Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Génocide


GENOCIDE DES ARMENIENS
Michel Aoun, le président du Liban en visite officielle en Arménie s’est rendu au mémorial du génocide des Arméniens à Erévan

Le président libanais Michel Aoun en visite officielle en Arménie s’est rendu hier au mémorial du génocide des Arméniens à Erévan. Michel Aoun était accompagné d’une délégation libanaise ainsi que le ministre arménien David Lokyan et Taron Margaryan le maire d’Erévan. Le président du Liban s’est recueilli devant la flamme éternelle du mémorial dédié aux 1,5 million de victimes arméniennes du génocide de 1915 réalisé par l’Empire ottoman (Turquie). Michel Aoun s’est ensuite rendu au Musée-institut du génocide et écrit dans le livre d’or « ce que j’ai vu dans ce musée, les images terribles et les documents poignants témoignent de la tragédie vécue par le peuple arménien (...) mon sincère respect au peuple arménien qui lutte pour la justice et la vérité ».

Krikor Amirzayan

posté le 22 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Génocide  Image 450  Liban 


Histoire
Raphael Lemkin, la définition et la punition du génocide

Jean Lebrun a proposé aujourd’hui 14 février dans “La Marche de l’Histoire“ sur France Inter, un document retraçant le parcours de Raphaël Lemkin, l’inventeur du mot « Génocide », illustré par le meurtre, à Berlin, de Talaat pacha, le principal instigateur du génocide des Arméniens, par Soghomon Thelirian. Suivent les pogroms en Pologne. Lemkin réfléchi dès lors à la question en 1941 en informant Washington de ce qui se passe en Europe.

Cette émission intervient au lendemain du refus de la Knesset de reconnaître le génocide arménien.

Cliquer, ici, sur le lecteur.

posté le 15 février 2018 par Jean Eckian/armenews


LIVRES-VIENT DE PARAÎTRE
Le livre « Messagers du désastre » d’Annette Becker (Fayard Histoire) aborde également le génocide des Arméniens

Lu le livre « Messagers du désastre » d’Annette Becker qui vient de paraître en janvier chez Fayard (collection Histoire) aborde également très largement le génocide des Arméniens. Note de l’éditeur : « Dès 1941, une poignée d’hommes, dont Raphael Lemkin, un juriste juif, et Jan Karski, un catholique résistant, perçurent l’ampleur de la destruction des Juifs au sein des crimes de la Seconde Guerre mondiale. Mais ils ne rencontrèrent qu’incompréhension et rejet. Forte de son regard de spécialiste de la Grande Guerre, Annette Becker éclaire d’une façon inédite l’un des points les plus sensibles de l’histoire : comment convaincre de l’impensable ? Pendant la Première Guerre mondiale, les Arméniens avaient déjà été victimes d’une extermination comparable. Pourquoi alors n’a-t-on pas voulu voir ce que Lemkin cherchait à nommer et faire reconnaître depuis les années vingt et trente jusqu’à l’adoption par l’ONU en 1948 de la « Convention pour la prévention et la punition du crime de génocide » ? Ce livre replace dans le temps long, jusqu’aux films et fictions littéraires récentes - telles celles de Claude Lanzmann ou Yannick Haenel , le combat de ces hommes qui, du génocide des Arméniens à celui des Juifs, se sont battus pour faire voir au monde et condamner l’abominable. Depuis 1945, au vu de tant d’événements tragiques, avons-nous réellement compris leurs messages ? »

Cet ouvrage d’Annette Becker apporte au thème du génocide et de son invention par le juriste Raphaël Lemkin une note supplémentaire pour enrichir nos connaissances sur l’histoire.

-  « Messagers du désastre » d’Annette Becker (Fayard Histoire, 288 pages, 20,90 €)

Krikor Amirzayan

posté le 15 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


GENOCIDE DES ARMENIENS
En Israël la Knesset a rejeté la proposition d’adopter une Journée du génocide des Arméniens

Mercredi 14 février le parlement israélien la Knesset examinait la proposition d’établir une Journée du génocide des Arméniens. Mais cette proposition fut rejetée par 41 voix contre et 28 voix pour. Le site de Jerusalem Post indique ainsi qu’Israël a refusé d’adopter cette Journée du génocide. Une nouvelle preuve du rejet d’Israël de reconnaitre le génocide des Arméniens. Fait d’autant plus choquant que l’Etat d’Israël fut fondé suite à la shoah dont furent victimes les Juifs. Mais cette proposition liée à la Journée du génocide des Arméniens qui était réalisée par 11 députés du parti « Yesh Atid » (« Il y a un avenir ») reviendra à l’ordre du jour de la Knesset selon des experts israéliens.

Krikor Amirzayan

posté le 14 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Génocide  Image 450  Israël 


GENOCIDE DES ARMENIENS
En Arménie depuis hier, Rumen Radev le président de la Bulgarie s’est rendu au mémorial du génocide des Arméniens à Erévan

Arrivé en Arménie dimanche 11 février, le président de la Bulgarie Rumen Radev accompagné de son épouse, d’Edouard Nalbandian le ministre arménien des Affaires étrangères et de Taron Margaryan le maire d’Erévan s’est rendu ce lundi 12 février dans la matinée au mémorial du génocide des Arméniens à Erévan.

JPEG - 93 ko
En Arménie depuis hier, Rumen Radev le président de la Bulgarie s’est rendu au mémorial du génocide des Arméniens à Erévan

Le président bulgare y a déposé une gerbe de fleurs et s’est incliné devant la flamme éternelle en souvenir des 1,5 million de victimes arméniennes du génocide de 1915 exécuté par la Turquie. Dans le Jardin du souvenir le président de la Bulgarie a plané un arbre à l’exemple de nombreux chefs d’Etats et personnalités politiques étrangères. Rumen Radev a également visité le Musée-institut du génocide en compagnie de son épouse.

Krikor Amirzayan

posté le 12 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Bulgarie  Génocide  Image 450 


GENOCIDE DES ARMENIENS
Dominique de Buman, le président du Conseil de l’Assemblée fédérale de Suisse s’est rendu au mémorial du génocide à Erévan

Dominique de Buman le président du Conseil national et de l’Assemblée fédérale suisse est en Arménie en compagnie d’une délégation. Accompagné du député arménien Chirak Torosian, Dominique de Buman et la délégation d’élus suisse se sont rendus mardi 6 février au mémorial du génocide des Arméniens à Erévan.

JPEG - 128.8 ko

La délégation suisse a déposé au mémorial du génocide à Dzidzernagapert une gerbe et s’est incliné devant la flamme éternelle dédiée aux victimes du génocide de 1915.

JPEG - 247 ko

Puis Dominique de Buman et la délégation a visité le Musée-Institut du génocide où il écrivit quelques mots dans le Livre d’or.

Krikor Amirzayan

posté le 6 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Génocide  Image 450 


GENOCIDE DES ARMENIENS
Silvart Atadjian (106 ans) l’une des dernières survivantes du génocide des Arméniens vient de disparaître en Arménie

Elle était l’une des dernières survivantes du génocide des Arméniens. Silvart Atadjian vient en Arménie de mourir à l’âge de 106 ans. En 1915 elle suivait ses parents -Haïrabéd et Maritsa Cherpetian- pour se réfugier sur le Musa Dagh (La Montagne de Moïse, « Moussa Lér » en arménien) sur les bords de la Méditerranée, près de la frontière de l’actuelle Syrie. Silvart avait 3 ans. Il y a un peu plus de deux ans lors du 100e anniversaire du génocide des Arméniens Silvart Atadjian avait témoigné sur le génocide et notamment de l’assassinat par les Turcs de nombreux membres de sa famille. Son père avait échappé de peu à la mort. Elle raconta également la bataille héroïque des Arméniens ainsi que des femmes Arméniennes lors de la résistance du Musa Dagh face aux troupes turques. La famille Atadjian décidait en 1947 de quitter la Syrie pour s’installer en Arménie. « Les Français ont donné nos terres aux Turcs et nous n’avons pas réussi à regagner notre village d’origine » avait-elle confié. Une véritable blessure de l’histoire lorsque les troupes françaises ont abandonné la Cilicie aux kémalistes provoquant de nouveaux massacres des Arméniens...

Krikor Amirzayan

posté le 3 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


Turquie-Arménie
Nalbandian : la reconnaissance du Génocide des Arméniens est irréversible

« La Turquie ne peut que réaliser que le processus de reconnaissance du génocide des arméniens est irréversible », a déclaré le ministre arménien des Affaires étrangères Edward Nalbandian en réponse à une question de RFE / RL Armenian Service, à propos des récents commentaires du ministre turc Mevlut Cavusoglu.

Cavusoglu avait réagi aux remarques du président français Emmanuel Macron concernant la désignation d’une journée spéciale du souvenir dans le calendrier national français pour la commémoration du génocide arménien.

En réponse, le diplomate turc a fustigé la déclaration du président français et lui a conseillé de ne pas faire de commentaires qui nuisent aux relations diplomatiques entre les deux pays.

“Il est évident que la politique négationniste séculaire a échoué. Cependant, la Turquie continue de s’en tenir aux stéréotypes “, a déclaré Nalbandian.

Selon Nalbandian, Ankara n’hésite pas à déformer non seulement les faits historiques mais aussi les réalités actuelles, notamment en dénaturant les décisions de la Cour européenne des droits de l’homme.

Dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre de Turquie, l’Association internationale des chercheurs en génocides, a déclaré à juste titre que le génocide arménien est abondamment documenté par des milliers de documents officiels des États-Unis et d’autres pays du monde, y compris les alliés de la Turquie. L’Allemagne, l’Autriche et la Hongrie, par des témoignages de diplomates et de missionnaires, par le témoignage de survivants, par des décennies de bourses d’études historiques et juridiques, et même par des procès martiaux ottomans “, a déclaré le chef de la diplomatie arménienne.

“Il convient de noter que l’Allemagne et l’Autriche ont non seulement reconnu le génocide arménien comme beaucoup d’autres pays l’ont fait, mais ont également reconnu leur part de responsabilité, en tant qu’alliés de la Turquie de l’époque.

“La communauté internationale a souligné à maintes reprises que le déni de génocide crée un terreau propice à la répétition des crimes contre l’humanité. Au lieu de qualifier de populistes ceux qui ont reconnu le génocide arménien, Ankara doit abandonner le populisme menaçant de sa politique négationniste et faire face franchement à son propre passé. “, a affirmé le ministre.

posté le 2 février 2018 par Jean Eckian/armenews

Photo Jean Eckian



MEDIAS TURCS
La promesse du président Macron visant à la mise en place d’une « Journée de souvenir du génocide des Arméniens » irrite la presse turque

La déclaration sur le génocide des Arméniens et notamment la promesse de créer une « Journée du souvenir du génocide des Arméniens »,annonce faite par le président français Emmanuel Macron lors du dîner de gala du CCAF à Paris mardi, a provoqué une vive réaction de la Turquie. Elle figure en Une des médias turcs. « Sabah » pointe du doigt les propos du président Macron :« la lutte pour la reconnaissance du génocide arménien et pour la justice est une lutte qui nous concerne tous ». « Milliyet » écrit de son côté que la déclaration de Macron fait suite aux efforts du lobby arménien... « Yeniçag » écrit « les initiatives anti-turques de Macron continuent » et rappelle les propos de Macron appelant à soutenir les défenseurs des Droits de l’homme en Turquie, tels que le député Garo Paylan.

Krikor Amirzayan

posté le 2 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : CCAF  France  Génocide  Image 450  Turquie