Nouvelles d'Armenie    
A
Les investisseurs occidentaux ne se pressent pas à s’engager dans le projet du financement de l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan. La maladie du président Heydar Aliev étant l’une des raisons de cette lenteur


la maladie du président azéri heydar aliev et le manque de visibilité quant à l´avenir politique de l´azerbaïdjan étant parmi les raisons importantes de la timidité des investisseurs occidentaux à s´engager dans le financement de l´oléoduc bakou-tbilissi-ceyhan. selon le journal russe « nezvitsemaya gazeta », de nombreuses institutions financières internationales réalisent ces dernières semaines des études sur les risques d´instabilité politique de l´azerbaïdjan. mais david woodword, le responsable de « british petroleum azerbaïdjan », la question du financement du projet de l´oléoduc bakou-tbilissi-ceyhan devrait être réglée avant la fin de l´année, après les élections présidentielles. mais, selon les spécialistes, même après la disparition du président heydar aliev, les risques politiques continueront d´augmenter à bakou, décourageant bon nombre d´investisseurs. krikor amirzayan
lundi 28 juillet 2003,
Spidermian ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article

 



DANS LA MEME
RUBRIQUE...



















THEMES ABORDES :
Aliev

Azerbaïdjan

Cem

Economie

Europe

Géorgie

Médias

Santé