Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Agriculture


POLITIQUE
Le gouvernement arménien travaille à la mise en place d’exonérations suite aux tempêtes de grêle

Les autorités arméniennes cherchent des mesures pour atténuer les sévères dommages infligés aux agriculteurs par les tempêtes de grêle dans des dizaines de villages cet été, a déclaré lundi le Ministre de l’Agriculture, Ignati Arakelian.

Les tempêtes de grêle ont frappé ces communautés en juin et la semaine dernière, détruisant une partie de leurs cultures. De nombreux agriculteurs locaux ont ainsi perdu une grande partie de leurs revenus prévus pour cette année. La plupart d’entre eux ont des dettes impayées envers des banques. Ils prévoyaient de les rembourser avec le produit des ventes de leurs fruits et légumes.

Au cours des dernières semaines, les résidents de certaines des communautés touchées ont bloqué les routes voisines pour exiger une aide gouvernementale urgente.

Arakélien a déclaré que le gouvernement central et local évalue encore les dommages causés par la grêle dans six des dix provinces arménienne. En attendant, les autorités d’Erevan envisagent une série de mesures pour compenser les agriculteurs désespérés, a-t-il promis. Celles-ci incluent des exemptions complètes ou partielles du paiement de la taxe foncière agricole et des redevances d’irrigation d’eau.

« En ce qui concerne la taxe foncière, après que tous les dégâts aient été constatés, une décision du gouvernement sera prise au sujet du montant des indemnités », a déclaré Arakelian lors d’une conférence de presse. « En ce qui concerne l’eau d’irrigation, il a été convenu que dans les zones endommagées, il y aurait un régime indulgent pour la collecte des redevances d’irrigation d’eau afin que l’approvisionnement en eau ne soit coupé que lorsque la saison d’irrigation sera terminée ».

Le ministre a également déclaré que la Banque Centrale Arménienne a « pris des mesures » pour que les remboursements des dettes des agriculteurs soient reportés ou prolongés. Il n’a pas élaboré.

De nombreux agriculteurs sont très sceptiques quant à de telles assurances, affirmant que le gouvernement n’a pas réussi à les aider après de précédentes catastrophes naturelles. Amberd, un village de la province d’Armavir, a été frappé par la grêle le mois dernier et en 2016.

« Ils ne nous ont toujours pas aidé [pour 2016] », a déclaré le maire du village, Manvel Babayan. « Il n’y a eu qu’une petite compensation pour l’eau d’irrigation, mais rien sur l’impôt foncier ».

« Les habitants ne me croient plus », a ajouté Babayan. « Je dis juste que je suis optimiste ... Je ne sais pas. Que devrions nous faire ? Qui devrions-nous croire ? ».

Le maire d’un autre village d’Armavir, Aygeshat, a accusé les autorités de ne pas honorer leur promesse de geler les remboursements de la dette en 2016.

posté le 12 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE-AGRICULTURE
L’Arménie a déjà exporté 16 000 tonnes d’abricot

L’exportation des abricots d’Arménie est en pleine croissance. A ce jour, l’Arménie a exporté près de 16 000 tonnes d’abricots (prunus armeniaca en latin) soit une hausse de 40% par rapport à l’année dernière. Ce chiffre de 16 000 tonnes est en date du 7 juillet. L’an dernier à la même époque les exportations d’abricot représentaient 11 500 tonnes. Le ministère arménien de l’Agriculture qui diffuse ces chiffres informe également que le principal pays de l’exportation de l’abricot arménien est la Russie. Mais l’abricot d’Arménie s’exporter également dans les Emirats Arabes Unis et en Géorgie.

Krikor Amirzayan

posté le 8 juillet 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Agriculture  Arménie 


ENVIRONNEMENT
Le gouvernement va puiser les ressources du lac Sevan pour irriguer en urgence

Ignorant les graves inquiétudes exprimées par les écologistes, mardi le Parlement arménien a autorisé le gouvernement à augmenter considérablement la quantité d’eau du lac Sevan utilisée pour l’irrigation cette année.

Le vaste lac montagneux, vital pour l’écosystème arménien tout entier, est une source d’eau d’irrigation fournie à la vallée Ararat, située à l’ouest et au sud d’Erevan, à travers la rivière Hrazdan. Elle alimente également le deuxième complexe hydroélectrique du pays, construit le long de la rivière à l’époque soviétique.

La législation arménienne permet au gouvernement d’utiliser plus de 170 millions de mètres cubes d’eau du lac Sevan chaque année à des fins d’irrigation et de production d’électricité. Le gouvernement a demandé à l’Assemblée Nationale d’augmenter ce plafond de 100 millions de mètres cubes pour la saison d’irrigation actuelle, à cause d’une baisse des précipitations en 2017.

En présentant le projet de loi aux législateurs, le chef du Comité d’État sur les Ressources en Eau, Arsen Harutiunian, a déclaré qu’environ 130 000 agriculteurs risquaient actuellement de graves pénuries d’eau qui pourraient avoir des conséquences dévastatrices pour leurs cultures.

Les principaux groupes de protection de l’environnement arméniens sont fortement opposés à cette mesure urgente. Ils considèrent que cela irait à contre courant d’une augmentation de plus de dix ans du niveau d’eau de Sevan, considérée comme essentielle pour sauver son écosystème en voie de disparition.

Le ministère arménien de la Protection de l’environnementa ajouté sa voix à ces préoccupations. Il estime que le niveau d’eau de Sevan baisserait de 8 centimètres en conséquence.

« [Les plans du gouvernement] auront un impact sur l’écosystème » a admis Harutiunian. « Mais le problème que nous mettons en évidence est beaucoup plus important », a-t-il annoncé, se référant au secteur agricole en difficulté.

Harutiunian a également soutenu que le niveau de Sevan a augmenté de 16 centimètres en 2015 et de 18 centimètres l’année dernière, principalement en raison de l’eau pompée dans le lac depuis d’autres rivières à travers deux canaux souterrains. Le lac aura donc plus d’eau qu’en 2016, même après l’approvisionnement en eau d’urgence, a déclaré le responsable avant que le Parlement n’approuve le projet de loi en première lecture.

Seuls trois députés, tous représentants de l’alliance d’opposition Yelk, ont voté contre la mesure. L’une d’eux, Lena Nazarian, a déclaré que, au lieu de chercher à augmenter la consommation de l’eau de Sevan, le gouvernement aurait dû réduire le gaspillage persistant de l’eau d’irrigation. Elle a ajouté que les réseaux d’irrigation restent très inefficaces malgré les nombreux fonds budgétaires qui ont été alloués ces dernières années pour leur réhabilitation.

Harutiunian a reconnu qu’environ 55% de l’eau d’irrigation est perdue avant d’atteindre les agriculteurs.

posté le 5 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



INTEMPERIE
Les agriculteurs réclament des aides après une forte tempête de grêle

Hier, des centaines d’agriculteurs en colère ont bloqué une route en Arménie pour exiger que le gouvernement les indemnise suite aux dommages massifs causés par une tempête de grêle puissante qui avait balayé le pays la nuit précédente.

Les manifestants étaient principalement des résidents de huit villages de la province d’Armavir, à l’ouest d’Erevan. Selon le ministère arménien de l’Agriculture, les grêlons ont détruit entre 40 et 100 % des cultures de ces agriculteurs.

Les résidents locaux ont totalement ou partiellement perdu leur principal revenu source de revenu pour cette année. Beaucoup d’entre eux ont des dettes impayées aux banques commerciales. Ils prévoyaient de rembourser leurs prêts agricoles avec le produit des ventes de leurs fruits et légumes.

“La grêle a détruit toute la récolte ici“, a expliqué un des villageois bloquant une autoroute d’Armavir. “Tout ce que l’argent a été investi ici est perdu“.

“Nous devons avoir une sorte d’assistance de l’État afin que nous puissions nous sentir mieux et ne pas quitter ce pays“, a déclaré un autre homme.

Les manifestants ont débloqué la route après que le ministre adjoint de l’Agriculture, Ashot Harutiunian, et le gouverneur d’Armavir, Ashot Ghahramanian, se soient rendus sur place et aient parlé avec eux. Les deux hommes politiques ont promis de présenter des propositions d’indemnisation au gouvernement dans les 10 jours. Les agriculteurs sont restés sceptiques.

“Ils disent que le remboursement de nos prêts sera reporté à l’année prochaine“, a affirmé l’un d’eux. “Mais nous n’avons encore jamais vu de telles choses jusqu’à présent“.

“L’année dernière, il y a eu une tempête de grêle encore plus forte“, a ajouté un autre villageois. “Aucune feuille n’a été laissée sur les arbres. Notre gouverneur nous a trompé en disant qu’ils nous dédommageraient et nous aiderait“.

Chaque année, une partie importante de la production agricole en Arménie est perdue en raison de la grêle. Le gouvernement a cherché à limiter les dommages en finançant ou en subventionnant l’installation des centaines de machines à travers le pays. Mais de nombreux villages manquent encore de telles installations.

De plus, l’efficacité de ces machines est mise en doute par certains experts en agriculture. Plus tôt cette année, le Premier ministre Karen Karapetian a discuté avec des responsables gouvernementaux pertinents d’autres moyens de protéger les récoltes, y compris grâce à des filets anti-grêle.

posté le 14 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COMMERCE
D’après le gouvernement, les exportations agricoles ont presque doublé en 2016

Les exportations de fruits et légumes frais arméniens, principalement à destination de la Russie, ont presque doublé cette année, a annoncé mercredi le ministère de l’Agriculture de l’Arménie.

Selon les statistiques officielles publiées par le vice-ministre de l’Agriculture Robert Makarian, elles ont totalisé 143 000 tonnes métriques depuis le début de 2016, contre 73 700 tonnes en 2015. Environ 85% de ces produits ont été expédiés vers la Russie.

Makarian a insisté pour dire que les chiffres n’étaient pas gonflés. “Si je mentais, je vous dirais que les exportations ont triplé“, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Selon des données distinctes du National Statistical Service (NSS), l’Arménie a exporté près de 60 millions de dollars de fruits et légumes entre janvier et octobre 2016, en hausse de 77,5% en glissement annuel.

Les exportations arméniennes vers la Russie avaint chuté de près de 27 % l’année dernière, principalement en raison de la forte dépréciation du rouble russe causée par l’effondrement des prix mondiaux du pétrole. Le rouble beaucoup plus faible a plus que compensé une augmentation drastique du volume physique des exportations agricoles arméniennes qui a également été enregistrée en 2015. Le taux de change de la monnaie russe a été en grande partie stable cette année.

Les entreprises vinicoles arméniennes, traditionnellement orientées vers le marché russe, ont été particulièrement touchées en 2015. Certaines d’entre elles n’ont toujours pas payé pour les raisins achetés auprès des agriculteurs. Makarian a évalué cette dette combinée aux agriculteurs à 155 millions de drams (320 000 $).

Le plus grand débiteur, une cave nommée Vinar, doit environ 100 millions aux résidents de trois villages viticoles dans la province d’Ararat sud. Beaucoup d’entre eux ont organisé des manifestations régulières au cours de la dernière année. Ils ont reçu à plusieurs reprises des assurances de Vinar et du gouvernement selon lesquelles ils recevraient bientôt un paiement pour leurs raisins.

Makarian a annoncé que le ministère de l’Agriculture a demandé aux procureurs de l’Etat d’enquêter sur la société « irresponsable ».

Le directeur général de Vinar, Avet Galstian, a nié toute pratique frauduleuse. “Je pense que 90 % de la dette sera déblayé avant la nouvelle année“, a-t-il commenté.

posté le 22 décembre 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



HAUT-KARABAGH
Bako Sahakian a rendu visite aux exposants à l’occasion de la Journée de l’agriculteur

Bako Sahakian le président de la République du Haut-Karabagh a rendu visite aux exposants le 9 octobre à Stepanakert lors de la Journée de l’agriculteur. Des produits issus de l’agriculture du Haut-Karabagh, fruits, légumes, vins et alcools étaient proposés à la dégustation-vente auprès du public. Bako Sahakian a marqué sa satisfaction de voir cette Journée de l’agriculteur devenir un rendez-vous annuel traditionnel et offrir aux consommateurs des produits très variés. A noter également avec Bako Sahakian, la présence de Mgr Barkév Mardirossian archevêque de l’Artsakh, du président du Parlement Achot Ghoulyan et du Premier ministre de la RHK Arayik Harutyunyan.

Krikor Amirzayan

JPEG - 93.9 ko
JPEG - 94.3 ko
posté le 10 octobre 2016 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Agriculture  Image Panoramique  Karabagh 


ARMENIE-AGRICULTURE
L’Arménie a déjà récolté 90 000 tonnes de raisin

L’Arménie a déjà récolté 90 000 tonnes de raisin en date du 6 octobre vient d’annoncer Robert Magaryan le vice-ministre arménien de l’Agriculture aux journalistes à l’issue d’une réunion gouvernementale à Erévan. Robert Magaryan a assuré que tout se déroulait très bien et que les agriculteurs qui ont livré leur raisin seront payés dans les meilleurs délais. A noter que la société Védi Alco a réalisé les paiements auprès des agriculteurs qui avaient livré leur raisin l’an dernier et qui manifestaient pour le paiement de leurs livraisons.

Krikor Amirzayan

posté le 7 octobre 2016 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Agriculture 


ARMENIE
Le nouveau ministre de l’Agriculture à la rencontre de fermiers mécontents

Le ministre de l’Agriculture Ignati Arakelian s’est rendu hier dans un village de la province de Vayots Dzor au Sud-est, village qui a été pendant des mois le théâtre de manifestations de colère de fermiers exigeant le paiement de leurs raisins vendus à un producteur privé l’année dernière.

La société Vedi Alco doit encore aux résidents d’Aghavnadzor 140 millions de drams, à cause selon elle de pertes massives en Russie, son principal marché d’exportation. Les agriculteurs, de plus en plus désespérées face à cette situation, ont perturbé les classes dans l’école locale, contrecarré le travail de l’administration du village et brièvement bloqué une route à proximité ce mois-ci pour protester contre l’échec de Vedi Alco à payer leurs raisins.

Arakelian, qui a été nommé ministre de l’Agriculture la semaine dernière, a affirmé aux agriculteurs : “Le gouvernement est intervenu et Vedi Alco remplira pleinement ses obligations contractuelles très prochainement“.

Arakelian a en même temps exhorté les agriculteurs d’Aghavnadzor à ne pas bloquer à nouveau le trafic sur la route menant à la frontière iranienne. “Ne fermez pas les routes, vous ne résoudra aucun problème de cette façon“, a t-il prévenu.

Arakelian a également répondu aux plaintes des agriculteurs qui affirment qu’ils ont du mal à trouver des acheteurs en gros pour la récolte de raisin de cette année. Il leur a suggéré de baisser les prix.

“Les distilleries doivent être en mesure d’entrer sur le marché avec des prix compétitifs pour le cognac et le vin. Ils ont donc besoin de produits agricoles peu cher, et il faut donc trouver un moyen de baisser les coûts de production. Des experts internationaux vont vous donner des conseils“, a promis le ministre, qui a été à la tête de la plus grande compagnie de brandy d’Arménie avant de rejoindre le gouvernement.

Les villages se sont insurgés contre cette proposition. “Que dois-je faire lorsque les coûts de production sont peu à peu à la hausse pour les villageois, mais artificiellement bas pour les caves ?“, s’est questionné l’un d’eux. Il a ajouté que la plupart des acheteurs ne veulent payer que 80-100 drams (environ 18 cents américains) par kilogramme de raisin.

Arakelian est resté inflexible.

Le ministre a rencontré plus tard dans la journée des propriétaires et des cadres supérieurs d’entreprises d’alcool du Vayots Dzor. La déclaration sur la réunion publiée par le ministère de l’Agriculture ne précise pas s’ils sont parvenus à des accords sur les achats de raisins de cette année.

posté le 29 septembre 2016 par Claire/armenews


ÉCONOMIE
Nette augmentation des exportations agricoles arméniennes

L’exportation de fruits et légumes frais arméniens vers la Russie a presque doublé les cinq premiers mois de l’annnée, d’après le Service National des Statistiques (SNS).

Le gouvernement a également annoncé une augmentation à deux chiffres des revenus d’exportation de boissons alcoolisées et de plats préparés. La Russie est le marché d’exportation principal de ce genre de produits.

Les informations du SNS présentent des données qui montrent la valeur du marché commun de l’exportation de fruits et légumes arméniens à environ 30 millions de janvier à mai, alors qu’il était à 8 millions en 2015 sur la même période.

La production agricole arménienne n’augmente que de 8% d’année en année, suggérant que la part de ventes internationales - en Russie par exemple - augmente beaucoup plus vite.

À Erevan, le gouvernement attribuera cette tendance à l’adhésion de l’Arménie à l’Union Économique Eurasienne, effective depuis le 1 janvier 2015.

Les exportations arméniennes vers la Russie ont chuté de près de 27 % en 2015, principalement en raison d’une forte dépréciation du rouble russe. Avec les prix du pétrole commencent à se rallier en janvier, la monnaie russe a renforcé de près de 20 pour cent par rapport au dollar américain depuis le début de cette année, se traduisant par plus de revenus pour les exportateurs arméniens. Selon le NSS, le total des exportations arméniennes vers la Russie a doublé pour atteindre 132,4 millions de dollars en janvier-mai 2016.

Citant des chiffres publiés par l’organe exécutif de l’UEE à Moscou, le journal de Erevan, “168 Zham“, a rapporté la semaine dernière que le brandy arménien, populaire en Russie, a représenté la plus grande part de ce gain.

Les statistiques officielles arméniennes montrent que la production de brandy dans le pays a grimpé de plus de moitié en termes physiques sur la période de cinq mois. L’industrie du cognac et du vin arménien, traditionnellement orienté vers le marché russe, a été durement touché par l’affaiblissement du rouble l’an dernier.

“168 Zham“ a également révélé une augmentation par 10 des exportations de tomates arméniennes vers la Russie et d’autres Etats membres de l’UEE. L’arrêté du gouvernement russe interdisant les importations agricoles en provenance de Turquie l’année dernière a clairement contribué à cette augmentation sans précédent.

Le 22 juin, le Ministre de l’Agriculture Serge Karapetian a déclaré aux journalistes que l’Arménie a exporté 63.700 tonnes de fruits et légumes jusqu’à présent cette année, contre 76.700 tonnes exportées dans l’ensemble de l’année 2015. I a ajouté que les abricots ont représenté près de 10 % du volume total et leurs exportations ont plus que doublé en termes physiques en janvier-mai.

Le président russe Vladimir Poutine a salué l’augmentation des importations de produits alimentaires et de boissons alcoolisées de l’Arménie lors de sa rencontre avec son homologue arménien Serge Sarkissian à Saint-Pétersbourg le 20 juin. Poutine a attribué cela au “processus d’intégration“ entre les deux pays, faisant clairement allusion à l’adhésion controversée de l’Arménie au UEE.

posté le 6 juillet 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200