Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Iran


ARMENIE/IRAN
Sarkissian assistera à l’investiture du président iranien

Le président Serzh Sarkisian se rendra à Téhéran le 5 août pour assister à la cérémonie d’investiture de son homologue iranien récemment réélu, Hassan Rouhani.

Rouhani prêtera serment pour un deuxième mandat plus de deux mois après avoir remporté l’élection présidentielle de l’Iran. Un porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré lundi que “beaucoup“ de dirigeants étrangers et dignitaires devraient assister à la cérémonie.

Sarkisian a exprimé sa confiance dans le fait que « les relations traditionnellement chaleureuses et amicales arméno-iraniennes continueront à se développer et à se renforcer dans tous les domaines » lors des félicitations adressées à Rouhani pour sa réélection en mai. Le leader arménien était également présent à la première inauguration de Rouhani en août 2013.

L’Arménie a longtemps entretenu des relations étroites avec l’Iran, l’un des deux débouchés commerciaux de ce pays du Sud-Caucase sans littoral vers le monde extérieur. Rouhani a souligné l’importance de cette relation lors d’une visite officielle à Erevan en décembre dernier. Il a déclaré que l’Iran augmenterait ses exportations de gaz naturel vers l’Arménie et approfondirait les liens économiques avec son voisin chrétien.

L’Arménie prévoit de lancer une « zone économique libre » près de sa frontière avec l’Iran avant la fin de cette année.

Après des pourparlers avec Sarkisian, le président iranien a également appelé à un règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh. Sarkisian, pour sa part, a encore loué la position « équilibrée » de Téhéran sur le conflit non résolu.

posté le 25 juillet 2017 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Juillet 2017
Numéro 242
A la une : les Arméniens du Kurdistan irakien. Un reportage d’Antoine Agoudjian.

- Politique : les députés arméniens

- France : les engagements d’Emmanuel Macron

- Bilan : La « politique arménienne » de F. Hollande

- Turquie : Les rêves déçus de calife du sultan Erdogan

- Artsakh : Bakou se heurte à l’OSCE

- Dossier tourisme : à la conquête du Nord-Ouest

- Haut Karabagh : la guerre d’après

- Stepanakert : un café comme lieu de vie

- Témoignage : Robert Kéchchian en Artsahk

- Sibérie : nouvelle diaspora en Yacoutie

- Humanitaire : le prix Aurora à Erevan

- Arménien : partage à l’école hebdomadaire de l’UGAB

- Cinéma : interview du réalisateur G. Aprikian

- Danse : G. Pogossian à l’American Ballet

- Théâtre : Sipan Mouradian à Avignon

- Festival : tour de France des immanquables

- Musique : dernier CD de Tigran Mansurian

- Chant : interview de Mariam Sarkissian

- BD : livre de recettes de Sonia Ezgulian

- Histoire : La musique sacrée et les pères mékhitaristes

- Opinions : René Dzagoyan, écrivain
posté le 1er juillet 2017 par Spidermian/armenews
THEMES ABORDES : Iran 


DIPLOMATIE
Aliev accuse les Arméniens de « crimes contre l’ensemble du monde musulman »

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a remercié les États islamiques d’avoir soutenu l’Azerbaïdjan dans le conflit du Haut-Karabagh et a accusé les Arméniens de commettre des « crimes contre l’ensemble du monde musulman ».

“L’Organisation de la coopération islamique (OCI) a adopté de nombreux documents et résolutions sur le conflit“, a déclaré Aliev hier face à des ambassadeurs des nations musulmanes basés à Bakou. “Ces documents appuient la juste position de l’Azerbaïdjan“.

“Le soutien et la solidarité manifestés par les pays musulmans sont très importants pour nous. Je remercie les membres de l’organisation pour ce soutien “, a-t-il ajouté.

Aliev a rappelé la déclaration commune adoptée par les chefs des Etats membres de l’OCI lors d’un sommet tenu à Istanbul en avril dernier. Il a qualifié l’Arménie d’« agresseur » et a appelé à des mesures plus « coercitives » qui aideraient l’Azerbaïdjan à prendre le contrôle du Karabagh. La déclaration accuse Erevan pour les hostilités de quatre jours au Karabagh qui ont éclaté plus tôt en avril 2016.

Le gouvernement arménien a répondu en accusant le bloc islamique de “déformer complètement l’essence du conflit du Haut-Karabagh“. L’Arménie entretient des relations cordiales avec certains Etats membres de l’OCI, notamment l’Iran.

Alors qu’il rencontrait les émissaires étrangers, Aliev a également allégué que les Arméniens ont détruit les mosquées azerbaïdjanaises dans la ville de Shushi (Shusha) au Karabakgh, Aghdam et d’autres “villes occupées“. “C’est un crime contre l’ensemble du monde musulman“, a-t-il chargé. “Nous voulons que tous les musulmans du monde sachent cela“.

Les dirigeants du Karabagh ont affirmé en 2010 qu’ils avaient dépensé plus de 80 000 $ pour rénover ces édifices religieux ainsi qu’un ancien bâtiment scolaire islamique à Shushi. Ils ont ajouté que les réparations étaient également parrainées par le diocèse de Karabagh de l’Église apostolique arménienne.

Les autorités de Stepanakert ont annoncé en décembre dernier qu’ils avaient contracté une société iranienne pour compléter la reconstruction de la mosquée Yukhari Govhar Agha du 19e siècle de Shushi.

posté le 14 juin 2017 par Claire/armenews


IRAN
L’Iran appelle au dialogue entre le Qatar et ses voisins du Golfe

L’Iran a appelé le Qatar et ses voisins du Golfe à “un dialogue franc“ pour résoudre leurs différends, après la rupture des relations avec Doha décidée par l’Arabie saoudite et ses alliés.

“La résolution des différends dans les pays de la région, y compris les problèmes actuels entre les trois voisins du Qatar et ce pays, n’est possible que par des moyens politiques et pacifiques et un dialogue franc entre les parties“, indique un communiqué de Bahram Ghasemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

“L’usage de sanctions dans le monde interdépendant d’aujourd’hui est inefficace, inacceptable et condamnable“, a-t-il ajouté.

L’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont rompu lundi avec le Qatar et décidé notamment de fermer leur espace aérien et leurs frontières terrestres et maritimes avec cette petite mais très riche monarchie pétrolière et gazière.

L’Iran est “inquiet“ par la situation ainsi créée et “demande à tous“ de “tirer partie des expériences amères dans la région, d’éviter l’émotion et de s’en remettre à la sagesse afin d’aller vers la paix et la désescalade“, a affirmé le porte-parole.

Selon lui, les tensions “ne bénéficient à aucun gouvernement de la région et menacent les intérêts de tous“ alors que le Moyen-Orient et le monde “souffrent de l’expansion du terrorisme“

L’Egypte aussi a décidé de mettre fin à ses liens diplomatiques avec le Qatar, qui “insiste à adopter un comportement hostile vis-à-vis“ du Caire, selon le ministère égyptien des Affaires étrangères.

Les voisins du Qatar on justifié ces mesures par le “soutien au terrorisme“ de Doha, y compris el-Qaëda, le groupe Etat islamique (EI) et les Frères musulmans, confrérie classée “terroriste“ par l’Egypte et des pays du Golfe.

Selon l’Arabie saoudite, Doha soutient aussi “les activités de groupes terroristes soutenus par l’Iran dans la province de Qatif (est)“, où se concentre la minorité chiite du royaume saoudien, ainsi qu’à Bahreïn, secoué depuis plusieurs années par des troubles animés par la majorité chiite de ce pays.

posté le 9 juin 2017 par Stéphane/armenews


TERRORISME
Attentat de Daech à Téhéran : l’Arménie exprime sa solidarité envers l’Iran

Des hommes armés et des kamikazes ont attaqué mercredi le Parlement et le mausolée de l’imam Khomeiny à Téhéran, tuant douze personnes, les premières attaques revendiquées par le groupe Etat islamique (EI) dans le pays.

Menées presque simultanément, les attaques lancées le matin ont duré plusieurs heures et “les forces de l’ordre contrôlent (désormais) la situation“, a affirmé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué, en affirmant que les six assaillants étaient morts. 

Le premier groupe qui a attaqué le mausolée de l’imam Khomeiny “était composé de deux personnes. La première s’est fait exploser dans les jardins du mausolée et la seconde a été tuée par les forces de l’ordre“, a-t-il ajouté.  Quatre assaillants ont mené l’attaque contre le Parlement, a poursuivi le ministère. L’un s’est fait exploser et trois ont été tués par les forces de sécurité. 

Les hommes armés ont fait irruption au siège du Parlement où ils ont ouvert le feu. Ils étaient déguisés en femmes, selon le vice-ministre de l’Intérieur Hossein Zolfagari.  Les députés ont néanmoins continué leur session dirigée par le président du Parlement Ali Larijani qui a dénoncé “des terroristes lâches“.  L’un des assaillants est à un moment sorti dans l’avenue qui passe près de la Chambre des députés et a tiré sur les passants. Les forces de sécurité ont tiré sur lui, le forçant à retourner dans l’enceinte du Parlement.  Une photo publiée par plusieurs agences montre une tête tranchée, présentée comme étant celle d’un des assaillants au mausolée. 

C’est la première fois que l’EI revendique des attentats en Iran. “Des combattants de l’EI ont attaqué le mausolée de Khomeiny et le siège du Parlement à Téhéran“, a indiqué Amaq, l’agence de propagande du groupe jihadiste, en parlant de deux attentats suicide. 

Selon le ministère des Renseignements, un autre groupe de “terroristes“ a été neutralisé à Téhéran avant de pouvoir passer à l’action. 

L’Arménie a exprimé sa solidarité avec l’Iran. “Nous condamnons fermement les attaques au Parlement iranien et au Mausolée de l’Ayatollah Khomeini“, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Edward Nalbandian dans un communiqué publié sur la page Twitter de son ministère. « Nous sommes solidaires du peuple d’Iran“.

Le président de l’Arménie Serge Sarkisian et le président du parlement, Arar Babloyan, ont également condamné les attaques par des lettres de condoléances envoyées à leurs homologues iraniens.

« Accordant de l’importance à la sécurité et à la stabilité de ce pays voisin et amical, je suis convaincu que les autorités iraniennes prennent toutes les mesures nécessaires pour prévenir de telles actions », a écrit Sarkisian au président Hassan Rouhani.

posté le 7 juin 2017 par Ara/armenews


DIPLOMATIE
L’élection de Rouhani est positive pour l’Arménie, selon un expert

La réélection du président réformiste iranien, Hassan Rouhani, est positive pour l’Arménie, car elle signifie que la mise en œuvre des accords conclus entre les deux pays voisins ne sera pas retardée, estime un expert à Yerevan.

“Nous n’aurons pas de perte de temps“, a déclaré Vartan Voskanian, spécialisé dans les études iraniennes, au service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am), commentant la victoire de Rouhani le 19 mai à l’élection présidentielle de la République islamique.

“Nous aurons la même équipe [à Téhéran] qui s’engage à développer ses relations avec l’Arménie“, a-t-il ajouté.

Rouhani a battu son principal challenger, l’ex-procureur conservateur Ebrahim Raisi lors du premier tour de l’élection, obtenant près de 57 pour cent des voix, ce qui le reconduit pour un nouveau mandat de quatre ans en tant que président.

“Il existe certains processus au sein de l’Iran, mais il ne faut pas s’attendre à des bouleversements politiques ou à des développements post-électoraux“, a déclaré Voskanian. “La population en Iran est généralement satisfaite et même les représentants de l’opposition à Rouhani ont reconnu les résultats de l’élection. Le leader spirituel suprême de l’Iran a été béni par ces résultats “, a expliqué l’expert, en concluant :“ En fait, les élections en Iran sont terminées “.

Certains Iraniens qui vivent en Arménie ont également voté vendredi à Yerevan dans l’ambassade de leur pays. Parlant du service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am), la plupart d’entre eux ont déclaré qu’ils avaient voté pour la continuation des réformes.

Le président arménien Serge Sarkissian a félicité le président Rouhani pour sa victoire, soulignant la nature amicale des relations d’Erevan avec Téhéran.

Dans son message de félicitations à Rouhani, Sarkissian, cité par son bureau de presse, a exprimé sa confiance que, pendant le mandat du président iranien, « l’amical Iran voisin continuera à se développer vers le haut, apportant sa contribution considérable et importante à l’établissement de la paix et de la stabilité régionales. “

“J’espère que grâce à nos efforts communs, les relations arméno-iraniennes traditionnellement chaleureuses et amicales continueront à se développer et à renforcer dans tous les domaines, en enregistrant un niveau de coopération qualitativement nouveau entre nos peuples“, a déclaré Sarkissian.

Sarkisian et Rouhani ont discuté des moyens d’approfondir les liens économiques entre les deux pays lors de la visite du président iranien en Arménie à la fin de l’année dernière. Ceux-ci incluent la coopération dans les domaines de l’énergie et des transports ainsi qu’une zone libre d’impôt en Arménie pour les entreprises manufacturières iraniennes.

Sarkisian a également loué l’Iran pour sa position équilibrée sur le conflit arménien-azerbaïdjanais sur le Haut-Karabakh.

posté le 23 mai 2017 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



IRAN
Sarkissian félicite Rohani pour sa victoire

Le président Serge Sarkissian a souligné la nature amicale des relations de l’Arménie avec l’Iran et a assuré qu’il souhaitait continuer et renforcer cette coopération, lors de son message de félicitations envoyé au président Hassan Rohani. Ce dernier a remporté les élections qui se sont tenues dans la République islamique le 19 mai.

Rohani a battu son principal challenger, l’ex-procureur conservateur Ebrahim Raisi, lors du premier tour de l’élection en obtenant plus de 50% des voix.

Dans son message de félicitations, Sarkissian a exprimé sa confiance que, pendant le mandat du président iranien, « l’Iran amicalement voisin continuera à se développer vers le haut, apportant sa contribution considérable et importante à l’établissement de la paix et de la stabilité régionales. “

“J’espère que, grâce à nos efforts communs, les relations arméno-iraniennes traditionnellement chaleureuses et amicales continueront de se développer et de se renforcer dans tous les domaines, en enregistrant un niveau de coopération plus important entre nos peuples“, a ajouté Sarkissian.

“Je vous souhaite une excellente santé, un succès dans toutes vos entreprises, et je souhaite une paix et une prospérité durables au peuple iranien“, peut-on lire dans le message.

Sarkissian et Rohani ont discuté des moyens d’approfondir les liens économiques entre les deux pays lorsque le président iranien a effectué une visite en Arménie à la fin de l’année dernière. Ceux-ci incluent la coopération dans les domaines de l’énergie et des transports, ainsi qu’une zone libre d’impôt en Arménie pour les entreprises manufacturières iraniennes.

Sarkissian a également loué l’Iran pour sa position équilibrée sur le conflit arméno-azerbaïdjanais sur le Haut-Karabagh.

posté le 22 mai 2017 par Claire/armenews


IRAN
Iran : deux morts et 377 blessés dans un fort séisme

Un séisme de magnitude 5,7 a frappé samedi soir le nord-est de l’Iran, faisant au moins deux morts et 377 blessés, a rapporté dimanche l’agence Isna, citant le centre iranien de Sismologie.

L’épicentre du séisme se trouve non loin de la ville de Bojnourd située dans la province de Khorassan Shomali (nord-est).

Selon les responsables locaux, une soixantaine de blessés sont toujours hospitalisés et plusieurs villages ont été détruits à plus de 40%.

Début avril, un séisme de magnitude 6 avait fait deux morts et quatre blessés à quelque 80 kilomètres au sud-est de Machhad (nord-est). En janvier, quatre personnes avaient péri dans un séisme qui avait frappé le sud de l’Iran, un pays régulièrement touché par des tremblements de terre de magnitude plus ou moins forte.

Le dernier grand séisme remonte à décembre 2003 à Bam, dans la province de Kerman (sud-est). Au moins 31.000 personnes avaient été tuées et la ville presque entièrement détruite.

posté le 14 mai 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Derniere minute  Iran 


IRAN
Hassan Rohani met en garde contre un retour de l’extrémisme en Iran

Le président iranien Hassan Rohani a mis les électeurs en garde contre un retour de l’extrémisme à l’occasion de l’élection présidentielle du 19 mai, où il brigue un second mandat face à l’opposition des conservateurs.

Hassan Rohani, un modéré, avait créé la surprise du scrutin de 2013 après huit années de règne de Mahmoud Ahmadinejad. La réélection, en 2009, de ce tenant de la ligne dure avait provoqué d’immenses manifestations et conduit à une répression violente.

Rohani doit compter avec la concurrence des conservateurs dont certains sont proches du guide suprême de la révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, et qui dénoncent les mauvais résultats de la politique économique du président sortant.

Ces conservateurs reprochent également à Rohani sa politique de détente à l’égard de l’Occident ainsi que les concessions faites lors de la signature de l’accord sur le programme nucléaire iranien en échange d’un allègement des sanctions économiques.

« Nous ne les laisserons pas ramener une atmosphère sécuritaire et policière dans notre pays », a déclaré Hassan Rohani lors d’une réunion de ses partisans à Yazd dans le centre du pays, selon l’agence Tasnim.

« Les Iraniens montreront au monde lors de l’élection du 19 mai que l’ère de la violence, de l’extrémisme et des pressions est terminée dans notre pays et que l’Iran avance sur le chemin de la raison », a-t-il poursuivi.

L’un des plus importants adversaires d’Hassan Rohani est Ebrahim Raisi, président de la fondation caritative qui gère le sanctuaire de l’imam Reza à Mashhad, la grande ville sainte de l’Iran dans le nord-est du pays.

Proche d’Ali Khamenei, le religieux est également un homme qui connaît parfaitement l’appareil judiciaire iranien puisqu’il a été vice-procureur et procureur de Téhéran puis vice-procureur général et procureur général de 2014 à 2016.

Il fut l’un des quatre juges qui prononcèrent l’exécution de plusieurs milliers de prisonniers politiques en 1988.

Hassan Rohani peut compter sur un large soutien parmi la jeunesse iranienne et dans l’électorat urbain, séduits par ses positions libérales et la fin de l’ingérence des religieux dans leur vie personnelle, estiment les observateurs.

Au cours de son mandat, les progrès dans le domaine des libertés publiques ont été limités, de même que les avancées sur la question des prisonniers politiques. Son action a surtout visé à sortir l’Iran de l’isolement international dans lequel il se trouvait.

posté le 6 mai 2017 par Stéphane/armenews