Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Affaires


POLICE
Le neveu de Sarkissian fait face à de nouvelles accusations

Les autorités chargées de l’application des lois ont annoncé de nouveaux chefs d’accusation contre un neveu de l’ancien Président Serge Sarkissian, qui a apparemment fui l’Arménie à la fin du mois dernier.

Le Service National de Sécurité (SNS) a émis un mandat d’arrêt contre Narek Sarkissian après avoir fouillé la maison familiale dans le centre-ville d’Erevan, ainsi que d’autres propriétés plus tôt ce mois-ci. Il aurait demandé en juin à l’un de ses amis de cacher dans un endroit plus sûr ses armes, sa cocaïne et d’autres drogues détenues illégalement.

Selon le SNS, Narek s’est rendu à Moscou le 22 juin avec son garde du corps, Artem Poghosian, également recherché par les enquêteurs. Poghosian est rentré à Erevan et s’est rendu le 10 juillet.

Le jeune frère de Narek, Hayk, a été arrêté et accusé de tentative de meurtre et de possession illégale d’armes la semaine dernière. Le père des deux hommes, Alexandre Sarkissian est le frère cadet de l’ancien Président. Il a été brièvement détenu pendant le raid du SNS dans sa résidence de luxe.

La police arménienne a déclaré lundi que Narek Sarkisian, 31 ans, est également soupçonné d’avoir enlevé un homme en août dernier avec l’aide de son garde du corps et d’autres individus. Les forces de l’ordre ont déclaré que Narek avait menacé de tirer sur l’homme de 49 ans avant de le battre et de lui brûler « diverses parties du corps » avec un briquet. L’homme a été libéré seulement après avoir promis de ne pas ouvrir une boîte de nuit à Erevan, selon un communiqué de la police.

Un porte-parole du procureur général arménien, Artur Davtian, a déclaré mardi que son bureau avait ordonné à la SNS de mener une enquête sur les enlèvements et les agressions. Le Service National de Sécurité n’a pas immédiatement commenté la nouvelle enquête ordonnée par les procureurs.

Le deuxième frère de l’ancien Président, Levon Sarkisian, fait également l’objet de poursuites judiciaires. Lui et sa fille ont été accusés « d’enrichissement illégal » après la découverte fin juin par des inspecteurs des impôts de millions de dollars non déclarés dans une banque .

Un tribunal d’Erevan a émis un mandat d’arrêt contre Levon Sarkisian au début du mois. Cependant, il n’a toujours pas été arrêté, ce qui suggère qu’il a lui aussi fui le pays.

Serge Sarkissian, qui a gouverné l’Arménie de 2008 à 2018, n’a pas encore commenté publiquement les poursuites pénales très embarrassantes lancées contre ses proches parents.

posté le 18 juillet 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



JUSTICE
Le neveu de l’ancien Président arrêté pour tentative de meurtre

Un neveu de l’ancien président Serge Sarkissian a été accusé d’avoir tenté de tuer un homme à Erevan il y a plus de dix ans, a déclaré mercredi un organisme arménien chargé de l’application de la loi.

L’homme, Davit Simonian, a été blessé par balles en avril 2007. À l’époque un habitant d’Erevan avait prétendu avoir tiré une balle sur Simonian à l’aide d’un pistolet qu’il aurait trouvé dans une rue. L’affaire pénale avait été fermée peu de temps après.

Des procureurs arméniens ont ordonné une nouvelle enquête sur l’incident au début du mois, invoquant de « nouvelles circonstances » qui sont apparues récemment. Le 3 juillet, le Comité d’Enquête a déclaré que Simonian avait été blessé par le neveu de l’ancien Président, au sous-sol de la résidence de ce dernier dans le centre-ville. Hayk Sarkissian a passé plusieurs heures le lendemain.

Une porte-parole du Comité d’Enquête, Sona Truzian, a annoncé qu’il avait été officiellement accusé de tentative de meurtre et de possession illégale d’armes. Les enquêteurs ont demandé à un tribunal de leur permettre de le garder en détention préventive, a déclaré Truzian.

Il n’est pas clair si Hayk Sarkissian nie ces accusations. Il a d’abord été détenu suite à la fouille du vaste appartement de sa famille dans le centre-ville d’Erevan.

Après la perquisition, qui a duré neuf heures, le Service National de Sécurité (SNS) a émis un mandat d’arrêt contre le frère aîné de Hayk, Narek, qui semble avoir fui l’Arménie. Selon le SNS, Narek s’est rendu à Moscou le 22 juin avec son garde du corps, Artem Petrosian, également recherché par les enquêteurs. Un porte-parole de l’agence de sécurité a déclaré que Petrosian est rentré à Erevan et s’est rendu mardi.

Hayk et Narek sont les fils d’Alexandre Sarkissian, qui est plus connu du public sous le nom de « Sashik ». Il a souvent suscité la controverse par son comportement flamboyant et ses insultes adressées aux critiques des précédents gouvernements arméniens.

Alexandre Sarkissian, qui aurait fait fortune ces vingt dernières années, a passé plusieurs heures en garde à vue le 25 juin, soupçonné de possession illégale d’armes. Il a de nouveau été brièvement détenu pendant le raid du 4 juillet de la SNS sur sa résidence de luxe.

Serge Sarkissian, qui a dirigé l’Arménie de 2008 à 1818, n’a pas encore commenté publiquement les poursuites pénales engagées contre ses proches parents.

posté le 12 juillet 2018 par Claire/armenews


JUSTICE
Le gouvernement propose un premier bilan de la lutte contre la fraude fiscale

Mardi, le Premier Ministre arménien Nikol Pachinian a déclaré que son gouvernement avait recouvré plus de 20 milliards de drams (42 millions de dollars) d’impôts impayés en moins de deux mois.

Pachinian a attribué cela à une « lutte continue contre la corruption, les abus et l’économie parallèle ». « C’est un indicateur très important, et je pense que nous devons poursuivre nos efforts dans cette direction », a-t-il ajouté lors d’une réunion hebdomadaire à Erevan.

Davit Ananian, le chef du Comité des Recettes d’État (CRE), a précisé que la somme - équivalente à près de 1,8% des recettes fiscales de l’Arménie pour 2017 - a été collectée auprès de 73 entreprises accusées d’évasion fiscale. Les enquêtes ont été menées non seulement par le CRE, mais aussi par le Service National de Sécurité (SNS) et la police, a-t-il précisé.

M. Ananian a pris l’exemple d’une affaire de fraude fiscale portée contre une société de courtage en douane liée à son prédécesseur, Vartan Harutiunian.

Le SNS a déclaré fin mai que la société Norfolk Consulting avait évité 7 millions de dollars de taxes depuis sa création l’été dernier et obtenu des droits exclusifs pour traiter les importations en provenance de Chine, des Emirats Arabes Unis et de Turquie. Le Directeur Exécutif de Norfolk, Armen Unanian, et deux chefs comptables ont été arrêtés depuis. Ils ont tous été libérés une semaine plus tard, lorsqu’Unanian a accepté de transférer les impôts non payés à l’état.

À la mi-juin, le CRE a accusé deux autres sociétés de courtage en douane d’avoir évité plus de 2 milliards de drams de taxes.

Les principaux supermarchés alimentaires d’Arménie ont également été des cibles majeures de la répression contre l’évasion fiscale annoncée par le nouveau gouvernement. Ils ont accepté de payer de lourdes amendes, même s’ils ont insisté avoir respecté les règles d’imposition établies par le gouvernement précédent.

Ananian a promis une répression plus sévère contre les entreprises et les particuliers qui sous-estiment leurs revenus lorsqu’il a été nommé à la tête de la CRE à la fin du mois de mai. Il a déclaré que les recettes fiscales du gouvernement seraient « sensiblement plus élevées que prévu » cette année. Elles ont augmenté de plus de 7% en 2017.

Pachinian a déclaré mardi que les impôts impayés réclamés par les autorités seront ajoutés au budget 2018 du pays. En particulier, a-t-il expliqué, le gouvernement allouera 10 milliards de drams (21 millions de dollars) en subventions supplémentaires aux communautés pauvres en dehors d’Erevan.

Le Premier Ministre a également souligné : « Ce chiffre [42 millions de dollars] n’inclut pas les cas d’enrichissement illégal et de détournement de fonds, ni les affaires impliquant d’autres pratiques de corruption, qui sont également extrêmement répandues. Ce processus va certainement continuer, et nous allons récupérer des sommes très importantes et inverser les dommages infligés à l’Etat. »

À ce jour, les affaires les plus médiatisés « d’enrichissement illégal » impliquent l’ancien garde du corps et le frère de Serge Sarkissian, l’ancien président arménien.

posté le 11 juillet 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



JUSTICE
Un tribunal arménien a délivré un mandat d’arrêt contre le frère de l’ancien Président

Un tribunal arménien a émis un mandat d’arrêt contre le frère de l’ancien Président Serge Sarkissian, Levon, qui est poursuivi pour enrichissement illégal.

Sarkissian et ses deux enfants ont fait l’objet d’une enquête après la découverte de près de 7 millions de dollars leur appartenant, dans une banque arménienne.

Le 29 juin, le Comité des Recettes d’État (CRE) a entamé une procédure pénale contre eux, après avoir annoncé qu’une entreprise liée à Levon Sarkissian avait été condamnée à une amende de 800 millions de drams (1,7 million de dollars) pour évasion fiscale.

Le CRE a indiqué que ses enquêteurs avaient trouvé des documents montrant que Levon Sarkissian, ainsi que son fils Narek et sa fille Ani avaient déposé un total de 6,8 millions de dollars dans une banque - restée anonyme - en 2017. Le CRE a ajouté que le frère cadet de l’ancien Président et Ani Sarkissian ont omis de divulguer ces sommes à un organisme de lutte contre la corruption, alors que Narek n’a déposé aucune déclaration de revenus.

Selon la loi arménienne, de telles déclarations sont obligatoires pour les hauts fonctionnaires d’État et les membres de leur famille. Cette exigence légale s’applique ainsi à Levon Sarkissian car il a longtemps travaillé comme Ambassadeur Général au Ministère des Affaires Étrangères.

Levon Sarkissian et sa fille Ani sont poursuivis en vertu des articles du Code Pénal sur la « participation illégale à des activités entrepreneuriales » et « falsification officielle », tandis que Narek est uniquement accusé d’avoir participé illégalement à une activité entrepreneuriale.

« Le 6 juillet, le Service d’Enquête Spécial (SES) a demandé au tribunal d’arrêter Levon Sarkissian par précaution et le tribunal a accédé à cette demande le jour même. Levon et Ani Sarkissian sont actuellement recherchés. Ani et Narek Sarkissian, eux, font l’objet d’une interdiction de sortie du territoire. « L’enquête est en cours », peut-on lire dans la déclaration du SES.

Plus tôt cette semaine, les forces de l’ordre arméniennes ont nommé deux fils d’Alexandre Sarkissian, l’autre frère de l’ancien Président, Hayk et Narek, dans des enquêtes criminelles distinctes sur une tentative de meurtre, vol et possession illégale d’armes et de drogues. Narek Sarkissian a été placé sur la liste des personnes recherchées par la police, tandis que Hayk a été libéré après un interrogatoire en attendant la suite de l’enquête.

Ces poursuites ont été décidées à la suite d’une perquisition effectuée dans l’appartement d’Alexandre Sarkissian à Erevan, mieux connu du public sous le nom de « Sashik ».

Une vidéo de la perquisition effectuée dans l’appartement d’Alexandre Sarkissian par le Service National de Securité (SNS) le 5 juillet a montré de grosses sommes d’argent, des montres et des objets d’art, de nombreuses pièces d’or et des bijoux trouvés dans le logement. Le SNS a déclaré que la légalité de ces articles sera vérifiée dans le cadre d’une enquête criminelle.

Vendredi, le Premier Ministre arménien Nikol Pachinian a nié la nature « politique » des différentes enquêtes criminelles à l’encontre des membres de la famille Sarkissian, affirmant qu’ils sont poursuivis pour des motifs judiciaires. Pashinian a déclaré vouloir mener une répression contre la corruption lors de son élection le 8 mai.

posté le 9 juillet 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



JUSTICE
Une société liée au frère de Sarkissian paye une amende pour évasion fiscale

Une société immobilière liée à l’un des frères de l’ancien Président Serge Sarkissian aurait accepté de payer au gouvernement arménien 800 millions de drams (1,7 million de dollars) après avoir été accusé d’évasion fiscale.

Le Comité des Recettes d’État (CRE) a annoncé ce paiement une semaine après avoir perquisitionné les bureaux d’Erevan de la société GLG Project. La CRE a d’abord accusé GLG Project d’avoir évité 300 millions de drams de taxes diverses par le biais d’une fraude à la faillite.

Dans sa dernière déclaration, l’agence de recouvrement des impôts a déclaré que le « dommage » a été révisé à la hausse à la suite d’enquêtes judiciaires. La somme révisée a déjà été versée à l’Etat.

On ne sait toujours pas si GLG Project a admis la fraude fiscale.

L’affaire contre l’entreprise a commencé avec la construction d’un immeuble de bureaux dans le centre-ville d’Erevan entre 2013 et 2017. Le CRE affirme que GLG n’a payé que 3,5 millions de drams (7 300 $) de taxes durant la construction.

Selon le CRE, un organisme caritatif co-fondé et dirigé par Levon Sarkissian, le plus jeune frère de l’ancien Président, détient de 40% de parts dans GLG. Narek, le fils de Levon Sarkissian, détient 20% du capital de la société. Aucun des deux hommes n’a commenté l’affaire jusqu’à présent.

Le 25 juin, la police arménienne a arrêté le deuxième frère de l’ex-Président, Alexandre Sarkissian, soupçonné de possession illégale d’armes. Il a été libéré quelques heures plus tard. Le chef de la police nationale, Valeri Osipian, a déclaré jeudi que les armes saisies à Sarkissian et à ses gardes du corps étaient détenues légalement.

posté le 2 juillet 2018 par Claire/armenews


JUSTICE
La femme de l’ancien Général Manvel Grigorian a été arrêtée

L’épouse de Manvel Grigorian, un Général à la retraite poursuivi pour corruption, a été arrêtée mercredi soir, deux jours après que les forces de l’ordre ait émis un mandat d’arrêt contre elle.

Le Service Spécial d’Enquête (SSE) a déclaré que Nazik Amirian est soupçonnée d’avoir aidé son mari à acquérir de « grandes quantités » d’armes et de munitions et de les garder dans ses villas situées dans la ville d’Echmiadzin et aux alentours.

Grigorian a été arrêté lorsque les forces de sécurité ont fouillé ses propriétés le 16 juin. Ils y ont trouvé beaucoup d’armes, de munitions, de médicaments et de rations pour les soldats fournis par le Ministère de la Défense arménien. Ils ont également découvert des aliments en conserve et plusieurs véhicules donnés par des Arméniens dans l’une des demeures de Grigorian.

Le Parlement arménien a autorisé la semaine dernière les poursuites à l’encontre de Grigorian ainsi que sa détention préventive pour possession illégale d’armes et détournement de fonds. Grigorian, qui a été député au parlement depuis 2012, nie ces accusations.

Le SSE, qui mène une enquête de grande envergure, a décidé lundi d’arrêter également Amirian. En expliquant cette décision, le SSE a annoncé que deux jours après l’arrestation de l’ancien Général, la police a saisi deux camions chargés de viande en conserve également destinés au personnel militaire arménien.

Selon un communiqué du SSE, les conducteurs ont déclaré à la police qu’Amirian leur avait ordonné le 16 juin de transporter de toute urgence la nourriture du quartier général d’Yerkrapah - l’organisme de charité dirigé par Grigorian depuis près de deux décennies.

Les forces de l’ordre n’ont fait aucune mention des rations alimentaires confisquées lorsqu’elles ont annoncé l’arrestation d’Amirian. Celle-ci se serait livrée d’elle-même aux chargés de l’enquête.

Amirian est la belle-mère de Karen Grigorian, qui a démissionné de son poste de maire d’Echmiadzin au lendemain de l’arrestation de son père. Il a été accusé vendredi dernier d’avoir aidé l’ancien Général à s’approprier trois fourgonnettes données à l’armée par une organisation de la diaspora arménienne en Russie, en 2016.

Le SSE n’a pas arrêté Grigorian Jr. mais lui a demandé de signer un engagement à ne pas quitter le pays avant la fin de l’enquête.

posté le 28 juin 2018 par Claire/armenews


JUSTICE
De nouvelles sommes d’argent confisquées à l’ancien garde du corps de Sarkissian

Les forces de l’ordre ont confisqué 1 million de dollars de plus en espèces à Vachagan Ghazarian, l’ancien garde du corps en chef de Serge Sarkissian, lors de son arrestation lundi.

Le Service National de Sécurité (SNS) a arrêté Ghazarian cinq jours après avoir fouillé son appartement à Erevan et y avoir trouvé 1,1 million de dollars et 230 000 euros en espèces. L’argent a été déposé auprès de la Banque Centrale d’Arménie en attendant l’enquête sur son origine.

Les enquêteurs ont déclaré vendredi que Ghazarian et sa femme avaient omis de divulguer ces sommes dans leurs déclarations de revenus. Ces déclarations - obligatoires pour les hauts fonctionnaires arméniens et leurs proches - sont soumises à une commission d’Etat anti-corruption.

Une vidéo du SNS publiée lundi soir a montré des policiers masqués arrêtant l’ancien Général devant une banque à Erevan. Il a alors été montré en train de vider son sac, rempli de piles de billets de banque, dans une salle d’interrogatoire.

Un communiqué du SNS indique que le sac contenait 120 000 dollars et 436 millions de drams (900 000 dollars) en espèces, qu’il a retirés de l’un de ses comptes bancaires. Ghazarian aurait affirmé qu’il allait donner l’argent à son « vrai propriétaire », mais a refusé d’identifier cette personne.

Le SNS a indiqué que Ghazarian prévoyait également de retirer 1,5 milliard de drams (3,1 millions de dollars) supplémentaires détenus dans une autre banque arménienne. Il a affirmé avoir « oublié » d’ajouter ces sommes importantes à ses déclarations officielles de revenus.

Depuis son arrestation, Ghazarian n’a pas été officiellement accusé d’un crime. Selon la loi arménienne, il ne peut être détenu sans inculpation pendant plus de trois jours.

Ghazarian pourrait être la première personne en Arménie à être poursuivie pour enrichissement illégal et/ou divulgation de faux actifs, avec une peine pouvant aller jusqu’à six ans de prison. Il a dirigé le service de sécurité de Sarkissian pendant plus de deux décennies.

Le nouveau gouvernement arménien a joué un rôle clé dans une série d’enquêtes de grande envergure sur la corruption lancées contre d’anciens responsables et d’autres personnes liées à l’ancien dirigeant arménien. Le Premier Ministre Nikol Pachinian s’est engagé à plusieurs reprises à « extirper » la corruption endémique dans le pays depuis son entrée en fonction le 8 mai.

Pachinian a discuté mardi de sa campagne anti-corruption avec les dirigeants du SNS, ceux de la police arménienne, ainsi que de d’autres organes chargés de l’application des lois. Il leur a demandé de s’assurer que « ce processus continue plus efficacement » tout en se conformant « strictement » aux lois et aux Droits de l’Homme. Selon le bureau de presse de Pachinian, ils ont informé le Premier Ministre des « travaux en cours et à venir pour combattre la corruption dans leurs agences respectives ».

posté le 27 juin 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



JUSTICE
Le chef de la sécurité de Sarkissian accusé d’enrichissement illégal

Vendredi, les forces de l’ordre ont lancé des poursuites judiciaires contre Vachagan Ghazarian, le chef de la sécurité de l’ancien Président arménien Serge Sarkissian, après avoir confisqué plus d’un million de dollars en espèces dans son appartement d’Erevan.

Dans le cadre d’une opération conjointe, le Comité d’Enquête Arménien et la police ont fouillé mercredi une boîte de nuit de la capitale soupçonnée d’irrégularités financières, qui appartient à l’épouse de Ghazarian.

Ils ont également fouillé l’appartement du couple dans le centre-ville d’Erevan et ont déclaré avoir trouvé plus de 1,1 million de dollars, plus de 230 000 euros et 35 millions de drams (72 000 dollars) cachés. Le Comité d’Enquête a annoncé que l’argent avait été remis à la Banque Centrale arménienne et qu’il y serait conservé « jusqu’à ce que l’enquête en détermine l’origine ».

La porte-parole du comité, Sona Truzian, a déclaré que M. Ghazarian et son épouse n’avaient pas divulgué l’importante somme d’argent dans leurs déclarations de revenus et d’avoirs transmises à une commission anti-corruption.

De telles déclarations sont obligatoires pour les hauts fonctionnaires arméniens, ainsi que leurs proches. Ghazarian était un de ces fonctionnaire jusqu’à ce que le Premier Ministre Nikol Pachinian le démette de ses fonctions le mois dernier.

Dans un post Facebook, Truzian a déclaré que la Commission d’Enquête a donc ouvert une affaire, en vertu d’articles du Code Pénal arménien traitant de « l’enrichissement illégal » des fonctionnaires et de la présentation de fausses déclarations de leurs revenus. Elle n’a pas précisé si Ghazarian avait déjà été interrogé par les enquêteurs ou pas.

Ghazarian a dirigé le service de sécurité de Sarkissian pendant plus de deux décennies. On ne sait pas s’il travaille encore pour l’ancien président.

posté le 25 juin 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



JUSTICE
Le Parlement Arménien autorise l’enquête contre le général

Mardi, le Parlement arménien a autorisé les autorités chargées de l’application des lois à poursuivre l’un de ses membres, le général à la retraite Manvel Grigorian, et à le maintenir en détention provisoire pour possession illégale d’armes et détournement de fonds.

Grigorian, qui représente le Parti Républicain de l’ancien Président Serge Sarkissian (HHK) au Parlement, a été arrêté samedi suite aux fouilles des forces de l’ordre dans plusieurs de ses luxueuses propriétés d’Echmiadzin. Les policiers ont affirmé avoir trouvé des armes et des stocks de nourriture, ainsi que d’autres fournitures illégalement acquises, initialement destinés aux soldats de l’armée arménienne.

Le HHK a d’abord condamné l’arrestation de Grigorian et exigé sa libération, considérant que les motivations de l’arrestation étaient politiques. Mais le parti a rapidement changé de position lorsque le Service National de Sécurité (SNS) a publié une vidéo extrêmement embarrassante des fouilles menées dans les villas de l’ex-général.

Les images télévisées ont provoqué un choc et une colère généralisés dans le pays. Les officiers du SNS ont découvert de grandes quantités de sous-vêtements, de médicaments et de rations pour l’armée, fournis par le Ministère de la Défense arménien, ainsi que d’autres vivres donnés par des Arméniens ordinaires.

Le SNS a affirmé que Grigorian utilisait la nourriture en conserve pour nourrir les tigres, ours et autres animaux sauvages gardés dans son zoo privé situé à l’intérieur de l’enceinte. Les policiers ont également fait la démonstration de divers types d’armes trouvés cachés sur place, y compris des canons antichars, des grenades propulsées par fusée, ainsi que des munitions.

Le HHK a qualifié les révélations de « scandaleuses » et a déclaré que le parti n’entraveraient pas les procédures pénales. Son chef parlementaire, Vahram Baghdasarian, a expliqué mardi que la vidéo du Service National de Sécurité « a totalement changé la situation ».

Votant deux fois en scrutin secret, le Parlement a massivement validé l’arrestation et les poursuites judiciaires à l’encontre de Grigorian. Seuls trois membres de l’Assemblée Nationale (constituée de 105 sièges) ont voté contre. Soixante-dix-sept autres ont voté favorablement pour permettre aux forces de l’ordre de le garder en détention provisoire.

Avant les votes, le Procureur Général Artur Davtian a assuré les législateurs qu’il disposait de preuves suffisantes pour appuyer les accusations criminelles contre l’éminent vétéran de la guerre de 1991-1994 au Haut-Karabagh.

Les votes ont également été précédés de discours de plusieurs parlementaires en colère. Naira Zohrabian du Bloc Tsarukian a accusé Grigorian d’être un « voleur ordinaire » qui a bénéficié « d’années d’impunité » à la demande de la précédente administration.

« Il y a beaucoup de Grigorian Manvel dans notre pays et ils doivent tous faire face aux conséquences de leurs actes », a-t-elle ajouté.

« C’est vraiment une honte et un blasphème », a déclaré Armen Rustamian, un dirigeant de la Fédération Révolutionnaire Arménienne.

Grigorian a refusé de se présenter au débat sur son sort. Dans une lettre ouverte publiée lundi, il a exhorté le groupe parlementaire du HHK à donner son feu vert aux poursuites contre lui. Il a annoncé qu’il allait prouver son innocence et « laver son nom » pendant l’enquête.

Grigorian, 61 ans, a été Vice-Ministre de la Défense de 2000 à 2008. Il est également président des Anciens Combattants de l’Union Yerkrapah du Karabagh, une organisation particulièrement influente dans les années 1990 et au début des années 2000. Il a été réélu au parlement en 2017.

posté le 20 juin 2018 par Claire/armenews