Nouvelles d'Armenie    
Bertrand Delanoë
Discours du Maire de Paris à l’inauguration de la statue de Komitas
Le point de vue de Bertrand Delanoë


Jeudi 24 avril 2003 Monsieur le Ministre, Excellences,
Mesdames et Messieurs les Présidents,
Monsieur le maire du VIIIème arrondissement,
Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs,le discours du Maire de Paris à l’inauguration de la statue de Komitas
Pour les Arméniens, le 24 avril restera à jamais synonyme de violence et de douleur : c’est cette date que nous avons choisie pour que Paris rende à ce peuple l’hommage qu’il mérite.Aujourd’hui, nous nous inclinons devant la mémoire des victimes du génocide de 1915 et celle des Arméniens morts pour la France au cours des nombreuses tragédies du XXe siècle. Cet acte de mémoire vient combler un vide essentiel car comme l’a dit Elie Wiesel : oublier ces victimes, ce serait « les assassiner une seconde fois ».
Ici, parmi nous, certains se souviennent encore du 24 avril 1915. Les déportations commencent dès cette date, quand plusieurs centaines d’intellectuels Arméniens sont arrêtés et conduits vers la mort, sans jugement. Jusqu’en 1922, un million et demi d’Arméniens seront exécutés après, pour beaucoup d’entre eux, la déportation et des tortures insoutenables. Ainsi, ce sont près des deux tiers de la population arménienne vivant dans l’empire Ottoman qui seront éliminés. En souvenir de cette tragédie, la décision d’ériger cette statue constitue un acte hautement symbolique. L’initiative n’est pas inédite en France, mais à présent, c’est la capitale de notre pays qui installe cette empreinte dans sa trame. Nous prolongeons ainsi le voeu unanime du Conseil de Paris adopté le 29 janvier 2001 et nous nous inscrivons pleinement dans l’esprit de la loi promulguée le même jour. Cette loi, unique au monde, stipule avec netteté que « la France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915 ».
Dès lors, comment représenter ce drame ? A cette interrogation, la réponse a été le choix de l’une des figures les plus brillantes de l’histoire arménienne Komitas. Musicologue, découvreur de la musique classique arménienne, compositeur d’exception, il séduira à travers le monde entier et notamment Claude Debussy. Mais la vision des massacres et des déportations lui fera perdre la raison. Lui dont la conscience et la lucidité sombrèrent le jour même où débutait le génocide, symbolise à jamais la blessure du peuple arménien. Conduit à Paris, il meurt à l’hôpital psychiatrique de Villejuif.
A travers cet hommage, nous honorons aussi le travail inlassable de plusieurs générations d’Arméniens, épris de justice et militants du souvenir. Je veux donc souligner l’action des autorités arméniennes et notamment celle des représentants de l’Eglise Arménienne. Je salue ici la présence de Monseigneur Nacachian et tous les Arméniens réunis autour d’Alexis Govciyan e d’Ara Krikorian, nouveau Président du Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France. Chacun aura contribué avec conviction au devoir de mémoire.
Mais qu’on ne s’y trompe pas. L’objet même de cet acte est bien, en assumant la vérité, de faire progresser le dialogue, la réconciliation et d’affirmer que l’humanité avance lorsqu’elle respecte l’identité de chacune de ses composantes. Nos différences nous enrichissent. Nos divisions nous détruisent. Non, le peuple turque du 21ème siècle ne peut être tenu pour responsable de faits survenus dans les convulsions de l’Empire Ottoman. Aussi, je forme le voeu que ce monument soit porteur d’un message de paix et de confiance. Comme le disait François Mitterrand en janvier 1984, le peuple arménien « n’appartient pas au passé, il est bien du présent, il a un avenir ».
Tel est bien le sens de ce rendez-vous qui nous réunit aujourd’hui, où l’Histoire nous renforce dans notre volonté de servir l’idéal de fraternité, où le regard lucide posé sur le passé éclaire le futur d’un espoir intact.
jeudi 1er mai 2003,
Spidermian ©armenews.com

Bertrand Delanoë est maire de Paris



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article




THEMES ABORDES :
Delanoë