Nouvelles d'Armenie    
Jean Paul Huchon
L’engagement du conseil-régional d’ile de France aux côtés des Arméniens
Le point de vue de Jean Paul Huchon


Mes chers amis,
Je sais que les jours qui viennent seront douloureux pour les Arméniens. Je souhaite d’abord vous écrire combien je suis de cœur avec vous, pour célébrer la mémoire de tous ceux qui ont disparu en 1915, tous ceux qui incarnaient la culture, la vitalité, l’idéalisme et l’esprit démocratique des Arméniens. En ce 90e anniversaire du génocide, mon premier mouvement est de me recueillir avec vous et de donner au souvenir de ceux qui sont morts la force qu’il mérite.
Il y a 90 ans le génocide des Arméniens avait lieu en Turquie. Il y a 90 ans, un à deux millions d’Arméniens qui vivaient depuis des siècles dans l’empire ottoman étaient déportés, éliminés, assassinés dans des conditions atroces. En ce début de XXe siècle, le drame arménien était prémonitoire d’autres drames, d’autres génocides. Il était aussi prémonitoire de l’aveuglement et de la lâcheté des démocraties occidentales de l’époque face à certains extrémismes. Le génocide du peuple arménien a montré la voie au génocide du peuple juif et plus près de nous, notamment, aux massacres dans les pays de l’ex Yougoslavie et au génocide rwandais.
Après la seconde guerre mondiale, l’envie et la volonté d’édifier l’Europe ont été déterminées par la prise de conscience de l’ensemble des peuples européens qu’il fallait se donner un projet commun. « Plus jamais ça ». Il fallait supprimer la possibilité même de pouvoir penser le génocide, il fallait reconnaître l’indicible et réparer pour construire l’avenir. Notre capacité à construire ensemble une histoire européenne est ainsi directement liée à la définition d’une mémoire commune. L’avenir se construit sur une vision partagée de l’histoire.
Lorsqu’en 2001 les parlementaires français ont voté une loi énonçant que « la France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915 », ils se sont inscrits dans cette logique. Le génocide arménien est un événement de portée universelle, qui joue un rôle fondamental pour la définition de la mémoire européenne. En adoptant ce texte, les représentants du peuple français ont agi dans la plus pure tradition de défense des Droits de l’Homme de notre pays ; ils ont témoigné de l’actualité de ces principes universels.
Aujourd’hui la Turquie frappe à la porte de l’Union européenne. C’est la vocation de l’Union de s’élargir aux pays démocratiques qui lui sont proches par leur histoire et leur géographie. Je suis donc favorable sur le principe à l’adhésion de la Turquie. Mais la reconnaissance du génocide arménien par ce pays, le respect des droits inhérents à la démocratie sont pour moi des préalables indispensables à l’examen d’une candidature. Les critères économiques ne sauraient se substituer aux critères démocratiques et éthiques. Ces deux démarches ont été conçues de manière profondément complémentaire par les pères fondateurs de l’Europe. Vous pouvez compter sur moi pour défendre cette position.
Par ailleurs, je suis favorable à ce que diverses initiatives puissent être prises en direction des franciliens pour faire mieux connaître le génocide de 1915 et donner plus globalement à la culture arménienne la place qu’elle mérite en Ile de France. C’est dans cet esprit que la Région Ile de France et la Mairie de Paris ont affiché sur leurs murs les affiches du souvenir du génocide pour appeler chacun d’entre nous à ne pas oublier. C’est en ce sens que je vous confirme mon engagement à éditer un document sur le génocide arménien comme nous l’avons déjà réalisé pour la Shoah, qui serait diffusé dans les lycées de notre région. Ce texte doit avoir une valeur pédagogique et historique incontestable afin de pouvoir informer les lycéens en toute impartialité.
Enfin je sais votre attachement à la création d’une maison de la culture arménienne qui pourrait accueillir un musée de la mémoire arménienne. Là encore, la Région Ile de France sera prête à trouver à vos côtés les partenaires nationaux et locaux qui pourraient participer à ce projet.
Soyez assurés de mon soutien et de mon amitié au moment de cette commémoration, soyez confiants dans l’appui de la Région à l’effort de mémoire qu’appelle votre histoire.
dimanche 1er mai 2005,
Spidermian ©armenews.com

Jean Paul Huchon est président du Conseil Régional d’Ile de France



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article




THEMES ABORDES :
Huchon