Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Environnement


ENERGIE NUCLEAIRE
Le gouvernement pourrait abandonner ses ambitieux projets pour l’usine de Metsmor

Le gouvernement arménien pourrait abandonner ses ambitieux projets de construction d’une nouvelle centrale nucléaire à la place de l’usine vieillissante de Metsamor, a annoncé hier le ministre de la Justice, Davit Harutiunian.

Le président Serge Sarkissian avait promis de remplacer Metsamor, qui produit environ un tiers de l’électricité arménienne, par des installations modernes répondant aux normes de sécurité peu de temps après son entrée en fonction en 2008. Le projet n’a jamais été mis en pratique car son gouvernement n’a pas réussi à attirer les milliards de dollars nécessaires pour la construction de la nouvelle usine. Le gouvernement a décidé de prolonger la durée de vie du réacteur de 420 mégawatts de Metsamor de 10 ans, jusqu’en 2027.

“Nous aurons une nouvelle centrale nucléaire si elle est rentable en termes de tarifs [d’électricité]“, a expliqué Harutiunian aux journalistes. “Imaginez que demain les technologies modernes puissent générer la même quantité d’énergie et que l’énergie nucléaire soit beaucoup plus coûteuse pour les consommateurs. Quel chemin devrions-nous choisir ? Bien sûr, les technologies modernes. “

Harutiunian a ajouté : « Vous comprenez bien ma position et celle de mon gouvernement. » Le gouvernement suivra de près les « tendances » énergétiques internationales et, éventuellement, décidera “quel modèle conviendra le mieux à nos consommateurs“.

En juillet, le vice-Premier ministre, Vache Gabrielian, a insisté sur le fait que le gouvernement reste attaché au projet nucléaire coûteux. Il avait dit que le gouvernement a seulement révisé la capacité de conception de l’usine potentielle de 1000 mégawatts à 600 mégawatts.

Erevan devait s’engager à « fermer et à mettre hors service en toute sécurité » l’usine de Metsamor dans le cadre d’un vaste accord avec l’Union européenne qui devrait être signé le mois prochain. Le projet d’accord ne fixe pas de délais précis pour l’arrêt de l’usine. Il reconnaît également « la nécessité de son remplacement par de nouvelles capacités pour assurer la sécurité énergétique de la République d’Arménie ».

posté le 18 octobre 2017 par Claire/armenews


ENERGIE RENOUVELABLE
Inauguration de la première centrale solaire en Arménie

La première centrale solaire d’envergure en Arménie est entrée en service vendredi. Un haut fonctionnaire a prédit que cela permettrait au pays d’être plus indépendant à l’égard des sources d’énergie renouvelables.

L’usine de 0,5 mégawatt a été construite par une entreprise privée, Energo Invest Holding, à Tsaghkadzor, une station balnéaire située à 60 kilomètres au nord d’Erevan.

“Aujourd’hui, c’est une journée historique pour l’Arménie alors que la première centrale solaire a été connectée aux réseaux électriques du pays“, a annoncé le sous-ministre des Infrastructures énergétiques, Hayk Harutiunian, lors de la cérémonie d’inauguration.

Harutiunian a déclaré que 11 autres installations de ce type avec une capacité combinée de 10 mégawatts seront construites dans le pays d’ici 2019. “En outre, nous lançons un appel d’offres pour la construction d’une grande centrale solaire avec une capacité de 55 mégawatts“, a-t-il ajouté.

Les énergies solaire et éolienne ne constituent actuellement qu’une petite part de l’électricité produite en Arménie. Le gouvernement a fait de la propagation de ces sources d’énergie renouvelables une priorité.

En juillet, le Premier ministre Karen Karapetian a assisté à l’ouverture officielle de la première usine de fabrication de panneaux solaires fabriqués par l’Arménie pour la production d’électricité. Le gouvernement a exempté le matériel et les matières premières importés par son propriétaire privé des droits de douane plus tôt cette année.

L’usine Tsaghkadzor est équipée de panneaux solaires fabriqués en Allemagne. Energo Invest Holding a révélé avoir investi environ 500 000 $ dans sa construction.

“Il s’agit d’un projet pilote“, a affirmé à la presse un haut responsable d’Energo Invest, Liana Lobasian. Elle a déclaré que son entreprise envisageait de construire de plus grandes installations solaires qui vont absorber des « investissements à grande échelle ».

Energo Invest fait partie du groupe Tashir de Samvel Karapetian, un homme d’affaires russo-arménien. Le conglomérat d’affaires basée en Russie possède la centrale électrique et la plus grande centrale thermique d’Arménie. Il a également prévu de commencer à gérer rapidement le réseau de transport d’électricité de l’État.

Karapetian a été la force motrice de la création récente par une trentaine d’hommes d’affaires russes d’ascendance arménienne d’un fonds d’investissement multimillionnaire qui s’est engagé à financer divers projets commerciaux en Arménie. Le fonds s’intéresserait particulièrement à l’énergie hydroélectrique et à l’énergie solaire.

posté le 2 octobre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CATASTROPHE
Un nouvel incendie fait rage en Arménie

Des centaines de pompiers, de travailleurs forestiers et de civils ont lutté contre un incendie de forêt massif dans le centre de l’Arménie pour la quatrième journée consécutive hier.

Le feu faisait rage dans une zone partiellement boisée près de Byurakan, un village à 35 kilomètres au nord-ouest d’Erevan. Il est situé sur le versant sud du mont Aragats, le plus haut du pays.

Les résidents de Byurakan et des communautés voisines ainsi que plus d’une centaine de soldats et un hélicoptère militaire ont rejoint les efforts de lutte contre les incendies cette semaine. Comme ce fut le cas lors de deux autres feux de forêt majeurs qui ont éclaté dans d’autres régions du pays le mois dernier, un terrain rocheux rendait pratiquement impossible pour le ministère arménien des Situations d’urgence le déploiement des pompiers près de la flamme.

De la fumée blanche et épaisse continuaient à monter au-dessus des pâturages, des arbres et des buissons autour de Byurakan hier après-midi.

“Nous avons des pompiers qui ont tout un équipement moderne, mais ils ne peuvent pas s’approcher d’un tel terrain“, a regretté le chef du département de la défense civile du ministère, Artak Nahapetian. Il a ajouté que ses équipes d’urgence ne pouvaient utiliser que certaines de leurs anciennes machines fabriquées par sous l’ère soviétique.

“À midi, il n’y avait pas de feu actif dans cette zone, mais il y avait encore de petites sources de combustion“, a relaté Nahapetian. “Mais comme vous le voyez, 200 à 300 mètres carrés de forêt brûlent là-bas et nous faisons tout pour le contenir“.

L’homme a estimé que le feu a brûlé 200 hectares de bois et de terrain depuis qu’il a éclaté dimanche.

Les autorités ont également lutté pour éteindre des feux de forêt en août qui ont éclaté dans la province de Vayots Dzor et la réserve d’état forestier de Khosrov au sud-est d’Erevan en l’espace de deux jours. Ils ont suivi des semaines de températures exceptionnellement élevées qui se sont poursuivies jusqu’à ce mois-ci.

Le feu de Khosrov était particulièrement grave. C’est grâce à un canadair russe qu’il a pu être finalement maîtrisé.

posté le 7 septembre 2017 par Claire/armenews


APRES L’INCENDIE
Le gouvernement prévoit un projet de réhabilitation de la réserve de Khosrov

Le ministère de la Protection de l’environnement de l’Arménie s’est engagé vendredi à réhabiliter la réserve naturelle qui a été gravement endommagée par un incendie de forêt massif.

L’incendie dans la réserve d’état de Khosrov a éclaté le 12 août et a duré quatre jours avant d’être éteint par les travailleurs d’urgence arméniens avec l’aide d’un avion bombardier russe. Il aurait brûlé 360 hectares de bois dans la région montagneuse au sud-est d’Erevan.

La réserve de Khosrov s’étend sur environ 25 000 hectares de terres.

Le ministre de la Protection de l’environnement, Artsvik Minasian, a assuré que son ministère élaborera un plan de réhabilitation dans les prochaines années visant à juguler en grande partie les dommages causés dans la réserve protégée. Des experts arméniens et internationaux seront impliqués dans l’effort, a précisé le communiqué du ministère. Certaines organisations internationales ont offert de l’aide au gouvernement arménien, ajoute la déclaration sans préciser qui.

La secrétaire de presse de Minasian, Marine Karapetian, a déclaré qu’une équipe de fonctionnaires du ministère avait été envoyée à la réserve de Khosrov pour inspecter les sections brûlées et vérifier les dégâts. “Une fois cet examen terminé, nous aurons une idée globale et un plan de mesures prioritaires sera approuvé“, a-t-elle prévenu.

Selon elle, le plan sera mis en œuvre par un groupe de travail ad hoc. Le ministère, a t-elle poursuivi, pourra également interdire complètement la chasse dans au moins certaines parties de la réserve.

Khosrov est l’un des principaux sanctuaires d’animaux sauvages d’Arménie, avec un grand nombre d’ours bruns, de sangliers, de renards, de vautours et des centaines d’autres espèces qui l’habitent. Minasian a assuré qu’aucun de ces mammifères et oiseaux n’a été tué par le feu.

posté le 21 août 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Le réseau national de distribution d’eau veut augmenter ses prix de 8 %

Le réseau national de distribution d’eau en Arménie a refusé hier de s’expliquer concernant l’augmentation de près de 8% du prix de l’eau potable qu’elle demande.

L’entreprise Veolia Jur a officiellement demandé à la Commission de réglementation des services publics (PSRC) le 7 août d’augmenter le tarif de l’eau pour qu’elle passe de 180 drams à 194,3 drams (40 centimes US) par mètre cube pour la grande majorité des consommateurs. La commission a 80 jours pour examiner la requête et se prononcer.

La commission avait déjà refusé une hausse de près de 6% du prix de l’eau en décembre dernier. Le président du PSRC, Robert Nazarian, avait alors déclaré aux représentants de Veolia Jur qu’il fallait trouver un moyen « qui empêchera de nouvelles augmentations tarifaires ». Il a précisé que la filiale arménienne du groupe français Veolia devrait réprimer notamment les « consommateurs illégaux d’eau ».

Veolia Jur n’a toujours pas fait connaître ses justifications pour demander une autre hausse des prix à l’organisme de réglementation. Un porte-parole de l’entreprise a expliqué qu’il ne commentera pas cette requête pour le moment.

Selon Artak Manukian, un économiste indépendant, l’opérateur a justifié sa demande au PSRC par la baisse de la consommation d’eau et l’augmentation des dépenses pour l’alimentation électrique des pompes à eau. Manukian a cependant assuré que ces explications étaient peu convaincantes.

Il a cité les données du gouvernement montrant que la consommation d’eau en Arménie a en fait augmenté de 1,2 % au premier semestre de cette année. Manukian a également soutenu que le PSRC a réduit les prix intérieurs de l’électricité d’au moins 2,6 % en décembre dernier.

Les installations de traitement de l’eau potable et des eaux usées de l’Arménie sont assurées par Veolia conformément à un contrat de gestion de 15 ans signé avec le gouvernement arménien en novembre 2016.

Le géant français a géré le réseau d’eau et d’assainissement d’Erevan lors de ces 10 dernières années. Il a considérablement amélioré l’approvisionnement en eau de la capitale arménienne pendant cette période, notamment en raison des investissements réalisés sur le réseau vieillissant.

Dans une déclaration de novembre 2016, Veolia annonçait qu’elle attirerait 200 millions de dollars de fonds de la Banque européenne au cours des quatre prochaines années pour financer des améliorations d’infrastructure en Arménie. “D’ici 2030, toute la population du pays sera ainsi approvisionnée en eau potable grâce à Veolia“, assurait le communiqué.

posté le 17 août 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
L’incendie des forêts en grande partie maîtrisé

Aidés par un avion bombardier russe, les pompiers arméniens ont quasiment maîtrisé l’ensemble de l’incendie de forêt de grande ampleur qui ravageait la réserve naturelle au sud-est d’Erevan depuis la fin de semaine dernière.

Le bombardier Ilyushin-72, qui a rejoint les efforts de lutte contre les incendies mardi, a transporté cinq autres vols d’un aérodrome d’Erevan vers la réserve forestière de Khosrov tout au long de la journée d’hier, déposant 200 tonnes d’eau supplémentaires sur la zone montagneuse.

Le ministère arménien des Situations d’urgence a déclaré que ce bombardier envoyé par le gouvernement russe “a créé des zones de sécurité et un environnement humide afin d’éviter une éruption répétée d’autres incendies“. Les flammes ont été contenues dans la journée de mardi, et ont été presque totalement éteintes hier, selon les déclarations du ministère.

“Le feu est contenu et sous contrôle“, a assuré le ministre des Situations d’urgence, Davit Tonoyan.

Tonoyan a déclaré que les pompiers et d’autres travailleurs des services d’urgence sont engagés dans des « travaux d’extinction » visant à prévenir de nouvelles éclosions. Ils ont été rejoints par plus d’une centaine d’hommes de l’armée arménienne.

Les prévisions de fortes pluies devraient donner une nouvelle impulsion aux efforts en cours dans la réserve de Khosrov. Selon Tonoyan, l’avion russe volera de nouveau sur la région ce jeudi matin, avant que les autorités d’Erevan ne déterminent si cela est encore nécessaire.

Le feu a éclaté samedi et s’est répandu rapidement en raison des températures élevées et des vents violents. Selon les estimations préliminaires du gouvernement, il a brûlé environ 400 hectares de bois dans les quatre jours qui ont suivi.

La réserve de Khosrov occupe environ 25 000 hectares de terres, dont 9 000 sont couverts de forêts.

Un autre incendie de forêt majeur a éclaté près d’un village dans la province de Vayots Dzor, au sud-est, le 10 août et aurait été ravagé 650 hectares de terres partiellement couverts d’arbres. Les autorités ont mis quatre jours pour l’éteindre.

Certains ont blâmé le Service de secours et d’autres divisions du ministère de Tonoyan pour l’ampleur des dégâts, expliquant que les autorités ne s’étaient pas assez préparé à une telle catastrophe. Les responsables du ministère ont rejeté la critique. Ils ont fait valoir que, sur un tel terrain montagneux, il est pratiquement impossible pour les pompiers de faire leur travail.

Le ministère de la protection de l’environnement, qui supervise les forêts et les réserves naturelles du pays, est également critiqué. Le ministre Artsvik Minasian a rejeté hier l’idée que son bureau n’a pas pris les précautions nécessaires malgré des semaines de temps exceptionnellement chaud.

“Il y a des informations stupides qui circulent“, a-t-il commenté. “En particulier, on prétend que des zones protégées ont été surveillées seulement après l’éruption de ces incendies. Ce n’est pas le cas.“

Minasian a cité des avertissements d’incendie qu’il a émis aux responsables forestiers le 17 juillet. “Toutes nos installations ont été mises en alerte“, a-t-il assuré.

Les autorités chargées de l’application de la loi soupçonnent que les deux incendies de forêt ont été causés par une négligence humaine. Ils ont lancé des enquêtes mais n’ont pas encore trouvé la cause exacte.

posté le 17 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



RESERVE DE KHOSROV
La Russie aide l’Arménie pour éteindre les incendies de forêt

Un avion bombardier russe a lancé hier plus de 200 tonnes d’eau sur une réserve naturelle en Arménie. Le pays est en proie à l’un des plus graves incendies de forêt qu’il a connu ces dernières années.

Le gouvernement russe a expédié l’avion Ilyushin-72 à la demande des autorités arméniennes qui luttent pour contenir le feu qui a éclaté dans la réserve d’État de Khosrov samedi.

L’avion spécial capable de transporter 42 tonnes d’eau à la fois a effectué six vols depuis une base aérienne d’Erevan jusqu’à la région montagneuse au sud-est de la capitale arménienne tout au long de la journée. Le ministère arménien des Situations d’urgence a déclaré que l’eau avait un impact “considérable“ sur les efforts continus pour contenir le feu. Il a précisé que l’opération aérienne de lutte contre l’incendie reprendrait ce mercredi matin.

Alors que l’avion russe survolait les arbres, les dizaines de pompiers arméniens, la centaine de soldats de l’armée et 55 travailleurs forestiers ont attendu pour reprendre ensuite leurs efforts de lutte contre les incendies.

“Personne n’est autorisé à entrer dans la réserve jusqu’à ce que l’avion termine son travail“, a expliqué Mushegh Ghazarian, chef du Service national de secours. Il a cité des raisons de sécurité.

Ghazarian a coordonné l’opération au sol et a communiqué avec le ministre des Situations d’urgence Davit Tonoyan par l’intermédiaire d’une radio en présence de journalistes. “La fumée noire est devenue blanche“, a-t-il décrit à Tonoyan lorsqu’il a été interrogé sur les premiers résultats des vols Ilyushin-72. “M. le ministre, s’ils continuent ainsi, nous terminerons le travail. “

Plus tôt dans la journée, le président Serge Sarkissian a tenu une réunion d’urgence avec Tonoyan et d’autres responsables impliqués dans l’effort pour canaliser l’incendie. “Je tiens à remercier les gens et les structures qui combattent le feu“, a t-il dit lors de la réunion. “Et je formule des remerciements particuliers à nos partenaires russes qui ont rapidement répondu à notre demande et participent activement à ce travail important“.

La réserve de Khosrov englobe environ 25 000 hectares de terres, dont 9 000 sont couverts de forêts initialement plantées par un roi arménien au 4e siècle, Khosrov III. Les responsables ont déploré hier le fait que l’incendie a déjà détruit environ 400 hectares de forêts.

Certains groupes de protection de l’environnement ont accusé le service de sauvetage et d’autres divisions du ministère de Tonoyan pour l’ampleur du dommage, soulignant que les autorités n’étaient pas préparées à faire face à une telle catastrophe. Les responsables du ministère rejettent la critique. Ils font valoir que, sur ce terrain montagneux il leur est pratiquement impossible de déployer des pompiers près des flammes.

La réserve de Khosrov est également un sanctuaire majeur d’animaux sauvages. Ghazarian a insisté sur le fait que les ours bruns, les sangliers, les renards, les vautours et les centaines d’autres espèces qui habitent la région ne sont pas en danger.

« Les animaux sont plus intelligents que nous », a lâché le chef du service de secours aux journalistes. “Ils ont quitté la zone de combustion depuis bien longtemps. Nous devons juste sauver les arbres. “

posté le 16 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE-ENVIRONNEMENT
Il faut sauver le lac Parz aux eaux limpides près de Dilijan, menacées

Les écologistes tirent le signal d’alarme : il faut absolument sauver le lac Parz, un petit lac du Parc national de Dilijan à l’est de la ville de Dilijan (région de Tavouch) au nord-est de l’Arménie. Le lac porte le nom de « Parz » en référence à ses eaux claires et limpides, le terme « Parz » signifiant « clair » en arménien. Kariné Danielian, l’ex-Ministre de l’Environnement se souvient « Dans mes années d’étudiante nous nous rendions au lac Parz. Ses eaux étaient d’une limpidité extraordinaire. Nous pouvions y voir tel un miroir, le reflet de la forêt et du ciel ». Selon K. Danielian les autorités doivent protéger ce lac car une prolifération d’algues y est constatée, signe de pollution. En Arménie, les citoyens sont chaque jour plus nombreux à prendre la défense de l’environnement, ce qui est très encourageant.

Krikor Amirzayan

posté le 14 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Environnement  Image 450 


ARMENIE-ENVIRONNEMENT
Le feu embrase également la « Foret de Khosrov » alors que celui d’Artavan couve toujours...

Alors que le feu autour du village d’Artavan dans la région de Vayots Dzor n’est pas complètement éteint, un autre foyer de feu a débuté samedi 12 août vers midi à la « Foret de Khosrov » dans la région d’Ararat. A quelque 20 km au nord du village d’Ourtsadzor le feu embrasait l’herbe et les arbustes menaçant cet espace protégé de la « Forêt de Khosrov ». Hier matin, le feu continuait toujours et avait embrasé une surface de 200 à 250 hectares d’arbustes et d’arbres.

JPEG - 28.4 ko

Le ministère des Situations d’urgence a pourtant mis les moyens avec deux hélicoptères, une centaine de pompiers avec une dizaine de camions et gardes forestiers, aidés par une centaine de soldats ainsi que des villageois d’Ourtsadzor. Venu du site d’incendie d’Artavan, le ministre des Situations d’urgence D. Donoyan aidé par de nombreux responsables militaires, a également coordonné les services des pompiers et soldats. Hier, en fin d’après-midi, le feu qui avait été réduit n’était pas totalement maîtrisé. Les écologistes dénoncent déjà en plus de la perte d’arbres et arbustes, la disparition de nombreuses espèces animales se trouvant dans cette « Forêt de Khosrov » qui abritait des espèces menacées. La sècheresse associée à l’imprudence humaine seraient parmi des causes majeures de ces départs de feu.

Krikor Amirzayan

posté le 14 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews