Nouvelles d'Armenie    
POESIE
« Le massacre » de Taniel VAROUJAN


Ce jour-là, toutes les étoiles ont égoutté du poison

Et toutes les roses des vallées ont répandu une odeur d’ossements.

Un jour noir, fomenté dans les recoins du Palais de Yildiz,

Ourdi par la cervelle du sultan

Tel un loup qui surveille l’entrée de la tanière,

Cet ordre noir a éclaté.

Pleure, Arménie, ô Femme malheureuse ! Et arrache

Tes cheveux noirs, sème des cendres toutes chaudes

Sur ta tête niée.

Pleure et déchiquette tes seins qui nous ont nourris,

Que de tes veines coule le venin de la rancune, qu’il remplisse

De poison les sources de la Tamise, du Rhin et de la Volga

Que toutes soient noires,

Car c’est là qu’ont lavé leurs mains et leurs âmes

Les « Pilate »s qui t’ont jugé,

Sous le voile de l’aurore vermeille de tes espoirs,

Délibérément et d’une manière éhontée

Ils ont tramé traîtreusement un complot de profond silence.

Verse des larmes ! Car je vois

Qu’en ce moment difficile, tes amis se détournent de toi

Et te claque à la figure

Les portes de leurs ambassades,

Où ils font sur ta mort,

Des discours accueillis avec applaudissements,

Et des projets sympathiques,

Transformés par la suite en épitaphes sur ta tombe.

Pleurez, pleurez ô mères, ô jeunes femmes,

Déployez vos plaintes d’étoiles en étoiles,

Aujourd’hui sur notre terre noire,

Pleurez toutes ces aurores égorgées...

Que vos prunelles deviennent aveugles d’avoir pleuré

Ceux qui sont tombés par milliers.

(Traduction : Izabel Karabedian 22.04.2005)

jeudi 14 février 2008,
Zabel ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article




THEMES ABORDES :
Culture

Histoire