Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Agriculture


COMMERCE
D’après le gouvernement, les exportations agricoles ont presque doublé en 2016

Les exportations de fruits et légumes frais arméniens, principalement à destination de la Russie, ont presque doublé cette année, a annoncé mercredi le ministère de l’Agriculture de l’Arménie.

Selon les statistiques officielles publiées par le vice-ministre de l’Agriculture Robert Makarian, elles ont totalisé 143 000 tonnes métriques depuis le début de 2016, contre 73 700 tonnes en 2015. Environ 85% de ces produits ont été expédiés vers la Russie.

Makarian a insisté pour dire que les chiffres n’étaient pas gonflés. “Si je mentais, je vous dirais que les exportations ont triplé“, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Selon des données distinctes du National Statistical Service (NSS), l’Arménie a exporté près de 60 millions de dollars de fruits et légumes entre janvier et octobre 2016, en hausse de 77,5% en glissement annuel.

Les exportations arméniennes vers la Russie avaint chuté de près de 27 % l’année dernière, principalement en raison de la forte dépréciation du rouble russe causée par l’effondrement des prix mondiaux du pétrole. Le rouble beaucoup plus faible a plus que compensé une augmentation drastique du volume physique des exportations agricoles arméniennes qui a également été enregistrée en 2015. Le taux de change de la monnaie russe a été en grande partie stable cette année.

Les entreprises vinicoles arméniennes, traditionnellement orientées vers le marché russe, ont été particulièrement touchées en 2015. Certaines d’entre elles n’ont toujours pas payé pour les raisins achetés auprès des agriculteurs. Makarian a évalué cette dette combinée aux agriculteurs à 155 millions de drams (320 000 $).

Le plus grand débiteur, une cave nommée Vinar, doit environ 100 millions aux résidents de trois villages viticoles dans la province d’Ararat sud. Beaucoup d’entre eux ont organisé des manifestations régulières au cours de la dernière année. Ils ont reçu à plusieurs reprises des assurances de Vinar et du gouvernement selon lesquelles ils recevraient bientôt un paiement pour leurs raisins.

Makarian a annoncé que le ministère de l’Agriculture a demandé aux procureurs de l’Etat d’enquêter sur la société « irresponsable ».

Le directeur général de Vinar, Avet Galstian, a nié toute pratique frauduleuse. “Je pense que 90 % de la dette sera déblayé avant la nouvelle année“, a-t-il commenté.

posté le 22 décembre 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



HAUT-KARABAGH
Bako Sahakian a rendu visite aux exposants à l’occasion de la Journée de l’agriculteur

Bako Sahakian le président de la République du Haut-Karabagh a rendu visite aux exposants le 9 octobre à Stepanakert lors de la Journée de l’agriculteur. Des produits issus de l’agriculture du Haut-Karabagh, fruits, légumes, vins et alcools étaient proposés à la dégustation-vente auprès du public. Bako Sahakian a marqué sa satisfaction de voir cette Journée de l’agriculteur devenir un rendez-vous annuel traditionnel et offrir aux consommateurs des produits très variés. A noter également avec Bako Sahakian, la présence de Mgr Barkév Mardirossian archevêque de l’Artsakh, du président du Parlement Achot Ghoulyan et du Premier ministre de la RHK Arayik Harutyunyan.

Krikor Amirzayan

JPEG - 93.9 ko
JPEG - 94.3 ko
posté le 10 octobre 2016 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Agriculture  Image Panoramique  Karabagh 


ARMENIE-AGRICULTURE
L’Arménie a déjà récolté 90 000 tonnes de raisin

L’Arménie a déjà récolté 90 000 tonnes de raisin en date du 6 octobre vient d’annoncer Robert Magaryan le vice-ministre arménien de l’Agriculture aux journalistes à l’issue d’une réunion gouvernementale à Erévan. Robert Magaryan a assuré que tout se déroulait très bien et que les agriculteurs qui ont livré leur raisin seront payés dans les meilleurs délais. A noter que la société Védi Alco a réalisé les paiements auprès des agriculteurs qui avaient livré leur raisin l’an dernier et qui manifestaient pour le paiement de leurs livraisons.

Krikor Amirzayan

posté le 7 octobre 2016 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Agriculture 


ARMENIE
Le nouveau ministre de l’Agriculture à la rencontre de fermiers mécontents

Le ministre de l’Agriculture Ignati Arakelian s’est rendu hier dans un village de la province de Vayots Dzor au Sud-est, village qui a été pendant des mois le théâtre de manifestations de colère de fermiers exigeant le paiement de leurs raisins vendus à un producteur privé l’année dernière.

La société Vedi Alco doit encore aux résidents d’Aghavnadzor 140 millions de drams, à cause selon elle de pertes massives en Russie, son principal marché d’exportation. Les agriculteurs, de plus en plus désespérées face à cette situation, ont perturbé les classes dans l’école locale, contrecarré le travail de l’administration du village et brièvement bloqué une route à proximité ce mois-ci pour protester contre l’échec de Vedi Alco à payer leurs raisins.

Arakelian, qui a été nommé ministre de l’Agriculture la semaine dernière, a affirmé aux agriculteurs : “Le gouvernement est intervenu et Vedi Alco remplira pleinement ses obligations contractuelles très prochainement“.

Arakelian a en même temps exhorté les agriculteurs d’Aghavnadzor à ne pas bloquer à nouveau le trafic sur la route menant à la frontière iranienne. “Ne fermez pas les routes, vous ne résoudra aucun problème de cette façon“, a t-il prévenu.

Arakelian a également répondu aux plaintes des agriculteurs qui affirment qu’ils ont du mal à trouver des acheteurs en gros pour la récolte de raisin de cette année. Il leur a suggéré de baisser les prix.

“Les distilleries doivent être en mesure d’entrer sur le marché avec des prix compétitifs pour le cognac et le vin. Ils ont donc besoin de produits agricoles peu cher, et il faut donc trouver un moyen de baisser les coûts de production. Des experts internationaux vont vous donner des conseils“, a promis le ministre, qui a été à la tête de la plus grande compagnie de brandy d’Arménie avant de rejoindre le gouvernement.

Les villages se sont insurgés contre cette proposition. “Que dois-je faire lorsque les coûts de production sont peu à peu à la hausse pour les villageois, mais artificiellement bas pour les caves ?“, s’est questionné l’un d’eux. Il a ajouté que la plupart des acheteurs ne veulent payer que 80-100 drams (environ 18 cents américains) par kilogramme de raisin.

Arakelian est resté inflexible.

Le ministre a rencontré plus tard dans la journée des propriétaires et des cadres supérieurs d’entreprises d’alcool du Vayots Dzor. La déclaration sur la réunion publiée par le ministère de l’Agriculture ne précise pas s’ils sont parvenus à des accords sur les achats de raisins de cette année.

posté le 29 septembre 2016 par Claire/armenews


ÉCONOMIE
Nette augmentation des exportations agricoles arméniennes

L’exportation de fruits et légumes frais arméniens vers la Russie a presque doublé les cinq premiers mois de l’annnée, d’après le Service National des Statistiques (SNS).

Le gouvernement a également annoncé une augmentation à deux chiffres des revenus d’exportation de boissons alcoolisées et de plats préparés. La Russie est le marché d’exportation principal de ce genre de produits.

Les informations du SNS présentent des données qui montrent la valeur du marché commun de l’exportation de fruits et légumes arméniens à environ 30 millions de janvier à mai, alors qu’il était à 8 millions en 2015 sur la même période.

La production agricole arménienne n’augmente que de 8% d’année en année, suggérant que la part de ventes internationales - en Russie par exemple - augmente beaucoup plus vite.

À Erevan, le gouvernement attribuera cette tendance à l’adhésion de l’Arménie à l’Union Économique Eurasienne, effective depuis le 1 janvier 2015.

Les exportations arméniennes vers la Russie ont chuté de près de 27 % en 2015, principalement en raison d’une forte dépréciation du rouble russe. Avec les prix du pétrole commencent à se rallier en janvier, la monnaie russe a renforcé de près de 20 pour cent par rapport au dollar américain depuis le début de cette année, se traduisant par plus de revenus pour les exportateurs arméniens. Selon le NSS, le total des exportations arméniennes vers la Russie a doublé pour atteindre 132,4 millions de dollars en janvier-mai 2016.

Citant des chiffres publiés par l’organe exécutif de l’UEE à Moscou, le journal de Erevan, “168 Zham“, a rapporté la semaine dernière que le brandy arménien, populaire en Russie, a représenté la plus grande part de ce gain.

Les statistiques officielles arméniennes montrent que la production de brandy dans le pays a grimpé de plus de moitié en termes physiques sur la période de cinq mois. L’industrie du cognac et du vin arménien, traditionnellement orienté vers le marché russe, a été durement touché par l’affaiblissement du rouble l’an dernier.

“168 Zham“ a également révélé une augmentation par 10 des exportations de tomates arméniennes vers la Russie et d’autres Etats membres de l’UEE. L’arrêté du gouvernement russe interdisant les importations agricoles en provenance de Turquie l’année dernière a clairement contribué à cette augmentation sans précédent.

Le 22 juin, le Ministre de l’Agriculture Serge Karapetian a déclaré aux journalistes que l’Arménie a exporté 63.700 tonnes de fruits et légumes jusqu’à présent cette année, contre 76.700 tonnes exportées dans l’ensemble de l’année 2015. I a ajouté que les abricots ont représenté près de 10 % du volume total et leurs exportations ont plus que doublé en termes physiques en janvier-mai.

Le président russe Vladimir Poutine a salué l’augmentation des importations de produits alimentaires et de boissons alcoolisées de l’Arménie lors de sa rencontre avec son homologue arménien Serge Sarkissian à Saint-Pétersbourg le 20 juin. Poutine a attribué cela au “processus d’intégration“ entre les deux pays, faisant clairement allusion à l’adhésion controversée de l’Arménie au UEE.

posté le 6 juillet 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



AGRICULTURE
Les récoltes agricoles seront bonnes cette année selon le ministre arménien de l’Agriculture

Selon Serko Garabedian le ministre arménien de l’Agriculture, cette année l’Arménie attend des récoltes importantes, notamment celles des tomates. Il demande en outre d’accélérer la mise en place de moyens supplémentaires pour les conserveries et le stockage des récoltes. Le ministre déclare « cette année d’une façon générale, on attend à de bonnes récoltes ». L’une des raisons de cette récolte abondante attendue est l’augmentation des surfaces cultivées. Serko Garabedian demande aux producteurs d’augmenter leurs exportations vers les pays de la zone de l’Union économique eurasiatique. Il a promis l’aide et les conseils de son ministère de l’Agriculture pour soutenir ces exportations.

Krikor Amirzayan

posté le 18 juin 2016 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Agriculture 


ECONOMIE
Trois sous-ministres licenciés pour économiser de l’argent

Le gouvernement arménien a remercié trois sous-ministres du ministère de l’Agriculture dans le cadre d’un programme de réduction des coûts qui a été annoncé par le Premier ministre Hovik Abrahamian le mois dernier.

Le bureau d’Abrahamian a annoncé le licenciement de Grisha Baghiyan, Samvel Galstian et Garnik Petrosian jeudi soir. Le ministère de l’Agriculture a confirmé que personne ne sera nommé à leur place.

Le ministre de l’Agriculture, Sergo, avait cinq sous-ministres jusqu’à maintenant, plus que la plupart des autres membres du cabinet.

Les mises à pied sont venus un mois après qu’Abrahamian a assuré que le gouvernement devrait rationaliser ses dépenses, réduire les effectifs, intensifier sa lutte déclarée contre la corruption et améliorer l’environnement des affaires intérieures. L’Arménie, a t-il assuré, doit devenir un “Etat plus efficace“ pour faire face avec succès au « nouveaux défis » émanant du conflit du Haut-Karabagh.

Le Premier ministre a évoqué les hostilités de début avril au Karabagh qui ont accru le risque d’une guerre à grande échelle entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Plus tard, en mai, le gouvernement a décidé de rappeler près de 800 voitures d’occasion prêtées à des hauts fonctionnaires et autres employés du secteur public. Mais il n’a pas encore déterminer l’ampleur des réductions de personnel prévues. On ne sait pas non plus combien ces dépenses feront gagner à l’Etat.

Le ministre adjoint des Finances, Pavel Safarian, a admis que le coût d’économie prévu ne serait pas très important. “Ceci relève plus d’une question morale“, a déclaré Safarian. Il a également insisté sur le fait que le gouvernement, dont le budget pour cette année est équivalent à environ 3 milliards $, n’a pas perdu de fonds publics.

Le Congrès national arménien, parti d’opposition dirigé par l’ancien président Levon Ter-Petrosian, a affirmé le contraire vendredi lorsqu’il a exigé des changements urgents dans le budget 2016 de l’Etat. Le leader parlementaire du HAK, Levon Zurabian, a déclaré que le budget doit être révisé de sorte que plus d’argent soit mis de côté pour stimuler la croissance économique du pays.

“Nous allons tenir une session d’urgence“, a déclaré Zurabian devant le Parlement arménien. « Ce serait une grande opportunité pour un débat sain sur cette question qui nous permettrait de reconsidérer nos priorités.“

Le Parti Arménie prospère, deuxième plus grande force parlementaire, a soutenu l’initiative. L’un de ses députés, Mikael Melkumian, a appelé à une « augmentation substantielle » en 2016 des dépenses de défense estimée à environ 500 millions $.

Le Parti républicain a dénoncé cette révision budgétaire, en expliquant que le budget arménien de la défense est suffisant pour le moment. « Nous allons étudier la question“ a prévenu Vahram Baghdassarian, le chef du groupe parlementaire du HHK. “S’il y a un besoin d’une augmentation des dépenses, nous allons y remédier.“

posté le 13 juin 2016 par Claire/armenews


ARMENIE
Nouveau blocage d’une autoroute pour contrer un projet d’irrigation

Des dizaines d’habitants d’un village dans la province de Kotayk dans le centre de l’Arménie ont à nouveau bloqué une autoroute hier pour protester contre le gouvernement qui envisage de détourner l’eau d’un réservoir à proximité que les habitants utilisent en temps normal pour irriguer leurs terres agricoles.

Le gouvernement a prévu de détourner une partie de cette eau, grâce à des tuyaux et des canaux, vers d’autres villages de Kotayk, ainsi que dans la province d’Ararat au Sud.

Les agriculteurs de Goght, un village fortement tributaire du réservoir, sont fortement opposés au projet. Pour eux, que cette étendue d’eau artificielle satisfait à peine leur demande en eau d’irrigation.

Beaucoup d’entre eux avaient déjà bloqué la route locale en signe de protestation vendredi dernier. Le gouverneur de Kotayk, Karapet Guloyan, avait promis de suspendre les travaux en attendant d’autres discussions avec les résidents locaux.

Les agriculteurs de Goght ont à nouveau arrêté la circulation alors que deux des principaux architectes du projet controversé ont été envoyés par le gouvernement hier. Les deux spécialistes n’ont pas réussi à apaiser les préoccupations des manifestants au cours de la discussion animée de 40 minutes.

“Le système d’irrigation de Goght ne doit pas être affecté par un projet d’irrigation“, a fait valoir un villageois. “Qu’ils construisent un autre système d’irrigation.“

Les manifestants ont décidé de se disperser après avoir reçu de nouvelles assurances par le gouverneur de la région, qui leur a affirmé que le projet n’ira pas plus loin sans leur consentement.

Les manifestations ont éclaté moins de deux semaines après que le gouvernement a accepté d’abandonner un projet similaire controversé qui aurait affecté un village voisin, Garni. Le gouvernement avait prévu de détourner l’eau d’une rivière qui est la principale source d’irrigation pour les agriculteurs de Garni. L’eau devait être détournée vers 12 villages de l’Ararat dans le cadre d’un projet d’irrigation à l’échelle nationale de 37 millions $, principalement financé par une Banque mondiale.

Le Premier ministre Hovik Abrahamian a interrompu la construction du canal d’irrigation près de Garni le 21 mai, après une série de manifestations organisées par de nombreux villageois. Ils ont bloqué à plusieurs reprises la route passant par Goght et Garni.

posté le 13 juin 2016 par Claire/armenews


ARMENIE
Les villageois continuent de protester contre le projet d’irrigation controversé

Des centaines de résidents d’un grand village dans le centre de l’Arménie ont à nouveau bloqué une autoroute vendredi. Le but : manifester leur colère contre le gouvernement qui envisage de détourner l’eau d’une rivière qui est leur principale source d’irrigation.

Le gouvernement veut construire un canal là-bas dans le cadre d’un projet d’irrigation plus large qui sera principalement financé par un prêt de 30 millions de $ alloué par la Banque mondiale il y a trois ans.

En annonçant la libération du prêt en mai 2013, la Banque mondiale a déclaré que le projet permettra au pays d’économiser à la fois l’eau d’irrigation et l’électricité utilisée pour le pompage dans des communautés agricoles. “Cela pourrait conduire à une augmentation de la production agricole“, selon un communiqué du gouvernement.

Dans le cadre du projet, l’eau de la rivière Azat, qui coule à Garni, un village à 30 kilomètres à l’est d’Erevan, doit être détourné vers 12 villages dans la province d’Ararat au sud grâce à un système d’irrigation par gravité.

De nombreux agriculteurs de Garni se sont opposés au projet dès le départ, en expliquant que la rivière est déjà à peine capable de répondre à leurs besoins pour l’irrigation et l’eau potable et que le gouvernement va faire des ravages sur l’agriculture locale en la détournant. Les groupes de protection de l’environnement arméniens ont soutenu leurs revendications.

Les critiques affirment également que le Premier ministre Hovik Abrahamian, plus que les agriculteurs de l’Ararat, serait le principal bénéficiaire du projet. Abrahamian est en effet propriétaire de grandes étendues de terres agricoles dans cette zone de culture fruitière au sud d’Erevan. Les représentants du gouvernement ont nié ces allégations.

Les manifestations à Garni, qui a une population de plus de 5000 habitants, se sont intensifiées le mois dernier lorsque les autorités ont déployé la machinerie lourde en préparation des travaux de construction. Les agriculteurs locaux ont depuis bloqué à plusieurs reprises une route qui traverse le village et qui conduit à deux des plus célèbres lieux touristiques de l’Arménie, notamment le temple construit au 1er siècle après Jésus-Christ

Les manifestants en colère ont à nouveau bloqué la route pendant plusieurs heures vendredi. Ils ont refusé de la débloquer en dépit d’un appel du chef de la police de la province de Kotayk englobant Garni. Les manifestants avaient donné au gouvernement jusqu’à hier pour abandonner le projet controversé.

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

posté le 23 mai 2016 par Claire/armenews