Nouvelles d'Armenie    
Jean-Luc Bennhamias
Lettre à mes ami(e)s arméniens et aux autres
Le point de vue de Jean-Luc Bennhamias


En janvier 2005, suite à une rencontre du groupe des Verts européens à Istanbul, j’écrivais dans le journal Vivant : « Turquie oui... pas avant la reconnaissance du génocide arménien, mais aussi du peuple kurde ! ». J’aurais bien évidement pu y ajouter le processus de démocratisation, du respect des minorités, et des droits de la femme !

Cette rencontre européenne organisée en Turquie un an avant que les 25 chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne aient décidé d’ouvrir des négociations, comme vous le savez, en vue de l’adhésion de ce pays à l’UE, m’a permis de réaffirmer avec force ces conditions à monsieur Olli Rehn, commissaire européen chargé du dossier de l’élargissement et à monsieur Abdullah Gül, ministre des Affaires étrangères turc.

Je ne vous cacherai pas, que malgré l’unanimité des Verts français sur cette question, l’ensemble du groupe des Verts européen présents lors de ces journées n’étaient pas forcément sur la même logique que la mienne, néanmoins je peux vous affirmer que mes arguments aujourd’hui ont fait leur chemin. Je suis de ceux qui pensent que malgré certaines avancées de la Turquie vers plus de démocratisation, le chemin à faire est encore bien long : il est inacceptable pour un pays se réclamant démocrate, que soient en prison des intellectuels, journalistes, écrivains ou défenseurs des droits de l’homme, pour le seul « crime » d’avoir oser écrire sur les droits culturels et les droits des minorités ; et je m’associe à toutes celles et tous ceux qui, à travers l’Europe, dénoncent l’article 301 du nouveau code pénal, relatif au dénigrement de « l’identité turque », à la République et aux fondements et institutions de l’Etat.

Quoi qu’il en soit ou quoi qu’il en coûte, je souhaite très fortement à la Turquie d’avancer dans ses réformes et dans l’acceptation des pages noires de son histoire ; je préfère pour notre avenir commun, une Turquie laïque et démocratique, ouverte vers l’Orient, à une Turquie islamiste radicalisée. L’histoire nous dira si la Turquie choisira de s’ouvrir à l’aventure européenne. Je tiens à saluer, puisque l’occasion m’est offerte dans ce « point de vue », la pétition initiée par des députés et sénateurs français demandant, à juste titre, une évolution de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, afin de condamner plus fermement tous ceux qui pourraient mettre en doute l’existence d’un génocide en général et bien sûr du génocide arménien en particulier.

Voilà, cher(e)s ami(e)s, ce que je souhaitais vous écrire dans ce point de vue.

mercredi 1er mars 2006,
Spidermian ©armenews.com

Jean-Luc Bennhamias est député Vert européen.



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article




THEMES ABORDES :
Bennhamias