Annonce

Tout message posté sur ce forum engage la responsabilité civile et pénale de son auteur. Les messages racistes, homophobes, etc... sont donc interdits !

#51 14-04-2016 18:14:26

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : ALLEMAGNE(S) & RECHERCHES-CONSIDÉRATIONS ARMÉNO-EURO-GERMANISANTES  (#1)

Page.Adic2 JIHAD MADE IN GERMANY bien avancée...

à compléter avec qq www de videos et surtout avec des titres bibliographiques de publications de l'époque où les gens pourront trouver les www de leur scan d'origine.

A bien faire connaitre aux Goethe Institutes de France et des pays francophones en général. Trouver des éditeurs francophones pour les publier en français.

Gue hatchoghink. Nil.
#5530

Dernière modification par Adic2010 (05-07-2016 17:40:23)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#52 20-05-2016 21:12:46

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Il y a deux grandes pages dans le journal TAZ du 14 mai http://www.talleux-zoellner.de/talleux-zoellner/wp-content/uploads/2013/03/taz_de_logo.png.

Armenische Minderheit in Syrien, Aleppo, tragische Schönheit. Die syrische Stadt Aleppo war Heimat vieler verfolgter armenischer Christen. Mit ihrer Zerstörung droht auch das kulturelle Erbe zu verschwinden, Schindler.

Maintenant je ne sais pas ce qui est exactement écrit dans ces deux pages que l'on peut avoir même si l'on n'y est pas inscrit.

Avec google.traduction ce sera possible d'avoir une idée. Il y est écrit KOLLEKTIVES TRAUMA. C'est une indication. Nil.
#6483

Dernière modification par Adic2010 (20-05-2016 21:27:47)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#53 20-05-2016 22:23:19

Pascal Nicolaides
@rmenaute
Réputation :   73 

Re: Jihad Made In Germany ?

Cet article n'est pas d'accès libre ....

Lire aussi à ce sujet :

http://armenianweekly.com/2016/04/15/al … l-14-2016/

Hors ligne

 

#54 20-05-2016 23:56:40

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Cet article de TAZ.DE n'est pas signé, semble-t-il sur le web -alors qu'il l'était sur le papier-journal. Il y aura à voir si cet article dépasse la prose journalistique habituelle 'mainstream', événementielle, politicienne, eurocentriste anti-Orient, face à l'irruption de Daesch : sans parler de ses causes profondes visibles, invisibles non-décryptées ou occultées. On verra avec la traduction. Nil.

Armenische Minderheit in Syrien, Aleppo, tragische Schönheit. Die syrische Stadt Aleppo war Heimat vieler verfolgter armenischer Christen. Mit ihrer Zerstörung droht auch das kulturelle Erbe zu verschwinden, Schindler.

http://alternative-rohstoffwoche.de/wp-content/uploads/2013/10/taz_logo_web_2011.jpg

„Ganoven und kleine Halunken, Gaffer und Profiteure. Mister, welcome, just have a look, no taxes, tea for free. Der Suk ist ein Labyrinth.“ Diese Zeilen schrieb der Schweizer Archäologe und Autor Ivo Zanoni, als er um die Jahrtausendwende das letzte Mal in Aleppo war. Das war vor dem Krieg. Nun ist der Suk, der kilometerlange, weitverzweigte Basar der Aleppiner, das Unesco-Weltkulturerbe, zerstört. Kleidung wurde hier lautstark gehandelt, Gemüse, Obst und Gewürze. Tonnenweise Gewürze, sie erfüllten die Gassen mit orientalischen Düften, schwängerten die Luft. Als der Krieg kam, sind die Händler und ihre Kunden in Scharen geflohen, Richtung Norden, in die Türkei, auch nach Europa.

„In Aleppo zu erwachen ist ein Glück. Türkei, Arabien, Kurdistan, Armenien, Mesopotamien, Europa, Libanon, hier trifft sich einfach alles, Wüstensöhne in festlichen Wintermänteln“. Ivo Zanoni war fasziniert von Aleppo, von der Multikulturalität der zweitgrößten syrischen Stadt, vom friedlichen Miteinander der Religionen und Ethnien. All das liegt nach bald vier Jahren Bürgerkrieg in Trümmern.

Ich hatte viele muslimische Nachbarn und Freunde in Aleppo“, erinnert sich Tsola Demirjian an die Zeit vor dem Krieg, vor ihrer Flucht, die sie bis nach Berlin führte. Demirjian kommt aus einer christlichen Familie, sie ist Armenierin. Ihre Herkunft, ihre Religion waren akzeptiert. Bis der Bürgerkrieg in ihrer Heimatstadt entbrannte. Immer wieder stockt sie beim Erzählen, seufzt, neigt den Kopf. Ihr rotes Haar fällt über die Schulter. „Wir besuchten unsere Nachbarn, aßen zusammen. Eine muslimische Freundin von mir ist manchmal mit mir in die Kirche gekommen.“

Im Bürgerkrieg gerieten die Armenier zwischen die Fronten eines Konfliktes, der sich zunehmend religiös und ethnisch auflud. Auf einmal hieß es: „Du bist ein Armenier, ich werde dich töten“, erinnert sich Tsola Demirjian. Die meisten der islamistischen Rebellen seien nicht aus Aleppo gekommen, meint sie. Sie seien bewusst eingeschleust worden, aus Saudi-Arabien, der Türkei, um das politische System zu destabilisieren. Der radikale Islam hätte nie zu Aleppo gepasst, in diese liberale Stadt, diesen Schmelztiegel der Vielfalt.

Kirchen wurden angesteckt

Tauben haben die Armenier in Aleppo gezüchtet, bevor der Krieg kam. Dafür war die Stadt bekannt. Zu Tausenden kreisten sie über die Dächer, wurden in Wettbewerben verglichen und ausgezeichnet. Die Bibel berichtet, dass schon Noah eine Taube fliegen ließ, um das Ende der Sintflut festzustellen. Die armenischen Christen haben die Symbolik aufgegriffen, zum Vardavar-Fest, einem Ritual zoroastrischen Ursprungs, lassen sie Tauben aufsteigen, um an die Geschichte von Noahs Arche zu erinnern. Und um sich zu vergewissern, dass jede Sintflut einmal endet.

Das friedliche Miteinander von unterschiedlichen Kulturen und Glaubensgemeinschaften in Aleppo war vor allem für die Armenier wie eine Auferstehung nach der „Aghet“, der „Katastrophe“, so nennen viele Armenier den Völkermord an ihren Vorfahren. Hundert Jahre ist das her. Nun verlieren die Armenier von Aleppo erneut ihre Heimat. Kirchen wurden angesteckt, jahrhundertealte, kostbar verzierte Bücher verbrannt, Altäre zerschmettert. Die Täter: mutmaßlich die Freie Syrische Armee (FSA), die in großen Teilen der westlichen Öffentlichkeit als Befreier von der Tyrannei Assads galten. Das Geld und die Waffen der FSA kamen auch aus dem Westen – ignoriert wurde daher bei den Waffenverkäufen die Verbindung der Rebellen-Opposition zu salafistischen Kräften.

Wer in Aleppo im Krieg nicht sein Leben verlor, verlor seine Existenzgrundlage. So wie Tsola Demirjians Familie. Die 42-Jährige sitzt auf der Terrasse des armenischen Kulturzentrums in Berlin, jeden Freitag kommt sie hierher. 60.000 Armenier lebten vor dem Krieg in Aleppo, heute seien es noch 8.000, schätzt sie und erzählt die Vertreibungsgeschichten ihrer Familie. Die von jetzt. Und jene von damals: Ihr Großvater stammte aus Urfa, das heute in der Türkei liegt. In einer Holztruhe transportierte er, selbst nur zehn Jahre alt, seine kleine Schwester Hovagim Anusch während der Massaker und Vertreibungen durch die Osmanen vor einhundert Jahren von Urfa bis nach Deir al-Sor – aus Angst davor, dass das kleine Mädchen verschleppt wird. Eine Strecke von rund 300 Kilometern. Die zwei überlebten den Pogrom.

Deir al-Sor wurde für die Armenier zum kollektiven Trauma: In Konzentrationslagern wurden dort im Jahr 1915 Hunderttausende Menschen vernichtet, in Höhlensystemen wurden sie bei lebendigem Leibe verbrannt, in der Wüste Mesopotamiens liefen sie sich zu Tode. Insgesamt fielen dem Völkermord mehr als eine Million Menschen zum Opfer, die Zahlen sind bis heute ein Politikum. Im völkisch-nationalistischen Weltbild des jungtürkischen Staates war kein Platz für Minderheiten; Kurden, Armenier und andere Volksgruppen passten nicht ins Bild einer homogenen Türkei. Der beginnende Erste Weltkrieg wiederum lieferte für die Vernichtungspolitik den perfekten Deckmantel.

Kollektives Trauma

Während des Krieges war Aleppo wichtiger Eisenbahnknotenpunkt und Durchgangsstation für Hunderttausende armenische Deportierte. Von hier aus wurden sie in Todesmärschen in die mesopotamische Wüste verschleppt. „Die Gendarmen trieben die elenden abgemagerten Geschöpfe, denen vielfach der Tod auf dem Gesicht geschrieben stand, mit Peitschenhieben vor sich her durch die Straßen Aleppos zum Bahnhof. (…) Die Einwohner der Stadt, die Wasser und Brot verteilen wollten, wurden daran gehindert.“ Das schrieb Walter Rößler, Konsul Aleppos, an den deutschen Botschafter in Konstantinopel. Doch die deutschen Verbündeten der jungtürkischen Regierung sahen die Vernichtung der Armenier als notwendig an, als „hart, aber nützlich“ bezeichnet Hans Humann, Marineattaché an der deutschen Botschaft in Konstantinopel, den Genozid.

Ungeachtet der Befehle seiner preußischen Vorgesetzten half Walter Rößler dabei, Armenier vor dem sicheren Tod zu bewahren. In Aleppo bildete sich ein Hilfsnetzwerk für Tausende armenische Waisenkinder, die Aleppiner versteckten eine bis heute unbekannte Zahl an Verfolgten. Aleppo wurde für die Armenier zum Fluchtpunkt. Zur Diaspora in Syrien. In den 80er Jahren kamen auch die Großeltern von Tsola Demirjian in die Stadt, in der die armenische Kultur bereits seit Jahrzehnten eine Renaissance erlebte.

Aleppo war einer der wenigen Orte, an denen in der Region armenische Bücher und Zeitungen gedruckt wurden. „Wir haben unsere Kultur frei ausgelebt, die Feste, den Glauben. Und wir hatten eigene Schulen, wo wir die armenische Sprache, die Geschichte und die christliche Religion unterrichtet bekamen. Auch christliche Araber sind in die Schulen gekommen.“ Tsola Demirjian spricht bewegt vom alten Leben vor dem Krieg.

Friedliche Koexistenz

Das Bild der friedlichen Koexistenz, wie sie es beschwört, sei keineswegs überzeichnet, sagt der syrische Historiker Issam Ballouz: Die Armenier hätten in Aleppo, wie auch im Großteil Syriens einen „Ruf der Ehrlichkeit und Zuverlässigkeit“ genossen, sagt Ballouz. Das lag wohl auch an ihrer starken wirtschaftlichen Stellung: Die Armenier hätten viele technische Errungenschaften nach Aleppo gebracht, vom Röntgengerät über das Auto bis hin zum ersten Traktor. Das belegt der Historiker anhand von arabischen Texten aus dieser Zeit. Die Armenier etablierten auch das Dreherhandwerk, das Schweißen und Nieten. Neben Beirut im Libanon war Aleppo bis zum Bürgerkrieg das größte armenische Refugium an der Levante.

Als im Jahr 2012 der Bürgerkrieg begann, haben sich die Armenier, im Gegensatz zu vielen anderen ethnischen und religiösen Minderheiten Syriens, nicht mehrheitlich gegen das Assad-Regime gestellt. „Die Armenier in Aleppo haben darauf vertraut, dass die syrische Regierung schnell wieder die Oberhand gewinnt“, erinnert sich Harout Ekmanian, selbst Armenier, Journalist und Anwalt, Aleppiner bis vor einigen Jahren, heute New Yorker. Was vermissen Sie am meisten, wenn Sie an Aleppo denken, Herr Ekmanian? „Die Tage, in denen die Stadt nicht in den Nachrichten war“, sagt er.

Zwischen den Fronten

Während andere Minderheiten, wie die Suryoye, das sind die Aramäer, oder die Kurden in Nordsyrien für die Selbstverwaltung – und damit gegen Assad – kämpfen, hielten und halten sich die Armenier im syrischen Bürgerkrieg zurück. Zu oft schon standen sie zwischen den Fronten, sie haben sich mit dem syrischen Regime arrangiert. Assad war auch so etwas wie die Schutzmacht der Armenier. Er brauchte sie, um die Machtbalance zwischen der mehrheitlich sunnitischen Bevölkerung des Landes und den vielen Minderheiten – er selbst ist Alawit, nicht Sunnit – aufrechtzuerhalten. Das war lange Zeit der Trumpf der syrischen Armenier. Mit dem Zerfall Syriens ist er verspielt.

Aleppo zerfiel im Bürgerkrieg in verschiedene Viertel, ein Teil der Stadt wurde von Assad gehalten. Ein anderer Teil sei von islamistischen Milizen kontrolliert worden, erinnert sich Tsola Demirjian. Am Anfang sei es noch möglich gewesen, die von den Rebellengruppen kontrollierten Stadtteile zu betreten – auch wenn das für die christliche Minderheit zunehmend mit Repression verbunden war: „Wenn ich auf die andere Straßenseite wollte, musste ich ein Kopftuch tragen."

Tsola Demirjian hat vor ihrer Flucht viele Jahre lang in einer Apotheke gearbeitet, die ihrer Familie gehörte. Im Herbst 2015 wurde die Apotheke von Islamisten geplündert und zerstört. Tsola Demirjian und der Großteil ihrer Familie beschlossen, aus Aleppo zu fliehen: „Wir wussten, wenn wir bleiben, verlieren wir auch unser Leben.“

Unter den aleppinischen Armeniern machte ein Spruch die Runde: „Barfuß sind wir hier angekommen, barfuß gehen wir von hier fort.“ Viele flohen nach Armenien. In der Hauptstadt Eriwan gibt es bereits Pläne für einen Stadtteil, der für die syrisch-armenischen Flüchtlinge bestimmt ist. Er soll den Namen „Neu-Aleppo“ tragen. Andere harren in der Türkei aus oder machen sich auf den Weg nach Europa.

Die Bomben aus der Luft
Die Situation erscheint hoffnungslos: Am 22. April sollte in Genf eine Zwischenbilanz zu den Friedensverhandlungen zwischen dem syrischen Regime und den Rebellen vorgestellt werden. Doch stattdessen fielen erneut Bomben auf Aleppo. Die Friedensgespräche stehen auf tönernen Füßen.

Zwischen den Geschützstellungen stehen die Ruinen der Menschheitsgeschichte, ihr Wert ist kaum in Worte zu fassen. Die Siedlungsgeschichte von Haleb, wie Aleppo von der arabischen Bevölkerung genannt wird, geht in die Zeit um 5000 vor Christus zurück. Bis heute sind Spuren der hellenischen Straßenführung erhalten, es finden sich Überbleibsel von hethitischen Tempeln, die wohl um 1200 vor Christus errichtet wurden. Dazu byzantinische Kirchen und prachtvolle Moscheen.

Mittlerweile jedoch haben die meisten Archäologen die Stadt verlassen. Im April 2015 berichtete die armenische Zeitschrift The Armenian Weekly von der Zerstörung der armenisch-orthodoxen 4-Märtyrer-Kirche, einer der ältesten Kirchen Aleppos. Es ist nur ein winziger Ausschnitt der Zerstörung, unklar ist, wie viele Kulturschätze für immer verloren sind.

Die Tauben von Aleppo sind entflogen. Für immer, könnte man meinen. Gäbe es da nicht Exil-Aleppiner, die immer wieder von vorne beginnen wollen. Einer ist Mamoun Fansa. Der nun 70-jährige Historiker entstammt einer liberalen sunnitischen Familie. Gern erzählt er von seinem Großvater, der im Ersten Weltkrieg drei armenische Waisenmädchen mit in die Familie aufnahm. Oder von seiner Mutter, die bis zur mittleren Reife auf eine christliche Nonnenschule ging.

Mit 20 Jahren ist Fansa nach Deutschland gekommen, weil er sich dem Kriegsdienst in Syrien entziehen wollte. „Uniformen waren mir noch nie geheuer“, sagt er. Bis 2011 war er Direktor des Landesmuseums Natur und Mensch in Oldenburg. Jetzt, im Ruhestand, hat sich Fansa ein ambitioniertes Ziel gesetzt: Er plant den Wiederaufbau Aleppos, für die Zeit nach dem Krieg.

Neuanfang

Der Historiker, ein Mann mit rundem Gesicht und herzlichem Blick, sieht in der archäologischen Forschung vor allem einen Auftrag der Verständigung: Er will den Aleppinern vermitteln, in welchem Schatz sie eigentlich lebten, um sie zu überzeugen, dass der Krieg ein Ende finden müsse.

Ende April haben sich Mamoun Fansa und andere Experten und Expertinnen im Deutschen Architekturzentrum (DAZ) in Berlin getroffen, um mit den Planungen für den Wiederaufbau von Aleppo zu beginnen. Sie wollen einen Ideenwettbewerb starten, für die Restaurierung der Altstadt wollen sie auch technisch und handwerklich versierte Flüchtlinge aus Syrien mit einbinden.

Im Herbst dieses Jahres plant die Arbeitsgruppe Rebuilding Aleppo um Mamoud Fansa einen Workshop in Beirut. In der libanesischen Hauptstadt wollen er und seine Mitstreiter mit Denkmalpflegern, Architekten und Historikern, mit Vertretern internationaler Organisationen und Universitäten die Pläne zum Wiederaufbau konkretisieren.

Etwa 30 Arbeitsgruppen seien derzeit weltweit damit beschäftigt, den Wiederaufbau von Aleppo zu planen, erklärt Mamoun Fansa. Ist das verfrühter Aktionismus, übermäßiger Optimismus? Nein, für ihn ist das Bewusstsein der Syrer und Syrerinnen für den kulturellen und historischen Wert ihrer Städte eine Vorbedingung für das Ende ihrer Zerstörung.

Damit der Wiederaufbau konkrete Formen annehmen kann, benötigen die Experten jedoch politische Verbündete. Denn ohne eine politische Lösung des syrischen Bürgerkrieges kann nichts wiederaufgebaut werden. Doch weder mit den islamistischen Rebellen noch mit Assad können sich Forscher wie Mamoun Fansa eine Zusammenarbeit vorstellen.

Klar ist bislang nicht allzu viel, nur dass das neue Aleppo wieder bunt sein soll, dass es ein Ort sein muss, an dem sich die verschiedenen Kulturen, Religionen und Ethnien des Nahen Ostens die Hand reichen und erneut unter den wundervoll verzierten Dächern des Suk Tee trinken, reden und verweilen können. Dann, irgendwann, kehren vielleicht auch die Tauben zurück nach Aleppo.

Dernière modification par Adic2010 (21-05-2016 02:25:00)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#55 21-05-2016 00:17:18

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Traduction.Google formaté en paragraphes successifs. Nil
__________________

"Crooks et Scoundrels petite, Gaffer et profiteurs. Monsieur, bienvenue, ont juste un regard, pas d' impôts, thé gratuitement. Le Suk est un labyrinthe. »Ces lignes ont été écrites par l'archéologue et auteur suisse Ivo Zanoni, quand il était au tournant du millénaire la dernière fois à Alep. C'était avant la guerre. Maintenant est le Suk, le kilomètre de long, Bazaar généralisée d'Alep, site classé au patrimoine mondial de l' Unesco, détruit. Vêtements a été échangé ici bruyamment, les légumes, les fruits et les épices. Des tonnes d'épices, ils ont rempli les rues avec des senteurs orientales, les imprégnant l'air. Lorsque la guerre est venue, les concessionnaires et leurs clients ont fui en masse, en direction du nord à la Turquie, à l' Europe.

"Pour se réveiller à Alep est heureux. La Turquie, l' Arabie, le Kurdistan, l' Arménie, la Mésopotamie, l' Europe, le Liban, ici tout le monde se réunit, Désert Sons dans des manteaux de fête d'hiver ". Ivo Zanoni était fasciné par Alep, du multiculturalisme de la deuxième plus grande ville syrienne, de la coexistence pacifique des religions et ethnies. Tout cela est , après près de quatre ans de guerre civile en ruines.

J'ai eu de nombreux amis et voisins musulmans à Alep ", a déclaré Tsola Demirjian rappelle le temps avant la guerre, avant leur vol qui les a pris à Berlin. Demirjian vient d'une famille chrétienne, elle est arménienne. Leur origine, leur religion ont été acceptées. Jusqu'à la guerre civile dans sa ville natale a été allumé. Encore et encore , ils ont augmenté le récit, soupire, se penche sa tête. Ses cheveux roux tombe sur son épaule. «Nous avons visité nos voisins, mangé ensemble. Un ami musulman de la mine a parfois venir avec moi à l' église. »

Pendant la guerre civile les Arméniens capturés dans le feu croisé d'un conflit qui a stimulé plus religieusement et ethniquement. À une époque , il a été dit: «Tu es un Arménien, je vais te tuer», a déclaré Tsola Demirjian rappelle. La plupart des rebelles islamistes étaient pas venus d'Alep, ils ont dit. Ils ont été délibérément introduites, de l' Arabie Saoudite, la Turquie, de déstabiliser le système politique. L' islam radical ne serait jamais s'adapter à Alep, dans cette ville libérale, ce melting - pot de la diversité. Les églises ont été infectées pigeons les Arméniens ont grandi à Alep avant que la guerre.

Mais la ville était connue.
Des milliers d'entre eux encerclées sur les toits, ont été comparées et attribués à des compétitions. La Bible que déjà Noah laissent une colombe voler afin de déterminer la fin de la crue. Les chrétiens arméniens ont pris le symbolisme, à Vardavar festival, une origine zoroastrienne rituel, ils ont laissé les pigeons montent de se rappeler l'histoire de l'arche de Noé.

Et pour faire en sorte que toute inondation se termine une fois. La coexistence pacifique des différentes cultures et communautés religieuses à Alep était principalement pour les Arméniens comme une résurrection après "Aghet", la "catastrophe", comme beaucoup d' Arméniens appeler le génocide de son ancêtres. Il y a cent ans était. Maintenant , les Arméniens d'Alep perdre à nouveau leur maison. Églises ont été infectées, brûlé des siècles, des livres décorés précieusement, brisé les autels. Le coupable: soupçonné d'être l' Armée syrienne libre (FSA), qui ont été considérés comme des libérateurs de la tyrannie de Assad dans une grande partie du public occidental. L'argent et les armes de la FSA est également venu de l'Ouest -. A été ignoré ainsi dans les ventes d'armes, le composé du rebelle opposition aux forces salafistes

Ceux qui ne perdait pas sa vie à Alep pendant la guerre, a perdu son gagne - pain. Comme Tsola Demirjians famille. Le 42-year-old assis sur la terrasse du centre culturel arménien à Berlin, tous les vendredis , ils viennent ici. 60.000 Arméniens vivaient avant la guerre à Alep, aujourd'hui , il y a encore 8000, elle estime et raconte l'histoire d' expulsion de sa famille. Le maintenant. Et ceux du passé: Son grand - père est venu d'Urfa, qui est maintenant en Turquie. Dans un coffre en bois , il a transporté, âgé de dix ans, sa petite sœur Hovagim Anusch lors des massacres et des expulsions par les Ottomans il y a un siècle de Urfa à Deir al-Zor - de peur que la petite fille est enlevée. Un tronçon d'environ 300 kilomètres. Les deux ont survécu au pogrom.

Deir al-Zor était pour les Arméniens du traumatisme collectif: il en 1915 des centaines de milliers de personnes étaient dans les camps de concentration détruits dans les systèmes de caverne , ils ont été brûlés vifs, dans le désert de Mésopotamie ils se coururent à la mort. Dans l' ensemble, le génocide de plus d'un million de personnes ont été tuées, les chiffres sont encore une question politique. Dans la vision du monde ethnique-nationaliste du jeune Etat turc avait pas de place pour les minorités; Kurdes, les Arméniens et les autres groupes ethniques ne rentre pas dans l'image d'une Turquie homogène. Le monde commence la Première Guerre, à son tour, à condition de la politique de destruction du manteau parfait.

Trauma collective
Pendant la guerre d' Alep hub ferroviaire important et point de transit pour des centaines de milliers de déportés arméniens. De là , ils ont été enlevés à des marches de la mort dans le désert mésopotamien. "Les gendarmes ont conduit les créatures décharnées misérables, dont beaucoup la mort a été écrit sur ​​le visage, avec les cils en face d'eux à travers les rues d'Alep à la gare. (...) Les habitants de la ville qui voulaient distribuer de l' eau et du pain ont été empêchés. "Ceci a été écrit par Walter Roessler, consul d'Alep, à l'ambassadeur d' Allemagne à Constantinople Opel. Mais les alliés allemands du gouvernement Jeune - Turc a vu l'anéantissement des Arméniens comme nécessaire, comme «difficile , mais utile» appelé Hans Humann, Attaché Naval à l'ambassade d' Allemagne à Constantinople Opel, le génocide.

Malgré les ordres de ses supérieurs prussiennes ont aidé Walter Roessler sur le point d'Arméniens pour les sauver d'une mort certaine. A Alep a été formé un réseau de soutien pour des milliers d' orphelins arméniens qui Alep caché à ce jour nombre inconnu de persécutés.

Alep était pour les Arméniens au point de disparaître. Pour Diaspora en Syrie. Dans les années 80, les grands - parents de Tsola Demirjian sont entrés dans la ville, dans la culture arménienne pendant des décennies a connu une renaissance. Alep a été l' un des rares endroits où , dans la région des livres et des journaux arméniens ont été imprimés. "Nous avons notre culture vécu les dates, les parties, la foi. Et nous avons eu leurs propres écoles, où on nous a donné la langue arménienne, l' histoire et la religion chrétienne enseigne. .. Même les chrétiens arabes sont venus dans les écoles "Tsola Demirjian parle déplacé de l'ancienne vie avant la guerre

Coexistence pacifique
L'image de la coexistence pacifique, comme elle le définit, ne sursouscrite, dit l'historien syrien Issam Ballouz: Les Arméniens avaient à Alep comme bénéficié d' une «réputation d'honnêteté et de fiabilité» dans la majorité de la Syrie dit Ballouz. Ce fut probablement aussi en raison de leur position économique forte: Les Arméniens avaient de nombreuses réalisations techniques à Alep, de la machine à rayons X sur la voiture jusqu'au premier tracteur. Ceci est l'historien basé sur les textes arabes de cette époque. Les Arméniens a également établi le Dreher métier, le soudage et le rivetage. Outre Beyrouth au Liban Alep était la plus grande retraite arménienne au Levant.

Jusqu'à ce que la guerre civile quand en 2012 a commencé la guerre civile, les Arméniens ont pas trouvé une majorité contrairement à beaucoup d' autres minorités ethniques et religieuses en Syrie contre le régime Assad. "Les Arméniens à Alep étaient confiants que le gouvernement syrien reprend le dessus rapidement» , se souvient Harout Ekmanian même Arméniens, journaliste et avocat, Alep jusqu'à il y a quelques années, aujourd'hui à New York. Qu'est-ce que vous manque le plus quand vous pensez à Alep, M. Ekmanian? "Les jours où la ville n'a pas été dans les nouvelles," dit - il.

Entre les fronts

Alors que d' autres minorités telles que les Syriaques, sont les Syriens ou les Kurdes dans le nord de la Syrie pour l'autonomie gouvernementale - et donc contre Assad - combats, tenue et tenir les Arméniens de retour à la guerre civile syrienne. Trop de fois ils ont été pris au milieu, ils sont venus à termes avec le régime syrien. Assad a aussi une telle chose comme le protecteur des Arméniens. Il avait besoin de l'équilibre du pouvoir entre la majorité sunnite population du pays et les nombreuses minorités - maintenir - Lui - même est alaouite, non sunnite. Cela a longtemps été l'atout des syriens Arméniens. Avec la désintégration de la Syrie, il est ludique.

Aleppo désintégré dans la guerre civile dans le district différent, une partie de la ville a eu lieu par Assad. Une autre partie a été contrôlé par des combattants islamistes à Tsola Demirjian rappelle. Au début , il était encore possible d'entrer les rebelles-groupes quartiers - même si elle a été reliée à la minorité chrétienne de plus en plus à la répression: «Si je voulais traverser la rue, je devais porter un foulard."

Tsola Demirjian a avant fuyant travaillé pendant de nombreuses années dans une pharmacie qui appartenait à sa famille à l' automne 2015, la pharmacie des islamistes a été pillé et détruit Tsola Demirjian et a décidé la plupart de sa famille à fuir Alep: .. "nous savions que si nous restons, perdre . nous avons également nos vies "

Parmi les Arméniens aleppinischen fait un dicton les tours:" pieds nus nous sommes arrivés ici, pieds nus nous partons d'ici "Beaucoup ont fui en Arménie dans la capitale Erevan, il existe déjà des plans pour un district que pour .. les réfugiés syro-arméniens est déterminé , il sera appelé "New Alep" d' autres attendent en Turquie à partir ou sont sur ​​leur chemin vers l' Europe ...

les bombes de l'air ,
la situation semble désespérée: le 22 Avril, devrait en Genève a présenté un rapport intérimaire aux pourparlers de paix entre le régime syrien et les rebelles. Au lieu de cela, re-bombes sont tombées sur Alep. Les pourparlers de paix sont sur ​​un terrain glissant.

Entre les emplacements de canons se dressent les ruines de l' histoire humaine, leur valeur est difficile à mettre en mots. L'histoire de la colonisation d'Alep, Alep est appelé par la population arabe, remonte à la période autour de 5000 avant JC. A ce jour, des traces de Hellenic tracé de la route sont obtenus, il peut être trouvé des vestiges de temples hittites ont probablement été construits autour de 1200 av. Ces églises byzantines et des mosquées magnifiques.

Dans l'intervalle, cependant, la plupart des archéologues ont quitté la ville. En Avril 2015, la revue arménienne L'Armenian Weekly a rapporté la destruction de l'arménien orthodoxe 4 Martyrs Church, l' une des plus anciennes églises d'Alep. Il est seulement une infime partie de la destruction, il est difficile de savoir combien de trésors culturels seront perdus à jamais.

Les pigeons d'Alep ont échappé. Toujours, vous pourriez penser. Si elle n'a pas été exilé d' Alep qui veulent recommencer. On est Mamoun Fansa. Le maintenant 70 ans historien vient d'une famille sunnite libérale. Il aime parler de son grand - père, qui a pris avec trois Arméniens fille orpheline dans la famille au cours de la Première Guerre mondiale. Ou de sa mère, qui est allé à un couvent école chrétienne à mi-maturité.

Avec 20 ans Fansa est venu en Allemagne parce qu'il voulait échapper au service militaire en Syrie. "Uniformes me sont jamais mal à l' aise» , dit - il. En 2011, il a été directeur du Musée National Nature et l' Homme à Oldenburg. Maintenant, à la retraite à Fansa a fixé un objectif ambitieux: Il projette de reconstruire Alep, pour la période après la guerre.

Un nouveau départ ,
l'historien, un homme avec un visage rond et regard chaleureux, se penche sur la recherche archéologique, en particulier un ordre de compréhension Il veut faire passer le Aleppinern dans lequel trésor qu'ils vivaient, pour les convaincre que la guerre prendrait fin.

fin Avril, Mamoun Fansa et d' autres experts du Deutsches Architektur Zentrum (DAZ) se sont réunis à Berlin afin de pour commencer à planifier la reconstruction d'Alep. Vous voulez commencer une compétition pour des idées, pour la restauration de la vieille ville , ils veulent inclure également concevoir et de l' artisanat des réfugiés avertis de la Syrie.

A l'automne de cette année, le Groupe de travail Reconstruire Alep à Mamoud Fansa planification d' un atelier à Beyrouth. Dans la capitale libanaise, lui et ses collègues veulent concrétiser avec les défenseurs du patrimoine, architectes et historiens, des représentants d'organisations internationales et des universités prévoit de reconstruire.

Environ 30 groupes de travail sont actuellement les plus occupés à planifier la reconstruction d'Alep a déclaré Mamoun Fansa. Est - ce l' activisme prématuré, excès d' optimisme? Non, pour lui, la prise de conscience des Syriens et des femmes syriennes pour la valeur culturelle et historique de leurs villes est une condition préalable à la fin de leur destruction.

Donc , la reconstruction peut prendre une forme concrète, mais les experts ont besoin d' alliés politiques. Sans une solution politique à la guerre civile syrienne, rien ne peut être reconstruit. Mais ni les rebelles islamistes encore avec des chercheurs Assad peut que Mamoun Fansa imaginer une collaboration.

Il est clair que, jusqu'ici , pas grand - chose, seulement que le nouveau Alep devrait être à nouveau coloré qu'il doit y avoir un endroit où les différentes cultures, religions et groupes ethniques du Moyen - Orient et serrer la main boivent à nouveau sous les toits merveilleusement ornés de thé Suk, parler et persistent peut. Puis, à un moment donné, peut - être même inverser les pigeons à Alep.
#6565

Dernière modification par Adic2010 (21-05-2016 02:35:06)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#56 01-07-2016 01:54:08

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

YOUTUBE EN ANGLAIS plus élaboré du JIHAD MADE IN GERMANY 1h:17mn:44s.

La revue Dschihad en arabe Mars 1915 (Berlin)

https://frieze.com/sites/default/files/Editorial/Articles/Image0013_CMYK_0.jpg
#7549

Dernière modification par Adic2010 (07-07-2016 10:36:49)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#57 03-07-2016 01:48:48

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

À LIRE, À FORMATER EN SOUS-PARAGRAPHES, À NOTER LES NOMS PROPRES (ALLEMANDS, ANGLAIS, FRANÇAIS ET TURCO-OTTOMANS) + BUREAUCRATIES  >> RECHERCHES DE WWW ET PHOTOS ?? 

IOR/L/PS/11/99 P 4180/1915  DIGITISED MANUSCRIPTS / BRITISH LIBRARY

Date 23 Oct 1915-15 Dec 1915

Title P 4180/1915 The War: German attempts to fan Islamic feeling

Content


- (1) Note dated 1 Dec 1915 from Harold Nicolson, Foreign Office, to Arthur Hirtzel, Assistant Under Secretary of State for India, saying the News Department of the Foreign Office will produce an article based on information sent in a paper from Henry McMahon, British High Commissioner in Cairo.

- (2) Minute paper dated 13-15 Nov 1915 with subject “The War – German attempts to fan Islamic feeling” with an annotations from Arthur Hirtzel, Assistant Under Secretary of State for India, and Thomas William Holderness, Deputy Under Secretary of State for India, regarding the possible publication of a paper written by Henry McMahon, British High Commissioner in Cairo, to Sir Edward Grey, Foreign Secretary.

- (3) Cover sheet dated 13 Nov 1915 forwarding a copy of Henry McMahon’s paper.

- (4) Paper dated 3 Nov 1915 from Henry McMahon, British High Commissioner in Cairo, to Sir Edward Grey, Foreign Secretary. The paper is in 3 sections:

- No. 1: Introductory paragraph from Henry McMahon saying he is forwarding “a note from the Intelligence Department containing evidence gleaned from refugees and other sources, which shows that German officials and private individuals have in many cases supported the preaching of the Jehad and actively promoted anti-Christian spirit among Moslems”. McMahon mentions a letter supposed to have been written by German Emperor Wilhelm II to the Senussi and discusses speculation about the German Emperor becoming an adherent of Islam.

- Enclosure 1 in No. 1: Brief section dated 23 Oct 1915 from Lieutenant-Colonel G. F. Clayton, Director of Intelligence in Cairo, to Sir Milne Cheetham, High Commission, Cairo, saying that “although definite proof of specific cases would be difficult to obtain now, there is a considerable amount of evidence gleaned from refugees and other sources …”.

- Enclosure 2 in No. 1: Longer section headed “Note on propaganda, &c., on the part of Germans giving the impression that they or their sovereign and government had embraced Islam or were in sympathy with anti-Christian manifestations on the part of ignorant or fanatical Moslems”. This section mentions the following: Wilhelm Wassmuss, ex-consul and German agent, declaring himself a Muslim.

- Rumours that German Emperor Wilhelm II had become or was about to become a Muslim. Refugees from Syria reported seeing German officers wearing armlets bearing the Muslim profession of faith. Lack of confirmation of a statement made in the Daily chronicle regarding an alleged letter written by Wilhelm II to Sheik-es-Senussi “in a manner calculated to lead the latter to believe that he had become a Moslem”. Evidence of German officials leading people to believe they were Muslims or in sympathy with extreme Muslim ideas.

- German officials encouraging and approving of the perpetration of crimes against the Armenian population by Turkish officials.<<<

- The publication of pro-German propaganda bulletins and postcards by the News Bureau founded by Richard von Kühlmann at Constantinople and the effect of these publications on Muslims – “At any hour of the day these untutored beings might be seen gazing with envy, admiration, and awe at these proofs of the destructiveness of German ‘culture’”. Former Belgian vice-consul at Haifa Herr Lange seeking support of the Abd-el-Hadi family for the Jehad against the Allies but not getting that support.

- The German Vice-consul at Haifa, Herr Loytved von Hardegg causing bills to be distributed appealing to all Muslims to each kill at least 2 French or British subjects; making speeches in which Germany was described as the sole friend and protector of Islam; defiling graves of French soldiers on Mount Carmel and attending a solemn service at Ommeyad Mosque in Damascus.

- The participation of German and Austro-Hungarian consular officials or agents in Muslim religious demonstrations. German officers reportedly using “language calculated to excite Moslems to attack and slaughter the Orthodox, Catholic and other Christians of Damascus and the vicinity”. General van Back Pasha, a Catholic, being against this.

- Herr Loytved von Hardegg making speeches advocating the killing of non-German Christians and proposing to show films of the “Massacre of Christians in 1860” – his proposal was vetoed by local authorities.

- German vice-consul at Jaffa reported to have made speeches advocating the massacre of Christians.

- No proof that speeches advocating massacre had any effect on Muslim Arab populations of South and Central Syria.

- Approval and encouragement shown by Germans of Turkish persecution of the Armenian population in Northern Syria. Deportation of the Armenians from Cicilia and Northern Syria carried out with the approval of Walter Rössler, German consul at Aleppo and Herr Fleichzig, dragoman to the German consulate at Aleppo.

- Baron Max von Oppenheim, making speeches in mosques approving of the massacre of Armenians.

#7563

Dernière modification par Adic2010 (07-07-2016 17:49:02)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#58 07-07-2016 18:15:24

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

J'ai terminé de chercher les wikipedia concernant les personnages historiques du texte dans le message précédent #57 plus haut. Il me reste à trouver des jpg pour l'illustrer.

Déjà à la lecture en anglais on peut bien sentir l'historicité des intrigues allemandes à insuffler du fanatisme musulman. Alors, si on sait l'allemand, qu'est-ce qu'on doit trouver comme preuves en horreur (publiées ou en archives) que l'on peut mettre sur web. On ne peut plus cacher, passer sous silence ; on ne peut plus escamotter ou occulter avec internet.

C'est pour cela le Bundestag a reconnu le GDA1915 : pour paraître sur la scène internationale comme 'clean'. C'est nécessaire pour mieux vendre et exporter.

Voici un autre article sur cette même thématique du 'Jihad Made in Germany' : BRITISH ANXIETY ABOUT JIHAD IN THE MIDDLE EAST

http://orientxxi.info/IMG/arton940.jpg?1434992566
#7732

Dernière modification par Adic2010 (07-07-2016 18:21:45)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#59 08-07-2016 12:11:45

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

MESSAGE #57 PLUS HAUT : WWW DES NOMS PROPRES (ALLEMANDS, ANGLAIS, TURCO-OTTOMANS, ARABES + BUREAUCRATIES  BRITANNIQUES) >> RECHERCHE PRÉVUE DES PHOTOS .

https://archive.org/services/img/christianityisla00beckrich . http://www.zdf.de/ZDF/zdfportal/blob/9179680/1/data.jpghttp://www.zdf.de/ZDF/zdfportal/blob/9179308/1/data.jpg 

- Harold NICOLSON 1886-1968

- FOREIGN AND COMMONWEALTH OFFICE

- Arthur HIRTZEL 1870-1937

- SECRETARY OF STATE FOR INDIA ~~ INDIA OFFICE

- Henry McMAHON 1862-1949  ~~  MACMAHON-HUSSEIN CORRESPONDANCE

- Thomas William HOLDERNESS 1849-1924

- UNDER-SECRETARY OF STATE FOR INDIA ~~ SECRETARY OF STATE FOR INDIA

- High Commissioner in Cairo

- Sir Edward GREY 1862-1933

- Lieutenant-Colonel Gilbert F. CLAYTON 1875-1929

- Director of Intelligence in Cairo  ~~  ARAB BUREAU In Cairo

- Sir Milne CHEETHAM 1869-1938

- Wilhelm WASSMUSS 1880-1931

- WILHELM II, German Emperor 1888-1918

- Sheik-es-Senussi   SENUSSI CAMPAIGN

- Richard von KÜHLMAN 1873-1948

- Belgian vice-consul at Haifa Herr Lange  .    HAIFA

- Abd-el-Hadi family      Mahdi ABDUL HADI

- German Vice-consul at Haifa, Herr Loytved von Hardegg

- MOUNT CARMEL  ~~   UMMAYAD MOSQUE IN DAMASCUS

- General van Back Pasha, a Catholic

- Walter RÖSSLER 1871-1929  .   ALEPPO

- Herr Fleichzig, dragoman to the German consulate at Aleppo ;

- Baron Max von OPPENHEIM
#7770

Dernière modification par Adic2010 (10-07-2016 15:09:40)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#60 09-07-2016 23:54:27

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

- NOUVELLE PAGE EN CONSTRUCTION / EN RECHERCHES DE JPG : JIHAD MADE IN GERMANY ADIC.3 / DIGITISED MANUSCRIPTS / BRITISH LIBRARY ; P 4180/1915

#7890

Dernière modification par Adic2010 (10-07-2016 14:55:42)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#61 15-07-2016 08:10:18

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Avec l'horreur qui s'est passée à Nice, au delà

- du traumatisme et de la douleur des familles ;

- de l'angoisse sur la vie des blessés ;

- du choc des Niçois et des Français en général ;

- du registre sécuritaire à améliorer ;

- de la réalité de Daesh au Moyen Orient et de ses crimes dans divers pays ;

on ne peut que penser au témoignage de l'ambassadeur américain Henry MORGENTHAU à son chapitre XIV de ses Mémoires concernant la déclaration de la Guerre Sainte à Konstantinye en novembre 1914. Nil.

PS - MERCI À 'IMPRESCRIPTIBLE' D'AVOIR MIS CE TÉMOIGNAGE HISTORIQUE SUR WEB
LES MÉMOIRES DE HENRY MORGENTHAU.

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/fr/breligion/interreligieux1915jihadberlin.jpg


Aux premiers jours de la guerre, l'ambassadeur allemand WANGENHEIM, m'avait confié que son pays avait ds sérieuses raisons de forcer la Turquie à entrer dans le conflit ; il me donna cette explication tranquillement, avec nonchalance, comme étant la chose la plus naturelle du monde. Assis dans son bureau, entre deux bouffées de son gros cigare allemand, il m'exposa que le plan allemand consistait à exciter contre les chrétiens le fanatisme de la population mulsumane. Le Kaiser avait projeté de faire une véritable « Guerre Sainte » pour ruiner l'influence anglaise et française en Orient. « La Turquie en elle même ne nous importe guère; son armée est faible, et nous ne comptons pas qu'elle fera grand chose y elle se tiendra en grande partie sur la défensive. Mais la grosse affaire (sic) c'est la population musulmane. Si nous parvenons à la dresser contre les Anglais et les Russes, nous pourrons obliger ceux-ci à faire la paix. » La signification des propos de Wangenheim devint tout à fait évidente le 13 novembre, quand le Sultan publia sa déclaration de guerre ; c'était en réalité un appel à une Jihad ou « Guerre Sainte » contre les Infidèles. Bientôt après, le Sheik-ul-Islam, à son tour, convoqua le peuple musulman à se soulever et à massacrer ses oppresseurs chrétiens, concluant par ces mots : « O Musulmans ! vous qui êtes si passionnément épris de bonheur, vous qui êtes à la veille de sacrifier votre vie et vos biens pour la cause du droit et de braver les périls, groupez-vous maintenant autour du trône impérial, obéissez aux ordres du Tout-Puissant qui, dans le Koran, nous promet la béatitude dans ce monde et en l'autre, et comprenez que l'Etat est en guerre avec la Russie, l'Angleterre, la France et leurs alliés et que ces pays sont les ennemis de l'Islam. Le Commandeur des Croyants, le Calife, vous appelle sous sa bannière pour la Guerre Sainte ! »

Les chefs religieux lurent cette proclamation à leurs congrégations réunies dans les mosquées ; tous les journaux l'imprimèrent en gros caractères ; elle fut largement répandue dans les contrées de population mahométane - aux Indes, en Chine, en Perse, en Egypte, à Alger, à Tripoli, au Maroc, etc., etc.; on la communiqua aux multitudes assemblées, que l'on exhortait ensuite à l'obéissance passive. L'IKDAM, JOURNAL TURC DEVENU PROPRIÉTÉ ALLEMANDE, stimulait constamment le fanatisme populaire. « La conduite de nos ennemis, écrivait-il, a enflammé la colère divine ! Une lueur d'espoir brille à l'horizon. Vous tous, Mahométans, jeunes et vieux, hommes, femmes et enfants, faites votre devoir, afin que la lueur ne s'évanouisse pas, mais resplendisse à jamais. Que de grandes choses peuvent accomplir les hommes forts soutenus par leurs femmes et leurs enfants !... Le moment d'agir est venu. Tous, nous combattrons avec toutes nos forces, de toute notre âme, par tous les moyens, avec toute notre énergie physique et morale. Et ainsi nous assurerons la délivrance des Mahométans asservis. Alors, si Allah le veut, nous marcherons la tête haute, aux côtés des amis qui sympathisent avec le Croissant ! Allah est avec nous et le prophète nous protège. »

La proclamation du Sultan était un document officiel, ne parlant de la guerre sainte que de façon générale. Environ à la même époque, parut une brochure prodiguant aux fidèles des instructions plus précises qui, elle, ne fut pas paraphrasée publiquement dans les mosquées, mais distribuée clandestinement aux Indes, en Egypte, au Maroc, en Syrie et autres contrées ; elle était imprimée - trait significatif - en langue arabe. C'était un long document, (la traduction anglaise contient 10.000 mots) rempli de citations tirées du Koran et qui, sur un ton délirant, n'était qu'un appel à la haine des races et des religions, donnant jusqu'à un plan détaillé pour l'assassinat et l'extermination de tous les chrétiens - ceux de nationalité allemande exceptée. Quelques passages en préciseront les tendances : « O Musulmans fidèles et bien-aimés ! considérez rien qu'un instant la situation présente de la nation islamique, car si vous y pensez seulement quelques minutes, vous pleurerez longuement. La triste existence de nos frères fera couler vos larmes et vous brûlera de douleur. Voyez la grande nation indienne, habitée par des centaines de millions de Musulmans, tombée par suite de sa faiblesse et des scissions religieuses de ses habitants au pouvoir des ennemis de Dieu, les Anglais infidèles. Voyez aussi les quarante millions de Mahométans qui, à Java, gémissent sous le poids des chaînes et de l'affliction, sous la domination des Hollandais, bien que ces Infidèles leur soient inférieurs en nombre et que leur civilisation n'égale pas la nôtre. Et encore l'Egypte, le Maroc, Tunis, l'Algérie et le Soudan, qui souffrent les pires maux et endurent le joug des ennemis du Très-Haut ! Jetez les yeux sur l'immense Sibérie, sur le Turkestan, Khiva, Bokhara, le Caucase, la Crimée, Kazan, Ezferhan, Kosahastan ! Et enfin considérez la Perse, qui risque d'être morcelée ; et la ville des Califes, qui depuis des siècles résiste opiniâtrement à l'envahisseur et est maintenant à la merci de ses plus rudes assauts ! Ainsi, n'importe où se posent vos regards, vous constatez que les ennemis de la vraie religion, en particulier les Anglais, les Russes et les Français, ont asservi l'Islam et violé ses droits de toutes les manières possibles. Nous ne pouvons énumérer les insultes infligées par ces nations, qui désirent nous anéantir, en nous chassant de la surface terrestre. Cette tyrannie a dépassé les limites supportables, la coupe de nos malheurs est prête à déborder...

«En résumé les Musulmans peinent et les Infidèles en profitent, les Musulmans ont faim et souffrent, et les Infidèles se gorgent de superflu et vivent dans le luxe. L'Islamisme dégénère et rétrograde, tandis que le Christianisme progresse et triomphe ; les Musulmans sont les esclaves de leurs tout-puissants adversaires : ceci parce que les disciples de Mahomet ont négligé la loi du Koran et ignoré la guerre sainte qu'il ordonne... Mais l'heure de cette guerre , à sonné et, grâce à elle, l'empire du Croissant sera délivré à jamais de la tyrannie chrétienne ; elle s'impose à nous comme un devoir sacré. Apprenez que le sang des Infidèles peut être versé impunément - excepté celui des alliés2 que nous avons promis de protéger...

«L'extermination des misérables qui nous oppriment est une tâche sainte, qu'elle soit accomplie secrètement ou ouvertement, suivant la parole du Koran : « Prenez-les et « tuez-les où que vous les trouviez ; nous vous les livrons « et vous donnons sur eux pouvoir entier ».

« Celui qui en tuera même un seul sera récompensé par Dieu. Que chaque Musulman, dans quelque partie du monde que ce soit, jure solennellement d'abattre au moins trois ou quatre des chrétiens qui l'entourent, car ils sont les ennemis d'Allah et de la foi ! Que chacun de vous sache que sa récompense sera doublée par le Dieu qui a créé le ciel et la terre ! Celui qui obéira à cet ordre sera préservé des terreurs du Jugement dernier et assuré de la résurrection éternelle. Qui reculera devant un si petit effort pour mériter une si belle récompense ?... L'heure est venue où nous devons nous soulever en masse, l'épée d'une main, le fusil de l'autre ; nous remplirons nos poches des projectiles qui sèment le feu et la mort ; notre coeur resplendira de la lumière de l'espérance et nous élèverons nos voix, disant : « Les Indes aux Musulmans des Indes, Java aux Musulmans javanais, l'Algérie aux Musulmans algériens, le Maroc aux Musulmans marocains, Tunis aux Musulmans tunisiens, l'Egypte aux Musulmans égyptiens, Iran aux Musulmans iraniens, Turan aux Musulmans turaniens, Bokhara aux Musulmans bokhariens, le Caucase aux Musulmans caucasiens, et l'Empire ottoman aux Musulmans arabes et turcs ! »

Tout était prévu jusqu'au moindre détail pour l'exécution de cette sainte entreprise. On avait le choix entre participer à une « guerre de sentiment » - c'est-à-dire que chaque disciple du Prophète, nourrisse dans son coeur la haine de l'infidèle; ou à une « guerre par la parole » - c'est-à-dire que, par la voix et la plume, tout Musulman sème cette même haine autour de lui ; - enfin à une guerre d'action, pour combattre et tuer l'infidèle partout où il se trouverait. Cela, disait la brochure, est la « vraie guerre ». Il y aura une « petite guerre sainte » et « une grande guerre sainte » ; la première sera celle que chaque Mahométan livrera dans sa communauté à ses voisins chrétiens, et la seconde la grande lutte mondiale engagée par les Islamites des Indes, de l'Arabie, de la Turquie, de l'Afrique, contre leurs tyrans.
« La Guerre Sainte, continuait-on, revêtira trois formes; d'abord la guerre individuelle, consistant dans l'action personnelle, qui peut être faite avec les armes ordinaires, ainsi qu'un de nos coreligionnaires en usa vis-à-vis de Peter Galy, le gouverneur anglais ; ou encore comme dans le meurtre du chef de police anglais des Indes et comme dans l'assassinat d'un haut fonctionnaire, commis à la Mecque par Abi Busir (puisse-t-il plaire à Allah). » Le document citait en outre différents crimes et enjoignait aux fidèles de s'en inspirer. Il ordonnait en second lieu de constituer des « bandes » et d'aller massacrer les chrétiens ; les plus utiles seraient organisées secrètement et opéreraient de même tandis que dans la troisième méthode l'action serait confiée à des troupes régulières.

Le ton de ces différentes citations trahit assez la part de l'Allemagne, dans la rédaction de cette excitation à la révolte : on massacrera les populations qui ont courbé des Musulmans sous leur joug. Les Allemands n'ayant aucun sujet mahométan dans leurs colonies, cette clause les protégeait donc ; mais avec leur habituel égoïsme, ils exposaient leurs alliés autrichiens, puisqu'en Bosnie et Herzégovine, on trouve de nombreux adeptes du Prophète. Les Musulmans ont l'ordre de former des armées « serait-il même nécessaire d'y introduire quelques éléments étrangers », c'est-à-dire nommer des instructeurs et des officiers allemands. « Rappelez-vous (ceci avait pour but de protéger les Allemands) qu'il est contraire aux lois de combattre aucun peuple de religion différente, qui s'est uni à nous, ou n'a pas manifesté d'hostilité envers notre Calife, ou qui s'est mis sous notre protection. »

Bien entendu, Wangenheim ne m'avait pas avoué que les Allemands désiraient soulever de façon générale les Mahométans contre l'Entente; mais tout ce que j'ai cité indique clairement la source réelle de cet extraordinaire document. A l'époque où il en discuta avec moi, il semblait convaincu qu'une « Guerre Sainte » de ce genre serait le moyen le plus rapide de forcer l'Angleterre à faire la paix ; conformément à ce point de vue, c'était donc une grande offensive de paix. Implicitement, il trahissait la conviction -celle de tous les cercles officiels - que l'Allemagne avait commis une erreur en entraînant l'Angleterre dans le conflit, et il croyait évidemment aujourd'hui que, si de sourdes menées pouvaient être tramées aux Indes, en Egypte, au Soudan, l'Empire britannique se retirerait de l'action. Même si les Mahométans britanniques refusaient de se soulever, il estimait que la seule menace d'une pareille révolte pousserait l'Angleterre à abandonner à leur sort la Belgique et la France.

Le danger de répandre, parmi un peuple furieusement fanatique, une littérature aussi incendiaire, est manifeste. Je n'étais pas le seul diplomate neutre en redoutant les sérieuses conséquences. M. Tocheff, le Ministre bulgare, un des membres les plus capables de notre corps, ne dissimulait pas son inquiétude. A cette époque, la Bulgarie était neutre, et M. Tocheff avait coutume de me dire que son pays espérait le demeurer. « Les deux camps, dit-il, recherchent notre alliance, et notre politique est de les maintenir dans cette expectative. Si l'Allemagne réussit à déchaîner une « Guerre Sainte » et que des massacres en résultent, nous nous joindrons certainement à l'Entente ». Je le décidai à se rendre chez Wangenheim, pour lui répéter cette déclaration, pendant que j'exerçais une pression similaire sur Enver.

Heureusement, dès le principe la « Guerre Sainte » fit faillite. Les Mahométans de certains pays, tels que les Indes, l'Egypte, Alger, et le Maroc se savaient mieux traités, qu'ils ne pouvaient espérer l'être nulle part ailleurs ; dans leur naïveté, ils ne pouvaient comprendre l'objet d'une guerre sainte contre certains chrétiens, et en même temps l'alliance avec d'autres nations chrétiennes, telles que l'Allemagne et l'Autriche : cette contradiction rendait la proposition ridicule. Le Koran,c'est vrai; ordonne le massacre des chrétiens, mais il ne fait pas d'exception en faveur des Allemands et, dans l'esprit du fanatique mahométan, un rayah allemand est un « chien de chrétien » tout comme un Anglais ou un Français, et son assassinat un acte tout aussi méritoire. Les subtilités, suscitées par la diplomatie occidentale, lui étaient aussi étrangères que la loi de la gravitation ou l'hypothèse des nébuleuses. En négligeant d'en tenir compte, les Allemands fournirent une nouvelle preuve de leur maladresse fondamentale et de leur ignorance complète des conditions mondiales. Le seul fait tangible, qui ressorte clairement de cette croisade, c'est le désir du Kaiser de pousser à une autre Saint-Barthélemy 300.000.000 de Mahométans.

N'y eut-il alors aucune « Guerre Sainte ? » La grosse affaire de Wangenheim échoua-t-elle réellement ? Chaque fois que je pense à cette burlesque Jihad, une scène qui se déroula à l'ambassade américaine se présente à mon esprit. 
Enver est assis à un bout de la table, buvant paisiblement son thé, à petites gorgées, en mangeant des gâteaux ; je lui fais vis-à-vis, engagé dans le même passe-temps pacifique. C'est le 14 novembre ; la veille, le Sultan a déclaré sa guerre sainte, il y a eu des réunions dans les mosquées et autres endroits, on y a lu la déclaration de guerre ; des discours enflammés y ont été prononcés. Enver m'assure toutefois qu'on ne fera aucun mal aux Américains ; en fait, qu'il n'y aura de massacre nulle part. Pendant qu'il parle, un de mes secrétaires entre et m'informe qu'un petit groupe manifeste contre certains établissements étrangers, qu'il a assailli un magasin autrichien qui avait imprudemment conservé son enseigne annonçant la vente de « vêtements anglais ». Je demande à Enver ce que cela signifie ; il me répond que c'est une erreur, personne ne sera inquiété. Quelques instants après son départ, je suis prévenu que la foule s'est attaquée au Bon Marché, un magasin de tissus français, et se dirige en droite ligne vers l'ambassade britannique. J'appelle immédiatement Enver au téléphone ; tout va bien, assure-t-il, il n'y aura rien à l'ambassade. Une ou deux minutes plus tard, la populace fait volte face et part pour Tokatlian, le premier restaurant de Constantinople. Le fait que le groupe est dirige par un Arménien suffit à tout expliquer. Six hommes, armés de crocs, brisent les glaces et les fenêtres, d'autres enlèvent les dessus de marbre des tables et les réduisent en miettes ; en quelques instants l'établissement est complètement saccagé.

Cette démonstration représenta la « Guerre Sainte », telle que la comprit Constantinople ! Ainsi finit misérablement la honteuse tentative allemande de soulever 300.000.000 de Mahométans contre la chrétienté ! Le Kaiser n'obtint pour tout résultat, en propageant ces théories subversives, que de faire germer dans le coeur du Musulman cette haine intense du chrétien qui est la caractéristique de son étrange et impressionnable nature, et d'allumer des passions qui se manifestèrent plus tard, lors des massacres des Arméniens et autres populations asservies.

https://www.herder.de/-/media/images/produkte/terror-in-allahs-namen-hintergruende-der-globalen-islamistischen-gewalt-978-3-451-34269-1.jpg?w=280 . http://www.iarsp.org/upload/boards/peter_heine.jpg . PETER HEINE
#8023

Dernière modification par Adic2010 (02-01-2017 22:24:13)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#62 28-09-2016 12:56:50

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

http://www.genozid1915.de/nachrichten/images/Yetvart_Ficiciyan-buch.jpg . Il y aura à voir si dans ce livre on parle des échos dans la presse allemande de l'époque sur le 'JIHAD MADE IN GERMANY'.

TRADUCTION DE L'ARTICLE DE > FR

Quatre sections principales:
- 1) La question arménienne avant la Première Guerre mondiale;
- 2) de la Première Guerre mondiale et le génocide des Arméniens (Juillet 1914 - Novembre 1918);
- 3) la fin de la Première Guerre mondiale et le sort des Arméniens (1918-1921);
- 4) Le processus Talaat Pacha et d'autres assassinats à Berlin (1921-1922).

L'auteur est arménien, il habite Berlin et je pourrai communiquer avec lui facilement et naturellement. Nil.
#9390

Dernière modification par Adic2010 (28-09-2016 13:06:08)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#63 24-05-2017 12:16:09

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

http://i.ebayimg.com/images/g/ddMAAOSw-zxWnq-6/s-l300.jpg . Islam and the European Empires  Edited by David  Motadel  (New York:  Oxford University Press,  2014. The Past & Present Book Series), xii +  312 pp.

- The Journal of Modern History . University of Chicago

- Oxford Centre for Islamic Studies. UK

LEHMANNS.MEDIA : The first comparative account of the engagement of all major European empires with Islam in the eighteenth and nineteenth centuries, exploring an array of themes, ranging from the accommodation of Islam under imperial rule to Islamic anti-colonial resistance and contributing to our understanding of religion and power in the modern world.

At the height of the imperial age, European powers ruled over most parts of the Islamic world. The British, French, Russian, and Dutch empires each governed more Muslims than any independent Muslim state. European officials believed Islam to be of great political significance, and were quite cautious when it came to matters of the religious life of their Muslim subjects. In the colonies, they regularly employed Islamic religious leaders and institutions to bolster imperial rule. At the same time, the European presence in Muslim lands was confronted by religious resistance movements and Islamic insurgency. Across the globe, from the West African savanna to the shores of Southeast Asia, Muslim rebels called for holy war against non-Muslim intruders. Islam and the European Empires presents the first comparative account of the engagement of all major European empires with Islam. Bringing together fifteen of the world's leading scholars in the field, the volume explores a wide array of themes, ranging from the accommodation of Islam under imperial rule to Islamic anti-colonial resistance.

A truly global history of empire, the volume makes a major contribution not only to our knowledge of the intersection of Islam and imperialism, but also more generally to our understanding of religion and power in the modern world.

#12424

Dernière modification par Adic2010 (24-05-2017 12:16:53)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#64 12-08-2017 20:59:46

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/0de/b_djihad0holywar1.jpg . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/0de/b_djihad0holywar0.jpg . Dans le passage ci-dessous du film THE PROMISSE, l'encouragement de Guerre Sainte par les Allemands est évoqué-dénoncé en leur présence par le reporter américain de l'Associated Press.

Ce message #5 listant les différents messages et threads sur le JIHAD MADE IN GERMANY

http://20.theladbiblegroup.com/s3/content/73cffdd6580f50bf053ab5b067c9eccc.jpg

http://www.dortmund-postkolonial.de/wp-content/uploads/2015/09/Unser-Kaiser-als-Freund-des-Islam-3.jpg

https://www.justfocus.fr/wp-content/uploads/2017/09/The-Promise-250x140.jpg . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_0/0allocine.jpg - 'Threads' sur le film LA PROMESSE : OR. Film THE PROMISE. Thématiques. Marketing. Calendrier. Faire connaître.  ~~~  GF. Film'ThePromise' en Allemagne > Répétition E-mailsCiblés appropriés.FR  ~~~  WIKIPEDIA  ~~~  DOSSIER DE PRESSE EN ANGLAIS  ~~~  LA PROMESSE / FILMS SANS FRONTIÈRES  ~~~  ALLOCINÉ ;

- THE PROMISE INSTITUTE FOR HUMAN RIGHTS AT UCLA SCHOOL OF LAW - ThePromiseToEducate.org - History vs Hollywood

- LE FILM 'THE PROMISE' : DIFFÉRENTES OCCASIONS-THÉMATIQUES POSSIBLES OÙ FAIRE CONNAÎTRE EN DEHORS DES MILIEUX ARMÉNIENS DE LA DIASPORA ARMÉNIENNE / RUBRIQUES.(#58).(#59).(#60)

.

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : ALLEMAGNE(S) & RECHERCHES-CONSIDÉRATIONS ARMÉNO-EURO-GERMANISANTES  (#1)

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : ISLAM ET RELATIONS ARABO-ARMÉNIENNES  (#2)

#13630

Dernière modification par Adic2010 (19-10-2017 11:53:41)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#65 19-10-2017 22:49:36

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Je rappelle la nouvelle photo de la marche à partir de la Mosquée Fatih de Konstantinye le jour de la Proclamation de la Guerre Sainte par les autorités islamo-ottomane en novembre 1914 à ce message #20.

http://www.gingkolibrary.com/wp-content/uploads/2015/01/cihad-ilani-1.jpg . Voici un nouvel article cette fois-ci écrite par un jeune historien turc Alp YENEN, né à Ankara en 1982, auourd'hui en doctorat à l'Université de Basel : Legacies of Jihad 100 Years after World War I, Alp Yenen, 14.11.14. Il n'y a pas beaucoup de références bibliographiques.

Après les historiens allemands, anglais, américains, arméniens, on va avoir une première approche (truco-?)turco-turque (en flou artistique ?) sur le 'Jihad Made in Germany'...

PS - Il y aura à trouver dans ԲԱԶՄԱՎԷՊ / PAZMAVEB  et dans la bibliographie de Handes Amsoria des Mekhitaristes de Vienne 1887-1986 les passages qui parlent du JIHAD MADE IN GERMANY.

#14596

Dernière modification par Adic2010 (19-10-2017 23:15:02)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#66 28-10-2017 16:49:06

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

JIHAD AND ISLAM IN WORLD WAR I. LEIDEN 2016. 358 pages PDF.

http://tmm.chicagodistributioncenter.com/IsbnImages/9789087282394.jpg

TABLE DE MATIÈRES

- p.11   : Preface

- p.13   : Erik-Jan Zürcher, Introduction:  The Ottoman Jihad, the German Jihad and the Sacralization of War

- p.29   : Léon Buskens, Christiaan Snouck Hurgronje, “Holy War” and Colonial Concerns

- p.53   : Mustafa Aksakal, The Ottoman Proclamation of Jihad

- p.71   : Tilman Lüdke, (Not) Using Political Islam: The German Empire and its Failed Propaganda Campaign in the Near and Middle East, 1914–1918 and Beyond

- p.95  : Mehmet Beşikçi, Domestic Aspects of Ottoman Jihad: The Role of Religious Motifs and Religious Agents in the Mobilization of the Ottoman Army

- p.117 : M. Şükrü Hanioğlu, Ottoman Jihad or Jihads:  e Ottoman Shīʿī Jihad, the Successful One

- p.135 : Erol Köroğlu, Propaganda or Culture War: Jihad, Islam, and Nationalism in Turkish Literature during World War I

- p.153 : Nicole van Os, Gendering Jihad: Ottoman Muslim Women and War during the Early Twentieth Century

- p.179 :  Martin Gussone, Architectural Jihad: The “Halbmondlager” Mosque of Wünsdorf as an Instrument of Propaganda

- p.223 : Hans  eunissen, War, Propaganda and Architecture: Cemal Pasha’s Restoration of Islamic Architecture in Damascus during World War I

- p.275 : Joshua Teitelbaum, The Man Who Would Be Caliph: Sharī an Propaganda in World War I

- p.305 : Umar Ryad, A German “Illusive Love”: Rashīd Rid ̇ā’s Perceptions of the First World War in the Muslim World 

- p.329 : Ahmed K. al-Rawi,  John Buchan’s British-Designed Jihad in Greenmantl

- p.347 : List of Contributors

- p.349 : Index

_________________

PS1 - Cela fait bien trois ans que je travaille sur le 'Jihad Made in Germany'. J'ai enfin trouvé la publication consistente  qu'il nous faut au minimum pour mettre au courant les Franco-Maghrébins sur cet aspect du GDA1915 : STOP À LA VAMPIRISATION (TRUCO-TURCO-MENSONGÈRE EN NÉGATIONNISME D'ANKARA) DES SENTIMENTS ISLAMO-RELIGIEUX DE NOS CONCITOYENS FRANCO-MAGHRÉBINS !

Non aussi à l'islamophobie (post-colonialiste banalisée) des phobiaco-phobiques...
allant parfois jusqu'à influencer (/ou investir) la sauce arméno-franchouillarde en cloisonnement cloisonné-cloisonnant-enfermant-déstructurant...  lol   lol

PS2 - C'est grâce à cette page de Imprescriptible sur le Djihad que j'ai pu commencer ce travail avec les premières pages Adic, etc, etc...

https://0.academia-photos.com/8304098/3134067/3689923/s200_erik_jan.zurcher.jpg . Erik-jan ZURCHER /Universty of Leiden . Jpg et www des autres historiens à chercher par la suite.

PS3 - Essayez de contacter de tels historiens qui sachent parler le français pour organiser des conférences sur cette thématique sensible et inviter des personnalités franco-maghrébines.

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/0/0gmp0.JPG

PS - http://www.arnold-bergstraesser.de/site … 10x148.jpg   Tilman Lüdke
#14767

Dernière modification par Adic2010 (29-10-2017 15:59:17)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#67 06-11-2017 15:11:37

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

https://www.gregoiredetours.fr/img/livre/jean-yves-la-naour-djihad-1914-1918-la-france-face-au-panislamisme.jpg . Merci à Yvi de nous avoir signalé cette page du POINT publié le 05/11/2017.

J'ai pu trouvé ce texte sur le livre en question. Il y aura à voir comment le chauvinisme turco-turc en exaspération du fanatisme islamo-religieux par la propagande allemande préparée à Berlin fonctionna : en plus de l'appareil génocidaire avec les ministères en bureaucratie, organisations, intendances , géostratégies, communications, etc, etc.

Il y aura certainement d'autres publications -les versions françaises de livres allemands ou anglais existants. On va voir comment les sites franco-maghrébins vont réagir au fur et à mesure.  Nil. 


________________

À la fin du XIXe siècle, des massacres de chrétiens dans l’Empire ottoman se produisent :
« Cent mille à trois cent mille Arméniens ont ainsi péri de 1894 à 1897, égorgés, brûlés vifs, pendus, mitraillés ou lynchés » (page 7). En 1909 en Cilicie à Adana, mais aussi à Antioche, Alexandrette, Alep, il y a de nouveaux meurtres de chrétiens. Suite à ces événements, le gouvernement de Constantinople est isolé diplomatiquement toutefois l’Allemagne va choisir de s’engouffrer dans cette brèche. Aussi, à l’automne 1898, Guillaume II fait un voyage officiel qui le conduit dans la capitale de l’Empire ottoman ainsi qu’à Beyrouth, Damas (en particulier devant la tombe de Saladin), Jérusalem et Bethléem. L’empereur d’Allemagne s’autoproclame à cette occasion le protecteur de tous les musulmans de la Terre, ce qui ne manque pas de se faire étrangler les journalistes anglais présents comme l’écrit René Bazin alors envoyé spécial du Figaro. En effet l’Empire britannique compte alors un nombre important de musulmans principalement dans les Indes, mais aussi en Malaisie, Bornéo, Aden et divers territoires en Afrique. 

En cette Belle Époque, le sultan se rappelle qu’il est aussi calcife (donc commandeur des croyants) et il va jouer sur cette menace auprès de toutes les puissances colonisatrices (Russie comprise, car l’Asie centrale est bien une partie de l’empire des tzars peuplée de populations qui n’ont rien de slaves). Dans le même temps le baron Max von Oppenheim (de père juif converti au catholicisme, il descend du célèbre banquier juif rhénan Salomon Oppenheim) parcourt tout l’espace du Maroc aux Indes (il rencontre d’ailleurs Lawrence en 1912 au Cachemire). Il noue des liens avec en particulier les nationalistes égyptiens et théorise l’idée d’insurrection islamique. Les deux crises marocaines sont l’occasion pour l’Allemagne de se montrer défenseur des populations musulmanes du Maghreb.

Toutefois l’Allemagne laisse l’Autriche-Hongrie annexer la Bosnie-Herzégovine et l’Italie (alors son allié) s’emparer de la Lybie (dernière possession ottomane en Afrique). De plus les Jeunes-Turcs sont d’esprit plus laïc que l’administration turque classique. Mais après toutes les pertes territoriales subies en 1912-1913, l’homme fort du pays Enver Pacha, surnommé Napoléonik, conduit une politique d’alliance franche avec l’Allemagne pour bénéficier des conseillers militaires de l’armement germaniques plus de crédits pour payer des fonctionnaires.

La Turquie va embrasser la cause allemande fin octobre 1914 à un moment où l’Allemagne a remporté des victoires tant contre la France que contre la Russie. Jean-Yves La Naour montre comment est agité le drapeau vert de l’islam, citant le texte du calife, dont nous retirons ceci :
« Ceux qui prendront part à la Guerre sainte pour le bonheur et le salut des Croyants et en reviendront vivants jouiront du bonheur ; quant à ceux qui y trouveront la mort, ils auront droit au titre de martyr ».


Quelles répercussions cela a dans les colonies françaises d’Afrique du nord d’une part et par ailleurs de l’Empire britannique ? Finalement c’est la seule Italie qui de façon conséquente paie les pots cassés dans le territoire africain qu’elle vient d’annexer, à savoir la Lybie ; de ce fait le sud tunisien connaît quelques agitations (voir La guerre de 1914-1918 sur les confins tuniso-tripolitains) comme tout le Sahara oriental et les confins égyptiens. C’est la confrérie millénariste des Senoussis qui dirige les opérations. Du côté de l’Afghanistan, la diplomatie allemande n’arrive pas à entretenir une rébellion, faute d’appui véritable du souverain du pays et on ne compte que quelques sabotages de Perse visant une compagnie pétrolière anglaise et une agitation sporadique en Inde. Notons que la révolte des Arabes contre les Turcs se font sous la houlette du chérif de La Mecque... les Turcs sont donc dans l'histoire l'arroseur arrosé.

Une partie de l’ouvrage développe les occasions manquées de faire évoluer les statuts des indigènes en Algérie, au Maroc et en Tunisie. Toutes les mesures progressistes avancées par les parlementaires français sont torpillées par le lobby des grands colons. L’administration française favorise en temps de guerre le pèlerinage à La Mecque et on complètera ces pages avec celles de l’ouvrage Aux villes saintes de l’islam paru aux éditions du Félin. 

Par ailleurs, vis-à-vis des prisonniers d’Afrique noire et du Maghreb, l’Allemagne invente les camps de rééducation politique. Les tirailleurs, spahis et goumiers, aux mains de l’Allemagne, sont invités à aller rejoindre l’armée ottomane. Le problème est que les conditions où ces troupes ont été spontanément traitées par l’armée allemande ont été souvent abjectes, ceci en particulier parce que les Allemands qui les ont fait prisonniers avaient bien intégrés la propagande allemande qui faisait  d’eux des êtres sanguinaires (collectionnant les oreilles et les doigts de leurs victimes). Last but not least, le menu dans les camps habituels de prisonniers français en Allemagne avec viande relève toujours de la dimension porcine et lorsque l’on est dans un camp pour musulmans il n’y a plus de viande du tout pour une soupe guère plus épaisse et le même pain KK (fait sans un gramme de farine de blé ou d’autres céréales). Le 13 juillet 1915 est inaugurée, au camp de Zossen (non loin de Berlin) la première mosquée en Allemagne.

Un des propagandistes, le lieutenant Rabah Boukabouya, instituteur constantinois avant 1914, est victime d’une intrigue d’un autre et se retrouve journaliste pour la Gazette des Ardennes.  Après la fin de la guerre, il devint officier dans l’armée ottomane. Jusqu’au milieu du conflit, un indigène ne peut dépasser le grade de lieutenant (d’ailleurs avec une solde bien faible) sauf circonstances très exceptionnelles et il semble que cette situation ait été très mal vécue par Rabah Boukabouya. En 1915, dans une brochure diffusée en Afrique du Nord, il critiqua les conditions faites à l’ensemble de ses coreligionnaires combattants pour la France. En avril 1915, à Bailly dans le secteur de la Somme, servant au 7ème régiment de tirailleurs algériens, il entraîne à la désertion soixante-dix-huit soldats et sous-officiers de son unité. Sur l’ensemble des militaires maghrébins faits prisonniers environ 1 000 succomberont aux sirènes djihadistes et les trois-quarts d’entre eux déserteront. Ce qu’il faut peut-être retenir c’est que c’est premièrement l’intelligence des musulmans qui a été le seul frein au basculement vers le djihadisme et d'autre part que c'est une réelle injustice qui a fait basculer un sujet français (auquel on refuse le statut et les droits d'un citoyen) dans la propagande radicale.
#14920

Dernière modification par Adic2010 (06-11-2017 16:45:24)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#68 06-11-2017 19:48:47

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

L'islam selon Tareq Oubrou #1 : le djihad
Le mot "djihad" apparaît partout, mais qui en connaît véritablement le sens ? Explications de texte avec le recteur de la mosquée de Bordeaux.
LE POINT / PAULINE TISSOT, le 17/06/2016 . VIDÉO de Tareq Oubrou . 2mn:17s

On va avoir les Truco-Turcs (à la sauce Erdogan) là où ils s'attendent le moins : par l'islam. Le meilleur moyen de vaincre son adversaire, est sur son propre terrain. Ne nous-sommes pas des Chrétiens d'Orient en France où se trouve une très importante communauté arabe ?


Avec la publication du livre de Jean-Yves Le NAOUR (304 pages, au message précédent) + le Film ("à l'eau de rose" selon notre 'Armen_P') LA PROMESSE, les choses vont aller vite... si on bosse. Il ne tient qu'à nous. Nil.

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/0/0gmp0.JPG
#14950

Dernière modification par Adic2010 (06-11-2017 22:00:26)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

#69 14-11-2017 22:52:46

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Youtube du Djihad du Kaiser ?

- Version allemande avec des variantes : autre version

- Version française

- Version espagnole

- AUJOURD'HUI EN PORTUGAIS  >> les Hays du Brézil en sont-ils informés ? Il semblerait que non en remarquant le nombre de vues. En tout cas, n'oublions pas d'en informer à l'occasion les Bréziliens de France -et de Berlin.

Retrouver la version anglaise.

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : ALLEMAGNE(S) & RECHERCHES-CONSIDÉRATIONS ARMÉNO-EURO-GERMANISANTES  (#1)

#15110

Dernière modification par Adic2010 (15-11-2017 07:55:26)



http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/poesie/manuscrit.jpg http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/kinetic_geode1.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/ordi.gif https://www.e-moticone.com/emoticone/ordinateurs/communique.gif . Arménautes.FR, ne manquons pas de bien informer sur le film LA PROMESSE...
  big_smile

En ligne

 

Pied de page des forums

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Nouvelles d'Arménie Magazine / www.armenews.com - 2017
armenews.com a acueilli 327612920 visiteurs depuis le début du siècle.