Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Karabagh


ARTSAKH (HAUT-KARABAGH)
Une marche silencieuse à Stepanakert (Artsakh) à la mémoire de Levon Hayrapetyan

Des dizaines de jeunes ont réalisé vendredi 20 octobre une marche silencieuse à Stepanakert (capitale de la République du Haut-Karabagh) à la mémoire de l’homme d’affaire et généreux bienfaiteur Levon Hayrapetyan disparu le 18 octobre en Moravie (Fédération de Russie) à l’âge de 68 ans. Les manifestants se sont retrouvés au Jardin de l’Amour à Stepanakert puis défilant dans les rues de la capitale ils prirent la direction de l’église Sourp Hagop pour prier à la mémoire de Levon Hayrapetyan qui avait beaucoup aidé l’Artsakh.

Krikor Amirzayan

JPEG - 61.5 ko
JPEG - 53.2 ko
JPEG - 59.8 ko
posté le 21 octobre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Karabagh 


ARTSAKH (HAUT-KARABAGH)
Un soldat Arménien, Tigrane Khatchatryan (19 ans) tué par un tir azéri hier après-midi sur la ligne de contact en Artsakh (Haut-Karabagh)

Après les entretiens de Genève cette semaine entre le président arménien Serge Sarkissian et son homologue azéri Ilham Aliev et la promesse de désescalade de la tension sur le front de l’Artsakh (Haut-Karabagh) les spécialistes en stratégie étaient très nombreux à ne pas croire aux promesses de Bakou qui se caractérise par un cynisme marqué. Connaissant la nature politique des dirigeants de l’Azerbaïdjan, ils ne s’étaient pas trompés.

Ainsi moins de 72 heures après ces entretiens arméno-azéris de Genève, un soldat Arménien vient d’être tué par un tir azéri sur la ligne de front hier 19 octobre à 15h50. Le soldat Arménien tué sur la ligne de front en Artsakh (Haut-Karabagh) est Tigrane Khatchatryan (19 ans). Le ministère arménien de la Défense de la République de l’Artsakh déplore cette perte, présente ses condoléances à la famille du jeune soldat et ses proches, tout en menant une enquête pour déterminer les conditions de cette mort.

Krikor Amirzayan

posté le 20 octobre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Azerbaïdjan  Image 450  Karabagh 


ARTSAKH (HAUT-KARABAGH)
Le gouvernement de l’Artsakh désire encourager le repeuplement de la région de Kashatagh

Arayik Haroutiounyan, le ministre d’Etat de la République de l’Artsakh (Haut-Karabagh), accompagné du ministre de l’Agriculture Jiraïr Mirzoyan et du directeur de la Fondation d’aide des villages Achot Bakhtchyan se sont rendus le 18 octobre dans la région de Kashatagh (Artsakh) afin de rencontres les maires des communes ainsi que les agriculteurs et producteurs et artisans de la région. La délégation prit connaissance des problèmes et engagea les discussions pour apporter des solutions. La production agricole de la région de Kashatagh sur les 20 207 hectares (20 052 récoltés) fut cette année de 55 817 tonnes. Une production jugée satisfaisante par Araïk Haroutiounyan. « Deux coopératives expérimentales de production laitière par les moyens de l’Etat seront installées dans la région, l’une au nord, l’autre au sud » dit A. Haroutiounyan qui a affirmé que l’élevage sera également encouragé. Le ministre d’Etat a également abordé le développement démographique de la région de Kashatagh avec un soutien à l’immigration. Des centaines de nouvelles habitations devant être construites pour accueillir cette population nouvelle.

Krikor Amirzayan

posté le 20 octobre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Karabagh 


ONU
Haut-Karabakh : le Secrétaire général de l’ONU salue la réunion au sommet entre les Présidents arménien et azerbaidjanais sous l’égide du Groupe de Minsk

La déclaration suivante a été communiquée, aujourd’hui, par le Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU :

Le Secrétaire général se félicite de la tenue, le 16 octobre, à Genève, d’une réunion au sommet entre le Président de la République d’Arménie, M. Serzh Sargsyan, et le Président de la République d’Azerbaïdjan, M. Ilham Aliyev, sous l’égide des Coprésidents du Groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Il est encouragé par l’accord des présidents pour prendre des mesures additionnelles afin d’intensifier le processus de négociation et de réduire les tensions sur la ligne de contact.

Le Secrétaire général réitère le soutien de l’ONU aux efforts de médiation entrepris par les Coprésidents et encourage les parties à tirer profit de l’élan positif créé par la tenue de la réunion au sommet pour parvenir à un règlement pacifique du conflit au Haut-Karabakh.

posté le 19 octobre 2017 par Stéphane/armenews


ARTSAKH-ARMENIE
Le généreux homme d’affaire arménien Levon Hayrapetyan (68 ans) est mort ce matin

L’homme d’affaire arménien habitant en Russie et bienfaiteur de l’Artsakh (Haut-Karabagh), Levon Hayrapetyan est mort ce matin en Mordovie vient d’annoncer Tigrane Balayan le porte-parole du ministère arménien des Affaires étrangères. Il avait 68 ans.

« Ce matin est mort l’un des meilleurs fils du peuple arménien, le patriote exemplaire et bienfaiteur Levon Hayrapetyan. Que la terre lui soit légère. Nous n’oublierons jamais Levon Hayrapetyan et son héritage » a écrit Tigrane Balayan sur son compte Twitter.

Levon Hayrapetyan avait beaucoup investi dans le développement de l’Artsakh dont il était originaire. Il avait également contribué à la rénovation du monastère de Gandzassar au village de Vank, près de Martakert. Il avait également financé de nombreux projets de la République de l’Artsakh. Mais ses activités lui avaient attiré de nombreux ennemis. Les ennemis de l’Artsakh. Il avait été condamné à quatre années de prison. Souffrant d’un mal incurable, ces derniers mois, il séjournait dans une habitation carcérale aménagée au regard de sa maladie.

Avec la disparition de Levon Hayrapetyan -qui avait en 2008 marié des centaines de couples lors d’une cérémonie à Chouchi et Gandzassar- l’Arménie et l’Artsakh sont orphelins d’un de leurs meilleurs enfants et soutiens.

Peu avant sa disparition, Levon Hayrapetyan avait émis le vœu d’être enterré au cimetière arménien de Moscou près de ses parents.

Krikor Amirzayan

posté le 18 octobre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Derniere minute  Image 450  Karabagh 


LIVRES-GEOSTRATEGIE
Le livre « Mon dictionnaire géopolitique » de Frédéric Encel sorti début octobre évoque l’Arménie, le génocide et le Haut-Karabagh (Artsakh)

Sortie début octobre du livre « Mon dictionnaire géopolitique » de Frédéric Encel aux éditions PUF (456 pages, 22€). Frédéric Encel un spécialiste de la question géopolitique « considérée comme une discipline froide et complexe » donne à travers 175 entrées variées sa vision humaine et dynamique de la géopolitique. Parmi les chapitres « guerre », « frontières », « pétrole », « religion » ou « armée », notre intérêt fut marqué par le chapitre « Arménie (Cause arménienne) » auquel Frédéric Encel fin connaisseur du monde arménien y a consacré pas moins de quatre pages (58 à 61).

Frédéric Encel écrit « La cause arménienne m’a toujours à la fois beaucoup touché et intéressé. Touché car, jeune enfant déjà, j’entendis de mes parents (quand ? pourquoi ?) que les Arméniens avaient beaucoup souffert. De la part de ces enfants cachés sous l’Occupation, cela faisait sens. De fait j’appris plus tard en me passionnant pour l’Histoire et au cours de mon cursus universitaire que c’était exact. Intéressé par ce peuple trois fois millénaire au moins, au destin rendu précaire à la fois par un statut de minorité religieuse à double titre (chrétienne et monophysite), et par des conquérants éphémères ou des empires pérennes farouches voire excessi-vement répressifs ; cette culture scripturale, architecturale et musicale riche, un niveau de conscience politique élevé, des paysages caucasiens somptueux et une diaspora plurielle et attachante. »

Et Frédéric Encel de continuer « Ce qu’on appelle de façon un peu générale la cause arménienne recouvre au moins deux réalités relativement différentes. D’abord, la reconnaissance du génocide subi par un million et demi d’Arméniens par le gouvernement Jeune-Turc ottoman en 1915-1917 en Anatolien ensuite les questions géopolitiques liées au conflit entre la république d’Arménie et l’Azerbaïdjan -soutenu par la Turquie- autour du territoire contesté du Haut-Karabagh (ou Artsakh). Dès les années 1894-1896, puis en 1904, soit bien avant la Première Guerre mondiale, la population arménienne de la région du Sassoun subissait des massacres de civils sans précédent su la férule du sultan « rouge » Abdul Hamid II. En avril 1915, le triumvirat nationaliste dirigé par Talaat Pacha déclenchait le premier grand génocide du XXe siècle. En dépit de plusieurs procès tenus à Constantinople en 1919 et 1920 par des tribunaux turcs à l’encontre de hauts fonctionnaires administrateurs (mais pas les trois principaux, en fuite à l’étranger) du génocide, un négationnisme d’Etat se met en place dès le milieu des années 1920 sous la férule de Kemal Atatürk. En dépit de quelques ouvertures (feintes ?) au début des années 2000 par le gouvernement islamo-nationaliste de Recep Tayyip Erdogan, jamais la Turquie n’a reconnu à ce jour ce génocide, perpétré pourtant par un régime certes turc mais de nature différente (empire/république). Ce déni d’Etat séculaire exaspère -à juste titre- le peuple arménien, en particulier la diaspora composée pour une bonne part de descendants de rescapés. J’ai toujours considéré que la revendication de la reconnaissance du génocide de 1915 était fondée, que sa négation relevait au mieux de l’ignorance (de faits avérés), au pire du positionnement immoral, et que le ciment national -en république d’Arménie comme en diaspora- que constituait ce trauma mémoriel était légitime. ».

Frédéric Encel va encore plus loin en écrivant « J’ajoute qu’à mon sens, tout comme la contestation des crimes contre l’humanité commis contre les Juifs et les Tziganes par les nazis est sanctionnée (par la Loi Gayssot de 1990), celle visant le génocide des Arméniens doit subir au même titre les mêmes foudres de la justice. »

Frédéric Encel évoque par ailleurs le conflit du Haut-Karabagh, « le second volet de la cause arménienne » en dressant brièvement l’historique du conflit du Haut-Karabagh « région toujours majoritairement peuplée d’Arméniens, mais cédée par Staline à la République soviétique d’Azerbaïdjan en 1921 dans le cadre de sa cynique et efficace politique d’entrelacement de contrôles et de prérogatives des soviets locaux. »

Le livre « Mon dictionnaire géopolitique » de Frédéric Encel est une véritable mine de con-naissances sur le monde, son histoire, sa géostratégie actuelle et une clé pour comprendre les conflits.

A lire absolument.

Krikor Amirzayan

posté le 17 octobre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ARTSAKH (HAUT-KARABAGH)
Des Azéris ont tenté en vain de perturber le stand de l’Artsakh au salon du tourisme « Invetex 2017 » à Saint Pétersbourg

Du 12 au 14 octobre la République de l’Artsakh (Haut-Karabagh) a participé par un stand au salon du tourisme « Invetex 2017 » à Saint Pétersbourg (Russie) rapporte le site Artsakhpres.

JPEG - 51.7 ko

Le stand de l’Artsakh était réalisé par le ministère de la Culture, la jeunesse et du tourisme afin de développer le tourisme en Artsakh en s’adressant aux professionnels du tourisme. De nombreux documents furent ainsi distribués aux visiteurs du salon. Mais lors du salon les agents de l’Azerbaïdjan -et membres ou organisations de la communauté azérie de Saint Pétersbourg- ont tenté à diverses reprises par divers moyens de faire des pressions afin de saboter l’action du stand de l’Artsakh.

JPEG - 68.9 ko

Des actions qui furent un échec, le stand de l’Artsakh continuant son activité. Le dernier jour du salon un groupe d’Azéris a même tenté de passer à une action violente sur le stand arménien. Peine perdue : les manifestants furent repoussés par les organisateurs. Les Azéris furent conduits à l’extérieur du salon par les forces de sécurité.

Krikor Amirzayan

posté le 16 octobre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Karabagh  Tourisme 


DIPLOMATIE
Rencontre entre Serge Sarkissian et Ilham Aliev aujourd’hui

Les présidents de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan se rencontreront aujourd’hui à Genève pour de nouvelles négociations sur le conflit du Haut-Karabagh.

Les annonces officielles de la date de cette rencontre par le bureau du président Serge Sarkissian et du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères sont arrivées une semaine après le dernier voyage des médiateurs américain, russe et français dans la région.

Dans une déclaration du 7 octobre, les trois coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE annonçait que Sarkissian et Aliev “ont confirmé leur volonté de reprendre les négociations en vue de parvenir à un règlement pacifique du conflit du Haut-Karabagh“.

Les deux présidents se sont rencontrés en mai et en juin 2016, peu de temps après la Guerre des Quatre jours. Ils ont accepté de permettre à l’OSCE de déployer plus d’observateurs sur le terrain dans la zone de conflit et d’enquêter sur les violations de la trêve qui s’y produisent. Ils ont également fait allusion aux progrès vers un règlement pacifique.

Le processus de paix a cependant encore été bloqué dans les mois qui ont suivi. Le gouvernement azerbaïdjanais a depuis hésité à mettre en œuvre les garanties convenues contre la reprise des combats, affirmant qu’ils allaient cimenter le statu quo.

Le vice-ministre arménien des Affaires étrangères, Shavarsh Kotcharian, a exprimé son pessimisme quant aux perspectives d’un règlement du conflit du Karabagh lorsqu’il a parlé à des journalistes à Erevan jeudi. Il a affirmé que des progrès décisifs vers un accord de paix entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan seraient “impossibles“ tant que Bakou refusera de renforcer le régime du cessez-le-feu.

posté le 16 octobre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE-AZERBAÏDJAN
Rencontre Serge Sarkissian-Ilham Aliev aujourd’hui à Genève

A l’initiative du Groupe de Minsk de l’OSCE dans le cadre du règlement pacifique du conflit du Haut-Karabagh (Artsakh) aujourd’hui 16 octobre à Genève (Suisse) se déroulera une rencontre entre le président arménien Serge Sarkissian et son homologue azéri Ilham Aliev. L’information est communiquée par le service de presse de la présidence arménienne.

Krikor Amirzayan

posté le 16 octobre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Azerbaïdjan  Diplomatie  Image 450  Karabagh  OSCE