Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Arménie


ARMENIE
Le ballet La bohème sur une musique de Charles Aznavour sera présenté à l’opéra de Yerevan

Le ballet “La bohème” sur une musique de Charles Aznavour sera présenté à l’opéra de Yerevan le 29 mai, ainsi que les 4 et 17 juin 2017.

JPEG - 87.8 ko
posté le 24 mai 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450 


RELATIONS UE/ARMENIE
Rencontre diplomatique entre Mogherini et Nalbandian à Bruxelles

L’Union européenne et l’Arménie ont réitéré leur attachement à des valeurs partagées et ont salué le travail actuel pour un nouvel accord qui sera signé plus tard cette année, lors d’une réunion entre leurs représentants diplomatiques hier à Bruxelles.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, après la 17ème réunion du Conseil de coopération Arménie-UE, Federica Mogherini (représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité) a déclaré que l’UE “attend avec impatience la position active et constructive de l’Arménie, en préparation du prochain sommet du partenariat oriental“ qui se tiendra à Bruxelles en novembre.

Le nouvel accord de partenariat global et renforcé entre l’UE et l’Arménie, dont les négociations ont été lancées à la fin de 2015, a été paraphé à Erevan en mars. Sa signature est attendue à ce sommet de Bruxelles.

“L’Union européenne est disposée à élargir et à approfondir la coopération avec l’Arménie. Nous sommes déjà le premier partenaire commercial du pays, le premier donateur international et le principal partisan des réformes. Nous sommes prêts à continuer de soutenir le processus de réforme de l’Arménie concernant diverses questions, y compris le développement économique, l’environnement des affaires, le système judiciaire, les droits de l’homme, la lutte contre la corruption - des questions très concrètes et pertinentes pour les citoyens arméniens“, a assuré Mogherini.

“Nous avons discuté aujourd’hui de nos valeurs partagées, y compris notre engagement envers la démocratie et les droits de l’homme, qui sous-tendent le nouvel accord et notre coopération future. Nous avons lancé des négociations en décembre 2015, nous deux ici à Bruxelles, et nous revenons aujourd’hui avec de bons résultats grâce au dur travail de nos équipes respectives, que j’aimerais également remercier pour tout ce que nous avons réussi à faire.“

Le responsable de l’UE a déclaré que la résolution pacifique du conflit du Haut-Karabagh a également été discutée lors de son entretien avec le représentant de l’Arménie. “L’Union européenne estime que le statu quo est insoutenable et que le conflit nécessite un règlement politique précoce conformément au droit international. L’Union européenne continue de soutenir pleinement les efforts de médiation et les propositions des Coprésidents du Groupe Minsk de l’OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe].

“Nous avons également échangé sur des questions régionales : nous avons discuté de la situation autour du conflit en Syrie, ainsi que des problèmes régionaux plus larges. L’UE a également réitéré son engagement à soutenir la normalisation des relations entre l’Arménie et la Turquie et nos encouragements aux deux parties à s’engager dans ce processus sans conditions préalables “, a ajouté Mogherini.

Pour sa part, le ministre Nalbandian a déclaré que “l’Arménie demeure déterminée à atteindre les objectifs du Partenariat oriental et continue de contribuer lui-même aux efforts conjoints dans ce cadre multilatéral“.

En particulier, il a parlé des élections législatives du 2 avril en Arménie qui ont été marquées par la présence sans précédent d’observateurs internationaux “, ce qui a permis selon le ministre que les élections soient bien administrées, que les libertés fondamentales soient respectées et que les résultats reflètent la volonté de la population “. Il a également remercié l’Union européenne pour « une importante assistance financière et technique pour soutenir l’organisation d’un processus de vote gratuit et transparent ».

Nalbandian a confirmé que lors des discussions avec Mogherini, les parties ont abordé un certain nombre de grands problèmes régionaux et internationaux, notamment le Moyen-Orient, la Turquie, l’Iran, ainsi que le conflit du Haut-Karabagh.

“L’offensive militaire à grande échelle de l’Azerbaïdjan contre le Haut-Karabagh en avril 2016 a été l’escalade le plus dangereuse du conflit depuis 1994, date à laquelle un accord de cessez-le-feu a été signé entre l’Azerbaïdjan, le Haut-Karabagh et l’Arménie. L’agression azerbaïdjanaise a été accompagnée de violations flagrantes du droit international humanitaire dans une tentative apparente de terroriser les habitants du Haut-Karabagh“, a souligné le haut diplomate arménien lors de la conférence de presse.

“Deux sommets ont été convoqués après l’agression d’avril de l’Azerbaïdjan, où des accords ont été conclus pour créer des conditions appropriées pour l’avancement du processus de paix. Bakou refuse de mettre en œuvre ces accords, bien que leur importance ait été soulignée à de nombreuses reprises, notamment lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de Russie, d’Arménie et d’Azerbaïdjan du 28 avril. En outre, Bakou poursuit les violations flagrantes des accords trilatéraux de cessez-le-feu en défiant les appels cohérents des pays coprésidents du Groupe de Minsk et de la communauté internationale.

“Dans ce contexte, nous apprécions fortement la position de principe de l’Union européenne sur le règlement exclusivement pacifique du conflit du Haut-Karabagh et son soutien continu aux activités de la coprésidence du groupe de Minsk“, a rappelé Nalbandian.

Ce dernier a conclu ses remarques en disant que “l’Arménie attend avec intérêt de poursuivre la coopération fructueuse avec l’UE“.

Mogherini et Nalbandian ont commencé la conférence de presse en exprimant leur ferme condamnation de l’acte terroriste au Royaume-Uni, où au moins 22 personnes ont été tuées et 59 blessées lors d’un attentat-suicide à la fin d’un concert à Manchester.

posté le 24 mai 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



SOLIDARITE
L’Arménie condamne l’attaque terroriste à Manchester

L’Arménie a rejoint l’élan mondial de condamnation de l’attentat terroriste au Royaume-Uni qui a coûté la vie à au moins 22 personnes et a fait des dizaines de blessés.

Un kamikaze s’est explosé à la fin d’un concert d’Ariana Grande, star de la pop américaine, au stade de Manchester, auquel ont assisté des milliers de personnes, dont de nombreux adolescents.

Le président arménien Serge Sarkissian a envoyé une lettre de condoléances à la Première ministre britannique Theresa May hier, affirmant la solidarité de l’Arménie avec le Royaume-Uni.

“Je vous exprime tout notre soutien, à vous, au peuple ami du Royaume-Uni et aux familles des victimes“, a écrit le dirigeant arménien, selon son bureau de presse.

“L’Arménie condamne fermement ces actes inhumains et est déterminée à continuer, grâce aux efforts conjoints, à lutter contre la violence et la terreur“, a souligné Sarkissian.

Le ministre des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a également exprimé la forte condamnation de l’Arménie contre les bombardements de Manchester alors qu’il a tenu une conférence de presse conjointe avec la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini après la dernière session du Conseil de coopération Arménie-UE à Bruxelles.

Beaucoup d’Arméniens connaissent la ville de Manchester grâce à sa star du football, Henrikh Mkhitaryan, qui joue pour le club local, Manchester United.

Sur Twitter hier, Mkhitaryan a écrit : “Restez forts Manchester ! Mes pensées et mes prières vont vers toutes les personnes touchées par l’horrible attaque d’hier soir“.

posté le 24 mai 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Selon un membre de Yelk, le renouvellement du Premier ministre a été anticonstitutionnel

Edmon Marukian, un député de l’alliance Yelk de l’opposition, estime que le président Serge Sarkissian, la semaine dernière, a renouvelé la nomination de Karen Karapetian en tant que Premier ministre en violation des exigences de la Constitution, sans consulter toutes les factions parlementaires.

Marukian a révélé qu’aucune discussion concernant le renouvellement du Premier ministre n’avait été tenue avec Yelk. “Dans le Parlement précédent, j’avais un statut de député non affilié à un parti, et je me souviens qu’il y avait eu des consultations avec des factions avant la nomination du Premier ministre. Elles auraient également dû avoir lieu pour le renouvellement du Premier ministre“.

Le 18 mai, le jour où l’Assemblée nationale de la sixième convocation a commencé son travail, selon l’exigence de la Constitution, le gouvernement a démissionné. Le même jour, Sarkissian a rendu une ordonnance révélant le nom du Premier ministre : Karen Karapetian.

Le paragraphe 4 de l’article 55 de la Constitution, dont parle Marukian, stipule : « [Le Président de la République], sur la base de la répartition des sièges à l’Assemblée nationale et des consultations tenues avec les factions parlementaires, nomme Premier Ministre la personne qui a la confiance de la majorité des députés et, si cela est impossible, le président de la République nomme comme Premier ministre la personne qui profite de la confiance du nombre maximum de députés. Le président de la République nomme le Premier ministre dans les dix jours suivant l’acceptation de la démission du gouvernement. Le gouvernement sera formé dans les 20 jours suivant la nomination du Premier ministre “.

Marukian a déclaré que le président, qui parle d’augmenter le rôle de l’opposition, aurait au moins pu remplir formellement l’exigence de la Constitution concernant les consultations avec l’opposition, bien qu’il ait reconnu que Yelk, qui n’a que neuf membres dans le Parlement actuel, n’aurait pas pu avoir un grand impact sur la décision du président.

Le vice-président du Parlement, Mikael Melkumian, qui représente la deuxième faction parlementaire, l’Alliance Tsarukian, a également déclaré que le président Sarkissian n’avait pas consulter son parti au sujet du renouvellement du mandat de Karapetian en tant que Premier ministre.

Il n’y a aucune information sur ces consultations avec des factions parlementaires sur le site officiel du président non plus.

La Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun), partenaire du parti républicain d’Arménie (HHK), a déclaré que le président les avait consultés. Le secrétaire de la faction FRA, Aghvan Vardanian, n’a pas précisé quand et dans quel format les consultations ont eu lieu.

Le chef de la faction parlementaire du HHK, Vahram Baghdasarian, a reconnu que les consultations n’avaient pas eu lieu avec toutes les factions. Cependant, selon lui, il y avait des raisons objectives pour cela. “Cela était tout simplement impossible car, d’ici le 18 mai, des factions n’avaient pas encore été formées“, a t-il expliqué.

Pendant ce temps, le gouvernement a tenu une séance spéciale lundi, approuvant un ensemble de projets de loi pour apporter des modifications et des ajouts à la loi de l’Arménie sur la structure du gouvernement.

Selon le service de presse du gouvernement, en raison de ces changements, le poste politique de « ministre-chef de l’état-major du gouvernement » sera remplacé par un poste discrétionnaire de « chef des services gouvernementaux ».

Le gouvernement a également décidé de suggérer que le président du Parlement appelle une réunion spéciale de l’Assemblée nationale le 30 mai.

Marukian a déclaré qu’il avait l’intention de soulever la question du renouvellement du mandat du Premier ministre lors de cette réunion.

posté le 24 mai 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Elections municipales d’Erevan

Ce sujet continue de dominer l’actualité arménienne. Les quotidiens annoncent que le parti arrivé en troisième position, Pays de l’abricot (7,75%),dirigé par Mme Zarouhi Postandjian a saisi la Commission électorale centrale pour demander l’annulation des résultats du scrutin du 14 mai, invoquant des fraudes et des violations à grande échelle, et notamment des achats de voix par le parti Républicain.

Par ailleurs, RFE/RL relève que l’Ombudsman Arman Tatoyan a remis en question le recours à la force par la police contre Mme Postandjian le jour des élections, lorsque celle-ci et sa fille ont été expulsées d’une permanence électorale du parti Républicain (cf. revue du 15.05). L’Ombudsman a rappelé que Mme Postandjian est encore membre du Parlement et était candidate à la mairie d’Erevan, et ce fait aurait dû être pris en compte par la police avant d’en venir aux mains contre elle.« Dans toute situation, la police doit montrer une attitude respectueuse vis-à-vis des citoyens. Ceci est un facteur important pour la confiance de la population envers la police. En ce qui concerne cette situation particulière, nous avons immédiatement rédigé un rapport et l’avons envoyé à la police pour qu’une enquête interne soit lancée le plus tôt possible », a ajouté M. Tatoyan.

Les partis d’opposition Héritage, dont Mme Postandjian était membre naguère, et Congrès national arménien ont fermement condamné les actions de la police à l’encontre de cette représentante de l’opposition, les qualifiant d’« actes immoraux et barbares ».

RFE/RL rend compte d’une évaluation préliminaire de la mission d’observation du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe, selon laquelle le nouveau Code électoral et les appareils techniques installés dans les bureaux de vote (caméras et appareils d’identification électronique) ont, certes, amélioré le processus de vote à l’intérieur des bureaux de vote, mais des efforts supplémentaires démocratiques étaient encore nécessaires en dehors des bureaux. « Comme cela a été le cas lors des élections législatives du 2 avril, cette fois aussi les observateurs ont entendu des allégations sur l’achat de voix, des pressions sur les employés de la fonction publique et l’abus de la ressource administrative », déclarent les observateurs européens, qui ont visité 100 bureaux de vote dans la capitale. Ceux-ci affirment en outre que devant presque tous les bureaux de vote qu’ils ont visités, ils ont vu un groupe de personnes qui ne quittaient pas les lieux, ce qui a laissé l’impression que le processus électoral était « surveillé ». D’après le responsable de la mission d’observation, Liisa Ansala, les autorités arméniennes doivent prendre des mesures contre de tels phénomènes, afin que la confiance de la société arménienne envers le processus électorale soit rétablie. Les observateurs évoquent en outre le faible taux de participation des habitants d’Erevan à ce scrutin, ce qui traduirait, à leurs yeux, la frustration et la méfiance de la société arménienne vis-à-vis du système politique du pays. La mission d’observation présentera un rapport sur le scrutin municipal d’Erevan le 27 juin.

Extrait de la revue de presse de l’Ambassade de France en Arménie en date du 17 mai 2017

posté le 24 mai 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie 


FRANCE
Mission Artsakh libre 2 par l’association NAZARPEK

Afin de subvenir aux besoins de la population en guerre sur le front de l’Artsakh, nous organisons une collecte de fonds qui servira à l’achat de matériels et de toute l’aide nécessaire afin d’apporter notre contribution.

Voici une liste non exhaustive des achats possible en fonction du montant collecté :

- Sac de couchage

- Jumelle

- Lunette nocturne

- Drone

- Lanterne thermique

- Et si nous atteignons une somme considérable : Lunette de visée nocturne

Nous comptons sur votre soutien afin que les arméniens qui se battent pour défendre nos terres soient victorieux !

Chacun participe du montant qu’il souhaite.

Tous les paiements sont sécurisés.

Un CERFA sera delivré.

Merci à toutes et à tous !

NAZARPEK

pour faire un versement

https://www.leetchi.com/c/mission-artsakh-libre-2

posté le 24 mai 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Karabagh 


FRANCE
Transferts - Der Zakarian futur entraîneur de Montpellier (presse)

Montpellier s’apprête à engager l’entraîneur de Reims (L2) Michel Der Zakarian, ancien de la maison, pour succéder à l’intérimaire Jean-Louis Gasset, selon le quotidien régional Midi Libre de mardi.

Der Zakarian, âgé de 54 ans, devrait signer à l’issue de la saison un contrat de trois ans pour respecter la volonté du président délégué Laurent Nicollin, “qui désire s’inscrire dans la durée“, selon le journal.

Depuis le départ de René Girard en 2013, Montpellier a consommé quatre entraîneurs en quatre saisons.

L’actuel entraîneur de Reims devra se libérer de la dernière année de contrat qui le lie avec le club champenois qu’il avait rejoint en début de saison.

Il succèdera à Jean-Louis Gasset qui avait annoncé vendredi son départ de Montpellier où il a assuré ce qu’il appelle “la mission du maintien“, après avoir passé quatre mois à la tête de l’équipe héraultaise en remplacement de Frédéric Hantz, démis de ses fonctions fin janvier.

Der Zakarian va retrouver la Ligue 1 qu’il a connu au cours de ses deux mandats à Nantes (2007-2008, et 2012-16) où ce Marseillais d’adoption, né à Erevan (Arménie) a été formé. Ce technicien, réputé pour sa rigueur, a par ailleurs dirigé durant trois saisons (2009-12) Clermont (L2).

L’ancien défenseur central et international arménien effectuera son retour à Montpellier où il a bouclé sa carrière de joueur (1988-97) après y avoir disputé le quart de finale de la Coupe des Coupes (1991) et la finale de la Coupe de France (1994).

Il a entamé sa carrière d’entraîneur dans l’Hérault en dirigeant la réserve durant six saisons. A défaut d’une promotion, il a eu la possibilité de quitter Montpellier en 2006 pour avoir sa chance au plus haut niveau.

Michel Der Zakarian aura pour mission de reconstruire une équipe qui pourrait se séparer de joueurs à l’intersaison, en particulier le meneur de jeu Ryad Boudebouz ou l’attaquant Steve Mounié.

posté le 24 mai 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  France 


ARMENIE
Les prisonniers en Arménie vont être en mesure de discuter avec leurs proches grâce à Skype

Les prisonniers en Arménie seront autorisés à discuter avec leurs parents et leurs amis en utilisant le logiciel Skype, a annoncé le vice-ministre de la Justice Suren Krmoyan en réponse à une question posée par une députée Naira Zohrabyan du parti Arménie prospère.

Selon Mme Zohrabyan, environ 30-35% des détenus en Arménie n’ont pas de parents dans le pays, et ne peuvent pas exercer leur droit à se réunir avec des amis et des parents. Naira Zohrabyan a déclaré que ces prisonniers demandent la possibilité de communiquer avec leurs proches par le biais de Skype.

« Nous avons ce problème, qui est associé à des ressources financières Nous négocions avec la Croix-Rouge, et a déjà un accord préliminaire pour que les établissements correctionnels reçoivent l’équipement nécessaire pour organiser la communication par Skype.“ a dit Suren Krmoyan.

posté le 24 mai 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie 


ARMENIE
La communauté internationale doit réagir de manière appropriée aux actions de l’Azerbaïdjan

Le porte-parole du Ministère arménien de la Défense, Artsrun Hovhannissian, a livré aux médias plus de détails sur l’offensive azerbaïdjanaise du 15 mai avec l’utilisation de missiles guidés Spike . Selon lui, les forces azerbaïdjanaises ont lancé trois missiles, qui ont visé des unités de matériel militaire des forces armées du HK, particulièrement un système de défense aérienne OSA. Celui-ci a été endommagé partiellement. Par ailleurs, un véhicule d’approvisionnement a pris feu à la suite de l’attaque. Alors que les médias azerbaïdjanais avaient annoncé, citant le Ministère de la défense du pays, que l’équipage du véhicule détruit avait été décimé, M. Hovhannissian a fermement nié toute perte humaine du côté arménien.

Dans un entretien avec Hayots Achkhar, le porte-parole du « président du HK », David Babayan, relève que les préjudices causés par les missiles azéris ne sont pas importants, mais cet incident n’est rien d’autre qu’un nouvel « acte terroriste » de la part du pays voisin. La communauté internationale doit donner une réponse appropriée au dernier incident sur la ligne de contact. La dernière fois, l’Azerbaïdjan avait lancé des missiles de production israélienne Spike pendant la guerre d’avril de 2016. Selon le porte-parole, les forces armées du HK poursuivront leur tactique de défense et ne lanceront pas d’offensives sans raisons tangibles, mais en cas d’agression de la part de l’adversaire, elles répondront de manière résolue et dure afin de ne pas permettre que soit ébranlé l’équilibre politico-militaire dans la région du conflit. M. Babayan explique la récente recrudescence de la tension sur la ligne de contact par la situation politique intérieure en Azerbaïdjan liée aux difficultés économiques et à la fermeture de médias d’opposition.

Extrait de la revue de presse de l’Ambassade de France en Arménie en date du 17 mai 2017

posté le 24 mai 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie