Nouvelles d'Armenie    
POESIE
« Le chemin de l’espoir » de Siamanto


ET CEUX-LA, les pionniers gigantesques de l’Espoir marmoréen,

Leurs fronts saignant des rochers des rebellions,

Mais dégageant de leurs yeux une épouvante indicible,

Ayant pulvérisé sous leurs dents broyeuses des couteaux incandescents,

Sur un carrefour de ruines, ce soir,

Face à face avec mon teint livide, m’ont dit :

« O toi qui avec tes doigts t’es creusé les yeux

Dans ce moment de violences et de folles chevauchées

Indifférent aux orages décisifs,

Tendant ainsi tes lèvres vers la Souffrance,

Et tes bras suppliants, avec lassitude, vers le ciel,

De matin en matin et de soir en soir,

Immobile sur ceux qui se sont sacrifiés pour nous,

Comme un frère, mais en vain,

Tu as donné tout le sang de tes regards transformés en plaies...

Oh ! d’abord tourne tes immenses pupilles creusées

Vers nos flambeaux d’adoration

Et ausculte-nous avec ta pensée.

Nous savons que tu es un rêveur et tu t’es dégrisé des autres lieux,

Invité aux râles suppliants des agonisants

Et épouvanté par les torsions de leurs corps détruits,

Tu répandras, avec le repos de tes chants funèbres pour eux,

Les gestes apaisants de tes mains...

Mais la Souffrance en offrande, laisse-la en elle,

O toi blanc jeune homme voué aux sacrifices !

Il ne faut jamais troubler la paix de ceux qui sont tombés,

Même si c’est avec les sources de sang de tes regards.

Et toi, dorénavant, avec ta pensée perpétuellement

Limitée aux gloires du destin,

Dans des blocs de marbre divin

Conformément à la folie de tes gestes, si tu veux,

sculpte la Souffrance, pour les siècles.

Mais n’oublie pas ses yeux, et sa bouche, et son âme, voluptueusement,

De dresser ses seins pour une action violente...

Et ensuite, et surtout pour être CELUI qu’il faut être finalement,

Dans ces jours de lutte et de surprise,

Par tout le pays, dans ton ombre, avec ton âme, seul,

Marche, toi, d’horizon en horizon,

Dans les bourgs et la campagne, et les champs à perte de vue,

Vers les villes et les villages, et les pressoirs lointains,

Et retourne encore sur tes pas, sans te lasser,

Et avec rage, hume la Mort.

Tu sais qu’il faut s’enfuir loin d’elle,

Pour ouvrir les grands chemins de l’Espoir,

Afin que, finalement, les chevaux tempétueux du rêve,

Se conduisant héroïquement aux mains de notre volonté,

Se statufient aux sommets de la victoire.

Et si tu peux une seconde, dans la pénombre,

Te retourner infiniment,

Et voir surgir brusquement de la terre les morts

Qui, du fond des tombes et des villes ravagées,

Tout d’un coup entourés des esprits délivrés,

Derrière nous, ce soir, debout, fiévreusement,

Vont marcher vers les étendues de l’Espoir.

Et regarde l’ardeur de leur foi, et prends courage !

Vois leurs lourdes pierres et leurs noires croix de bois

Sur leurs épaules lasses de la terre,

Vois leurs linceuls rouges de leurs sangs mêlés

Déployés aux vents des ténèbres,

Et vois, vois-les tous l’un devant l’autre,

On dirait qu’ils se prosternent, vois !

Ils font les serments de mourir encore une fois

Les uns pour les autres...

Ils sont tous là-bas, aujourd’hui, avec nous,

Ceux qui sont aveugles et ceux qui sont invalides,

Et ceux qui ont tendu leur cou étourdiment

Pour l’âme l’un de l’autre, vers le crime.

Et aussi ceux qui ont été nos maîtres dans la révolte,

Dont les paroles sont les nôtres, ce soir,

Et dont l’âme est notre adoration pour l’éternité.

Et il y a encore la foule de ceux dont heureusement

Tu ne t’es pas heurté à l’épouvante.

Nous seuls savons combien leurs corps sont fougueux

Et combien terrorisés leurs yeux et leurs mouvements...

Et ce sang de la décapitation de leurs frères

Qu’ils ont bu avec leur esprit,

Oh dans leur crâne a ouvert les battements d’ailes

Illimités des aigles enivrés par la soif des victoires...

Et il y a encore les mères enceintes et échevelées

Qui, là-haut, dans les tentes du champ,

Sous leur flanc fécond et large et lumineux,

Pour glorifier de nouveau nos lendemains

Vivent les rouges douleurs de l’enfantement

Des Héros fougueux.

Mais maintenant que le matin s’est approché, resplendissant,

Et que tu as reconnu nos âmes

O frère qui agonises en rêvant,

Viens, afin que nos lèvres reçoivent tes lèvres

Pour une seconde et pour l’éternité ...

Et avant qu’elle n’ait rougi de la souillure du sang de l’offrande,

Prends en main courageusement cette épée étincelante,

Et croise-la avec nos épées à tous, sous la pureté de ces étoiles,

Après avoir fait le serment des serments,

Et pour une fois au moins, te précipitant hors de toi-même,

Si tu peux, marche avec nous. Voici le chemin ! »

SIAMANTO

Traduction Louise Kiffer

jeudi 7 février 2008,
Stéphane ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article