Nouvelles d'Armenie    
Jeanine Paloulian
Lettre ouverte à la l’UD CFDT de Lyon


Lettre ouverte à Mme Marie Jo Piegay Secrétaire générale de l’ UD CFDT

Je viens d’avoir connaissance d’un article du Progrès en date du 20 février, relatant les comportements inadmissibles de responsables syndicaux de la CFDT qui ont publiquement « débaptisé » la rue Hrant Dink, à la confluence de Lyon, pour le remplacer par celui d’un malheureux ouvrier décédé d’un accident. Une démarche qui a très largement dépassé le symbole puisque cet état de fait a duré plusieurs semaines.

Outre l’émotion et la colère que l’occultation du nom de Hrant Dink a légitimement provoqué au sein de la communauté arménienne, et pour avoir été l’initiatrice de la dénomination de cette rue, je tiens à vous dire mon incompréhension et mon indignation vis à vis de cette démarche.

Si la victime d’un accident du travail mérite largement la mémoire de ses compagnons ainsi que, naturellement, celle de l’entreprise qui l’employait et toute notre compassion, rien ne peut justifier un geste qui consiste à effacer une victime, pour évoquer le souvenir d’une autre victime.

Dois-je vous rappeler que Hrant Dink était un journaliste assassiné dans l’exercice de sa profession et que son assassinat était plus qu’un crime, une atteinte à la liberté de la presse. Une liberté dont vous êtes les bénéficiaires dans le cadre de vos responsabilités syndicales.

Le choix de donner le nom de Hrant Dink à une rue du quartier de la confluence, où plusieurs médias ont leur siège, était à la fois porté par Le Club de la Presse de Lyon, l’Association Reporters sans frontières, une école de journalisme : l’ ISCPA et par dessus tout, c’était la décision du Conseil municipal de Lyon qui l’avait prise à l’unanimité.

Le comportement de vos délégués, ne relève pas seulement de la désinvolture, il résonne comme une provocation. Outre la blessure infligée aux proches de Hrant Dink et à la profession de journaliste, vos représentants syndicaux se sont purement et simplement arrogé le droit de faire la loi : Leur loi.

C’est indigne et inacceptable !

Pour avoir régulièrement fréquenté des délégués CFDT dignes et responsables, J’avais cru comprendre que votre organisation syndicale avait le souci des personnes et du respect qui leur est dû. En la circonstance, cette notion de respect n’a effleuré personne. Drôle de syndicalisme que celui qui s’arroge ainsi le droit à l’indifférence, au mépris, à l’humiliation,

À la lecture de l’article du Progrès, je constate que votre délégué est très prompt à exiger des sanctions pour un éventuel manquement aux règles de sécurité.
 Que doit-on alors demander pour ces comportements qui sont autant de réels manquements : à la mémoire d’un homme victime de la haine et de l’aveuglement, à la dignité d’une profession, et à l’autorité des élus de la nation.

Vous comprendrez donc qu’au nom de la communauté arménienne et en mon nom propre, j’exige des excuses écrites, de la part des auteurs d’une telle initiative, ainsi qu’un désaveu clairement exprimé de votre organisation syndicale tant dans sa section « construction-bois » qu’à son échelon régional.

Je me réserve naturellement la liberté de donner à ces agissements la diffusion qu’ils méritent.

Je vous prie de croire madame la secrétaire régionale, en ma considération attristée.

Jeanine PALOULIAN

mardi 29 mars 2011,
Ara ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article