Nouvelles d'Armenie    
Charles Pasqua
L’inacceptable recul du Parlement européen
Le point de vue de Charles Pasqua


Le 24 octobre 2001 ne restera pas comme une date glorieuse dans l’histoire du Parlement européen. En adoptant en l’état le rapport présenté par Alain Lamassoure, relatif au processus en vue de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, sans ne plus faire aucune référence au préalable de la reconnaissance, par l’Etat turc, du génocide arménien de 1915, le Parlement européen a fait une double faute :
Faute à l’égard du peuple arménien, tout d’abord, qui ne fait pourtant que revendiquer, sans haine, le simple droit à la vérité historique ;Faute à l’égard de lui-même et de la parole donnée, ensuite, puisque, cédant aux sirènes d’une « real politique » toute inspirée par les Etats-Unis, le Parlement de Strasbourg a ainsi renié son propre engagement, contenu dans une résolution votée le 18 juin 1987, de faire de cette reconnaissance un préalable intangible.
J’avais pourtant, par deux amendements déposés au nom du Groupe de l’Union pour l’Europe des Nations, que je préside, tenté de rappeler et de réintroduire ce principe. Malheureusement, l’Assemblée a cédé aux pressions de la Turquie. Même les parlementaires français, - sauf ceux de mon groupe, bien entendu - ont rejeté ces amendements, oubliant le signal fort donné à l’unanimité par leurs collègues de l’Assemblée nationale et du Sénat lorsqu’ils votèrent la reconnaissance du génocide. Il faudrait donc se contenter des travaux d’une pseudo commission scientifique, composée d’une poignée de membres (6 Turcs et 4 Arméniens), largement financée par le Département d’Etat américain, et censée faire croire à l’opinion publique qu’un dialogue est engagé en vue « d’établir » la réalité historique, pour que le problème soit réglé. C’est évidemment inacceptable.
Le 24 octobre fut donc un mauvais jour pour l’Arménie au Parlement européen. Mais d’autres débats et d’autres jours viendront.Et pour ma part, date pour date, j’ai toujours préféré celle du 18 juin ! Chacun peut donc compter sur moi pour rappeler sans cesse aux honorables membres de l’Assemblée de Strasbourg leur engagement du 18 juin 1987.
mardi 1er janvier 2002,
Spidermian ©armenews.com

Charles Pasqua est président du Conseil général des Hauts de Seine et député européen



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article




THEMES ABORDES :
Pasqua