Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Autriche


GENOCIDE-103ème ANNIVERSAIRE
Les Arméniens ont commémoré près de la statue de Franz Werfel à Vienne (Autriche) le 103ème anniversaire du génocide des Arméniens

A Vienne (Autriche), sur la place Shiller près de la statue de Franz Werfel s’est déroulée le 24 avril la commémoration du 103ème anniversaire du génocide des Arméniens. Manifestation réalisée par l’Eglise apostolique arménienne de capitale autrichienne. Parmi les participants, à noter la présence du député du Parlement autrichien Gougroun Kugler le président du groupe parlementaire d’amitié Autriche-Arménie, d’Arman Kirakosyan l’Ambassadeur d’Arménie à Vienne ainsi que des personnalités publiques autrichiennes et représentants de la communauté arménienne d’Autriche. Après la prestation du chœur « Ani » le député H. Kugler a rappelé que l’Autriche avait reconnue il y a trois ans le génocide des Arméniens. L’Autriche jadis l’alliée de la Turquie avait également reconnu sa responsabilité dans le génocide de 1915. L’Ambassadeur Arman Kirakosyan a insisté sur l’importance du témoignage précieux de l’écrivain autrichien Franz Werfel dans le livre « Les 40 jours de Musa Dagh » qui fut l’un des premiers écrits qui firent connaitre le génocide des Arméniens auprès d’un très large lectorat.

Krikor Amirzayan

posté le 28 avril 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


AUTRICHE
Emoi autour d’enfants jouant les soldats dans une mosquée

Vienne, (AFP) - L’une des principales mosquées de Vienne, affiliée à la communauté turque, était dans le collimateur des autorités autrichiennes mercredi pour avoir fait interpréter par des enfants, vêtus de treillis, la reconstitution d’une bataille emblématique de l’histoire ottomane, allant jusqu’à les faire incarner des soldats martyrs.

“Ce qui s’est passé dans cet endroit (...) n’a pas sa place en Autriche. Le gouvernement fera preuve d’une tolérance zéro“, a déclaré devant la presse le chancelier conservateur Sebastian Kurz, promettant une réaction “forte“ face à des “évolutions négatives“.

Les photos de la reconstitution de la bataille de Gallipoli, jouée par des enfants dans les locaux de la mosquée, ont été publiées par l’hebdomadaire de centre gauche Falter et ont largement ému la classe politique autrichienne, toutes tendances confondues.

Les clichés montrent les jeunes garçons en tenue de camouflage alignés en rang, faisant le salut militaire, et agitant des drapeaux turcs, devant un public d’enfants. Sur une autre photo, certains sont allongés pour figurer les victimes de la bataille, leur corps enroulé dans un drapeau turc.

Le chef du gouvernement autrichien n’a pas exclu que la mosquée fasse l’objet d’une mesure de fermeture et il a appelé la mairie de Vienne, dirigée les sociaux-démocrates, à un contrôle plus strict des financements accordés aux associations musulmanes.

Le lieu de culte est géré par l’Union islamique turque d’Autriche (Atib), directement liée à la Direction turque des Affaires religieuses (Diyanet). L’Atib a qualifié la mise en scène de “hautement regrettable“ indiquant dans un communiqué être intervenu auprès de la mosquée avant que la controverse éclate dans les médias et avoir demandé la démission du responsable.

La bataille des Dardanelles a débuté en février 1915 par la tentative d’une flottille franco-britannique de forcer le détroit pour s’emparer d’Istanbul, capitale de l’Empire ottoman. Repoussés, les Alliés ont débarqué le 25 avril à Gallipoli mais ont été défaits après de longs mois d’offensive.

L’Empire ottoman a fini la Première guerre mondiale dans le camp des perdants et été démantelé. Mais la bataille de Gallipoli est devenue un symbole de la résistance qui a abouti à l’avènement de la République turque moderne en 1923.

Environ 360.000 personnes d’origine turque vivent en Autriche, dont 117.000 de nationalité turque. Les relations entre Ankara et Vienne sont particulièrement tendues depuis la répression qui a suivi la tentative de putsch contre Recep Tayyip Erdogan en juillet 2017.

posté le 19 avril 2018 par Ara/armenews


AUTRICHE-TURQUIE
L’Autriche interdit une visite du ministre turc de l’Economie

Vienne, 10 juil 2017 (AFP) - L’Autriche a interdit une visite du ministre turc de l’Economie Nihat Zeybekci qui entendait participer à un rassemblement marquant le premier anniversaire du coup d’Etat manqué en Turquie, a annoncé lundi le ministère autrichien des Affaires étrangères.

“Il a été interdit d’entrée car sa visite ne fait pas partie d’un échange bilatéral, mais il s’agit d’une apparition publique lors d’une événement marquant la tentative de coup d’Etat“ du 15 juillet 2016. Elle aurait représenté “un danger pour l’ordre public“, a déclaré à l’AFP Thomas Schnoell, porte-parole du ministère.

Les relations entre la Turquie et les pays de l’Union européenne se sont tendues en raison notamment des purges menées par le gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan après cette tentative de putsch.

Plusieurs autres pays dont l’Allemagne et l’Autriche avaient interdit des rassemblements pro-Erdogan avant un referendum en avril qui a permis au président turc de renforcer ses pouvoirs.

Environ 360.000 personnes d’origine turque vivent en Autriche, dont 117.000 de nationalité turque. Parmi eux, nombreux sont ceux qui soutiennent M.  Erdogan et ont voté pour lui lors de ce referendum.

Vendredi, le gouvernement néerlandais a affirmé qu’une visite du vice-Premier ministre turc, Tugrul Türkes, qui comptait se rendre aux Pays-Bas mardi pour assister à une commémoration du coup d’Etat manqué, n’était “pas souhaitable“.

Depuis le putsch manqué, environ 50.000 personnes ont été arrêtées et plus de 100.000 limogées ou suspendues de leurs fonctions.

Ces mesures ont suscité l’inquiétude d’ONG et de pays européens qui dénoncent une répression tous azimuts visant notamment les milieux prokurdes et des médias critiques.

posté le 10 juillet 2017 par Ara/armenews


AUTRICHE
Génocide arménien : Le Parti social-démocrate dans la tourmente

Le Parti social-démocrate dans le Tyrol en Autriche ( Sozialdemokratische Partei Österreichs, abrégé en SPÖ) est dans la tourmente.

Alors que la succession d’Ingo Mayr patron du grand parti de centre gauche dans la province du Tyrol est toujours en négociation, un nouveau scandale a surgit.

Le turc Hasan Douran est devenu persona non grata dans son propre parti. En raison de dibergeances importantes Hasan Douran a du se retirer du SPO. Il s’est avéré qu’Hasan Douran était un proche des extrémistes du parti turc d’extrême droite MHP et de son rejeton “les Loups gris“. Il est apparu qu’Hasan Douran dans le passé avait participer à leurs actions. Les deux organisations sont fermement ancrés dans la communauté turque du Tyrol.

Hasan Douran a également été sanctionné en raison de son attitude à l’égard du génocide des Arméniens en Turquie. Il rejette le terme de génocide a-t-il affirmé au journal autrichien STANDARD. Cette position était très visible lors d’une manifestation des fidèles turcs d’Erdogan contre un mémorial dédié aux victimes du génocide à Innsbruck.

Angela Eberl, conseillère municipale du SPÖ à Innsbruck et proche de l’aile gauche du parti, a exprimé sa colère : “Ceci est le résultat d’années de politique de recrutement médiocre Je ne pense pas beaucoup de bien de la présence de Douran.“

posté le 27 septembre 2016 par Stéphane/armenews


EUROPE
L’Autriche appelle l’UE à mettre fin au processus d’adhésion de la Turquie

Vienne, 3 août 2016 (AFP) - Le chancelier autrichien, Christian Kern, a appelé mercredi l’Union européenne à cesser les pourparlers d’adhésion de la Turquie, alors qu’Ankara mène une purge d’ampleur à la suite du coup d’Etat manqué du 15 juillet.

L’adhésion de la Turquie à l’UE connaissait déjà des problèmes depuis que le président turc Recep Tayyip Erdogan a suggéré de rétablir de la peine de mort.

“Nous devons faire face à la réalité : les négociations d’adhésion ne sont plus que de la fiction“, a déclaré Christian Kern aux médias autrichiens, ajoutant que “les normes démocratiques turques sont loin d’être suffisantes pour justifier son adhésion“.

Le chancelier a déclaré qu’il voulait un débat sur le sujet soit débattu lors du Conseil européen le 16 septembre. Il préconise plutôt à l’UE de chercher de “nouvelles solutions alternatives“ pour aider l’économie turque à se rapprocher des exigences européennes.

“(Le pays) reste un partenaire important dans les questions de sécurité et d’intégration“, a indiqué Christian Kern, soulignant le rôle clé de la Turquie dans la crise des migrants.

En mars, La Turquie et l’UE ont signé un pacte destiné à tarir les traversées de migrants des côtes turques vers les îles grecques, et qui permet le renvoi en Turquie des migrants, en échange de contreparties politiques et financières, dont l’accélération des négociations d’adhésion.

posté le 4 août 2016 par Ara/armenews


HAUT-KARABAGH
Les Etats-Unis confirment la tenue d’un sommet arméno-azéri

Les présidents de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan se rencontreront à Vienne cette semaine pour des entretiens co-organisés par le secrétaire d’Etat américain John Kerry et ses homologues russes et français, a confirmé le Département d’Etat américain.

“John Kerry se rendra à Vienne, en Autriche, les 16 et 17 mai. Avec la Russie et la France, les Etats-Unis co-organiseront un sommet sur le conflit du Haut-Karabagh entre le président arménien Serge Sarkissian et le président azerbaïdjanais Ilham Aliev », a déclaré vendredi le porte-parole du Département américain, John Kirby.

Ce projet de sommet arméno-arménien à Vienne avait été annoncé par des diplomates russes jeudi. Ils avaient déclaré qu’il serait principalement destiné à renforcer le régime de cessez-le-feu le long de la « ligne de contact » du Karabagh après les combats du mois dernier entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises.

Les bureaux de Sarkissian et Aliev n’ont pour l’heure pas confirmé la tenue du sommet.

“Nous communiquerons sur les visites et réunions du président en temps opportun“, a affirmé vendredi le secrétaire de presse de Sarkissian, Vladimir Hakobian.

La réunion de Vienne a probablement été à l’ordre du jour des entretiens du ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian avec le ministre des Affaires étrangères de la France, Jean-Marc Ayrault, et le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Harlem Desir. Ces entretiens ont eu lieu à Paris jeudi et vendredi derniers. Ayrault, Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov seront présents lors des pourparlers entre Aliev et Sarkissian.

Selon le ministère arménien des Affaires étrangères, Ayrault et Nalbandian ont convenu de la nécessité d’introduire un mécanisme d’enquêtes internationales concernant les violations de la trêve et de déployer plus d’observateurs de l’OSCE dans la zone de conflit.

Pendant ce temps, après plusieurs jours de calme relatif au Karabagh, les parties belligérantes se sont mutuellement accusées de tirs de mortier intensifs vendredi soir. L’armée arménienne du Karabagh a assuré que les forces azerbaïdjanaises ont tiré environ 120 tirs de mortier sur ses positions dans le nord-est du Karabagh.

Le ministère de la Défense de l’Azerbaïdjan, pour sa part, a soutenu que la partie arménienne avait bombardé un village azerbaïdjanais situé à plusieurs kilomètres au nord-est du Karabagh. Il a déclaré que ses troupes de première ligne effectuaient des “frappes de représailles sur les positions ennemies.“

posté le 16 mai 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



AUTRICHE
Manifestation négationniste des Turcs contre un mémorial dédié au génocide des Arméniens à Innsbruck

Dimanche après-midi près de 1800 Turcs ont protesté contre le dévoilement d’un monument arménien à Innsbruck en Autriche à l’appel de la plateforme turque tyrolienne qui regroupe plusieurs associations turques d’Autriche.

(JPEG)
(JPEG)

Craignant des débordements de nombreuses forces de sécurité ont accompagné la marche.

(JPEG)

Les manifestants turcs ont défilé avec des centaines de drapeaux turcs dans le centre-ville afin de s’opposer à l’inauguration le 24 avril dans le quartier de Mariahilf d’un mémorial dédié aux victimes du génocide des Arméniens en 1915. Les manifestants ont scandé le slogan “Tout pour la patrie“.

(JPEG)

“Nous protestons contre le monument dédié au soi-disant génocide arménien, dont l’inauguration aura lieu le 24 avril à Innsbruck. En tant que nation turque qui puise sa force de son histoire, nous condamnons vigoureusement cette décision de la mairie d’Innsbruck qui reconnaît le soi-disant génocide arménien sans fondement juridique ni historique“ précise le communiqué conjoint des Turcs d’Autriche qui réclament la suppression du monument.

(JPEG)

Selon le chef de la police Othmar Sprenger, plus de 150 policiers encadraient la manifestation afin d’éviter tout dérapage. La marche a eu lieu à travers le centre-ville, puis devant l’hôtel de ville et s’est terminée finalement à la Landhausplatz.

posté le 19 avril 2016 par Stéphane/armenews


JEUX EUROPÉENS
Une nageuse autrichienne grièvement blessée

Une nageuse de l’équipe autrichienne de natation synchronisée a été grièvement blessée jeudi lors d’un accident survenu dans le village accueillant les athlètes en lice pour les premiers Jeux européens s’ouvrant vendredi à Bakou.

Vanessa Sahinovic, 15 ans, et deux de ses coéquipières ont été renversées par un bus assurant des navettes, a précisé depuis Vienne le Comité olympique autrichien, après de premières informations données par les organisateurs.

L’adolescente “souffre d’un polytraumatisme avec fractures multiples“, a déclaré le médecin du comité, Alfred Engel. Il a été décidé de la rapatrier à Vienne par avion sanitaire “aussi vite que possible“.

Les deux autres victimes sont plus légèrement blessées. Les tout premiers Jeux européens débutent vendredi à Bakou. Environ 6.000 athlètes y sont attendus jusqu’au 28 juin pour concourir dans vingt disciplines, dont quatre ne sont pas olympiques (karaté, sambo, beach-soccer et basket 3x3).

Ces Jeux ont lieu dans un contexte extra-sportif particulier. Plusieurs associations ont appelé à leur boycott pour protester contre la répression en Azerbaïdjan.

Le gouvernement azerbaïdjanais a pour sa part refusé l’accès à sa capitale à Amnesty International et ordonné la fermeture du bureau de l’OSCE à Bakou, deux jours avant l’ouverture des Jeux européens.

Bakou, 11 juin 2015 (AFP) -

posté le 11 juin 2015 par Ara/armenews


AUTRICHE
Le Parlement autrichien reconnaît symboliquement le génocide arménien

Le Parlement autrichien a observé mercredi une minute de silence en mémoire du génocide arménien, une première dans ce pays autrefois allié à l’empire ottoman et où ce terme n’a jamais été endossé officiellement.

“Le 24 avril 1915 a marqué le début de persécutions qui se sont achevées en génocide“, a déclaré la présidente sociale-démocrate (SPÖ) du Parlement, Doris Bures, avant d’inviter l’ensemble des députés à se lever et à se recueillir.

Cette cérémonie fait suite à la rédaction, par les six groupes représentés au Parlement, d’une déclaration commune reconnaissant le génocide. Celle-ci devait être présentée plus tard dans la journée. Cette déclaration, signée par les chefs des six groupes parlementaires — les partis social-démocrate (SPÖ) et chrétien-démocrate (ÖVP) au pouvoir ainsi que le FPÖ (extrême-droite), les Verts et deux petits partis libéraux — ne sera toutefois pas soumise au vote et n’aura donc pas de valeur juridique. Elle marque cependant un premier pas symbolique dans la reconnaissance du génocide par l’Autriche.

Début avril, le Conseil oecuménique des Eglises chrétiennes d’Autriche (ÖRKÖ) avait solennellement appelé la présidence de la République et le gouvernement à reconnaître le génocide arménien, “à l’instar de beaucoup d’autres pays“. Mais le président Heinz Fischer a décliné l’invitation de l’Arménie à participer aux cérémonies du centenaire à Erevan vendredi, auxquelles prendront part notamment les président russe et français Vladimir Poutine et François Hollande. Le pays sera représenté par un ambassadeur.

L’Autriche-Hongrie, comme l’Allemagne, avait été l’alliée de l’empire ottoman durant le Premier conflit mondial. La communauté turque représente la deuxième communauté d’origine étrangère du pays, avec quelque 240.000 personnes. Lundi, le chef du FPÖ, Heinz-Christian Strache, avait accusé les partis au pouvoir de “s’agenouiller devant la Turquie“ de peur de froisser leur électorat d’origine turque.

Une vingtaine de pays, dont la France et la Russie, ont reconnu le génocide arménien, qui selon Erevan a coûté la vie à quelque 1,5 million de personnes entre 1915 et 1917. Ankara, comme plusieurs autres pays dont les Etats-Unis, rejette toujours le terme de génocide pour qualifier ces massacres qui avaient débuté il y a cent ans, le 24 avril 1915. En Autriche, une messe oecuménique commémorative doit être célébrée en la cathédrale Saint-Etienne de Vienne vendredi. Une marche est en outre prévue dans la soirée, à l’appel notamment d’organisations arméniennes et turques libérales.

AFP

posté le 22 avril 2015 par Stéphane/armenews