Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Arménie


ÉCONOMIE
L’ambassadeur américain prudent au sujet d’une augmentation des investissements

Mercredi, l’ambassadeur des Etats-Unis, Richard Mills a annoncé qu’il est encore trop tôt pour que les investissements américains en Arménie augmentent de façon importante, malgré les efforts du nouveau gouvernement pour améliorer l’environnement des affaires domestiques.

Mills a ajouté que les potentiels investisseurs américains surveillent de près le développement de la situation du gisement d’or d’Amulsar.

L’entreprise concernée, Lydian International, fait face à un avenir incertain suite au récent changement de gouvernement. Selon les statistiques officielles arméniennes, Lydian était la principale source de 246 millions de dollars d’investissements étrangers en Arménie l’année dernière.

« Les actions du gouvernement pour s’attaquer au problème de corruption et assurer des conditions de concurrence équitables sont très appréciées aux Etats-Unis par les investisseurs américains », a déclaré M. Mills. « Mais je pense qu’il est encore trop tôt pour que de nouveaux investissements importants soient annoncés en Arménie. »

« Nous recevons beaucoup d’expressions d’intérêt de la communauté des affaires aux États-Unis sur les opportunités locales », a-t-il déclaré. « Mais ces investisseurs potentiels attendent maintenant de voir si le gouvernement mettra en place des actions concrètes. Ils veulent également voir comment les enquêtes sur les accusations de corruption vont être menées. Les procédures seront-elles suivies de manière équitable, conformément à la loi ? »

« Et ils souhaitent voir comment le gouvernement traite les firmes américaines et même les firmes arméniennes qui opèrent déjà ici », a précisé M. Mills. « Sont-elles traitées équitablement lors des enquêtes sur leurs impôts ? Est-ce fait de façon équitable ?

« Ils suivent les difficultés de Lydian et la façon dont le gouvernement gère ces questions très sensibles et controversées. Lydian sera-t-il traité équitablement au fur et à mesure que ce processus se déroulera ? »

Toutes les routes menant au gisement d’or ont été bloquées depuis le 23 juin par un groupe de résidents des communautés voisines qui protestent contre les opérations d’extraction d’or qui devaient commencer avant la fin de cette année.

Pachinian a déclaré à la fin du mois dernier que Lydian devait être autorisé à reprendre ses activités en attendant les conclusions d’un groupe de travail gouvernemental ad hoc qui commencera bientôt à inspecter l’entreprise. Le groupe de travail devrait soumettre ses recommandations au gouvernement avant la fin du mois.

Le site minier, situé à environ 160 kilomètres au sud-est d’Erevan, est resté bloqué après la visite de Pachinian le 6 juillet. Le Premier Ministre s’est plaint la semaine dernière des dirigeants de Lydian, qui n’auraient pas adopté une position « constructive » lors de sa visite. Il n’a pas élaboré.

La société, qui est enregistrée dans les îles anglo-normandes mais dont le siège social est situé dans le Colorado, soutient qu’elle a obtenu ses licences minières conformément à la législation arménienne. Lydian a répondu aux préoccupations concernant l’impact environnemental de l’extraction de l’or à Amulsar en affirmant qu’une technologie moderne et sûre serait utilisée.

Lydian prétend avoir déjà investi plus de 300 millions de dollars dans le projet et considère la perturbation de ses opérations illégale. La société n’a pas exclu la possibilité d’une action judiciaire contre l’Etat arménien.

Mills a précisé mercredi qu’il pensait que le gouvernement de Pashinian s’était engagé à « créer un bon climat d’investissement ». « Alors, je suis confiant », a-t-il déclaré.

posté le 19 juillet 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

THEMES ABORDES : Arménie  Economie  Etats-Unis  Image 450  Sarkissian 


JUSTICE
Deux anciens Gouverneurs s’accusent mutuellement

Deux anciens Gouverneurs de la province d’Ararat, dans le sud de l’Arménie, se sont mutuellement accusés d’infractions pénales graves. Les forces de l’ordre ont ouvert une enquête.

Le Comité d’Enquête a rapporté mercredi qu’Alik Sargsian, à la tête de la région de 2000 à 2008, a affirmé la semaine dernière qu’il avait été victime, pendant des années, d’un chantage de la part d’un autre ancien gouverneur qu’il n’a pas nommé. Selon le comité, Sargsian a déclaré que le maitre chanteur a menacé de diffuser des informations compromettantes à son sujet, à moins qu’il ne paye 60 000 $.

Dans un communiqué, la police a déclaré que l’ancien gouverneur en question a allégué pour sa part, avoir payé Sargsian en 2008 afin d’aider un jeune homme à obtenir un emploi dans la police arménienne. Sargsian, qui était le chef du Service de Police National à l’époque, aurait accepté le pot-de-vin mais n’a pas engagé l’homme, indique la déclaration.

Le Comité a ajouté qu’il a ouvert une affaire pénale en vertu des articles correspondants du Code Pénal arménien. Il a également précisé que l’affaire a été transférée à un autre organisme d’application de la loi, le Service d’Enquête Spécial (SES), car il implique deux anciens hauts fonctionnaires. Aucune procédure n’a encore été lancée.

Sargsian est actuellement membre du Parlement arménien, affilié au Parti Républicain (HHK). Il n’est pas encore clair lequel de ses prédécesseurs prétend l’avoir corrompu il y a une décennie.

Sargsian avait succédé en tant que Gouverneur d’Ararat à Hovik Abrahamian, Premier Ministre arménien de 2014-2016.

posté le 19 juillet 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Résistance
Monté Melkonian, le combat pour destin

Héros de la résistance arménienne ou simple terroriste  ? Mort il y a vingt-cinq ans, -Monté Melkonian- (1957-1993), sa vie et ses combats, posent une question essentielle et troublante : l’action violente est-elle, dans certains cas, justifiable  ? Son frère Markar a consacré un livre à cette existence hors du commun.

Lire la suite, voir lien plus bas

posté le 19 juillet 2018 par Jean Eckian/armenews


FRANCE-ARMENIE-ARTSAKH
François Rochebloine, l’ex-député et ex-président du Cercle d’amitié France-Artsakh a reçu la nationalité arménienne

Mercredi 18 juillet à Erévan, le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a reçu l’ex-président du Cercle d’amitié France-Artsakh et ancien député au Parlement français François Rochebloine. Il fut également président du groupe d’amitié France-Arménie au Parlement. Nikol Pachinian a félicité François Rochebloine pour ton travail en faveur de l’Arménie et de l’Artsakh. Il lui a remis le passeport de la citoyenneté arménienne. L’ex-député de la Loire bénéficiera dont de la double nationalité, française et arménienne. « Ce titre de citoyen arménien lui permettra de consolider vos relations avec l’Arménie et de la visiter davantage encore » dit le Premier ministre arménien. De son côté François Rochebloine a affirmé que c’était sa 33e visite en Arménie. Il a salué « la révolution de velours » qu’il suivit avec intérêt. Aujourd’hui François Rochebloine se rendra en Artsakh.

Krikor Amirzayan

JPEG - 41.4 ko
JPEG - 50.2 ko
JPEG - 56.9 ko
posté le 18 juillet 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Artsakh  Image 450 


ARMEE
L’Arménie participe aux « Jeux militaires internationaux-2018 » en Russie et au Bélarus

L’Arménie participe du 17 juillet au 12 août aux « Jeux militaires internationaux-2018 » qui se déroulent en Russie et au Bélarus. Les soldats Arméniens sont partis mardi 17 juillet à Moscou. Puis de la capitale russe, les militaires Arméniens se dirigeront vers Kostroma, Novorossisk, Penza, Saint-Pétersbourg, Norisk et Brest pour prendre part aux épreuves. Du 27 juillet au 4 aout dans l’Arménie participera aux premières épreuves militaires en compagnie des unités des armées du Belarus, d’Iran, de Grèce, du Kazakhstan, de la Russie et de l’Ouzbékistan. A noter que la Géorgie et l’Azerbaïdjan ne participent pas à ces compétitions.

Krikor Amirzayan

posté le 18 juillet 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Armée  Arménie  Image 450 


SAINTE-ETCHMIADZINE
Sainte-Etchmiadzine sanctionne en démettant le père Goryun Arakelyan l’un des leaders de l’opposition demandant la démission du Catholicos Karékine II

Le père Goryun Arakelyan était l’un des leaders du mouvement d’opposition demandant la démission du Catholicos Karékine II d’Etchmiadzine. Sur décision du Catholicos, le père Goryun Arakelyan a été démis de ses fonctions de prêtre pour sa position « incompatible avec un ecclésiastique ». Sainte-Etchmiadzine précise que la fonction d’un serviteur de l’Eglise arménienne exige l’obéissance et l’ordre. Ainsi l’ex-père Goryun Arakelyan reprend désormais son nom civil d’Armen Arakelyan.

Krikor Amirzayan

posté le 18 juillet 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Religion 


GEOPOLITIQUE
Erevan travaille à obtenir plus d’aides de la part de l’Union Européenne

Mardi, un porte-parole de Nikol Pachinian a déclaré que le gouvernement arménien fera bientôt des propositions détaillées visant à convaincre l’Union Européenne d’augmenter de manière significative son aide économique à l’Arménie.

Pachinian a critiqué l’UE pour ne pas avoir promis d’aide supplémentaire à Erevan à la fin d’une visite de deux jours à Bruxelles la semaine dernière. Le chef de la délégation de l’UE en Arménie, Piotr Switalski, a répondu lundi que le gouvernement arménien devait d’abord proposer des projets de réformes spécifiques nécessitant un financement de l’UE.

Le secrétaire de presse de Pachinian, Arman Yeghoyan, a déclaré que le gouvernement travaille actuellement sur de tels projets.

« Ces propositions sont en cours d’élaboration et je peux dire qu’elles porteront principalement sur le développement des infrastructures publiques et des réformes institutionnelles du pays. », a-t-il ajouté.

Yeghoyan n’a pas précisé le montant de l’aide supplémentaire qui sera demandée. « Nous parlons d’une somme assez conséquente, mais je ne peux pas donner de chiffre concret », a-t-il déclaré.

Stepan Grigorian, un analyste politique, a affirmé que le gouvernement de Pachinian chercherait jusqu’à 1 milliard d’euros (1,17 milliard de dollars) de financement de la part de l’UE.

L’UE a promis l’année dernière de fournir jusqu’à 160 millions d’euros (185 millions de dollars) d’aide supplémentaire à l’Arménie au cours des trois prochaines années, conformément à l’accord de partenariat élargi signé avec le précédent gouvernement arménien.

M. Switalski a annoncé qu’un haut fonctionnaire de la Commission Européenne, l’organe exécutif de l’UE, se rendra à Erevan cette semaine pour discuter avec les dirigeants arméniens de leurs « attentes et besoins ». « Cette discussion devra être très concrète ».

Stepan Safarian, un autre analyste pro-occidental, était très sceptique quant à la capacité de l’Arménie à attirer une aide aussi importante de l’UE sans changer son orientation géopolitique. « Il n’est pas réaliste de s’attendre à une aide de la même ampleur que ce que l’UE fournit à la Géorgie, à la Moldavie et à l’Ukraine en échange de leur européanisation complète », a-t-il déclaré. « L’Arménie ne doit pas avoir de telles attentes. »

Depuis qu’il est arrivé au pouvoir, Pachinian a à plusieurs reprises exclu un changement de l’orientation géopolitique de son pays. Tout en exprimant son soutien à des liens plus étroits avec l’UE et les États-Unis, il s’est engagé à rester principalement allié à la Russie.

posté le 18 juillet 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



POLITIQUE
Pachinian a rencontré Ter-Petrosian

Le Premier Ministre Nikol Pachinian et l’ancien Président Levon Ter-Petrosian, se sont rencontrés pour la première fois depuis des années pour discuter des enjeux arméniens actuels.

Dans un communiqué publié mardi sur sa page Facebook, le gouvernement arménien a indiqué que la réunion avait eu lieu lundi dans la résidence de Pachinian à Erevan.

« Le Premier Président [Ter-Petrosian] a exprimé son point de vue sur les moyens de surmonter un certain nombre de défis auxquels l’Arménie est confrontée », a-t-il ajouté. « Les questions relatives à la politique étrangère et au conflit du Haut-Karabagh ont été discutées. »

« La réunion s’est déroulée à l’initiative de Levon Ter-Petrosian », a-t-il précisé.

Pachinian a joué un rôle important dans le vaste mouvement d’opposition de Ter-Petrosian, qui a presque ramené ce dernier au pouvoir lors des élections présidentielles controversées tenues en février 2008. À l’époque, Pachinian était l’un des orateurs les plus influents des rassemblements anti-gouvernementaux de l’ancien Président. Il a passé environ deux ans en prison sur des accusations découlant d’une répression post-électorale du gouvernement.

Pashinian s’est brouillé avec Ter-Petrosian après avoir été libéré de prison en 2011. En conséquence, sa relation avec le parti d’opposition du Congrès National Arménien (HAK) de Ter-Petrosian est devenue très tendue. Pas plus tard qu’en février, le Vice-Président du HAK, Levon Zurabian, s’est moqué des plans de Pachinian visant à empêcher le Président Serge Sarkissian de prolonger son mandat de dix ans.

Malgré tout, le HAK a exprimé son soutien au mouvement dirigé par Pachinian lorsqu’il a pris de l’ampleur à la mi-avril. Il a également exigé la libération immédiate de Pashinian suite à son arrestation le 22 avril, la veille de la démission de Sarkissian.

Ter-Petrosian, 73 ans, a publié différentes déclarations écrites au moment des manifestations qui ont pratiquement paralysé le pays fin avril et début mai. Le 8 mai, la veille du jour où Pachinian a été élu Premier Ministre, il a mis en garde les dirigeant du mouvement de contestation contre les « mesures anticonstitutionnelles ».

Mais le 17 mai, Ter-Petrosian, Premier Président de l’Arménie de 1991 à 1998, a exprimé sa profonde inquiétude concernant les fermetures de rues, les blocus de bâtiments gouvernementaux, les grèves et autres actions perturbatrices qui ont continué après le changement radical de régime. Il a annoncé qu’ils pourraient aider le Parti Républicain de Sarkissian (HHK) à « saboter » le travail du nouveau gouvernement.

posté le 18 juillet 2018 par Claire/armenews


POLICE
Le neveu de Sarkissian fait face à de nouvelles accusations

Les autorités chargées de l’application des lois ont annoncé de nouveaux chefs d’accusation contre un neveu de l’ancien Président Serge Sarkissian, qui a apparemment fui l’Arménie à la fin du mois dernier.

Le Service National de Sécurité (SNS) a émis un mandat d’arrêt contre Narek Sarkissian après avoir fouillé la maison familiale dans le centre-ville d’Erevan, ainsi que d’autres propriétés plus tôt ce mois-ci. Il aurait demandé en juin à l’un de ses amis de cacher dans un endroit plus sûr ses armes, sa cocaïne et d’autres drogues détenues illégalement.

Selon le SNS, Narek s’est rendu à Moscou le 22 juin avec son garde du corps, Artem Poghosian, également recherché par les enquêteurs. Poghosian est rentré à Erevan et s’est rendu le 10 juillet.

Le jeune frère de Narek, Hayk, a été arrêté et accusé de tentative de meurtre et de possession illégale d’armes la semaine dernière. Le père des deux hommes, Alexandre Sarkissian est le frère cadet de l’ancien Président. Il a été brièvement détenu pendant le raid du SNS dans sa résidence de luxe.

La police arménienne a déclaré lundi que Narek Sarkisian, 31 ans, est également soupçonné d’avoir enlevé un homme en août dernier avec l’aide de son garde du corps et d’autres individus. Les forces de l’ordre ont déclaré que Narek avait menacé de tirer sur l’homme de 49 ans avant de le battre et de lui brûler « diverses parties du corps » avec un briquet. L’homme a été libéré seulement après avoir promis de ne pas ouvrir une boîte de nuit à Erevan, selon un communiqué de la police.

Un porte-parole du procureur général arménien, Artur Davtian, a déclaré mardi que son bureau avait ordonné à la SNS de mener une enquête sur les enlèvements et les agressions. Le Service National de Sécurité n’a pas immédiatement commenté la nouvelle enquête ordonnée par les procureurs.

Le deuxième frère de l’ancien Président, Levon Sarkisian, fait également l’objet de poursuites judiciaires. Lui et sa fille ont été accusés « d’enrichissement illégal » après la découverte fin juin par des inspecteurs des impôts de millions de dollars non déclarés dans une banque .

Un tribunal d’Erevan a émis un mandat d’arrêt contre Levon Sarkisian au début du mois. Cependant, il n’a toujours pas été arrêté, ce qui suggère qu’il a lui aussi fui le pays.

Serge Sarkissian, qui a gouverné l’Arménie de 2008 à 2018, n’a pas encore commenté publiquement les poursuites pénales très embarrassantes lancées contre ses proches parents.

posté le 18 juillet 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200