Nouvelles d'Armenie    
Mgr Pierre Gervaise
Les chrétiens rassemblés
Le point de vue de Mgr Pierre Gervaise


En quoi le voyage du pape Jean-Paul II en Arménie soulève-t-il l’intérêt des catholiques de France ? Tout d’abord rappelons l’histoire. Le 2 février 2001, Jean-Paul II adresse une Lettre apostolique. II y retrace justement l’histoire de la conversion du peuple arménien au christianisme. Par certains de ses aspects cette histoire rappelle l’histoire de notre pays lors du baptême de Clovis. L’Arménie fut le premier pays à déclarer le christianisme religion d’Etat. « Avec le Baptême de la communauté arménienne, écrit le Pape, à commencer par ses autorités civiles et militaires, naît une identité nouvelle du peuple, qui deviendra une partie constitutive et inséparable du fait d’être Arménien ». (lettre apostolique n° 2). La diffusion du christianisme en Arménie fut l’oeuvre de Saint-Grégoire « l’Illuminateur » (240-326). Ce dernier, opposé au paganisme imposé par le roi Tiridate III, fut jeté en prison. Mais, il guérit miraculeusement le roi qui se convertit avec sa cour. Grégoire, ordonné évêque, se consacre avec passion à l’évangélisation de l’Arménie. II est vénéré comme le fondateur de l’Eglise arménienne ainsi que les Apôtres Thaddée et Barthélemy. Jean-Paul II remarque que le martyre constitue un élément essentiel et constant de l’histoire du peuple arménien. « L’emblème, remarque le pape, est le sacrifice de Vardan Mamikonian et de ses compagnons qui lors de la bataille d’Aravayr (451) donnèrent leur vie pour rester fidèles au Christ et défendre la foi de la nation ». Pour bien des catholiques de France, les Arméniens constituent un peuple de grande fidélité vécue jusqu’au martyre. Car des événements analogues se sont répétés jusqu’au génocide de 1915, tout au long de son histoire. L’Eglise de France est d’autant plus sensible à ce qui est vécu ici que nombre d’Arméniens ont trouvé refuge dans notre pays. Leur esprit de service, leur sens du travail, leur volonté d’intégration dans la fidélité à leur identité ont toujours été remarqués et appréciés. D’où la reconnaissance du génocide par la France. L’ouverture des Arméniens que nous rencontrons, se manifeste particulièrement dans leur engagement dans le dialogue oecuménique. Les relations entre l’Eglise apostolique arménienne et l’Eglise catholique ont été de plus en plus cordiales depuis le Concile Vatican II. Des hommes d’Eglise dont on ne peut taire l’ouverture et la sainteté permettent ici des rencontres pleines d’espérance. L’Eglise apostolique arménienne a son siège patriarcal depuis le IVème siècle à Etchmiadzine à proximité d’Erevan, la capitale. A sa tête le « Patriarche et Catholicos suprême de tous les Arméniens » actuellement sa Sainteté Karékine II, élu le 27 octobre 1999, qui du 8 au 11 novembre 2000 a rendu visite officiellement au Pape Jean-Paul II à Rome. Certains ont été surpris par la solennité et par la rapidité d’une telle démarche. II faut donc rappeler que du 8 au 12 mai 1970, le Catholicos Vazken Ier rendait visite au Pape Paul VI. En 1996, le Catholicos Karékine Ier rendait visite à Jean-Paul II (10-14 décembre). Tous deux signent alors une déclaration commune proclamant leur foi en Jésus Christ. « Verbe de Dieu fait chair, Dieu parfait dans sa divinité, homme parfait dans son humanité, sa divinité est unie à son humanité dans la personne du Fils unique de Dieu, dans une union qui est réelle, parfaite, sans confusion, sans altération, sans division, sans aucune forme de séparation ». Ils ont également souhaité pour leurs Eglises « un dialogue plus régulier et plus profond, afin d’atteindre un degré plus grand de compréhension réciproque, et le rétablissement d’une communauté de foi et de service ». Karékine Ier se rendit à nouveau au Vatican (23-26 mars 1999) pour l’inauguration d’une exposition : Rome-Arménie. II décédait le 29 juin 1999. La visite du Catholicos Karékine II au Saint Père le 10 novembre 2000 comporte outre la visite privée, une célébration oecuménique au cours de laquelle JeanPaul II remit au Catholicos une relique du protecteur de l’Arménie : Saint Grégoire l’Illuminateur. A noter ce fait important et significatif, le Patriarche arménien catholique Nersès Bedros XIX était à Rome pour accueillir Karékine Il. Pour célébrer le 1700ème anniversaire du christianisme en Arménie, Karékine II a allumé une flamme qu’il a rapportée à la cathédrale d’Etchmiadzine. Cette flamme a été transportée dans les églises arméniennes du monde entier. De son côté, le patriarcat arménien catholique institué en 1742 ne cesse d’exprimer son désir de vivre avec son peuple le message de l’Evangile. Son chef, Sa Béatitude Nersès Bedros XIX, Catholicos, Patriarche de Cilicie des Arméniens catholiques, adresse un message très fort le 31 décembre 2000 pour l’ouverture du Jubilé de ce 1700e anniversaire : « Que ce Jubilé de la conversion du peuple arménien au christianisme conduise chaque Arménien à ces valeurs et à ces vertus, et le rapproche du Christ, source de tous les bienfaits ». Quant au Pape Jean-Paul II, au terme de la lettre apostolique, il ne manque pas d’écrire : « Les relations déjà cordiales entre l’Eglise apostolique arménienne et l’Eglise catholique, ont reçu au cours des dernières décennies, une impulsion décisive également à travers les rencontres des plus hautes autorités de cette Eglise avec le Pape... C’est un chemin qui doit se poursuivre avec confiance et courage afin que nous puissions tous être toujours plus fidèles au commandement du Christ. ut unum sint ! ». En quoi le voyage du Pape en Arménie soulève-t-il l’intérêt des catholiques de France ? Au-delà d’événements dès l’origine que l’on peut rapprocher, l’histoire de l’Arménie marquée à la fois par sa fidélité et ses martyrs, ne peut qu’être admirée. Tout d’abord, bien sûr, par ceux dont ils partagent la vie. Et si un pas pouvait encore être fait vers une plus grande unité, un chemin s’ouvrirait, malgré toutes nos hésitations, à respecter les différences, les identités, les traditions.
lundi 1er octobre 2001,
Spidermian ©armenews.com

Mgr Pierre Gervaise est Vicaire Général pour les catholiques de rite oriental résidant en France.



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article