Nouvelles d'Armenie    
TURQUIE/ETATS-UNIS
Erdogan accuse Washington de « sacrifier » ses relations avec Ankara


Ankara, 12 oct 2017 (AFP) - Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé jeudi que les Etats-Unis prenaient le risque de “sacrifier“ leurs relations avec la Turquie, accusant l’ambassadeur américain à Ankara d’être à l’origine des tensions actuelles entre les deux pays.

 “Je le dis très clairement : c’est l’ambassadeur (américain John Bass) ici qui est à l’origine“ des tensions, a-t-il déclaré.

 “Il est inacceptable que les Etats-Unis sacrifient un partenaire stratégique comme la Turquie, tout cela pour un ambassadeur effronté“, a ajouté M. Erdogan lors d’un discours particulièrement virulent à Ankara.

 Déjà tendues depuis plusieurs mois, les relations entre la Turquie et les Etats-Unis, deux pays partenaires au sein de l’Otan, ont viré à l’orage après l’inculpation pour “espionnage“, la semaine dernière, d’un employé turc du consulat américain à Istanbul.

 Il est accusé par la justice turque d’être lié au prédicateur en exil aux Etats-Unis Fethullah Gülen, désigné par Ankara comme le cerveau de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

 En réaction à son arrestation, l’ambassade des Etats-Unis a annoncé dimanche la suspension de l’essentiel des services de délivrance des visas américains en Turquie. Ankara a pris une mesure similaire.

 Malgré sa colère, M. Erdogan a pris soin jusqu’ici de ne pas critiquer Donald Trump, imputant la suspension des visas à l’ambassadeur Bass, même si le département d’Etat a indiqué que la décision avait été prise “en coordination“ avec le gouvernement américain.

 “Si c’est l’ambassadeur à Ankara qui dirige les grands Etats-Unis d’Amérique, alors honte à vous“, a insisté M. Erdogan, qualifiant la suspension des visas d’“injuste“ et de “disproportionnée“.  M. Erdogan a également accusé le consulat américain à Istanbul de “cacher“ un deuxième “suspect“ recherché par la justice turque. La veille, l’ambassadeur américain avait démenti des informations de presse en ce sens.

 Dans le même temps, endossant le rôle de pompier, le porte-parole de M.  Erdogan, Ibrahim Kalin, a affirmé qu’il suffirait d’“une journée“ pour résoudre les tensions actuelles et indiqué que le gouvernement turc étudiait “une proposition américaine“ de sortie de crise.

jeudi 12 octobre 2017,
Ara ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article




THEMES ABORDES :
Etats-Unis

Turquie