Nouvelles d'Armenie    
Edward Nalbandian
Le symbole de la réalisation de notre rêve
Le point de vue de Edward Nalbandian


En juin dernier, à Antibes, à l’occasion de l’inauguration de l’exposition de Martiros Sarian au musée Picasso, intitulée « Au pays du soleil volant », le Maire d’Antibes m’a présenté ses excuses, de n’avoir pas pu trouver le drapeau arménien afin de le mettre aux cotés de ceux de la France et d’Antibes. En remerciant Monsieur le Maire de l’organisation de l’exposition, je lui ai dis qu’il n’a pas à s’excuser, car grâce à cette exposition, le drapeau arménien flottera à Antibes pendant plus de trois mois, puisque les couleurs de notre drapeau sont omniprésentes dans les tableaux de Sarian. Il y a encore moins de deux décennies, le drapeau arménien était le symbole de notre passé et incarnait notre rêve de voir l’Arménie acquérir à nouveau son indépendance. Un rêve caressé par de nombreuses générations, mais qui nous paraissait bien lointain. Aujourd’hui ce rêve - la restauration de l’Arménie indépendante - est devenu réalité. Aujourd’hui, le symbole de la réalisation de ce rêve - le drapeau arménien - flotte à Paris en permanence sur la représentation diplomatique de l’Etat Arménien. Ce drapeau tricolore, le symbole de notre passé à la fois héroïque et mouvementée, mais aussi celui de notre éternité, flottait à Paris, sur les Champs-Élysées et les principaux bâtiments publics français, lors de la visite d’Etat en France du Président de la République d’Arménie, nous offrant ainsi de nombreux moments de bonheur et d’émoi profond. Notre drapeau était présent aussi lors de l’inauguration de la statue de Komitas, en plein centre de Paris, devenue lieu de mémoire et de recueillement pour tous les Arméniens de France mais aussi pour les Arméniens venus du monde entier. Notre drapeau tricolore était à Notre-Dame de Paris en février 2001, à l’occasion de la célébration du 1700e anniversaire de l’adoption du christianisme par l’Arménie en tant que religion d’Etat. C’est encore sous les auspices bienveillants des couleurs ensoleillées de notre drapeau que la tradition vinicole millénaire de la vallée d’Ararat était présentée à la prestigieuse Foire Internationale du Vin de Bordeaux, en juin dernier. De nombreuses manifestations organisées aussi bien sur le plan politique, qu’économique et culturel, sont destinées à représenter honorablement notre pays et notre drapeau en France. A cet effet, les célébrations annuelles de la Fête Nationale de la Ré-publique d’Arménie sont des occasion exceptionnelles et symboliques. L’Arménie est notre patrie commune. Je veux dire et redire encore et encore qu’en France, à côté de sa représentation officielle, l’Arménie compte plus de 500 000 Ambassadeurs, 500 000 porte-drapeaux, qui représentent la culture, l’histoire, et les traditions de notre pays plusieurs fois millénaire et assurent la présence digne et noble de son drapeau en France. C’est à nous tous de soutenir notre patrie dans ses efforts d’édification d’un Etat démocratique et prospère, dans son intégration à part entière dans le concert des nations. C’est en réunissant les efforts et la détermination de nous tous que nous pourrons assurer à l’Arménie des lendemains de paix et de prospérité. Que son symbole tricolore soit toujours porté avec dignité et fierté par les Arméniens du monde entier ! Qu’il continue à flotter à Paris incarnant l’amitié éternelle entre la France et l’Arménie.
mercredi 1er octobre 2003,
Spidermian ©armenews.com

Edward Nalbandian est ambassadeur de la république d’Arménie en France.



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article




THEMES ABORDES :
Nalbandian