Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Israël


GENOCIDE DES ARMENIENS
Une délégation de députés israéliens s’est rendue au mémorial du génocide des Arméniens à Erévan

Une délégation israélienne emmenée par Tali Ploskov le vice-président de la Knesset (Parlement israélien) et leader du groupe d’amitié Israël-Arménie au Parlement israélien est en Arménie. En compagnie des membres du groupe d’amitié Arménie-Israël au Parlement arménien avec les députés Mikhaïl Melkoumian, Gaguik Melikian, Gevorg Grigorian et Souren Manoukian, la délégation israélienne s’est rendue le 12 septembre au mémorial du génocide des Arméniens à Dzidzernagapert (Erévan).

JPEG - 140 ko

La délégation de parlementaires israéliens a déposé un gerbe de fleurs devant la flamme éternelle du mémorial du génocide des Arméniens en marquant le respect pour la mémoire des 1,5 million d’Arméniens victimes du génocide des Arméniens dans l’Empire ottoman organisé par l’Etat turc de 1915 à 1923. La délégation israélienne s’est ensuite rendue au Musée du génocide, à quelques pas du mémorial.

Krikor Amirzayan

posté le 13 septembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Génocide  Image 450  Israël 


MILITAIRE
L’Arménie loue la décision d’Israël d’interdire la vente de drones à l’Azerbaïdjan

Un haut responsable militaire arménien a fait l’éloge de la décision signalée par les autorités israéliennes d’arrêter les exportations vers l’Azerbaïdjan de drones « suicides » fabriqués par une société israélienne, accusant le pays de les utiliser contre un poste arménien.

Dans un entretien publié cette semaine, le vice-ministre de la Défense, Davit Pakhchanian, a fait écho à ces accusations, expliquant que les marchands d’armes israéliennes ont frappé à plusieurs reprises des cibles arméniennes à la demande des responsables azerbaïdjanais.

La société en question, Aeronautics Defense Systems (ADS), a déclaré la semaine dernière que l’agence de contrôle des exportations du ministère israélien de la Défense lui avait au moins temporairement interdit de livrer un lot de drones Orbiter 1K à un client étranger clé. Dans un communiqué, ADS a ajouté qu’il devait fournir pour 20 millions de dollars de ces avions sans pilote, capables de porter une charge spéciale explosive, à ce client en 2017-2018.

L’ADS n’a pas précisé qui était précisément l’acheteur. Mais il a attribué l’interdiction à une enquête en cours menée par l’agence israélienne.

Le journal israélien “Maariv“ a rapporté le 13 août qu’une enquête avait débuté après une plainte formelle découlant des relations commerciales d’ADS avec le gouvernement azerbaïdjanais. Il a affirmé que les représentants d’ADS se sont rendus en Azerbaïdjan plus tôt cet été pour finaliser un contrat pour la vente de drones aux militaires azerbaïdjanais.

Le journal a ajouté que deux opérateurs de drones israéliens travaillant pour la société ont rejeté la demande des fonctionnaires azerbaïdjanais pour démontrer l’utilisation du drone mortel, en leur présence, en frappant le poste arménien. Mais d’autres dirigeants supérieurs d’ADS ont convenu qu’ils avaient lancé l’engin mortel sur la cible, selon “Maariv“. ADS a rejeté ces faits.

Selon l’armée de défense du Haut-Karabagh, l’Azerbaïdjan a récemment attaqué ses positions de première ligne avec un drone suicide le 7 juillet. Le commandant d’une unité militaire stationnée dans le nord-est du Karabagh a regretté au début du mois d’août que deux de ses soldats avaient été légèrement blessés dans l’incident.

“Naturellement, je trouve la décision du ministère de la Défense israélienne positive, mais ils doivent être cohérents“, a déclaré Pakhchanian au journal “Hay Zinvor“ de l’armée arménienne. “Cet incident a peut-être été exposé, mais je suis convaincu qu’il y a eu beaucoup plus de cas de ce genre“.

L’armée azerbaïdjanaise a largement utilisé des drones suicides similaires fabriqués par une autre société israélienne, Israël Aerospace Industries, lors de la Guerre des Quatre Jours d’avril 2016 au Karabagh. Bakou avait acheté les drones Harop dans le cadre de contrats de défense multimillionaux signés avec des fabricants d’armes israéliens.

posté le 7 septembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ISRAËL-AZERBAÏDJAN
Israël a suspendu la licence d’exportation des drones de la société israélienne Aeronautics en direction de l’Azerbaïdjan après les révélations de « Maariv »

La société israélienne Aeronautics vient d’informer que le gouvernement israélien vient de suspendre sa licence d’exportation de ses drones Orbiter K1 en d’un coût unitaire de 20 millions de dollars en direction d’un de ses plus importants clients. Aeronautics ne nomme pas ce pays. Mais il s’agirait bel et bien de l’Azerbaïdjan. Le site azéri haqqin.az reprend l’information. La société israélienne affirme qu’en direction de ce client elle avait effectué 18% de son chiffre d’affaire et 20% en 2016. Un secret de polichinelle puisque tous les indices mènent à nommer l’Azerbaïdjan pour être ce fameux client bien côté par Moody’s (note Ba) « avec lequel Israël est en bonne relation commerciale » affirmait le communique d’Aeronautics...

Ce geste d’Israël, d’interdire de livraison de drones de fabrication israélienne à l’Azerbaïdjan fait suite aux révélations du journal israélien « Maariv » qui avait indiqué que la société israélienne Aeronautics Defense Systems qui avait délégué ses experts en Azerbaïdjan pour réaliser des essais et ventes de ces drones avaient été priés par Bakou d’expédier ces drones tueurs en direction des positions de l’armée arménienne à la frontière de l’Artsakh (Haut-Karabagh). Les Azéris ne maitrisant pas l’utilisation de ces drones auraient alors désiré que les experts Israéliens effectue une démonstration réelle et causes des pertes à l’armée arménienne. La révélation de « Maariv » a semble-t-il provoqué des réactions hostiles au sein du gouvernement israélien qui vient ainsi de suspendre la licence d’exportation de ces drones en direction de l’Azerbaïdjan.

Krikor Amirzayan

posté le 30 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


DEFENSE
Un ministre israëlien aurait stoppé les exportations de drones vers l’Azerbaïdjan

Le ministère israélien de la Défense aurait arrêté les exportations de drones “suicides“ fabriqués par une société israélienne, qui a été accusée plus tôt ce mois-ci de les avoir utilisé contre un poste arménien, à la demande de l’Azerbaïdjan.

Dans un communiqué, la société Aeronautics Defense Systems (ADS) a annoncé que l’agence de contrôle des exportations du ministère avait au moins temporairement interdit la livraison d’un lot de drones Orbiter 1K à un client étranger. La déclaration indique que l’ADS devait fournir pour un équivalant de 20 millions de dollars de ces drones sans pilote, capables de porter une charge spéciale explosive, en 2017-2018.

ADS n’a pas précisé qui était l’acheteur, disant seulement qu’Israël a des liens commerciaux étroits avec ce pays. Il a également attribué l’interdiction à une enquête en cours menée par l’agence de sécurité israélienne.

Le journal israélien “Maariv“ a rapporté le 13 août que l’agence a lancé une enquête après avoir reçu une plainte formelle découlant des relations commerciales d’ADS avec le gouvernement azerbaïdjanais. Il a affirmé que les représentants d’ADS ont voyagé en Azerbaïdjan plus tôt cet été pour finaliser un contrat pour la vente de drones aux militaires azerbaïdjanais.

Le journal assure que deux opérateurs de drones israéliens travaillant pour la société de défense ont rejeté la demande des fonctionnaires azerbaïdjanais de démontrer l’utilisation mortelle du drone en frappant un poste arménien. Mais, d’autres dirigeants d’ADS ont convenu de lancer le drone mortel sur la cible, selon “Maariv“.

ADS a refusé de commenter l’affaire, lâchant seulement : “l’action opérationnelle a été effectuée par l’acheteur seul“.

Selon l’armée de défense du Haut-Karabagh, l’armée azerbaïdjanaise a récemment attaqué ses positions de première ligne avec un drone suicide, le 7 juillet. Le commandant d’une unité militaire stationnée dans le nord-est du Karabagh a déclaré au début du mois d’août que deux de ses soldats avaient été légèrement blessés lors de l’attaque. Aucun matériel militaire arménien n’a été endommagé par le drone, a-t-il précisé.

L’armée azerbaïdjanaise a largement utilisé des drones suicides similaires fabriqués par une autre société israélienne, Israël Aerospace Industries, lors de la Guerre des Quatre jours d’avril 2016. Bakou les avait reçus dans le cadre de contrats de défense de plusieurs millions de dollars signés avec des fabricants d’armes israéliens.

Les armes israéliennes vendues à l’Azerbaïdjan incluent non seulement divers types de drones, mais aussi des systèmes de défense aérienne et des fusées antichar.

L’Arménie a depuis longtemps exprimé sa préoccupation devant les accords d’armes israélo-azerbaïdjanais, déplorant le fait qu’ils sapent les efforts internationaux pour mettre fin au conflit du Karabagh. Pourtant, sa réaction au rapport “Maariv“ a été jusqu’à présent plutôt prudente.

posté le 30 août 2017 par Claire/armenews


ISRAËL-AZERBAÏDJAN
Israël continue de livrer à l’Azerbaïdjan des drones tueurs qui seront utilisés contre les Arméniens en Artsakh (Haut-Karabagh)

La société israélienne Elbit Systems qui a mis en place les drones militaires « Hermes 900 » pour l’armée israélienne, pourrait vendre de nouveau ces drones à l’Azerbaïdjan, la Colombie, le Mexique, le Chili le Brésil et la Suisse. Information diffusée par NexsSru.co.il. Le site informe également que l’Azerbaïdjan possède 12 drones « Hermes 450 » achetés à Israël en 2006. En 2016 Israël a également fourni 15 drones « Hermes 900 » à l’Azerbaïdjan. Ces drones tueurs que Bakou utilise régulièrement sur le front de l’Artsakh (Haut-Karabagh) contre les positions arméniennes peuvent survoler à 9 000 mètres d’altitude et peuvent porter des charges -missiles- de 350 kg.

Israël qui malgré le génocide dont fut victime le peuple Juif par les nazis lors de la Seconde Guerre mondiale, n’a toujours pas reconnu le génocide subi entre 1915 et 1923 par les Arméniens dans l’Empire ottoman, continue de livrer à l’Azerbaïdjan des armes qui seront utilisées contre les Arméniens en Artsakh (Haut-Karabagh) et l’Arménie. Le business avant l’éthique...

Krikor Amirzayan

posté le 26 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


AZERBAÏDJAN-ISRAËL
L’Azerbaïdjan a demandé lors de l’achat de drones tueurs israéliens que les techniciens Israéliens l’envoient contre les positions arméniennes en Artsakh

Une information sensationnelle du journal israélien « Maariv ». Selon ce magazine le ministère de la Défense de l’Azerbaïdjan vient d’adresserau ministère israélien de la Défense, une note de protestation liée à la société israélienne Aeronautics Defense Systems. Selon l’auteur de l’article, Yosi Melman, affirme que les représentants d’Aeronautics Defense Systems se sont rendus en Azerbaïdjan pour présenter le drone « ATS-kamikaz ». Mais les Azéris auraient demandé à la société israélienne d’envoyer le drone tueur en direction des positions arméniennes à la frontière arméno-azérie. Les Azéris désiraient filmer la scène d’attaque des positions arméniennes et la présenter comme un fait d’acte héroïque et démontrer la puissance de l’armée azérie...Les deux opérateurs Israéliens auraient refusé, provoquant la colère des Azéris qui ont protesté auprès du ministère israélien de la Défense... Le magazine israélien rappelle par ailleurs que l’Azerbaïdjan a acquis une quantité impressionnante d’armement, mais que les Azéris sont incapable de les faire fonctionner...Selon nos confrères d’Arménie qui diffusent cette information, les Azéris étant incapables de maitriser la technologie de ces drones tueurs, ceux utilisés en avril 2016 lors de la mini-guerre contre l’Artsakh, pourraient probablement être l’œuvre de techniciens israéliens, une cible ayant été touchée...accusation lourde. Selon Haaretz, la société Aeronautics Defense Systems rejette cette accusation, affirmant que “l’action opérationnelle a été effectuée par l’acheteur seul et sous sa responsabilité“. A suivre.

Krikor Amirzayan

posté le 14 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ISRAËL-AZERBAÏDJAN
Le quotidien israélien Haaretz révèle le business de la famille Aliev en Israël...avant de supprimer l’article en ligne

Un article révélant la fortune et le business secret de la famille du président azéri Ilham Aliev, placé sur le site du quotidien israélien Haaretz a disparu ! L’article avait alors provoqué la colère de Bakou... Le 30 juillet le site de Haaretz révélait l’immense fortune de la famille Aliev. Le ministre israélien du Tourisme, Yariv Levy avait révélé lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, la somme colossale investie par la famille Aliev en Israël. « Par exemple, il y a un mois l’épouse du président de l’Azerbaïdjan Ilham Aliev et son fils ont acheté une villa de 6 millions de dollars en Israël et à la demande de l’Azerbaïdjan cette maison est surveillée par nos services de sécurité » avait dit le ministre israélien. Le fils d’Aliev se trouverait depuis plusieurs mois en Israël sous surveillance médicale, atteint d’une grave maladie. « La famille du président de l’Azerbaïdjan a investi 600 millions de dollars en Israël, dans le domaine de la santé et du tourisme » avait alors ajouté le ministre israélien du Tourisme. Ajoutant « l’épouse du président Ilham Aliev collabore depuis ces 5 dernières années en investissant et coopérant avec les fondations caritatives en Israël ».

Dans ces conditions, nous comprenons un peu mieux la raison de la disparition de l’article de Haaretz sur la fortune et le business de la famille Aliev en Israël.

Krikor Amirzayan

posté le 4 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


AZERBAÏDJAN
Le blogger Lapshin demande aux autorités de Bakou à être extradé en Israël

Alexandre Lapshin, ce blogger russo-israélien qui avait été condamné à 3 années d’emprisonnement par la justice azérie pour avoir visité à plusieurs reprises le Haut Karabagh sans l’aval de Bakou, a demandé à être extradé en Israël. A. Lapshin, qui avait été extradé vers Bakou sur décision de la justice de Minsk alors qu’il se trouvait en Biélorussie, a la nationalité israélienne, mais aussi russe et ukrainienne, mais il a opté pour Israël, qui entretient d’excellentes relations avec l’Azerbaïdjan auquel il vend de nombreux armements, au cas où les autorités de Bakou accepteraient de l’extrader, selon son avocat cité par le journal israélien Haaretz.

A. Lapshin, qui avait quitté la prison biélorusse où il avait séjourné depuis décembre 2016 pour intégrer une prison azérie, où il a été conduit en février aussitôt après son extradition de Minsk, a fait savoir qu’il ne souhaitait pas être extradé en Russie parce que sa famille - il est le père d’un jeune garçon- se trouve en Israël et qu’il voulait rester le plus près possible. A., 40 ans, résidant à Haifa, est l’auteur d’un blog de voyage en langue russe intitulé Aventures de vie, qui raconte ses voyages dans 122 pays, et sa vie en Israël. Il s’est rendu à deux reprises au Haut-Karabagh, et a affirmé devant un tribunal azéri où il comparaissait début juillet qu’il n’était pas informé de la loi azérie selon laquelle il était interdit de se rendre au Karabagh. Dans son blog, il avait aussi insulté le president azéri Ilham Aliyev, ce qu’il a publiquement regretté devant le tribunal azéri.

posté le 1er août 2017 par Gari/armenews


GÉOPOLITIQUE
Le Ministre israélien de la Coopération Régionale souhaite renforcer les liens avec l’Arménie

Mercredi, un ministre du gouvernement israélien a parlé d’une « étape déterminante » dans les relations entre Israel et l’Arménie lors d’une visite officielle à Erevan, qui a porté sur les moyens de renforcer la coopération économique bilatérale des deux pays.

« Le but de ma visite est de renforcer nos relations », a déclaré le Ministre de la Coopération Régionale Tzachi Hanegbi peu de temps avant de rencontrer le Premier Ministre Karen Karapetian.

« L’amitié [entre les deux nations] existe depuis de nombreuses années », a déclaré Hanegbi. « Les relations diplomatiques existent depuis 25 ans. Mais maintenant, nous pensons à des domaines plus pratiques pour travailler ensemble et pour rendre cette amitié mutuellement bénéfique dans de nombreux domaines ».

« Je pense que depuis plus de dix ans, il n’y a pas eu de visite d’un ministre israélien [en Arménie]. Donc, c’est une nouvelle percée, et je suis heureux d’en faire partie », a-t-il ajouté.

Hanegbi, affilié au Premier Ministre Benjamin Netanyahu, a commencé son voyage mardi avec des discussions avec le Ministre des Affaires Étrangères, Edouard Nalbandian. « Le ministre Hanegbi a précisé qu’Israël veut développer des relations amicales avec l’Arménie et c’est le message principal de sa visite », a déclaré le Ministère Arménien des Affaires Étrangères dans un communiqué.

Les deux hommes ont signé des accords sur l’évitement de la double imposition et sur la levée mutuelle des exigences de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques arméniens et israéliens. Le ministre israélien a également signé un document distinct concernant les échanges culturels bilatéraux avec le Ministre Arménien de la Culture, Armen Amirian.

Karapetian a annoncé à Hanegbi qu’Erevan souhaite également renforcer les liens arméno-israéliens. « Les interlocuteurs ont échangé leurs points de vue sur les perspectives de relations économiques et de contacts commerciaux entre l’Arménie et Israël », a annoncé un communiqué du bureau du Premier Ministre.

Karapetian a également déclaré que son gouvernement souhaite attirer des investissements israéliens dans divers secteurs de l’économie arménienne, notamment les technologies de l’information. Le Ministre des Transports et des Communications, Vahan Martirosian, a ajouté que les centres technologiques opérant en Arménie « seraient heureux d’accueillir des entreprises israéliennes » lors d’entretiens avec Hanegbi tenus plus tôt dans la journée.

Selon les statistiques arméniennes officielles, le commerce entre l’Arménie et Israël s’élevait modestement à 8,5 millions de dollars en 2016.

Les relations entre l’Arménie et Israël se sont refroidies depuis l’effondrement du bloc soviétique, reflétant les priorités géopolitiques contradictoires des deux Etats. L’Arménie a maintenu un rapport chaleureux avec l’Iran pour compenser son isolement géographique, alors qu’Israël a poursuivi une coopération stratégique avec la Turquie et l’Azerbaïdjan.

L’Arménie a été particulièrement préoccupée par les accords de vente d’armes à grande échelle entre Israël et l’Azerbaïdjan. En 2012, les responsables de la défense israélienne ont confirmé un accord visant à fournir aux militaires azéris des armes d’une valeur combinée de 1,6 milliard de dollars. L’armée azérie a utilisé certaines de ces armes fabriquées par Israël - notamment des fusées antichars - au cours des hostilités d’avril 2016 au Haut-Karabagh.

Le Ministre de la Défense israélien, Avigdor Lieberman, est un fervent défenseur de liens étroits avec Bakou. Lieberman aurait réaffirmé en décembre dernier son soutien à « l’intégrité territoriale et l’inviolabilité des frontières » de l’Azerbaïdjan dans le conflit du Karabagh.

Hanegbi, qui occupait des postes de sécurité clés dans le cabinet israélien entre 2003 et 2006, a refusé de commenter les fournitures d’armes israéliennes à Bakou. « Mon voyage ici est concentré sur les aspects positifs de l’amélioration de la relation entre nos pays », a-t-il déclaré.

Nalbandian n’a rencontré aucun membre du cabinet israélien lorsqu’il s’est rendu en Israël en mars 2015 pour assister à un concert de l’Orchestre Symphonique de Jérusalem consacré au centenaire du Génocide Arménien. Nalbandian s’est de nouveau rendu à Jérusalem en mars de cette année pour prendre part à des cérémonies officielles marquant l’achèvement des travaux de restauration de l’église du Saint-Sépulcre. Il n’a pas discuté avec les dirigeants israéliens.

posté le 27 juillet 2017 par Claire/armenews