Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Agriculture


SALON DE L’AGRICULTURE
Médaille d’or pour l’huile d’olive de Laurent Israelian

Jusqu’à dimanche soir se déroule le Salon de l’agriculture. L’huile d’olive “ A.O.P. Vallée des Baux de Provence Fruité Vert “ préparée par Laurent Israelian a reçue la médaille d’or de l’événement agricole parisien.

JPEG - 409.9 ko

C’est une reconnaissance du travail que j’accomplis tout au long de l’année “, nous explique le jeune moulinier du Domaine Plaines Marguerite, qui avait déjà reçu la même distinction il y a 8 ans.

Ses parents cultivaient des oliviers, mais lui a eu l’idée de faire la trituration puis la commercialisation de cet “ or vert “. Une idée gagnante, qui fonctionne depuis 14 ans. Sa touche personnelle ? Mêler tradition et modernité grâce à des techniques culturales respectant l’environnement. “ Mon huile d’olive vierge extra fruité vert révèle des arômes de foin frais ou herbacé, d’amandon et d’artichaut cru. Ces arômes sont la résultante des variétés d’olives qui font la typicité de l’A.O.P. Vallée des Baux de Provence et des qualités exceptionnelles de l’implantation de mes vergers d’oliviers dans un sol argilocalcaire, exposés sur le versant Sud du Massif des Alpilles bénéficiant d’un climat Méditerranéen “, explique Laurent Israelian. Une huile que l’on peut acheter prochainement sur le site du concours général agricole du Salon de l’agriculture, et dès à présent directement à l’exploitation ou via son site. Un site sur lequel le vice-président de l’association d’Arles et sa région n’a pas hésité à mettre une page en Hayastan !

JPEG - 196.6 ko

L’huile d’olive primée, très aromatique, idéale avec des crudités

Huile d’olive du Domaine Plaines Marguerite : www.domaineplainesmarguerite.com

JPEG - 311.6 ko

Broyage des branches d’oliviers au Domaine.

posté le 27 février 2018 par Claire/armenews

Claire Barbuti



ARMENIE-ECONOMIE
L’Arménie a exporté 9 843 tonnes de fruits et légumes depuis le début de l’année, principalement vers la Russie

Depuis le début de l’année jusqu’en date du 16 février, l’Arménie a exporté 9 843 tonnes de fruits et légumes contre 8 043 tonnes sur la même période de l’an dernier. Selon le ministère arménien de l’Agriculture l’Arménie a exporté ces fruits et légumes principalement vers la Fédération de Russie (près de 9 000 tonnes) ainsi que la Géorgie, le Belarus, les Emirats Arabes Unis et la Roumanie. La Russie restant de très loin le principal marché des produits agricoles de l’Arménie.

Krikor Amirzayan

posté le 17 février 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Agriculture  Arménie  Economie  Image Panoramique 


ECONOMIE
L’UE prévoit de nouvelles aides pour les régions arméniennes

Piotr Switalski, chef de la délégation de l’UE en Arménie, remet un prix à un festival de ski de fond parrainé par l’UE à Ashotsk, le 4 février 2018.

Le Parlement européen prévoit d’allouer environ 40 millions d’euros (50 millions de dollars) à des projets de développement qui seront lancés dans trois régions du nord de l’Arménie cette année, selon un haut diplomate européen.

« Nous discutons avec le gouvernement arménien de notre plan d’action pour 2018 et nous nous concentrerons probablement sur trois directions : le tourisme, l’agriculture et l’économie créative », a déclaré Piotr Switalski, chef de la délégation de l’UE à Erevan. S’exprimant lors d’un festival de ski de fond parrainé par l’UE à Ashotsk, petite ville du nord-ouest de l’Arménie, M. Switalski a déclaré que le nouveau programme d’aide vise à stimuler l’activité économique et réduire la pauvreté dans les provinces de Chirak, Lori et Tavouch. Le Chirak a longtemps été la région la plus pauvre du pays. Il est encore sous le choc du tremblement de terre dévastateur de 1988 qui a tué des dizaines de milliers de personnes et laissé de nombreux autres sans-abri.

Commentant les programmes d’aide prévus pour cette région, M. Switalski a déclaré en particulier que l’UE dépensera plus de 500 000 euros en un projet pilote visant à soutenir le traitement commercial de la laine à Amasia, une ville provinciale appauvrie, située à 23 kilomètres au sud-ouest d’Ashotsk.

L’UE fera également la promotion du tourisme dans la région connue pour les conditions hivernales rigoureuses, a-t-il ajouté. Le festival de ski qui s’y déroule fait partie de cet effort. « Nous voyons un potentiel ici », a déclaré Switalski aux journalistes. « Nous pensons qu’avec ses partenaires arméniens et autres, l’UE peut aider à créer des emplois et d’autres opportunités pour les habitants afin qu’ils voient la réalisation de leurs rêves ici. »

L’UE est l’un des principaux donateurs étrangers en Arménie depuis le début des années 1990. M. Switalski a déclaré en novembre qu’il fournirait au moins 170 millions d’euros d’aide au pays au cours des trois prochaines années. Le diplomate s’est exprimé peu de temps après la signature d’un accord de partenariat global et renforcé entre l’UE et l’Arménie.

posté le 7 février 2018 par Claire/armenews


ARMENIE
Vers la création d’une première assurance dans le secteur agricole

Le gouvernement arménien a annoncé hier son intention de commencer à introduire progressivement l’année prochaine un système national d’assurance agricole, ce qui est de plus en plus considéré comme une nécessité vitale pour les agriculteurs en difficulté à travers le pays.

Des milliers de villageois à faible revenu perdent leurs récoltes chaque année en raison de la grêle, de la sécheresse et d’autres catastrophes naturelles. Ils reçoivent peu de compensation du gouvernement à court d’argent.

Selon le vice-ministre de l’Agriculture, Armen Harutiunian, le gouvernement lancera fin 2018 un projet pilote qui assurera certains agriculteurs cultivant des fruits, des légumes ou des céréales contre certains risques. Le gouvernement subventionnera les primes d’assurance avec un fonds spécial de 10 millions d’euros (11,8 millions de dollars) mis en place à cette fin, a-t-il précisé.

La banque publique de développement allemande KfW apportera la moitié de cet argent à travers une subvention allouée au ministère des Finances arménien. Les deux parties ont signé lundi à Erevan un accord stipulant cela lors d’une cérémonie à laquelle assistait le Premier ministre, Karen Karapetian.

“Au cours de la première année, le bureau de l’assurance agricole sélectionnera les principaux risques et les principales cultures pour un projet pilote“, a expliqué M. Harutiunian lors d’une conférence de presse. “Dans la première phase, il y aura une couverture d’assurance contre peut-être un ou deux risques et plusieurs cultures : légumes ou céréales. Nous allons tester le système dans ce cadre-là et voir quel modèle fonctionne le mieux. “

Harutiunian a déclaré que le gouvernement pense donner la priorité à la grêle comme risque naturel numéro un. Il a également annoncé que la Banque centrale d’Arménie, qui participe également à l’effort, travaille déjà avec des compagnies d’assurance privées. Ces derniers sont intéressées par le système malgré les risques élevés, ajoute le responsable.

Harutiunian ne pouvait pas dire quelles zones rurales seraient couvertes par le programme d’assurance agricole et si elle serait obligatoire ou facultative pour les agriculteurs locaux. Le bureau d’assurance travaillera ces détails et d’autres dans les mois à venir.

Certains agriculteurs ont accueilli avec prudence les plans du gouvernement tout en avertissant que l’assurance agricole ne fonctionnera pas si elle leur impose un lourd fardeau financier. Ils ont également dit que cela ne devait pas être obligatoire.

“Tout dépend du montant des primes“, a commenté Haykaz Asatrian, producteur de raisins de la province de Vayots Dzor (sud-est). “Actuellement, les villageois financent 90% de leur travail agricole par des prêts [accordés par des banques commerciales.]“.

posté le 20 décembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE-AGRICULTURE
Des investisseurs Iraniens et Arabes achèteraient d’importants terrains agricoles en Arménie

Le journal arménien « Jamanak » publie une interview de Gaguik Makaryan le président de l’Union des Entrepreneurs d’Arménie qui affirme « Les homme d’affaires Iraniens et Arabes sont intéressés par les terres d’Arménie ». Selon G. Makaryan ces dernières années ces Iraniens et Arabes achètent de nombreux terrains particulièrement dans les régions d’Armavir et Tavouche afin de planter des arbres fruitiers ou mettre en place une exploitation agricole. G. Margaryan affirme que ces investissements développeront la production agricole de l’Arménie et l’exportation si le gouvernement arménien s’investit. A part les Iraniens et les Arabes, les Indiens auraient également marqué leur intérêt pour les terres agricoles d’Arménie. Ces derniers désireraient développer la culture bio en Arménie, la terre d’Arménie offrant une facilité et une richesse pour cette culture.

Krikor Amirzayan

posté le 20 décembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Agriculture  Arménie  Image 450 


ECONOMIE
Karen Karapetian s’inquiète des baisses de production dans le secteur agricole

Le Premier ministre, Karen Karapetian, a exprimé sa préoccupation vendredi suite à une baisse de la production agricole d’Arménie cette année, demandant à plusieurs organismes gouvernementaux de se pencher sur ses les raisons d’une telle tendance.

Selon le Service national des statistiques (SNS), le secteur agricole, qui génère environ un cinquième du produit intérieur brut du pays, a chuté d’un peu plus de 2 % au cours des sept premiers mois de cette année. Karapetian a précisé que la tendance négative s’est nettement accélérée en août, avec une baisse de la production agricole de 25% par rapport à août 2016.

“Les données statistiques des mois récents sur l’agriculture sont préoccupantes, et il est donc nécessaire d’accélérer une analyse de la production brute calculée dans le secteur“, a-t-il commenté lors d’une réunion hebdomadaire du cabinet à Erevan.

Karapetian a chargé les ministres arméniens de l’Agriculture, du Développement économique et des gouvernements locaux ainsi que le NSS de soumettre dans les deux semaines une « analyse » détaillée des causes de la mauvaise performance du secteur. Il a soutenu que l’agriculture et la construction sont les seuls secteurs de l’économie arménienne qui ont diminué jusqu’ici cette année.

“Nous devons vraiment comprendre les chiffres sur l’agriculture“, a ajouté le Premier ministre. “Nous allons étudier cela avec beaucoup de soin.“

L’Arménie a connu des températures exceptionnellement élevées et un manque de précipitations au cours des derniers mois. Les agriculteurs de tout le pays se sont plaints que la sécheresse, qui d’après eux a eu une incidence négative sur leurs rendements. Les chiffres du SNRS montrent que la production agricole à l’échelle nationale a chuté de plus de 7% entre janvier et juillet.

Le SNS a également signalé que, malgré le déclin de l’agriculture, l’économie arménienne a progressé d’environ 5% au premier semestre de cette année. La croissance économique dans le pays était de seulement 0,2 % en 2016.

posté le 25 septembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE-AGRICULTURE
L’Arménie a exporté 78 000 tonnes de fruits et légumes depuis janvier, dont 74 000 vers la Russie, son principal marché

Depuis le début de l’année, l’Arménie a exporté 78 000 tonnes de fruits et légumes a informé lors d’une conférence de presse Robert Makaryan le vice-ministre de l’Agriculture. La majorité écrasante de ces exportations fut en direction de la Russie avec 74 000 tonnes exportés. Les autres pays d’exportations des fruits et légumes d’Arménie sont la Géorgie, l’Ukraine, le Belarus et les Emirats Arabes Unis. Ce chiffre de 78 000 tonnes de fruits et légumes exportés est un excellent chiffre pour l’Arménie et laisse espérer une croissance importante des revenus de sa production agricoles dans les prochaines années.

Krikor Amirzayan

posté le 9 septembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Agriculture  Image Panoramique 


ARMENIE
De moins en moins de travailleurs dans le secteur agricole

Malgré la forte croissance de l’agriculture déclarée par le gouvernement arménien, le nombre de personnes impliquées dans le secteur a considérablement diminué au cours des dernières années, selon les statistiques officielles.

Les chiffres du Service national des statistiques (SNS) montrent qu’il y avait 338 000 agriculteurs et travailleurs agricoles en Arménie l’année dernière, contre 437 200 en 2012.

Cette diminution met en question des données distinctes du SNS montrant que la production agricole arménienne a augmenté de 6,3% par an entre 2012 et 2016. L’économie de l’Arménie a progressé en moyenne de 3,5% au cours de cette période.

La croissance économique dans le pays a été presque arrêtée l’année dernière. Le ministre des Finances, Vartan Aramian, a attribué le ralentissement à un calcul révisé de la production agricole domestique qui a été menée peu de temps après le remaniement du gouvernement de l’automne dernier à Erevan.

Le précédent cabinet arménien a expliqué jusqu’à ce jour que le secteur agricole et l’économie dans son ensemble étaient sur la bonne voie pour se développer en 2016. Le SNS a déclaré en janvier que le secteur, qui générait moins d’un cinquième du produit intérieur brut, avait chuté de 5%. Les responsables gouvernementaux ont accusé la baisse aux conditions météorologiques défavorables.

La production agricole a reculé de 1,4 % au premier semestre de cette année suite à un hiver exceptionnellement froid.

“Le sort de nos villageois est très difficile maintenant“, a regretté le ministre de l’Agriculture, Ignati Arakelian, la semaine dernière. Arakélien, qui a été nommé en octobre, a déclaré que les agriculteurs ont du mal à cultiver leur terre et à vendre leurs produits à profit.

posté le 23 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



RESERVE DE KHOSROV
La Russie aide l’Arménie pour éteindre les incendies de forêt

Un avion bombardier russe a lancé hier plus de 200 tonnes d’eau sur une réserve naturelle en Arménie. Le pays est en proie à l’un des plus graves incendies de forêt qu’il a connu ces dernières années.

Le gouvernement russe a expédié l’avion Ilyushin-72 à la demande des autorités arméniennes qui luttent pour contenir le feu qui a éclaté dans la réserve d’État de Khosrov samedi.

L’avion spécial capable de transporter 42 tonnes d’eau à la fois a effectué six vols depuis une base aérienne d’Erevan jusqu’à la région montagneuse au sud-est de la capitale arménienne tout au long de la journée. Le ministère arménien des Situations d’urgence a déclaré que l’eau avait un impact “considérable“ sur les efforts continus pour contenir le feu. Il a précisé que l’opération aérienne de lutte contre l’incendie reprendrait ce mercredi matin.

Alors que l’avion russe survolait les arbres, les dizaines de pompiers arméniens, la centaine de soldats de l’armée et 55 travailleurs forestiers ont attendu pour reprendre ensuite leurs efforts de lutte contre les incendies.

“Personne n’est autorisé à entrer dans la réserve jusqu’à ce que l’avion termine son travail“, a expliqué Mushegh Ghazarian, chef du Service national de secours. Il a cité des raisons de sécurité.

Ghazarian a coordonné l’opération au sol et a communiqué avec le ministre des Situations d’urgence Davit Tonoyan par l’intermédiaire d’une radio en présence de journalistes. “La fumée noire est devenue blanche“, a-t-il décrit à Tonoyan lorsqu’il a été interrogé sur les premiers résultats des vols Ilyushin-72. “M. le ministre, s’ils continuent ainsi, nous terminerons le travail. “

Plus tôt dans la journée, le président Serge Sarkissian a tenu une réunion d’urgence avec Tonoyan et d’autres responsables impliqués dans l’effort pour canaliser l’incendie. “Je tiens à remercier les gens et les structures qui combattent le feu“, a t-il dit lors de la réunion. “Et je formule des remerciements particuliers à nos partenaires russes qui ont rapidement répondu à notre demande et participent activement à ce travail important“.

La réserve de Khosrov englobe environ 25 000 hectares de terres, dont 9 000 sont couverts de forêts initialement plantées par un roi arménien au 4e siècle, Khosrov III. Les responsables ont déploré hier le fait que l’incendie a déjà détruit environ 400 hectares de forêts.

Certains groupes de protection de l’environnement ont accusé le service de sauvetage et d’autres divisions du ministère de Tonoyan pour l’ampleur du dommage, soulignant que les autorités n’étaient pas préparées à faire face à une telle catastrophe. Les responsables du ministère rejettent la critique. Ils font valoir que, sur ce terrain montagneux il leur est pratiquement impossible de déployer des pompiers près des flammes.

La réserve de Khosrov est également un sanctuaire majeur d’animaux sauvages. Ghazarian a insisté sur le fait que les ours bruns, les sangliers, les renards, les vautours et les centaines d’autres espèces qui habitent la région ne sont pas en danger.

« Les animaux sont plus intelligents que nous », a lâché le chef du service de secours aux journalistes. “Ils ont quitté la zone de combustion depuis bien longtemps. Nous devons juste sauver les arbres. “

posté le 16 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200