Nouvelles d'Armenie    
Inauguration du nouveau monument arménien - Dimanche 24 juin 2007 - Discours André Santini


Inauguration du nouveau monument arménien de Chaville

Dimanche 24 juin 2007

Monsieur l’Ambassadeur,

Monsieur le Haut Représentant,

Chers Collègues,

Mesdames, Messieurs,

Chers Amis,

Je suis particulièrement heureux d’inaugurer avec vous ce nouveau monument en mémoire des victimes et rescapés du génocide arménien.

Je ne reviendrai pas sur son vol en octobre dernier, qui avait soulevé mon indignation.

Ce acte inqualifiable portait atteinte au souvenir des 1.500.000 Arméniens tués entre avril 1915 et la fin de l’année 1916 et à l’ensemble des rescapés de ce génocide. Il importait que Chaville, et à travers elle, notre communauté d’agglomération, puisse disposer de nouveau de ce lieu de mémoire. Cela était d’autant plus important que nous célébrons en France jusqu’au 14 juillet l’année de l’Arménie. Il faut ici saluer l’action de la Ville de Chaville et du Conseil Général des Hauts-de-Seine. Les Arméniens peuvent être fiers de ce nouveau monument, à l’image du précédent, qui, formé d’un enchevêtrement de lettres de l’alphabet arménien autour d’une croix, symbolise de belle manière la culture arménienne. Je félicite son auteur, Georges AYVAYAN, un artiste des Arches à Issy-les-Moulineaux. L’Arménie est de retour à Chaville et nous nous en réjouissons. Vous connaissez l’attachement de mes collègues et moi même, à votre communauté. Elle mérite notre respect en raison de son passé douloureux, mais aussi en raison de son intégration remarquable, de sa tolérance et de son ouverture d’esprit, et du dynamisme de ses membres qui contribue à l’épanouissement général de nos cités. A cet égard, je suis heurex que les célébrations de l’Année de l’Arménie aient marqué une véritable reconnaissance pour l’ensemble des Arméniens.

Je rappelle souvent ce que le patriarche Karenine 1er, en visite à Issy-les-Moulineaux en janvier 1997, m’avait confié : « Il faut veiller à dépasser l’image d’un peuple-musée, persécuté et massacré ; l’ère de la résurrection du peuple arménien est arrivée ».

Cette année, plus que toutes les autres, cette phrase sonne juste.

Le terrible assassinat de Hrant DINK nous montre cependant que, si le chemin est tracé, il est encore semé d’obstacles.

La reconnaissance du génocide arménien et la lutte contre sa négation sont des combats plus que jamais d’actualité. Ils me sont anciens comme député. Vous savez l’importance que j’y attache. Je ne me suis jamais renié.

La négation du génocide a ainsi été pénalisée par l’Assemblée nationale le 12 octobre dernier.

On le sait, les menaces politiques et le chantage économique du gouvernement turc avaient pourtant converti nombre de nos gouvernants et de parlementaires à la prudence voire au renoncement et le texte attend encore d’être adopté au Sénat.

En tant que membre du nouveau gouvernement, je peux vous assurer de notre détermination sur ce sujet.

A quoi cela sert-il d’avoir une loi reconnaissant le génocide arménien si l’on ne peut réprimer son apologie ou sa négation ?

En le pénalisant, il ne s’agit pas de réécrire l’histoire ou de brider le travail des historiens. Il s’agit seulement de protéger la mémoire et la vérité contre les arrangements diplomatico-politico-économiques d’un pays qui en l’état n’a pas sa place dans l’Union européenne.

Nicolas SARKOZY est l’une des seules personnalités politiques de premier plan à avoir pris position à la fois pour la loi de pénalisation du génocide arménien et contre l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne.

Même s’il a choisi de ne pas parler de cette dernière question pour le moment, parce que sa priorité est d’abord de remettre en marche l’Union européenne avec un mini-traité, je peux vous assurer de sa détermination pour la suite.

La situation des Arméniens doit en effet être considérée avec gravité car il existe un véritable climat d’inquiétude. Les Arméniens ne sont pas en sécurité en Turquie : après l’assassinat de Hrant DINK, de très nombreuses associations arméniennes ont été menacées.

Les importantes communautés arméniennes en Iran, au Liban et en Syrie vivent dans l’inquiétude de l’évolution de la situation internationale dans la région. Les clignotants sont au rouge partout.

Plus que jamais, la France doit être à vos côtés, à l’image des nombreuses communes qui le sont depuis de nombreuses années, comme Chaville ou Issy-les-Moulineaux.

Je vous remercie.

André SANTINI

Maire d’Issy-les-Moulineaux

Président de la Communauté d’Agglomération Arc de Seine

Secrétaire d’Etat

chargé de la Fonction publique

jeudi 5 juin 2008,
Stéphane ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article