Nouvelles d'Armenie    
Maggie Cazal
L’engagement politique
Le point de vue de Maggie Cazal


Les inégalités flagrantes entre les hommes à l’échelle planétaire, symbolisée notamment par les rapports Nord-Sud et les questions de géopolitique internationale, m’ont interpellée dès mon plus jeune âge. Née dans la diaspora, à la recherche de mon histoire et de ma culture, j’ai dû maintes fois me poser des questions sur la capacité des êtres humains à gérer leur destin : Quelle part de responsabilité porte le peuple arménien dans sa propre histoire ? Que penser du rôle joué par la communauté internationale et des raisons pour lesquelles de nombreux traités sont souvent allés à l’encontre des intérêts du peuple arménien ?... Autant de questions qui m’ont incitée à rechercher les causes du génocide arménien et à m’interroger sur l’Histoire des peuples de cette région du monde. Le besoin d’en savoir toujours plus, de mieux connaître les différents acteurs de ce drame, les véritables responsables des déportations de mes grands-parents m’a amenée à analyser les faits sur le plan politique. Mon éducation civique démarre très jeune et l’envie de faire de la politique surgit très tôt. Cet engagement correspond à une volonté d’intervenir sur les devants de la scène publique afin de remuer les consciences, de rappeler à toutes et à tous le devoir de mémoire pour que l’histoire ne se répète pas. Droits de l’homme, des peuples et des minorités sont devenus pour moi des maîtres-mots. La reconquête du pouvoir par les citoyens - tous les citoyens quelle que soit leur appartenance culturelle ou ethnique - présente un enjeu majeur. La philosophie de la révolution française constitue une référence et la France m’apparaît comme le pays de « l’idéal démocratique ». Missac Manouchian offre le parfait exemple du combattant pour la liberté et la citoyenneté lors de la deuxième guerre mondiale. Ses actions menées au sein de son Mouvement des Ouvriers Immigrés nous rappellent encore aujourd’hui toutes les luttes menées pour l’obtention du droit d’asile et en faveur de l’intégration... Ce héros arménien, le défenseur de tous les peuples immigrés en France est le symbole de « l’appel citoyen » pour sauver l’humanité et garder notre planète en paix. Toute réflexion faite, la plupart des organisations inter-nationales militant pour la défense de l’environnement, du patrimoine, des cultures et des peuples minoritaires, sont issues ou peuvent se revendiquer de la philosophie écologiste. Et c’est sur la base de ces revendications, que j’ai toujours défendues, que j’ai fait le choix de rejoindre les Verts et de militer pour une planète solidaire, un monde pacifié sans états-nations ; à lutter pour la sauvegarde des ressources naturelles rares et indispensables pour la vie humaine ; pour la défense des droits des peuples et de leurs cultures ; pour la préservation du patrimoine de l’humanité et de l’environnement. Notre souci doit être de léguer aux générations futures un monde vivable et désirable ayant préservé sa beauté et sa diversité. Défendre un projet aussi ambitieux nécessite de prendre des engagements qui soient à la hauteur des enjeux. C’est pourquoi, j’aspire à prendre encore plus de responsabilités et à m’impliquer plus activement dans les instances exécutives du mouvement écologiste.
dimanche 1er avril 2001,
Spidermian ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article