faire face au scepticisme des électeurs lors de la campagne électorale de l’alliance Yelk à Erebuni, dans le sud du pays, vendredi.

Rejoint par les jeunes militants de Yelk, Pashinian a parcouru les quartiers, distribuant des brochures de campagne et exhortant les électeurs qui vivent là-bas à soutenir Yelk aux prochaines élections législatives.

“Nous sommes venus ici pour vous dire qu’il y a un moyen de sortir de la crise dépressive qui a frappé l’Arménie“, a-t-il déclamé à travers un mégaphone, évoquant le nom du bloc signifiant “sortie“.

Beaucoup de résidents locaux n’ont pas convaincus. “Je ne crois personne, j’ai perdu la foi“, a déclaré une femme, qui prétendait avoir voté pour le parti républicain(HHK) lors des dernières élections.

“Regardez l’entrée de notre immeuble, a-t-elle dit. L’eau s’écoule par la fenêtre dans ma chambre et mon enfant est malade“.

Un autre électeur, un homme, a dit qu’il ne se donnerait même pas la peine de lire la brochure que Yelk lui a remis “parce que ce n’est pas intéressant.“ “Je ne fais confiance à personne“, a t-il affirmé.

Un de ses voisins a surenchérit : « Tout le monde promet, mais ne fait rien ».

Mais tous les habitants d’Erebuni ne se sont pas montrés si sceptiques. “J’ai confiance en Edmon [Marukian] et Nikol et en personne d’autre“, a déclaré un homme, se référant à deux des trois plus importants dirigeants de Yelk.

Le bloc comprend le parti civil de Pashinian, le parti Lumineuse Arménie de Marukian et le parti Hanrapetutyun (République) d’Aram Sarkisian, un politicien qui avait était Premier ministre entre 1999 et 2000. Dans une déclaration commune adoptée en décembre, ils ont assuré qu’ils œuvreront en faveur d’un « modèle européen de démocratie, un état de droit et un état social » en Arménie.

Pashinian, âgé de 41 ans, ne semblait pas être intimidé par l’humeur peu respective des habitants d’Erebuni. Il a appelé vivement les habitants à renoncer aux pots-de-vin offerts par le HHK et à voter contre le parti dirigé par le président Serge Sarkissian dans les urnes le 2 avril.

“Le désespoir équivaut à un vote pour le Parti républicain“, a déclaré l’ex-journaliste. “ Quand nous disons aux gens de « ne pas désespérer », nous entendons « ne pas voter pour le Parti républicain »“.

Pashinian a également exprimé la confiance que la campagne de Yelk générera un plus grand intérêt populaire au fil du temps.

Le HHK a longtemps remporté les élections à Erebuni grâce à l’influence personnelle de plusieurs personnes riches et controversées. Ils ont été largement accusés de fraude électorale et de violence dans les bureaux de vote.

“Je n’ai peur de personne et ils ont toujours su cela“, a déclaré Alen Simonian, candidat du secteur pour Yelk, alors qu’il faisait campagne avec Pashinian. Il a affirmé que Yelk gagnera ici au moins deux sièges dans le prochain Parlement.

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

posté le 13 mars 2017 par Claire/armenews