Nouvelles d'Armenie    
Edouard Nalbandian
Arménie-France :
quinze ans de relations diplomatiques


Un anniversaire est toujours une occasion de faire un bilan. Quel est le bilan des quinze années de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et l’Arménie : des relations bilatérales que l’on caractérise comme exceptionnelles, un très haut niveau des relations politiques, un dialogue intense entre les chefs d’Etat, de multiples visites de haut niveau des deux côtés, y compris des visites d’Etats de présidents, des contacts très actifs interparlementaires, des dizaines d’accord et traités conclus dans plusieurs domaines, des investissements de plusieurs millions, la présence de plus de cent entreprises à capitaux français en Arménie, une coopération décentralisée très efficace et dynamique, des échanges actifs dans tous les domaines humanitaires, notamment ceux de la culture, de l’éducation, de la santé etc. Le témoignage le plus évident de ce haut niveau de nos relations est l’organisation de l’Année de l’Arménie en France, placée sous le slogan hautement symbolique d’« Arménie, mon amie ». Lorsqu’en février 1992, l’Arménie et la France établissaient des relations diplomatiques, nous ne pouvions qu’espérer que les rapports et l’amitié séculaires de nos peuples serviraient de base solide pour construire des bonnes relations entre nos deux pays. Un espoir amplement justifié, car après la reconnaissance par la France le 26 décembre 1991, parmi les tout premiers, de l’indépendance de l’Arménie et l’établissement deux mois plus tard de relations diplomatiques, les ambassades ont été ouvertes dans les deux capitales et, depuis, les liens profonds se sont intensifiés entre nos pays. Les 500 000 Français d’origine arménienne, bien intégrés dans la société française et véritable trait d’union entre nos deux peuples, ont pris le rôle de moteur de l’approfondissement des relations entre l’Arménie et la France. Les quinze années de l’histoire des relations entre la France et l’Arménie sont peut-être une période relativement courte, mais elles se caractérisent par une abondance d’événements importants et semblent être le condensé de nos rapports millénaires du passé. Dès le début de la restauration de l’indépendance de l’Arménie, les relations d’amitié et de confiance mutuelle entre les deux pays ont été ratifiées par la signature, dès 1993, du traité d’entente, d’amitié et de coopération. La France a pris l’engagement de soutenir l’Arménie dans son intégration européenne et internationale et de l’accompagner dans le processus de la construction des Institutions de l’Etat, dans la voie de la démocratisation et des réformes radicales. S’appuyant sur le patrimoine juridique commun, la nouvelle Constitution arménienne s’est largement inspirée de la loi constitutionnelle française. Coprésident du Groupe de Minsk, la France participe, aux côtés des Etats-Unis et de la Russie, d’une manière constructive, à la recherche d’une solution au problème du Haut-Karabagh. La France est le premier pays à avoir donné à la reconnaissance du génocide arménien force de loi. Aujourd’hui, les relations franco-arméniennes sont à un niveau tellement élevé qu’on peut dire qu’ensemble nous sommes en train d’écrire la page la plus lumineuse dans le livre d’histoire de notre amitié. En faisant ce bilan, il est bien naturel de retenir notre attention sur l’un des événements forts de ces 15 années de nos relations diplomatiques : l’Année de l’Arménie en France. Cette Année est d’abord appelée à mettre en relief le caractère exceptionnel des liens entre les peuples français et arménien, géographiquement éloignés, mais proches par l’appartenance aux mêmes valeurs. Elle viendra ouvrir de nouveaux regards sur la communauté de nos sources et de nos racines, sur la profondeur et la solidité de nos liens. Elle viendra également enrichir et diversifier le dialogue cordial entre les intellectuels, les artistes, les musiciens, les peintres, les hommes d’affaires et, tout simplement, les citoyens de nos pays amis. Elle est tournée vers l’avenir et je suis persuadé que cette grande fête d’amitié sera un nouveau point de départ pour les relations entre la France et l’Arménie.
mardi 24 avril 2007,
Spidermian ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article