Nouvelles d'Armenie    
GENOCIDE
Génocide Arménien : Un témoignage par jour


Récit n° 84 de Méliné Khanzatian

Née en 1908 à Sépastia

Le célèbre géographe Zadig Khanzatian faisait partie de notre famille.

Moi je suis restée orpheline. C’est ma "Néné" qui a pris soin de moi. Nous avions été déportées à Afyon-Karahissar. Ma Néné m’avait pris sur son dos et m’avait sauvée. Nous étions arrivées à Konya.

Le matin de bonne heure, ma Néné se lève, elle voit qu’elle est surveillée. Elle dit au gendarme : "Laissez-moi aller à l’église, brûler un cierge, je ne m’échapperai pas".

Le gendarme la laisse passer.

Ma Néné va chez le Vali, elle dit : "Nous , nous ne voulons pas aller à Der Zor, je veux rester ici à Konya, car après Konya c’est le chemin pour aller à Der Zor.

Le Vali a donné son autorisation. Nous sommes restées là trois ans. Ma grand’mère faisait à manger au Collège américain pour 400 enfants orphelins arméniens. Il y avait huit personnes riches arméniennes qui formaient le Conseil d’administration.

Ma Néné dans ce Collège faisait le repassage. Elle amidonnait le linge.

Ensuite ma Néné a loué un logement, elle a pris la garde d’un enfant orphelin, Aghassi, qui aujourd’hui est devenu mon mari.

A Salonique, ma Néné était cuisinière à l’orphelinat. Là-bas on l’appelait "Mayrig". Ensuite, nous sommes venus de Grèce en Arménie.

Témoignage recueilli par Verjine Svazlian

Traduit par Louise Kiffer

le 7 sept 06

jeudi 7 septembre 2006,
Stéphane ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article




THEMES ABORDES :
Génocide