Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Russie


RUSSIE
La Russie prône un ordre mondial post-occidental (Lavrov)

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a appelé à la mise en place d’un ordre mondial post-occidental, tout en proposant aux Etats-Unis à une relation “pragmatique“.

“Nous ne sommes pas d’accord avec ceux qui accusent la Russie de tentative (...) de détruire l’ordre mondial libéral. La crise de ce modèle était programmée car le concept de mondialisation politique et économique était bâti par une élite d’Etats (...) pour dominer tous les autres“, a-t-il dit.

“Les dirigeants responsables doivent faire un choix. J’espère que ce choix sera celui d’un ordre mondial démocratique et juste. Si vous voulez, appelez le +post-west+“, a ajouté l’homme de confiance de Vladimir Poutine. Selon lui, dans ce nouvel ordre, chaque Etat souverain “cherchera l’équilibre entre ses intérêts et ceux de ses partenaires“.

Parlant ensuite des relations avec les Etats-Unis, M. Lavrov a affirmé que la Russie ne souhaitait rien d’autre qu’une relation de “respect mutuel“. “Quelles relations voulons nous avec les Etats-Unis ? Des relations pragmatiques de respect mutuel, la reconnaissance de notre responsabilité (commune) pour la stabilité du monde“, a souligné le diplomate. “Le potentiel de coopération dans les domaines politique, économique, humanitaire est énorme, mais il doit encore être réalisé, nous y sommes ouverts dans la mesure où les Etats-Unis le sont“, a-t-il poursuivi.

Le discours de M. Lavrov est intervenu quelques heures après celui du vice-président américain Mike Pence venu à Munich pour rassurer ses alliés européens sur les intentions de Donald Trump. Le président américain a ces dernières semaines entretenu la confusion sur sa ligne diplomatique, critiquant l’Otan et l’Union européenne et portant aux nues Vladimir Poutine avant d’infléchir sa position.

Toute la semaine, de hauts responsables américains ont voulu rassurer l’Europe sur l’importance de la relation transatlantique et assuré que Washington restera ferme face à la Russie notamment dans la crise ukrainienne. M. Pence a assuré que l’engagement de Washington dans l’Otan, perçu comme un ennemi par la Russie, était “inébranlable“. Il a aussi dit que dans les domaines où c’était possible, Trump chercherait des “terrains d’entente“ avec Moscou.

posté le 22 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Russie 


RUSSIE
Ukraine : Moscou reconnaît les passeports des républiques séparatistes

Les passeports délivrés par les autorités rebelles des régions séparatistes de l’est de l’Ukraine sont désormais reconnus comme valables par la Russie, selon un décret signé par le président russe Vladimir Poutine et publié samedi.

“Les papiers d’identité, les diplômes scolaires ou professionnels, les certificats de naissance, de décès (...) émis par les autorités en exercice dans les zones citées sont reconnus comme valables par la Russie“, a annoncé ce décret, qui mentionne plus tôt les républiques rebelles autoproclamées de Lougansk (LNR) et Donetsk (DNR). “Les citoyens ukrainiens et apatrides qui y résident“ peuvent désormais “entrer en Russie et sortir de Russie sans visa“, a précisé ce décret entrant en vigueur samedi. Ces mesures sont “temporaires, jusqu’à ce que la situation dans les régions de Donetsk et Lougansk trouve une solution politique sur la base des accords de Minsk“ signés en février 2015, selon le décret.

“Nous sommes très reconnaissants envers la Russie pour ce geste“, a déclaré l’un des dirigeants de la DNR, Denis Pouchiline, cité par l’agence de presse russe Interfax.

En mars 2016, les autorités rebelles ont commencé à distribuer aux habitants des passeports, très similaires aux passeports russes avec un aigle à deux têtes ornant une couverture de couleur rouge. Début février, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov insistait que “seules des raisons humanitaires“, à titre exceptionnel, pouvaient permettre la reconnaissance en Russie des documents délivrés par les autorités séparatistes. Moscou ne reconnaît pas les républiques rebelles autoproclamées de Lougansk et Donetsk, où un conflit entre séparatistes prorusses et soldats ukrainiens a fait près de 10.000 morts depuis avril 2014.

La Russie est régulièrement accusée par Kiev et les Occidentaux de soutenir militairement et financièrement les rebelles séparatistes dans l’est de l’Ukraine. Moscou, visée par une série de sanctions de l’Union européenne pour son rôle dans le conflit, dément fermement.

posté le 22 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Russie 


RUSSIE
Premier concert des Choeurs de l’Armée rouge décimés par un accident d’avion avec de nouveaux membres arméniens

Les Choeurs de l’Armée rouge, décimés par un accident d’avion en décembre, ont donné jeudi soir leur premier concert à Moscou, après avoir reconstitué leurs rangs par le biais d’un grand concours national.

“Les Choeurs de l’Armée rouge étaient là pour les Russes lors des moments difficiles, c’est à notre tour d’être à leurs côtés“, a déclaré le vice-ministre russe de la Défense Nikolaï Pankov.

Dans un théâtre moscovite appartenant à l’armée russe, les choristes ont entonné leurs plus célèbres chants patriotes et folkloriques devant les proches des victimes, des hauts gradés de l’armée russe mais aussi une centaine de jeunes conscrits enthousiastes. “Depuis ma plus tendre enfance, je rêvais d’être dans ce choeur“, a confié un jeune choriste Alexeï Martirossian, qui a grandi dans une famille de militaires.

Comme plus de 2.000 personnes, le jeune homme a participé à un concours organisé à l’échelle nationale par les Choeurs de l’Armée rouge, fondés en 1928 et composés de deux formations : l’Ensemble Alexandrov et l’Ensemble académique de la Garde nationale russe. “Pour moi, c’est un grand honneur et une grande responsabilité“, a affirmé le choriste Maxime Maklakov, lui aussi tout juste recruté. “Nous les nouveaux, on est aidés par ceux qui étaient déjà là (...) dans le but de conserver les traditions qui existaient déjà“, se réjouit-il.

Les Choeurs de l’Armée rouge “sont une partie de l’âme russe“ et un “symbole de la Russie“, a déclaré auprès de l’AFP le général Victor Baldine. “Sans eux, nul ne connaîtrait aussi bien les chants militaires russes ni le rôle de la Russie dans la Première et Seconde guerre mondiale“, a-t-il estimé.

Le 25 décembre, les Choeurs de l’Armée rouge ont perdu 64 de ses membres, dont leur directeur Valéri Khalilov, lors du crash sur les côtes de la mer Noire d’un avion militaire qui se rendait en Syrie pour célébrer le Nouvel An avec les soldats russes.

Leur répertoire, qui compte aujourd’hui plus de 2.000 oeuvres parfois accompagnées de chorégraphies acrobatiques, est connu dans le monde entier grâce à d’innombrables tournées à l’étranger pendant et après l’époque soviétique.

Après une série de concerts à Moscou, les Choeurs de l’Armée Rouge seront en France pour une tournée du 21 au 26 mars, qui débutera à Lyon et s’achèvera à Paris.

posté le 21 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Russie 


RUSSIE
En Russie, un député accuse les juifs d’avoir cuit les chrétiens dans des chaudrons

En Russie, un député accuse les juifs d’avoir “cuit les chrétiens dans des chaudrons“

Un député russe, connu pour ses propos homophobes, a provoqué la colère de la communauté juive en Russie en accusant les ancêtres de ce peuple d’avoir “cuit les chrétiens dans des chaudrons“.

Le député Vitali Milonov, connu pour avoir rédigé la loi sanctionnant la “propagande homosexuelle“, s’en est violemment pris à deux élus du conseil municipal de Saint-Pétersbourg (nord-ouest), Boris Vichnevski et Maksim Reznik, tous les deux d’origine juive, lors d’une manifestation pour le retour d’une célèbre cathédrale de cette deuxième ville de Russie à l’Eglise orthodoxe.

“Les chrétiens ont survécu malgré le fait que les ancêtres de Boris Vichnevski et de Maksim Reznik nous ont cuits dans des chaudrons et nous ont jetés pour être déchirés par des bêtes sauvages“, a ainsi affirmé M. Milonov.

Ces déclarations ont été qualifiées d’“insultantes“ par le Congrès juif russe, qui réunit des hommes d’affaires, des militants et des dignitaires religieux juifs en Russie. “Il a insulté les élus du conseil municipal de Saint-Pétersbourg (...), ses collègues députés doivent cesser de lui dire bonjour“, a déclaré lundi à l’AFP Iouri Kanner, président du Congrès juif russe.

“C’est la première fois que j’entends que les juifs auraient cuit les chrétiens dans des chaudrons ou les auraient donnés comme nourriture à des bêtes sauvages“, a-t-il ajouté.

La Russie compte actuellement près d’un million de juifs, selon la Fédération des communautés juives de Russie (FEOR).

Environ un million de juifs ont quitté l’URSS pour Israël à l’époque soviétique, selon le grand rabbin de Russie, Berl Lazar.

En 2016, près de 7.000 de juifs russes ont immigré en Israël, a affirmé un récent rapport de l’antenne russe de l’Agence juive, assurant que la Russie est ainsi devenue le premier pays de provenance de l’immigration juive dans l’Etat hébreu.

posté le 17 février 2017 par Stéphane/armenews


RUSSIE
Russie : opposants et partisans du retour d’une célèbre cathédrale à l’Eglise manifestent

Environ 2.500 personnes ont protesté à Saint-Pétersbourg contre la décision des autorités de rendre à l’Eglise orthodoxe la célèbre cathédrale Saint-Isaac, devenue musée à l’époque soviétique, après quelque 400 qui avaient manifesté pour ce transfert.

Les opposants, réunis devant la cathédrale qui est aujourd’hui l’une des principales attractions touristiques de l’ancienne capitale impériale russe, portaient des pancartes sur lesquelles était écrit “La Russie est un Etat laïc“, “Ne rendez pas Saint-Isaac“ ou encore “Patriarcat - Pas touche à Saint-Isaac“. “L’Eglise orthodoxe, ce sont seulement des parasites qui veulent recevoir de l’argent“, a déclaré à l’AFP Natalia Gorokhova, une manifestante de 50 ans.

Ce rassemblement est le plus important depuis le début du mouvement de protestation contre la décision des autorités locales de transférer à la toute puissante Eglise ortodoxe l’usage, mais pas la propriété, de l’imposante bâtisse, dont la coupole de plus de 100 mètres de haut domine la Néva.

Une précédente manifestation, fin janvier, avait réuni 1.500 personnes. “Le fait qu’on soit aussi nombreux va obliger le pouvoir a reculé“, a assuré à l’AFP le député local Boris Vichnevski, promettant que la mobilisation va continuer.

Plus tôt, environ 400 croyants avaient participé à une procession avant d’assister à une messe en la cathédrale Saint-Isaac. “Le retour de la cathédrale, c’est l’éxécution d’une loi laïque sur le retour des temples“ dans le giron des Eglises, a expliqué à l’AFP Elena Fedorova, une participante de 40 ans. “Il y a eu beaucoup de spéculations. Peut-être qu’il y a de la corruption au musée et qu’ils ne veulent pas que ça soit découvert“, a-t-elle ajouté.

Le député Vitali Milonov, connu pour avoir rédigé la loi sanctionnant la “propagande homosexuelle“, a estimé que garder la cathédrale en tant que musée était une “violation des droits de croyants“. La cathédrale est devenu “un cirque pour touristes“, a-t-il ajouté.

Construite selon les plans de l’architecte français Auguste Ricard de Montferrand entre 1818 et 1858, la cathédrale Saint-Isaac avait à l’époque impériale le statut de principale cathédrale de Russie. Sous l’URSS, elle a été transformée en musée de l’athéisme puis, à partir de 1937, en musée d’histoire et d’art. Même si les offices religieux y ont repris à partir de 1990 à l’occasion d’importantes fêtes religieuses, elle reste l’un des principaux musées de Saint-Pétersbourg, dans le nord-ouest de la Russie.

posté le 16 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Russie 


SYRIE
Syrie : près de 70 morts dans des affrontements entre jihadistes

Près de 70 combattants ont été tués en 24 heures en Syrie dans des affrontements entre deux groupes jihadistes autrefois alliés, a rapporté mardi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Ces combats entre le Front Fateh el-Cham —deuxième plus important mouvement jihadiste de Syrie— et Jound al-Aqsa, un groupe plus radical, reflètent les divisions croissantes dans la province d’Idleb entre insurgés autrefois alliés contre le régime de Bachar el-Assad.

En janvier, des affrontements avaient déjà opposé Fateh el-Cham à des groupes rebelles dans cette province alors qu’ils y étaient alliés sous le nom de l’Armée de la conquête. Ces combats avaient duré une dizaine de jours et fait plusieurs dizaines de morts selon l’OSDH.

Lundi à l’aube, des combats ont éclaté entre Fateh el-Cham et Jound al-Aqsa après des tensions liées à une guerre d’influence dans le sud de la province d’Idleb. Jound al-Aqsa a mené une attaque à la voiture piégée contre un siège de Fateh el-Cham, ex-branche d’el-Qaëda, faisant neuf morts.

Le front s’est ensuite embrasé. Les combats et les exécutions entre protagonistes ont fait au moins 69 morts jusqu’à mardi matin. Les violences ont également gagné la province mitoyenne de Hama. “Ce sont des batailles entre des seigneurs de guerre. C’est une guerre d’influence“, a indiqué à l’AFP Rami Abdel, directeur de l’OSDH.

En octobre, Fateh el-Cham avait annoncé avoir repris sous son aile Jound al-Aqsa, un groupe désigné comme “entité terroriste“ par Washington et détesté des rebelles. Mais il y a près d’un mois, il revenait sur sa décision et chassait le groupuscule de ses rangs.

Le conflit en Syrie n’a cessé de se complexifier en impliquant des acteurs syriens, régionaux et internationaux, ainsi que des groupes jihadistes. Il a fait plus de 310.000 morts et poussé à la fuite plus de 10 millions de personnes.

posté le 15 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Russie 


RUSSIE
Syrie : les bombardiers russes continuent d’utiliser le ciel iranien

Les bombardiers russes continuent d’utiliser l’espace aérien de l’Iran pour mener des frappes en Syrie, a déclaré l’amiral Ali Shamkhani, coordinateur iranien des actions politiques, sécuritaires et militaires avec la Russie et la Syrie.

En août 2016, des chasseurs-bombardiers russes avaient utilisé pour la première fois une base militaire iranienne, située dans l’ouest du pays, pour aller frapper des positions jihadistes en Syrie.

Les bombardiers russes “utilisent le ciel iranien et cela continue car nous avons une coopération totalement stratégique avec la Russie“, a déclaré M. Shamkhani, également secrétaire du Conseil national suprême de sécurité, selon l’agence Fars.

“Dans les cas récents, les bombardiers russes n’ont pas eu besoin de ravitaillement“ au sol, a-t-il affirmé. “L’utilisation du ciel iranien par les avions russes se fait sous condition d’une décision commune en tenant compte des besoins sur le terrain pour lutter contre le terrorisme“, a dit encore M. Shamkhani, a rapporté l’agence Irna.

L’Iran et la Russie coopèrent étroitement en Syrie et soutiennent politiquement, financièrement et militairement le régime du président Bachar el-Assad. Téhéran envoie notamment des “conseillers militaires“ et des “volontaires“ pour combattre aux côtés de l’armée syrienne contre les groupes rebelles et jihadistes.

posté le 15 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Russie 


AZERBAÏDJAN
Amnisty international demande la libération du blogueur russo-israélien

Amnesty International a condamné l’extradition de la Biélorussie vers l’Azerbaïdjan d’un blogueur russo-israélien qui avait visité le Haut-Karabakh dans le passé et a exigé sa libération immédiate.

Dans un communiqué émis ce week-end, le groupe de défense des droits de l’homme basé à Londres a déclaré qu’Alexander Lapshin est poursuivi non seulement pour ses voyages au Karabakh, mais aussi pour ses critiques envers les autorités azerbaïdjanaises exprimées sur son blog de voyage en langue russe.

« En Azerbaïdjan, il risque d’être soumis à de la torture et à d’autres mauvais traitements ainsi qu’à un procès inéquitable »,est-il déclaré. « La procédure pénale contre Aleksandr Lapshin doit être arrêtée, et il doit être libéré immédiatement. »

L’extradition de Lapshin le 7 février a été critiquée par la Russie et l’Arménie, ainsi que par le Comité pour la protection des journalistes basés à New York. Dunja Mijatovic, représentant de l’OSCE pour la liberté de la presse, a également exprimé sa « consternation » lors de son arrestation se voulant impressionnante par des hommes masqués et fortement armés à l’aéroport de Bakou.

Le gouvernement azerbaïdjanais a rejeté ces critiques. Le ministre des Affaires étrangères Elmar Mammadyarov a déclaré le 8 février que Lapshin sera jugé pour des accusations découlant en partie de ses voyages de 2011 et 2012 au Karabakh.

Le blogueur de 40 ans, qui a les nationalités israélienne, russe et ukrainienne, est également accusé d’avoir lancé des « appels publics contre l’État », un crime passible de 8 ans de prison en Azerbaïdjan. Amnesty International a souligné ce risque dans sa réaction officielle à son arrestation et à son extradition.

« Amnesty International est d’avis que l’extradition et les accusations portées contre Aleksandr Lapshin sont un moyen de le cibler le contenu de ses blogs, en particulier sa critique du système de contrôle des frontières de l’Azerbaïdjan et l’inégalité sociale dans le pays », a déclaré le communiqué. « L’accusation de » recours publics contre l’État « n’a pas de fondement juridique, car la critique des autorités azerbaïdjanaises dans son blog relève entièrement de son droit à la liberté d’expression ».

« En ce qui concerne l’accusation criminelle de franchissement illégal des frontières, l’organisation soutient que l’entrée irrégulière ne doit pas être considérée comme une infraction pénale », a ajouté Amnesty.

Des années avant son arrestation à Minsk en décembre dernier, Lapshin avait été placé sur une liste noire officielle azerbaïdjanaise comportant plusieurs centaines d’étrangers non-arméniens qui ont visité le Karabakh sans la permission de Bakou. Néanmoins, il a pu voyager en Azerbaïdjan en juin 2016 et a affiché une série d’articles détaillés sur son blog sur ses impressions mitigées concernant ce pays riche en pétrole.

En particulier, Lapshin a suggéré que les autorités azerbaïdjanaises gaspillaient leurs revenus pétroliers massifs. « Malgré 25 ans de bonanza pétrolière, le pays est à peine différent de l’Arménie et de la Géorgie voisines en termes de développement socio-économique », a-t-il écrit.

Dans un post de juin 2016, Lapshin a également affirmé recevoir des commentaires agressifs et même des menaces de mort des Azerbaïdjanais l’accusant de travailler pour le renseignement arménien. Il se moquait de ces accusations.

posté le 14 février 2017 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



La Russie ne voit pas d’un mauvais oeil le rapprochement entre l’Arménie et l’UE

Les efforts continus de l’Arménie pour établir des liens plus étroits avec l’Union européenne ne nuiront pas à son alliance avec la Russie, a assuré vendredi l’ambassadeur russe à Erevan, Ivan Volynkin.

“La Russie et l’Arménie sont liées par une relation privilégiée, par une alliance, et les peuples russe et arménien sont des peuples frères“, a déclaré Volynkin à l’agence de presse TASS au sujet de la position de Moscou sur un nouvel accord arméno-européen qui devrait être signé plus tard cette année.

“Les deux États font partie de deux même structures d’intégration - l’Union économique eurasienne et l’Organisation du Traité de sécurité collective - dont les membres ont des obligations économiques et politiques“, a-t-il expliqué. “Sur la base de ces obligations, les relations avec l’UE sont naturellement construites non pas à leur détriment, et tout le monde s’en rend compte“.

L’Arménie et l’UE ont entrepris au cours de l’été 2013 des négociations sur un accord d’association de grande envergure. Le président Serge Sarkissian a changé d’avis au dernier moment, en demandant l’adhésion de l’Arménie à l’UEE. Pour beaucoup, cela est dû à une forte pression russe.

Un autre accord actuellement négocié par Erevan et Bruxelles contiendra vraisemblablement les principales dispositions politiques et certaines dispositions économiques de l’accord d’association annulé. Mais elle n’aura aucun élément lié au libre commerce en raison de l’adhésion de l’Arménie au bloc dirigé par la Russie.

Le président Serge Sarkissian a réaffirmé l’engagement de son gouvernement à approfondir ses relations avec l’UE lors de sa rencontre avec le commissaire européen à la politique européenne de voisinage, Johannes Hahn, à Erevan en novembre. Le chef de la délégation de l’UE en Arménie, Piotr Switalski, a déclaré le mois dernier que les deux parties sont de plus en plus proche d’une nouvelle entente.

Volynkin est également convaincu que la politique étrangère arménienne ne subira pas de changements radicaux à la suite des élections parlementaires arméniennes prévues pour le 2 avril. Il a affirmé que le vote promet d’être “très intéressant“ car il viendra un an avant que l’Arménie finisse sa transition vers un système parlementaire.

Volynkin a noté une nouvelle disposition constitutionnelle qui exige l’existence d’une “majorité stable“ au Parlement arménien. Il pense que cela devrait “assurer la continuité dans le processus politique en Arménie.“ “Prenant ces faits en considération, nous ne voyons aucune raison majeure pour qu’Erevan change radicalement de politique étrangère “, a commenté le diplomate à TASS.

posté le 13 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200