Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Suisse


REVUE DE PRESSE - LECOURRIER.CH
Un livre de photos raconte la place des Nations à Genève

Les Editions Slatkine publient un ouvrage regroupant les photos prises par Demir Sönmez sur la place des Nations et qui avaient déjà eu l’honneur d’une exposition in situ.

L’ouvrage est tout chaud sorti de presse. Place des Nations, Places des Peuples, l’Honneur de Genève1, publié par les Editions Slatkine, se présente comme la compilation des photos qu’a prises Demir Sönmez dans ce lieu emblématique de la Genève internationale et des droits humains.

Depuis une dizaine d’années, la silhouette de ce Suisse d’origine arménienne et kurde installé à Genève est familière à toutes celles et ceux qui couvrent les multiples facettes du mouvement social au bout du lac. Pas une manif, pas une grève, pas une assemblée de parti ou de manifestations officielles qui ne voie débarquer le photographe, sa casquette à l’envers et son zoom baladeur qui cherche le bon angle.

Lire la suite : https://www.lecourrier.ch/148676/un_livre_de_photos_raconte_la_place_des_nations

posté le 21 avril 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Culture  Image 450  Photo  Suisse 


REVUE DE PRESSE
Affaire Perinçek : le leader turc qui avait nié le génocide arménien indemnisé par la justice vaudoise

Le leader turc Dogu Perinçek, qui avait été condamné par la justice vaudoise pour négation du génocide arménien, sera finalement indemnisé. La Cour européenne des droits de l’homme l’avait acquitté au nom de la liberté d’expression.

La justice vaudoise a décidé d’octroyer plus de 16’000 francs d’indemnisation à Dogu Perinçek. Elle n’accorde en revanche rien pour tort moral au leader turc qui a qualifié le génocide arménien de “mensonge international“. Le politicien a obtenu gain de cause à Strasbourg au nom de la liberté d’expression.

Le jugement publié lundi par le Tribunal cantonal vaudois et révélé mercredi par 24 heures marque sans doute la fin de la saga Perinçek commencée en 2005. A trois reprises cette année-là, le chef du Parti des travailleurs de Turquie a nié publiquement en Suisse l’existence du génocide perpétré sur le peuple arménien en 1915.

En 2007, le Tribunal de police de Lausanne a condamné Dogu Perinçek pour discrimination raciale. Un jugement confirmé en appel puis par le Tribunal fédéral. Toutefois, devant la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), le responsable turc a obtenu gain de cause en octobre 2015 au nom de la liberté d’expression.

En août 2016, le Tribunal fédéral a admis la demande de révision du procès et prié l’autorité cantonale de rendre une nouvelle décision. La Cour d’appel pénale n’a pu que s’exécuter et libérer Dogu Perinçek de l’accusation de discrimination raciale au sens de l’article 261 bis du Code pénal, explique le jugement.

La justice a établi son décompte des dépenses et dommages occasionnés au recourant et indemnise Dogu Perinçek de plus de 16’000 francs. Elle rejette en revanche les 30’000 francs demandés pour tort moral, rappelant qu’une telle mesure “n’est envisageable que si le prévenu acquitté a subi une peine ou une mesure privative de liberté“. Ce jugement peut encore faire l’objet d’un recours devant le Tribunal fédéral.

http://www.arcinfo.ch/articles/suisse/affaire-perincek-le-leader-turc-qui-a-nie-le-genocide-armenien-indemnise-par-la-justice-vaudoise-659979

posté le 15 avril 2017 par Stéphane/armenews


REVUE DE PRESSE
Le nationaliste turc Dogu Perinçek indemnisé par la justice vaudoise

La justice vaudoise a décidé d’octroyer plus de 16’000 francs d’indemnisation à Dogu Perinçek. La Cour européenne de Strasbourg avait annulé une condamnation contre le chef du Parti des travailleurs de Turquie pour négation du génocide arménien.

Le jugement publié lundi par le Tribunal cantonal vaudois et révélé mercredi par 24 heures devrait marquer la fin de la saga Perinçek commencée en 2005. A trois reprises cette année-là, le chef du Parti des travailleurs de Turquie a nié publiquement en Suisse l’existence du génocide perpétré sur le peuple arménien en 1915. Condamnation en 2007

En 2007, le Tribunal de police de Lausanne a condamné Dogu Perinçek pour discrimination raciale. Un jugement confirmé en appel puis par le Tribunal fédéral. Toutefois, devant la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), le responsable turc a obtenu gain de cause en octobre 2015 au nom de la liberté d’expression.

La justice a établi son décompte des dépenses et dommages occasionnés au recourant et indemnise Dogu Perinçek de plus de 16’000 francs. Elle rejette en revanche les 30’000 francs demandés pour tort moral, une mesure liée à une peine ou une mesure privative de liberté.

https://www.rts.ch/info/regions/vaud/8538701-le-nationaliste-turc-dogu-perincek-indemnise-par-la-justice-vaudoise.html

posté le 14 avril 2017 par Stéphane/armenews


SUISSE/ARMÉNIE
Nicolas Aznavour dément tout clash entre son père et le gouvernement arménien
Le quotidien Jamanak a fait ce matin ses gros titres avec une information selon laquelle Charles Aznavour ne serait plus ambassadeur d’Arménie en Suisse, en raison de ses divergences avec le gouvernement arménien. Interrogé ce matin par Nouvelles d’Arménie sur le sujet, Nicolas Aznavour, son fils, a démenti cette “information“.
posté le 12 avril 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  France  Suisse 


CONCERT
Le jeune ténor Migran Agadzhanyan au Victoria Hall de Genève

Le ténor arménien Migran Agadzhanyan, membre de la troupe des jeunes solistes en résidence au Grand Théâtre de Genève, se produira du 6 au 12 avril 2017 au Victoria Hall de Genève pour interpréter le rôle du roi de France Charles VII dans La Pucelle d’Orléans de Piotr Ilitch Tchaïkovski donné en version de concert avec une superbe distribution et l’Orchestre de la Suisse romande sous la direction du chef russe Dimitri Jurowski.

Beaucoup moins connu que ses autres œuvres lyriques, cet opéra en 4 actes, auquel le musicien accordait beaucoup d’importance, est rarement produit de nos jours. Il fut créé le 25 février 1881 au Théâtre Mariinski de Saint Petersbourg. Composé d’après la tragédie de Schiller, la musique épique et grandiose tant sur la plan vocal qu’orchestral épouse un sujet historique devenu un mythe. Il évoque la vision reçue par Jeanne d’Arc, la jeune pucelle d’Orléans, qui la poussa à s’engager pour la France et à prédire la défaite des Anglais dans la guerre dite de Cent ans qui opposait les deux puissances.

Remarquable artiste, le jeune ténor formé en Arménie et en Russie puis en Italie, chantera de sa voix ample et généreuse, avec la majesté qui convient au personnage, cette belle partition qui trace le portrait d’une illuminée fervente et intrépide et d’un souverain hésitant, confronté aux dures réalités des guerres qui déchirent son royaume.

Marguerite Haladjian

Genève, Victoria Hall les 6, 8, 10 avril à 19h30, le 12 avril à 20h

posté le 8 avril 2017 par Claire/armenews


SUISSE/TURQUIE
Manifestation anti-Erdogan : ouverture d’une procédure pénale en Suisse

Genève, 27 mars 2017 (AFP) - La justice suisse a ouvert une procédure pénale après une manifestation samedi à Berne contre le président turc Recep Tayyip Erdogan, au cours de laquelle avait été déployée une banderole montrant ce dernier un pistolet sur la tempe. La procédure pour appel public au crime ou à la violence a été ouverte par les autorités judiciaire du canton de Berne, selon l’agence de presse suisse ATS.

L’affiche, qui portait l’inscription “Kill Erdogan with his own weapons“ (Tuez Erdogan avec ses propres armes), a été brandie par un groupe d’autonomistes de gauche, selon l’agence. Après cette manifestation, Ankara avait exigé une enquête de la Suisse pour que les responsables rendent des comptes.

M. Erdogan a vivement critiqué dimanche les autorités suisses lors d’un discours à Istanbul : “Vous récolterez ce que vous avez semé“, a-t-il lancé à leur intention.

Le directeur de la sécurité de la Ville de Berne, Reto Nause, a indiqué dimanche à l’agence ATS qu’une plainte allait être déposée, car les conditions fixées dans l’autorisation de manifester n’ont pas été respectées. Des associations kurdes, ainsi que les partis socialiste et des Verts suisses, avaient appelé à la manifestation, qui s’est déroulée dans le calme.

Les manifestants demandaient la liberté, le respect de l’Etat de droit et plus de démocratie en Turquie. Les organisateurs de ce rassemblement ont pris dimanche leurs distances par rapport à la banderole. “C’est intenable, et politiquement maladroit“, a déclaré Urs Sekinger, de l’ONG Solifonds.

Le gouvernement turc reproche à la Suisse d’avoir autorisé une manifestation “où des symboles du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) sont affichés“. La Turquie, l’Union européenne et les Etats-Unis considèrent le PKK comme un mouvement terroriste, mais pas la Suisse.

posté le 27 mars 2017 par Ara/armenews


SUISSE
Génocide Arménien : Le recours contre « Les réverbères de la mémoire » jugé irrecevable

La justice suisse a débouté les riverains du parc Trembley qui voulaient s’opposer à la pose du monument rappelant le génocide arménien dans le parc. Elle estime qu’ils vivent trop loin de l’emplacement prévu pour pouvoir recourir contre l’autorisation de construire.

Le Tribunal administratif de première instance a notifié une décision d’irrecevabilité, a indiqué leur avocat, le conseiller national UDC Yves Nidegger. Les recourants vont examiner la possibilité de recourir contre cette décision auprès de la Cour Justice. Ils ont jusqu’au 19 avril pour le faire.

Selon Me Nidegger, les deux autres groupes qui ont recouru contre cette autorisation de construire - l’Association des habitants du Petit-Saconnex et Genêts ainsi que des parents d’élèves de l’école primaire située dans le parc - ont reçu la même décision. Si aucun nouveau recours n’est déposé, le monument pourra être érigé.

Griefs non examinés

Le projet devait initialement voir le jour au bastion Saint-Antoine en 2013, mais des découvertes archéologiques sur ce site en ont décidé autrement. La Ville de Genève voulait ensuite ériger le mémorial dans le parc du Musée Ariana, près du bâtiment des Nations unies. Sur pression de la Turquie, le Conseil fédéral a contesté cet emplacement au nom de la neutralité de la Genève internationale.

L’œuvre de l’artiste français Mélik Ohanian est constituée de neuf réverbères de près de dix mètres de haut dont la ou les tiges sont courbées en direction du sol. A leur bout est fixée une « larme » en Inox, qui remplace l’ampoule électrique. Des spots seront installés au sol. Lauréate en 2011 d’un concours international lancé par la Ville de Genève, l’œuvre appartient à une association privée.

« Recours politiques »

Les recourants relevaient que son emprise au sol allait faire disparaître 230 m2 de verdure. Or toute construction en zone de verdure doit être directement liée à son utilisation, comme des jeux pour enfants ou une cabane de jardinier, sauf intérêt public prépondérant. Mais le tribunal n’a pas examiné les griefs en matière de droits des constructions, a précisé Me Nidegger.

« C’est un soulagement », a réagi Stefan Kristensen, coordinateur du projet pour la communauté arménienne de Genève. Et de dénoncer des « recours politiques » visant à intimider les promoteurs du projet. Il souhaite que le monument soit érigé à l’automne, à l’occasion des dix ans du dépôt de la motion municipale en faveur du mémorial. L’œuvre est en train d’être terminée, a-t-il précisé.

posté le 25 mars 2017 par Stéphane/armenews


SUISSE
Génocide Arménien : Soupçons d’espionnage turc à l’Université de Zurich

L’Université de Zurich envisage de prendre des mesures après des révélations sur un possible espionnage par la Turquie de critiques du gouvernement de Recep Tayyip Erdogan dans ses murs. La haute école n’était jusqu’ici pas au courant de ces incidents.

Le 11 janvier, deux hommes sont arrivés dans un séminaire d’histoire consacré au génocide arménien. Ils ont systématiquement photographié les participants avec leurs téléphones portables, selon un doctorant de l’université cité lundi par le Tagesanzeiger.

En décembre, c’est l’hommage rendu au journaliste Can Dündar, rédacteur en chef du journal d’opposition turc « Cumhuriyet », qui a été visé. L’animateur de la cérémonie, Ole von Uexküll, se souvient avoir vu des partisans présumés de Recep Tayyip Erdogan filmer le public réuni dans l’aula de l’Université avec quatre téléphones portables.

Plusieurs personnes présentes ont dit s’être senties observées, a-t-il dit à l’ats. Can Dündar a lui-même affirmé avoir été menacé par un partisan de Recep Tayyip Erdogan. Il a été finalement « exfiltré » par la sécurité. « J’étais très choqué », ajoute M. von Uexküll. Selon lui, un tel incident ne s’est jusqu’ici jamais produit dans une autre ville d’Europe.

Fin possible des manifestations publiques

Ole von Uexküll est directeur de la fondation « The Right livelihood award foundation » - communément appelée en français le « prix Nobel alternatif » -, qui décerne des récompenses à des personnes ou des associations qui « façonnent un monde meilleur ». La fondation réfléchit désormais à ne plus organiser de manifestations publiques de ce genre, mais à travailler sur invitation.

L’Université n’avait pas connaissance de ces deux incidents jusque là. Interrogé par l’agence de presse ats, son porte-parole Beat Müller a assuré que la loi interdit des prises de vue en gros plan sans l’aval explicite des personnes concernées. La haute école ne saurait tolérer qu’on filme ou qu’on photographie systématiquement les personnes présentes dans ses murs.

Parmi les mesures envisageables, l’Université évoque l’interdiction des prises de vues, l’expulsion hors de la salle des personnes qui contreviendraient au règlement ou la sensibilisation du personnel de sécurité à intervenir immédiatement. L’Alma Mater zurichoise n’a toutefois fait aucune démarche concrète pour l’instant.

posté le 19 mars 2017 par Stéphane/armenews


GENEVE
Lévon Minassian invite Juan Carmona

Lévon Minassian et Juan Carmona ont un parcours commun. Nés en France, cela n’a pas été simple, pour eux, en tant que musiciens traditionnels, d’être reconnus par les leurs, tant pour Lévon Minassian en Arménie que pour Juan Carmona auprès des guitaristes gitans.

S’ils jouissent aujourd’hui d’une reconnaissance internationale et font partie des meilleurs musiciens de leur peuple respectif, c’est grâce à un travail sans relâche dans le respect de leurs traditions.

C’est une chance pour eux de vivre dans un pays aux cultures diversifiées, générant de belles rencontres et permettant à leur instrument de s’exprimer tant au travers des musiques du monde, du jazz, des musiques de films, qu’aux côtés d’orchestres philharmoniques et d’autres formations originales.

JPEG - 132.8 ko

Tous deux œuvrent aujourd’hui dans le partage et la diffusion de leur tradition musicale mais aussi dans l’ouverture et le mélange des cultures, ayant des racines qui, parfois, se rejoignent. C’est tout naturellement qu’ils se sont mis au travail ensemble et le résultat est plutôt exceptionnel !

Une belle occasion offerte au public genevois d’assister à un concert multiculturel. Avec la participation de : Anahid Ter Boghossian, Roselyne Minassian, Serge Arribas, Michèle Lubicz, Jacques Vicensini, Lilith Saribekian et Kelly Martins.

Lors de ce concert, la guitare flamenca de Juan Carmona va entrer dans la musique traditionnelle arménienne et s’exprimera également dans son langage flamenco. Un album est en préparation, l’association de ces deux instruments promet une émotion intense.

Concert de Lévon Minassian et Juan Carmona
Alhambra de Genève - 10, rue de la Rôtisserie
Le 11 mars 2017 à 20h30
Plus d’infos : +41 78 934 11 56 ou 0800 418 418 (étranger : +41 22 418 36 18)

posté le 30 janvier 2017 par Claire/armenews