Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Patrimoine


PARIS
Journée du patrimoine : un sublime Ivan Aïvazovski à l’ambassade de Russie

La réconciliation franco-russe passe par l’ouverture de la résidence de l’ambassadeur de la Fédération de Russie en France lors des prochaines Journées du patrimoine. Le lieu est sublime et plein de fantômes ayant marqué l’histoire de France. Les journalistes du Point ont été reçu par son excellence Alexandre Orlov, qui leur a fait faire le tour du propriétaire. On peut y découvrir notamment Le Mirage, tableau du peintre russe d’origine arménienne Ivan Aïvazovski, que Turner qualifiait de génie.

Article et vidéo sur le site du Point  : http://www.lepoint.fr/culture/journees-du-patrimoine-exclusif-la-residence-de-l-ambassadeur-de-russie-15-09-2017-2157260_3.php

Hôtel d’Estrée, résidence de l’ambassadeur de Russie - 79 rue de Grenelle, 75007 Paris.
Exposition « Cadeaux diplomatiques de l’époque de Pierre le Grand jusqu’à nos jours ». Samedi 16 et dimanche 17 septembre, de 10 h à 17 h 30.

posté le 15 septembre 2017 par Claire/armenews


PATRIMOINE ARMENIEN EN DANGER
L’église arménienne d’Akshehir, près de Konya en Turquie va devenir un Centre culturel et hôtel

L’église arménienne Sainte Trinité (Sourp Yerortoutioun en arménien) de la ville d’Akshehir dans la province de Konya (Turquie) va être rénovée et transformée en...centre culturel, selon une information du site Ermenihaber reprise par le journal « Agos ». Akshehir qui est la patrie du célèbre Nasretine Hodja et « le village international de l’humour ». L’église arménienne sera donc transformée en Centre culturel et les salles annexes qui abritaient les ecclésiastiques deviendront quant à elles, un petit hôtel. Le projet est élaboré par la mairie d’Akshehir et le ministère turc de Développement et de la coopération. Avant le génocide de 1915 les Arméniens étaient au nombre de 4 950 à Akshehir avec 4 écoles et une église, Sourp Yerortoutioun (Sainte Trinité). Les Arméniens de la région étaient connus comme des artisans de tapis, des cordonniers ferronniers.

Krikor Amirzayan

posté le 19 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


PATRIMOINE ARMENIEN
L’Iran va rendre à l’église arménienne d’Akhtamar une cloche datant de 1377 appartenant à l’église Sourp Asdvdzadzine de Van

Le journal arménien Asbarez informe que la cloche de l’église Sourp Asdvadzadzine (Sainte Mère de Dieu) de l’église arménienne de Van qui se trouve actuellement au nord-ouest de l’Iran va être rendue à l’église arménienne Sourp Khatch (Sainte Croix) de l’île d’Akhtamar sur le lac de Van. Pourquoi cette cloche s’est trouvée en Iran ? Les raisons ne sont pas connues. Selon un site d’information kurde basée à Diyarbakir (Tigranakert l’arménienne), la cloche ancienne de 629 ans se trouvait jusqu’à présent au Musée d’Histoire de la ville d’Ourmia (au nord-ouest de l’Iran, au bord du lac Ourmia). La cloche avait été offerte à l’église arménienne Sourp Asdvadzadzine de Van en 1377.

JPEG - 37.6 ko

Le 9 août, Mirhati Romiani le vice-ministre iranien du Patrimoine culturel et du tourisme a déclaré « nous avons débuté notre politique de rendre aux pays propriétaires tous les biens historiques leur appartenant qui se trouvent actuellement en Iran ». En réciprocité l’Iran rapatrie les éléments du patrimoine historique et culturel iranien se trouvant à l’étranger.

Krikor Amirzayan

posté le 12 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


PATRIMOINE ARMENIEN
Le nombre de touristes qui visitent Ani la capitale arménienne des Bagratides (Xe siècle) aurait doublé depuis son inscription par l’UNESCO

Le site des ruines d’Ani la capitale arménienne des Bagratides (Xe siècle) attire de nombreux touristes. Une manne dont profite la Turquie qui occupe l’Arménie occidentale. Ani est inscrite au patrimoine culturel et historique mondial de l’UNESCO et bénéficie ainsi d’un flot important de touristes et d’aides financières pour sa sauvegarde. « Marmara », le journal arménien paraissant à Istanbul informe que le chiffre des touristes visitant Ani a doublé depuis cette inscription à l’UNESCO. Selon les spécialistes, Ani est un véritable joyau du patrimoine culturel et architectural mondial, et d’une grande importance pour l’économie de la ville proche, Kars, ex-ville arménienne. Les autorités turques qui présentent Ani comme un joyau des Bagratides, n’évoquent aucunement sur les cartes ou les panneaux indicatifs le mot « arménien » qui reste encore tabou. A croire qu’Ani appartienne à l’Histoire des turcs ! Mais sentant la manne financière du tourisme et l’aide étrangère, la Turquie va entreprendre selon « Marmara » de nouveaux travaux de rénovation. A noter que parmi les visiteurs d’Ani, les Arméniens de la diaspora et les citoyens d’Arménie -qui passent par la Géorgie, la frontière arméno-turque étant fermée- sont chaque année très nombreux à venir admirer les ruines de la capitale arménienne du Moyen-âge surnommée « La ville aux mille et une églises ».

Krikor Amirzayan

posté le 6 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


PATRIMOINE ARMENIEN EN PERIL
Le monastère arménien de Sourp Drtad du village de Tortan dans la province d’Erzincan, devenue propriété de 16 villageois

Selon le site turc Aktifhaber rapporte qu’au nom des associations arméniennes un responsable de la communauté arménienne de Turquie, Aziz Daghdje aurait affirmé qu’il était inadmissible que l’église arménienne puisse être confiée aux villageois. Ce dernier confie « depuis 2005 l’église était qualifiée de lieu de culte. Elle fut régulièrement l’objet d’attaques des chasseurs de trésor. Afin de lutter contre cela le 23 mai 2017 le complexe monastique fut enregistré au nom de 3 villageois. Mais après leur disparition ce dernier fut transmis à 16 villageois. Cela signifie que si la communauté arménienne désire y effectuer une messe, elle doit obtenir l’autorisation des 16 villageois ». A. Daghdje affirme qu’ainsi l’Etat turc enfreint les droits des minorités nationales ainsi que la liberté de culte de ces minorités pourtant inscrite dans le traité de Lausanne de 1923 signé par la Turquie. Le représentant de la communauté arménienne désire trainer cette affaire devant la Justice pour avoir gain de cause. Rappelons qu’au complexe monastiques de Sourp Drtad, se trouvaient les reliques de 9 Saints dont ceux du roi Drtad (Tiridate) et de Sourp Krikor Loussavoritch (Saint Grégoire l’Illuminateur).

Krikor Amirzayan

posté le 3 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


PATRIMOINE ARMENIEN
L’église arménienne Sourp Kévork de Tchanakhtchi dans la région de Bingöl, cible des chasseurs de « l’or des Arméniens »

Le site capakcurgazetesi.com.tr informe que l’église arménienne Sourp Kévork (Saint Georges) du village de Tchanakhtchi dans la région de Bingöl (au centre-est de la Turquie peuplée par une forte majorité de Kurdes) fait régulièrement l’objet de dévastations de la part des Kurdes et des Zazas une peuplade également kurde mais qui se compte de nombreux membres d’origine arménienne... En 2013 le maire du village avait alerté les autorités locales sur cette question de « visites » de cette église arménienne datant de 250 ans. Sans effet. Aussi le maire de Tchanakhtchi vient d’alerter une nouvelle fois sur le phénomène. Des groupes de personnes -souvent la nuit- viennent creuser le sous-sol ou même les murs de l’église arménienne afin de tenter de trouver « le trésor caché des Arméniens ». Un véritable mythe en Turquie où beaucoup pensent que lors du génocide de 1915 les Arméniens auraient caché leurs bijoux, l’or ou l’argent dans les fondations des églises arméniennes. Le maire de Tchanakhtchi craint désormais que ces trous réalisés dans les fondations de l’église Sourp Kévork par ces chasseurs de trésors mettent en danger l’église même qui menacerait de s’écrouler à tout moment. Pourtant au terme de l’article 42 du traité de Lausanne, la Turquie devait gérer et protéger les lieux de cultes arméniens. Un engagement de la Turquie qui comme d’habitude, fidèle à sa tradition, n’assume aucunement...

Krikor Amirzayan

posté le 31 juillet 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


PATRIMOINE ARMENIEN
L’église arménienne Sourp Sarkis (XVIe siècle) de Diyarbakir va être rénovée

Si la communauté arménienne de Turquie (principalement d’Istanbul) aidée par les autorités de Diyarbakir a réussi à rénover l’église Sourp Guiragos (Saint Guiragos), de nombreuses autres églises restent en ruine. Selon le journal turc « Karinca » des constructions à Alpacha et Lalebey dans le quartier Sour de Diyarbakir -ex-capitale de l’Arménie de Tigrane le Grand au Ier siècle avant J.-C. aujourd’hui capitale du Kurdistan turc- vont être rénovées. Parmi les constructions qui vont bénéficier de cette rénovation, figure l’église arménienne Sourp Sarkis datant du XVIe siècle. Membre du parti pro-kurde HDP ainsi que de « Nor Zartonk » et « Haygagan Mchagouyt » (Culture arménienne), Mourat Mehçe informe qu’il mena en compagnie de nombreuses autres personne une lutte contre la destruction des anciennes constructions arméniennes. Une action qui continue afin de préserver les éléments du Patrimoine historique arménien.

Krikor Amirzayan

posté le 17 juin 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Kurdistan  Patrimoine  Turquie 


PATRIMOINE ARMENIEN
Le Catholicos Aram Ier demande à la Cour Européenne des Droits de l’Homme d’accélérer l’examen du dossier de Sis

La commission juridique de la Grande Maison de Cilicie (Antélias, Liban) dirigée par le catholicos Aram Ier a demandé à la Cour Européenne des Droits de l’Homme d’accélérer l’examen du dossier liée au retour du Catholicosat de Sis. Des propriétés de l’Eglise arménienne de Cilicie et qui se trouvent à Sis aujourd’hui en Turquie, depuis le génocide des Arméniens. Le 7 décembre 2016 le dossier de retour à ses propriétaires Arméniens du Catholicosat de Sis avait été rejeté par un tribunal turc. Le Catholicos Aram Ier avait alors fait déposer le 15 février dernier le dossier auprès de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Aram Ier entend poursuivre ce dossier de revendications jusqu’au retour de Sis à l’Eglise arménienne, son véritable propriétaire.

Krikor Amirzayan

posté le 8 avril 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Patrimoine 


PATRIMOINE ARMENIEN
L’église arménienne du village de Kermouch dans la région d’Ourfa dégradée par les chasseurs de trésors de « l’or des Arméniens »

L’église arménienne du village de Kermouch (Gamourtch en arménien) dans la région d’Ourfa en Turquie qui fut il y a cinq ans l’un des centres touristiques de la région continue de se dégrader. Selon le site turc Urfanatik l’église arménienne du village de Kermouch (Gamourtch) construite au 19e siècle par 7 frères présente des signes d’écroulement sur certaines parties. Selon Mehmet Güzel un spécialiste des monuments historiques de la région d’Ourfa, l’église arménienne de Kermouch fut utilisée par les Arméniens apostoliques jusqu’en 1915. « Après 1915 le village de Kermouch fut confiée à un commandant du régiment de Hamidiés, Syoumer Pacha.

JPEG - 64.6 ko
L’église arménienne du village de Kermouch dans la région d’Ourfa dégradée par les chasseurs de trésors de « l’or des Arméniens »

Actuellement le village est entre les mains des descendants de Syoumer Pacha. Si cette église était rénovée, ce serait un grand bien pour le tourisme à Ourfa. Nous désirons qu’elle soit rénovée et rouverte au culte » dit Mehmet Güzel. L’un des habitants du village, Husseïn Aslan affirme de son côté que cette église arménienne qui est au seuil de l’écroulement est régulièrement visité par les chasseurs de trésors qui cherchent dans ses murs et dans son sol « l’or des Arméniens ». Une activité devenue « sport national turc » animée par la recherche des trésors supposés cachés des Arméniens lors du génocide de 1915.

Krikor Amirzayan

posté le 26 mars 2017 par Krikor Amirzayan/armenews