Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Arménie


BOURG LES VALENCE
Grand Bal Annuel De L’AS Homenetmen Valence
JPEG - 64.1 ko
posté le 26 mars 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie 


PARIS
Concert arménien exceptionnel aujourd’hui au Zenith !

Hamaskaïne Paris

Concert exceptionnel le 26 Mars 2017 au Zenith !

Hamaskaïne participe à la réussite de cet événement unique à Paris.

Réservez vos billets auprès de notre association :

Hourig Baghdassarian tel : 0614749297 mail :navasti@wanadoo.fr

Arpi Chahabian tel : 0664380025 mail :arpie@live.fr

JPEG - 68.2 ko
posté le 26 mars 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450 


TWITTER
Accueil de son Excellence l’ambassadeur d’Arménie pour la coopération franco-arménienne des vignerons à Bandol
JPEG - 250.5 ko
JPEG - 215.1 ko
JPEG - 256.1 ko
JPEG - 310.9 ko
JPEG - 63.9 ko
JPEG - 313.6 ko
JPEG - 70.7 ko
posté le 26 mars 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie 


TURQUIE
Erdogan : La réponse à l’Europe doit être le oui au référendum

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé ses concitoyens à voter en faveur du renforcement de ses pouvoirs lors du référendum du 16 avril en guise de riposte à l’Europe “anti-turque et anti-islamique“.

“Je vous demande de donner une réponse que ceux qui nous regardent à la télévision, depuis l’étranger, nos citoyens, toute l’Europe et le monde entier puissent entendre“, a exhorté M. Erdogan lors d’un discours à Ankara.

Il a énuméré les avantages que présenterait selon lui l’instauration d’un système présidentiel en haranguant une foule qui a répondu par un “oui“ retentissant quand il lui a demandé si elle était pour “une seule nation, un seul drapeau, une seule patrie, et un seul Etat“.

Pour mobiliser les électeurs à l’approche du référendum dont l’issue s’annonce serrée, M. Erdogan a plusieurs fois invoqué ces dernières semaines la crise diplomatique déclenchée par le refus de plusieurs pays européens, notamment l’Allemagne et les Pays-Bas, d’autoriser ses ministres à organiser des meetings électoraux avec la diaspora turque en vue du scrutin.

Il est revenu à la charge mardi en affirmant que “les masques des pays européens sont tombés et on voit maintenant leur vrai visage“. “Cette Europe, comme c’était le cas avant la Seconde Guerre mondiale, est raciste, fasciste et cruelle. Une Europe anti-islamique et anti-turque“, a-t-il déclaré.

M. Erdogan et plusieurs responsables turcs ont à plusieurs reprises comparé ces dernières semaines aux méthodes “nazies“ ou “fascistes“ l’interdiction de meeting de ses partisans.

Dimanche, il avait personnellement visé la chancelière allemande Angela Merkel, l’accusant d’avoir eu recours “à des pratiques nazies“. Le gouvernement allemand a jugé ces propos “inacceptables“.

posté le 26 mars 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie 


EUROVISION-2017
Selon The Huffington Post, l’Arménie pourrait gagner l’Eurovision 2017

« L’Arménie a toujours proposé des participants extraordinaires au concours de l’Eurovision et cette année ne fait pas exception à la règle » écrit The Huffington Post. Le journal américain n’hésite pas écrire qu’avec le choix de la chanteuse Artzvik et la chanson « Fly with me », l’Arménie pourrait remporter l’Eurovision ! The Huffington Post revient sur les qualités de la chanteuse arménienne Artzvik qui a interprété merveilleusement la chanson « I Have Nothing » de Whitney Houston. Les demi-finales de l’Eurovision 2017 se dérouleront le 9 et 11 mai et la finale le samedi 13 mai à Kiev (Ukraine). L’Arménie qui fut deux fois (en 2008 et 2014) 4e au classement finale de l’Eurovision pourrait cette année créer la surprise. Et pourquoi pas gagner l’Eurovision 2017 de façon régulière, sur la qualité de la chanson et de l’interprétation de sa représentante. Contrairement à l’Azerbaïdjan qui gagna l’Eurovision 2011 en « l’achetant » tout simplement...

Krikor Amirzayan

posté le 26 mars 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Eurovision  Image 450 


ARMENIE
Selon « Jamanag » les missiles « Igla » visaient à abattre Serge Sarkissian lors de ses déplacements en hélicoptère

Le journal arménien « Jamanag » (Temps) paraissant à Erévan écrit que « selon les informations qui nous sont arrivées, le groupe qui introduisait en Arménie les armes « Igla » savait que le président Serge Sarkissian se déplaçait uniquement en hélicoptère dans divers lieux ». Et Jamanag continue d’affirmer que c’est pour cela que le groupe avait apporté des systèmes de lance-missiles « Igla » qui est le meilleur pour « abattre les hélicoptères qui se déplacent à des altitudes très basses (...) ces lance-missiles « Igla » sont de guidage thermique et atteignent donc les sources de chaleur produite par le moteur de l’appareil. Et ces armes introduites en Arménie ne pouvaient que viser personnellement Serge Sarkissian ».

Krikor Amirzayan

posté le 26 mars 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450 


ARMEE ARMENIENNE
Le président arménien Serge Sarkissian a rencontré l’Armée arménienne lors d’exercices au sud de l’Arménie et salué la combativité des soldats

Chaque jour vous devenez encore plus forts et plus combatifs, je remercie vos parents pour l’éducation qu’ils vous ont donné a dit le président arménien devant des soldats Arméniens samedi 25 mars sur un terrain de manœuvres au sud de l’Arménie. Il était accompagné de son homologue de l’Artsakh, Bako Sahakian et de nombreux officiers de l’Armée arménienne. « Notre peuple au cours de son histoire a toujours connu des situations d’insécurité et aujourd’hui, grâce à l’Armée arménienne, la sécurité de notre peuple est entre de bonne mais. Nous devons tout faire avec vous pour que personne ne tente de saboter cette sécurité » dit le président arménien dans son discours face aux militaires. Serge Sarkissian a salué cette Armée arménienne qui s’était renforcée au cours des 25 années de son existence et sa grande combativité. Il a également assuré que le gouvernement arménien tout entier était derrière l’armement de l’Armée arménienne et son perfectionnement afin de « défendre nos frontières ».

Krikor Amirzayan

JPEG - 70.9 ko
L’Armée arménienne en exercice
JPEG - 76.3 ko
L’Armée arménienne en exercice
JPEG - 40.5 ko
Le président arménien (au centre) suit les manoeuvres de l’Armée arménienne
JPEG - 62.1 ko
Le président arménien Serge Sarkissian a félicité l’Armée arménienne
JPEG - 53.1 ko
Le président de l’Artsakh (Karabagh) Bako Sahakian salue son homologue de l’Arménie Serge Sarkissian
posté le 26 mars 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Armée  Arménie  Image 450 


ARMENIE
Arménie : Une Silicon Valley dans l’Ancienne Union Soviétique

L’Arménie était le centre de la Technologie de l’Information au temps de l’URSS. Une histoire troublée en a brisé l’économie, mais les choses commencent à prendre forme dans la République caucasienne. Une main-d’œuvre d’ingénieurs post-soviétiques, hautement qualifiés dans les techniques récentes, et une diaspora qui la soutient, combinées aux initiatives du gouvernement, dynamisent le secteur de la technologie de l’information. Ces activités créent des techniques nouvelles - depuis les applications lauréates dans le secteur du mobile jusqu’aux outils présentés pour la première fois dans ce secteur - reconnues à travers le monde entier et sur lesquelles de nombreuses startups se fraient un chemin vers les USA.

Le taux de croissance annuel des industries de haute technologie arméniennes atteint 20%, très au-delà des 2% du taux de croissance économique. Le niveau du chiffre d’affaire annuel de la haute technologie pour les quelques 400 sociétés du secteur des techniques de l’information, atteint 475 millions de dollars, et dès 2018, il est prévu que cette industrie sera le secteur dominant, apportant une prospérité nouvelle pour l’économie.

Les jeunes startups, la croissance mondiale et les initiatives de quelques uns parmi les grands noms de la technologie - depuis Intel jusqu’à Microsoft - créent un grand élan. Le secteur technologique de l’Arménie est à un authentique tournant. Cette Silicon valley du précédent régime renaît sous la forme d’une plaque tournante, mondialement reconnue, pour les nouvelles startups.

Comment le cadre technique arménien évolue-t-il ? Que fait le pays pour attirer l’investissement international et quelles sont les startups qui créent le plus des vagues sur la scène technique du monde ?

Susciter l’innovation dans les Techniques de l’Information

Aux jours de l’Union soviétique, l’Arménie concevait et fabriquait 40% des unités centrales d’ordinateurs pour l’armée. L’Institut des études informatiques d’Erevan, un immeuble secret de la capitale, employait 5 000 personnes hautement spécialisées, mais celui-ci finit par tomber en ruines. Mais il ne s’agissait là, , d’après l’Union des Entreprises des Techniques de l’Innovation à Erevan, que d’une faible fraction des “centaines de milliers de spécialistes“ qui travaillaient dans l’ombre, au temps des innovations du domaine des techniques de l’information.

JPEG - 132.9 ko

Ce passé historique, allié à la véritable vénération que la société soviétique avait pour les sciences et à la grande détermination arménienne, a fait le socle d’une résurgence de l’innovation technologique. Tandis que le chiffre d’affaire du secteur continue de croître, les secteurs où l’investissement étranger est le plus grand, d’après le gouvernement arménien, sont ceux “des télécommunications, des exploitations minières, de l’énergie, des transports aériens et de la finance“.

La société de jeux en ligne et de paris sportifs BetConstruct, une filiale financière de ma société ucraft, démarrée à Erevan en 2003, possède aujourd’hui des bureaux dans le monde entier. Le fondateur et PDG de BetConstruct Vahe Baloulian m’a dit : “lorsque nous avons démarré, le secteur de la haute technologie de l’Arménie consistait essentiellement en échoppes de fournitures de logiciels pour les industries naissantes, le gouvernement et pour quelques têtes de pont de sociétés de haute technologie étrangères à l’affût de ressources moins chères. Les succès de ces sociétés ont donné des idées aux entrepreneurs locaux ; ils se sont mis à créer des firmes de développement pour attirer des travaux en sous-traitance“.

Il nous a décrit comment les améliorations dans l’infrastructure induisent aujourd’hui beaucoup plus facilement le démarrage d’activités nouvelles. “L’ancien monopole dans les communications a été supprimé, et la concurrence entre fournisseurs ; l’Internet est par suite beaucoup plus économiquement abordable et accessible“.

Beaucoup parmi les plus grandes compagnies des Technologies de l’information en activité en Arménie, comme Microsoft, Google et Oracle, mettent en place internationalement des directions d’équipes de développement dans ces mêmes pays. Le gouvernement encourage l’expansion de ces sociétés par sa politique de “portes ouvertes“, conçue pour favoriser l’activité et les investissements de sociétés étrangères, et une législation qui protège les capitaux étrangers a été instaurée.

En 2012, à l’occasion du congrès ArmTech, Intel a annoncé le lancement d’un nouveau centre de recherche. L’ambassadeur des USA en Arménie, John Heffern, avait évoqué le potentiel pour le développement de la Technologie de l’information : “L’esprit inventif est la clef du futur pour l’Arménie. Le département du commerce des USA a fait état de données de l’Unesco selon lesquelles l’Arménie est la première des pays membres de la CEI pour les inventions par tête d’habitant“, a-t-il dit.

Des noms de multinationales mondiales, Synopsis, D-Link et le “géant de la virtualisation“ VMWare, après son acquisition de la startup en Technologies de l’information Integrien - ont chacune des activités dans le pays et agissant pour susciter l’innovation technique.

JPEG - 94.4 ko

Synopsis, la plus grande compagnie mondiale de conception d’électronique d’automatismes (EDA), et dont le chiffre d’affaires annuel dépasse 2 milliards de dollars, a ouvert en 2004 des bureaux en Arménie. Aujourd’hui, c’est l’une des plus grandes compagnies de Technologie de l’information du pays, avec plus de 650 employés. Elle est aussi engagée dans les programmes de soutien de talents émergents. Synopsis collabore avec l’Université polytechnique d’Arménie pour dispenser des programmes pour les étudiants et engager de nombreux diplômés.

Ces initiatives contribuent à soutenir les jeunes d’Arménie à travers l’éducation et à accroître la compétence des Arméniens spécialistes. Mais les grandes sociétés ne constituent pas la seule option, un programme de réduction d’imposition destiné aux startups en bourgeon, décidé par le gouvernement, change la perception mondiale d’Erevan en attirant l’attention sur l’Arménie.

Une nouvelle législation en faveur des entrepreneurs à Erevan

Erevan est l’une des plus anciennes cités du monde. Cette ancienne plaque tournante trouve une énergie nouvelle, étant au centre du milieu des startups d’Arménie.

Des lois récentes ont beaucoup simplifié la préparation, le démarrage et l’accroissement d’une nouvelle startup tech. Après lobbying par l’Union des Entreprises de Technologie de l’Information (UITE), les startups dont le siège est en Arménie, les centres techniques, les incubateurs et accélérateurs de moins de 30 employés bénéficient à présent d’avantages fiscaux.

Erevan est aussi lieu d’accueil dans deux zones économiques franches (FEZ) zone dans lesquelles les startups qui répondent à certaines conditions sont dispensées du paiement de la TVA, de l’impôt sur le bénéfice, les taxes foncières et sur les revenus, ainsi que les droits de douane. L’une d’elle se trouve près de la compagnie ROA Mars (une compagnie par actions dont le nombre d’actionnaires est limité par les statuts) et l’Institut de Recherche d’Erevan sur les Machines mathématiques, qui est conçu pour développer, fabriquer et exporter les technologies nouvelles.

On peut aujourd’hui lancer une startup à peu de frais - ce qui a pour conséquence l’apparition d’un écosystème de startups, et d’un bouillonnement des idées. Les activités arméniennes gagnent en renommée et bénéficient d’une reconnaissance mondiale. Des compagnies comme PicsArt, Triada Studios, Plexonic et BetConstruct font des remous dans le domaine technologique, démontrant l’énorme potentiel de l’Arménie, centre d’innovation.

JPEG - 153.7 ko

Triada Studio dont le siège est à Erevan, créateur du puzzle app Shadowmatic, est lauréat du prestigieux Apple design Award et App Store Best en 2015.

Triada Studio avait été lancé en 1993 comme studio d’informatique de graphisme et d’animation. Le cofondateur et PDG Ara Aghamyan parle de “potentiel intellectuel énorme“ en Arménie. Aghamyan soutient que le plus grand défi auquel est confrontée la sphère technique aujourd’hui est la fuite des talents, un grand nombre de startups se déplaçant finalement aux USA pour trouver des capitaux et gagner en audience. “Nous ne pourrons surmonter cela qu’en créant un écosystème qui non seulement retiendra les gens au pays, mais qui pourra attirer les intelligences du monde entier“, m’a-t-il dit.

Le déplacement à Silicon Valley

Nigel Sharp est le précédent directeur technique du centre TUMO d’Arménie pour les Technologies Créatives et fondateur de la startup basée en Arménie Lionsharp, créatrice de Voiceboard, “première solution mondiale pour la présentation gestuelle et vocale“. Sharp a déclaré à PSFK [une plateforme de créativité basée à New York] qu’un suivi insuffisant de l’investissement étranger, “une plaie de corruption et de pertes“, constitue une barrière à l’investissement étranger.

Cette méfiance combinée aux défis de la constitution d’un réseau, communs à toute plateforme de startups émergentes, dissuade beaucoup d’affaires d’annoncer leur création à une audience mondiale. Cela est encore plus compliqué du fait de la limitation de l’accès au savoir entrepreneurial, des différences de langue, et de la nécessité de voyager. En conséquence, les startups arméniennes vont aux USA pour être plus soutenues, financées et pour améliorer leurs perspectives de croissance.

En avril, l’application d’édition photos PicsArt ajoutait 20 millions de dollars à l’investissement en VC [Venture Capital capital-risque] portant le total investi à 45 millions et permettant à la startup née en Arménie d’augmenter sa croissance en Chine et au Japon. En 2015, le PDG de PicsArt Hovhannes Avoyan a décidé la délocalisation pour rejoindre à San Francisco le directeur financier, affirmant ainsi la présence de PicsArt sur la scène technique des USA. PicsArt est par la suite entré dans la liste Forbes des “startups les plus prometteuses de 2015“.

JPEG - 109.5 ko

Ceux qui ont de l’influence dans le monde technologique s’efforcent de renforcer les liens entre l’Arménie et les USA. En Mars, Ara Aghayan, de Triada Studio a écrit au président Obama expliquant le rôle de la communauté tech dans le développement du commerce USA-Arménie. Il attirait l’attention sur la question de la double taxation qui nuit aux investissements étrangers et gêne le développement d’activités qui sont basées en Arménie. Shadowmatic n’est pas la dernière concernée. PicsArt, Microsoft, Fedex, NASDAQ, Marriott, Grant Thorton et d’autres se sont signalées pour aller vers de nouvelles relations économiques pour renforcer la croissance dans le pays.

Les USA en faveur de la croissance de la Tech arménienne

L’importance de la diaspora arménienne est telle qu’il y a plus d’Arméniens qui vivent en dehors du pays qu’en Arménie : de sept à dix millions d’Arméniens vivent en majorité en Russie, aux USA et en France, contre moins de trois millions au pays. Les générations successives d’Arméniens s’ajoutent aujourd’hui à ce réseau mondial et soutiennent activement la croissance future de l’Arménie.

Le cofondateur d’Inet Technologies, Sam Simonian et sa femme Sylvia ont créé le TUMO Center for Creative Technologies un centre privé de formation digitale à Erevan, qui dispense des formations à près de 5 000 jeunes de 12 à 18 ans du secteur des nouvelles technologies. L’Arménie se réjouit de la présence d’un certain nombre de centre de l’innovation tel TUMO, développé grâce à l’insistance de soutiens internationaux et de grands partenaires.

L’ex vice président de Twitter et directeur d’Uber Raffi Krikorian, siège au conseil de TUMO, et s’emploie activement à soutenir les nouvelles startups : “honnêtement, si vous êtes Arménien, je vais probablement vouloir vous aider“ a-t-il dit dans une interview avec Repat Armenia.

JPEG - 110 ko

En 2011 ; Microsoft lançait le Microsoft Innovation Center Armenia en partenariat avec l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et Enterprise Incubator Foundation [Fondation Incubateur d’Entreprise] (EIF). Le centre vise à permettre la croissance des technologies de l’information par le soutien d’étudiants et de startups. Elle propose des programmes tels le codage bootcamps [camps de mise en forme physiques de style militaire], des cours de formation et des ateliers, ainsi que des méthodes d’accélération des startups tels le financement de semences, la contribution à créer un écosystème favorable à la réussite des startups.

Les entrepreneurs bénéficient également d’une création nouvelle d’entreprises comme le Center for Entrepreneurship and Executive Development (CEED) [Centre pour le développement de l’entreprenariat et des cadres supérieurs] qui a lancé cette année le programme Armenia - US IT Acceleration Program avec l’EIF, le Gouvernement arménien et la Banque mondiale, conçu pour introduire les nouvelles startups sur le marché mondial.

Comme toute industrie émergente, les startups arméniennes sont à la lutte avec une trésorerie limitée et doivent répondre rapidement aux changements techniques. Les activités nouvelles telles que constitution de réseau virtuel et montée en régime d’une startup, HIVE [un programme d’analyse de données] et la première société de capital-risque en technologie d’Arménie, Granatus Ventures, aide au décollage des startups. Cependant, afin d’être compétitives à plus grande échelle, ces activités doivent attirer une audience plus large et des investisseurs dans le monde entier.

Mais la mécanique est lancée, c’est beaucoup plus facile aujourd’hui qu’auparavant. Tandis que plus de dirigeants du monde des affaires attirent l’attention non seulement sur les barrières que l’Arménie doit franchir, mais aussi sur le potentiel de son industrie émergente, nous pouvons espérer une croissance continue de cet ancien centre de l’innovation.

Par Gev Balyan

https://thenextweb.com/asia/2017/03/17/armenias-rising-tech-scene-new-silicon-valley-former-soviet-union/ ?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+TheNextWeb+(The+Next+Web+All+Stories)#.tnw_sH0HqcP2#.tnw_Lr94iJXJ

Traduction Gilbert Béguian

posté le 26 mars 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie 


PATRIMOINE ARMENIEN
L’église arménienne du village de Kermouch dans la région d’Ourfa dégradée par les chasseurs de trésors de « l’or des Arméniens »

L’église arménienne du village de Kermouch (Gamourtch en arménien) dans la région d’Ourfa en Turquie qui fut il y a cinq ans l’un des centres touristiques de la région continue de se dégrader. Selon le site turc Urfanatik l’église arménienne du village de Kermouch (Gamourtch) construite au 19e siècle par 7 frères présente des signes d’écroulement sur certaines parties. Selon Mehmet Güzel un spécialiste des monuments historiques de la région d’Ourfa, l’église arménienne de Kermouch fut utilisée par les Arméniens apostoliques jusqu’en 1915. « Après 1915 le village de Kermouch fut confiée à un commandant du régiment de Hamidiés, Syoumer Pacha.

JPEG - 64.6 ko
L’église arménienne du village de Kermouch dans la région d’Ourfa dégradée par les chasseurs de trésors de « l’or des Arméniens »

Actuellement le village est entre les mains des descendants de Syoumer Pacha. Si cette église était rénovée, ce serait un grand bien pour le tourisme à Ourfa. Nous désirons qu’elle soit rénovée et rouverte au culte » dit Mehmet Güzel. L’un des habitants du village, Husseïn Aslan affirme de son côté que cette église arménienne qui est au seuil de l’écroulement est régulièrement visité par les chasseurs de trésors qui cherchent dans ses murs et dans son sol « l’or des Arméniens ». Une activité devenue « sport national turc » animée par la recherche des trésors supposés cachés des Arméniens lors du génocide de 1915.

Krikor Amirzayan

posté le 26 mars 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Patrimoine