Nouvelles d'Armenie    
Laurent Leylekian
Pénalisation des négationnismes : une loi mémorable !


Ça y est : le Sénat a adopté la loi “visant à pénaliser la négation des génocides reconnus par la France“. En clair et en l’état, la négation du génocide des Juifs et de celui des Arméniens. Je ne reviendrais pas ici sur les nombreuses péripéties techniques et politiques qui ont conduit à cette adoption pour me concentrer sur les enseignements que je tire personnellement de cette affaire :

Pour ceux qui en doutaient encore, l’adoption de cette loi constitue une preuve éclatante du poids déterminant de la volonté politique. Beaucoup ne me croiront pas mais, ce coup-ci, ceux que leurs détracteurs appellent les “lobbies arméniens“ n’ont pas été à l’initiative du projet. Tout juste ont ils pris le train en marche lorsque la machine fut lancée mais c’est bien de l’Elysée et de lui seul qu’est venue l’initiative, une initiative soutenue par la plupart des membres de l’opposition socialiste qui, au regard de leurs engagements précédemment, pouvaient difficilement faire moins. A cet égard, l’improbable adoption de cette loi dans un contexte de concurrence électorale exacerbée constitue un tour de force qui vient récompenser un travail de très longue haleine et auquel ont participé de nombreux acteurs, pas toujours en phase les uns avec les autres et dont aucun ne peut revendiquer à lui seul le parachèvement.

Le débat s’est néanmoins montré extrêmement clivant non pas entre familles politiques mais au sein même de celles-ci. Il serait sans doute intéressant de faire une étude sociologique complète afin d’expliquer ces clivages. Notons que les opposants se sont plutôt rencontrés parmi des parlementaires généralement âgés, souvent tenants d’une conception dirigiste, étroitement jacobine et parfois ethnocentrée de la France : pour citer quelques noms connus, Chevènement, Poncelet, Baylet ou Hue pour ne rien dire d’un ministre comme Juppé. Au-delà donc d’une ligne politique donnée, c’est plutôt une vision voire même un certain style qui s’est avéré déterminant. Bien évidemment, ce schéma est loin de tout expliquer et des forces habituellement réputées “ouvertes“, “progressistes“ et “muticulturelles“, comme les Verts par exemple, se sont également retrouvées dans le camp des opposants, encore plus hétéroclite que celui des partisans de la loi.

Rarement débat a constitué l’occasion d’un tel étalage de mauvaise foi et d’hypocrisie. On peut parfaitement comprendre les oppositions légitimes à ce type de disposition pénale mais tous ceux qui connaissent un peu le dossier auront été frappés par le fait que les arguments déployés à l’encontre de la loi ne furent pas toujours ceux qui ont réellement motivé leurs promoteurs. La confusion fut à son comble par le fait que des arguments semblables ont pu être employés à la fois par des personnes qui en avaient le réel souci et par d’autres qui ne faisaient que s’abriter derrière : Certains évoquèrent la liberté d’expression ou la constitutionnalité de la loi en ayant vraiment ces préoccupations en tête tandis que d’autres pensaient relations commerciales avec la Turquie, exemption de la responsabilité sociale de la corporation des historiens ou unicité de la Shoah. A cet égard, ce que l’on appelle communément la question arménienne continue d’agir comme un révélateur impitoyable des affects et des hubris cachés sous le vernis de la raison policée. Comme à Delphes, c’est bien le sanctuaire de Dionysos qui constitue le fondement du temple d’Apollon.

L’adoption de la loi a entériné la perte d’influence d’une certaine élite intellectuelle et médiatique. On peut gloser longtemps - comme je l’ai esquissé dans un billet récent - sur les raisons du positionnement dominant au sein de cette élite plus ou moins autoproclamée mais le fait est qu’elle fut majoritairement hostile à la loi. Le fait est aussi qu’elle a perdu. On ne peut s’empêcher de rapprocher cette vérité factuelle d’une autre : la nature profondément “populaire“ de Sarkozy et de ses proches. On a suffisamment souligné que le gouvernement Sarkozy fut le premier de la 5ème République a être dépourvu d’énarques. En ce sens, il y a une vraie rupture avec la tradition profondément aristocratique des institutions et du personnel politiques de notre République, pourtant réputée régicide. Certains se féliciteront de cette évolution démocratique de notre société là où d’autre n’y verront qu’une dérive populiste. Il est cependant probable que de tels jugements de valeur seront cependant pollués par les affects et les non-dits précédemment évoqués.

Cette adoption et les débats qui la précédèrent ont également permis de mesurer l’emprise de l’Etat négationniste en France et en Europe. Il n’est pas anodin que les organisations extrémistes turques - telles que la Fédération des Turcs de France ou celle des Turcs d’Europe, l’Association pour la Pensée d’Atatürk ou le Comité Talât Pacha aient pu rassembler à Paris près de 20 000 personnes avec le concours logistique probable de l’Etat turc. Face à cette déferlante - venue avec force drapeaux et slogans négationnistes - l’indifférence - pour ne pas dire l’apathie - des médias pose question tout comme l’espèce d’égalisation morale entre ces Turcs-là (censés être représentatifs de tous les Turcs ce qu’ils ne sont sans doute pas) et les Français d’origine arménienne. On peut raisonnablement penser que si l’extrême droite “bien de chez nous“ s’était employée à une telle démonstration de force, les médias l’auraient vertement dénoncée. En dépit de la loi, ou peut-être même à cause d’elle, il est possible que nous nous retrouvions demain face à des offensives de grande ampleur de l’Etat négationniste sur le territoire européen. Croire que la loi suffira à protéger nos concitoyens de cette gangrène relèverait de la plus extrême naïveté. Croire également que les organisations arméniennes seules ou même épaulées par d’autres plus influentes permettront de faire face à un Etat hostile et agressif relève également de la naïveté, mais aussi de la confusion des genres .

A cet égard, il faut qu’il soit bien clair pour tous que la loi adoptée ne constitue pas le terme du combat contre le négationnisme mais un simple jalon - certes important - dans ce combat. Et comme pour toute politique bien comprise, le volet répressif ne doit être que le pendant d’un volet préventif et éducatif. Dans une tribune récemment publiée par Libération, un groupe d’historiens spécialistes des génocides a lancé “un appel aux pouvoirs publics en France pour la création d’une chaire d’histoire sur l’étude des génocides. Elle permettrait de former, d’éduquer et d’en finir avec les propos négationnistes. Enfin, nous invitons l’ensemble des collègues reconnus en France et à l’étranger par leurs travaux sur le génocide des Arméniens ainsi que les chercheurs en sciences sociales et humaines concernés par cette approche, à s’associer à cet « Appel pour l’Histoire du génocide des Arméniens »“. Au-delà du seul cas arménien, cette idée d’une chaire sur les génocides et les crimes de masse doit être puissamment soutenue au niveau politique afin de bien montrer par une approche comparatiste les traits communs et la dangerosité des idéologies meurtrières. On peut même formuler le voeu qu’une telle chaire décline ses enseignements à des niveaux plus élémentaires, et éventuellement en langue turque, afin que nous puissions extirper nos concitoyens originaires de Turquie des griffes de la propagande négationniste. Le scandale consistant à abandonner, sous prétexte de leurs origines, le formatage politique d’une catégorie de Français à une puissance étrangère (dans tous les sens du terme, c’est-à-dire aussi étrangère à nos valeurs humanistes) et malfaisante n’a que trop duré.

Publié par Laurent Leylekian

http://eurotopie.leylekian.eu/2012/01/penalisation-des-negationnisme-une-loi.html

samedi 28 janvier 2012,
Ara ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article